ATHÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athènes, capitale de la Grèce contemporaine

Pour le touriste et l'homme cultivé, Athènes se résuma longtemps à l'Acropole. Pour l'observateur, elle s'identifia au cours de la seconde moitié du xxe siècle au « miracle » grec, symbole du développement économique du pays. Aujourd'hui, Athènes se pose parfois en « ville globale », quand elle organise les jeux Olympiques (2004), et qu'elle fait jeu égal avec les grands du monde grâce à la marine marchande grecque. C'est une situation paradoxale. Avec 3,8 millions d'habitants au dernier recensement (2001), le « nome » (département) d'Attique, qui regroupe l'essentiel de la région urbaine athénienne, est très loin des agglomérations tentaculaires de la Méditerranée orientale (Le Caire-Alexandrie ou Istanbul). Et, contrairement à la plupart des grandes cités du bassin, et aux images qui s'attachent à leurs noms, l'Athènes contemporaine est une ville neuve, refondée en 1834, dans le souci de doter la Grèce renaissante d'une capitale symbolique. On ajoute ainsi au paradoxe de la démographie l'inconséquence de l'histoire.

Marché à Athènes

Photographie : Marché à Athènes

En plein centre d'Athènes, le marché aux puces de la place Monastiraki. 

Crédits : R. Nowitz/ National Geographic/ Getty

Afficher

Les transfigurations d'une capitale olympique

C'est pourtant cette image banale de l'hypertrophie urbaine, d'une tête trop lourde pour un corps trop frêle, qui retient encore souvent l'attention. L'agglomération athénienne, dans la continuité de l'espace bâti – le triangle de plaine ceinturé par l'Hymette (1 026 m), le Pentélique (1 109 m), le Parnès (1 413 m) et l'Aigaléo –, rassemble quelque 3 millions d'habitants. Mais c'est près de 4 millions de résidents qui sont massés dans la région urbaine de la capitale : entre Corinthe à l'ouest, Thèbes au nord, Khalkis au nord-est, le cap Sounion au sud-est, dans un rayon de 100 kilomètres, la totalité des activités, des flux de transports, d'individus, de biens, d'informations, dépend quotidiennement du cœur de la ville.

Cette condensation spatiale se produit dans un petit pays, faiblement peuplé. Façonnée par une fécondité malthusienne depuis des décennies, minée traditionnellement par l'émigration, mais bénéficiant avec l'effondrement du système communiste d'une forte immigration légale ou clandestine, la population de la Grèce dépasse à peine 11 millions d'habitants (2010). De plus, malgré quelques revivifications provinciales spectaculaires, souvent dopées par le tourisme (les Cyclades) ou le développement agricole (la Crète), la Grèce « utile » se contracte encore autour d'un croissant fertile Thessalonique, Athènes, Patras, même si cet axe des dynamismes a tendance à s'affaiblir. À la jonction des deux cornes dissymétriques de ce dispositif (Patras est à 200 kilomètres, Thessalonique à 600), la capitale accumule tous les déséquilibres : un bon tiers des Grecs y est concentré dans la partie méridionale du pays, la moins dynamique, et la croissance urbaine s'y est faite à un véritable rythme latino-américain pendant plusieurs décennies (la population de l'agglomération ne comptait que 1,1 million d'habitants en 1951) dans une atmosphère générale de vieillissement.

Ces disparités démographiques trouvent évidemment leur répondant économique, plus accentué encore. La région athénienne est la métropole du développement moderne de la Grèce. Malgré une désindustrialisation banale, elle accueille les usines les plus importantes et les plus productives. On y trouve aussi bien des activités à forte valeur ajoutée (édition, laboratoires pharmaceutiques) que les industries lourdes classiques (sidérurgie, raffineries, cimenteries), notamment à l'ouest, autour de la baie d'Éleusis. Et la concentration est plus grande pour les services publics et privés. Cette suprématie peut tourner à la domination absolue pour certaines fonctions spécialisées : transports maritimes avec le port du Pirée, et aériens avec le nouvel aéroport international Eleftérios Vénizélos, théâtres, cabinets d'assurances, agents immobiliers ou bureaux d'architectes. L'accélération des mobilités de tous ordres (autoroutes, aviation intérieure, bateaux rapides, progrès fulgurants des télécommunications) renforce encore cette prééminence athénienne des prestataires de services.

Cette « capitalisation » intérieure se double de la commande quasi absolue de tous les intérêts de la Grèce. Athènes contrôle l'ensembl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Médias de l’article

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Athènes : la ville antique

Athènes : la ville antique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Vase en forme de chouette, style protocorinthien

Vase en forme de chouette, style protocorinthien
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : professeur émérite de l'université de Franche-Comté

Classification

Autres références

«  ATHÈNES  » est également traité dans :

ACHÈVEMENT DE LA DÉMOCRATIE ATHÉNIENNE

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 278 mots

La « remise du fardeau » (annulation des dettes) décrétée par Solon vers — 594 est une première mesure en faveur du peuple des paysans athéniens : ils sont libérés à jamais du risque d'esclavage pour dettes envers les nobles propriétaires terriens. Mais il faut attendre les réformes de […] Lire la suite

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Presque toute ville grecque est composée de deux éléments que la configuration du site distingue d'emblée : ville haute et ville basse – celle-ci vouée à l'habitat et aux activités civiles et commerciales ; celle-là, l'acropole, réservée à la défense et aux dieux protecteurs de la cité. Cette dissociation topographique des fonctions, qui ne s'est faite souv […] Lire la suite

INSTAURATION DE LA DÉMOCRATIE À ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 173 mots

Après le départ d'Athènes du tyran Hippias, second fils de Pisistrate, en — 510, les réformes radicales proposées par Clisthène, membre de la famille aristocratique des Alcméonides, mais chef du parti progressiste, sont adoptées. À l'ancienne structure clanique de la […] Lire la suite

AGORA

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

À la fois « forme et esprit », l'agora, généralement située à un carrefour important du réseau urbain, matérialise remarquablement la notion de cité grecque. Elle incarne de façon si évidente cette notion que, dans sa Périégèse (X, iv , 1), Pausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni […] Lire la suite

ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 010 mots

La vie d'Alcibiade, à la fin du v e  siècle avant J.-C., coïncide, à Athènes, avec une période de transformations profondes où l'esprit civique et les traditions cèdent devant les progrès de l'individualisme et de la critique. Alcibiade appartient déjà au iv e  siècle ; c'est un personnage politique hors série, un « héros » au sens moderne du terme. L'ambiguïté de son comportement, l'obscurité de […] Lire la suite

ALCMÉONIDES LES

  • Écrit par 
  • Claudine LEDUC
  •  • 432 mots

Génos (ou clan) athénien qui parvient à l'archontat dès le ~ vii e siècle et joue un rôle important dans l'histoire de la cité à l'époque archaïque. Singulière est sa place dans l'aristocratie athénienne : il n'est pas autochtone mais originaire de Pylos ; il ne dessert aucun culte de l'Attique ; il est « sacrilège et criminel » depuis le massacre, dirigé par Mégaclès I er , des partisans de Cylo […] Lire la suite

ANTÉNOR (fin VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 348 mots

Sculpteur athénien, auteur d'un groupe en bronze représentant les « Tyrannoctones », Harmodios et Aristogiton, assassins du tyran Hipparque en ~ 514, et promus héros de la liberté par la démocratie naissante (Pausanias, I, 8, 5). Ce groupe, postérieur à 508 avant J.-C., fut emporté comme butin par Xerxès, le grand roi perse, lorsqu'il occupa Athènes en ~ 480 ; il fut remplacé peu après par un grou […] Lire la suite

ANTIGONE, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots
  •  • 1 média

Rares sont les œuvres, créées dans la Grèce classique, qui aient connu une postérité semblable à celle d' Antigone et un foisonnement aussi vigoureux d'adaptations que celui suscité par la pièce la plus célèbre de Sophocle : Hölderlin la traduit en 1804, Anouilh en propose une version audacieuse et moderne en 1946, Brecht l'adapte en 1947, en s'appuyant sur le texte de Hölderlin. Jean-Marie Strau […] Lire la suite

ANTIPATROS ou ANTIPATER (400-319 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 854 mots

Type du « vieux serviteur fidèle », Antipatros fut sans doute celui sans qui la Macédoine n'aurait jamais accédé au rang de grande puissance, puis d'empire. Né vers 400 avant J.-C., il fut en effet l'alter ego de Philippe II qui appréciait en lui peut-être moins le chef militaire que l'homme d'État. Ami d'Aristote, auteur d'une histoire, perdue, des guerres d'Illyrie et d'une vaste correspondance, […] Lire la suite

ANTIPHON DE RHAMNONTE (480 av. J.-C.?-411 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 396 mots

Orateur et homme d'État athénien actif vers 480-411 av. J.-C. Antiphon exerce comme logographe – il compose des discours pour des clients qui doivent assurer leur défense devant un tribunal –, une profession particulièrement utile dans le climat de suspicion qui règne à Athènes à la fin de la guerre du Péloponnèse contre Sparte. Sur le terrain politique, Antiphon est l'instigateur de la révoluti […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23-31 mai 2021 Biélorussie – Russie. Enlèvement de l'opposant Roman Protassevitch.

Le 23, le vol Ryanair reliant Athènes à Vilnius (Lituanie) est détourné vers Minsk sous prétexte d’une alerte à la bombe. L’opposant Roman Protassevitch, ainsi que son amie russe Sofia Sapega, qui se trouvaient à bord, sont arrêtés à leur descente d’avion. Le journaliste, qui vivait en exil, venait de couvrir la visite en Grèce de la principale opposante au régime, Svetlana Tikhanovskaïa, qui vit également en exil. […] Lire la suite

9 avril 2021 Grèce. Assassinat du journaliste Giorgos Karaïvaz.

Giorgos Karaïvaz, journaliste d’investigation de la chaîne de télévision privée Star, est assassiné par balles devant son domicile, dans la banlieue d’Athènes. Il enquêtait sur plusieurs dossiers sensibles touchant au fonctionnement de l’État. Les précédents assassinats de journalistes en Europe étaient ceux du Slovaque Ján Kuciak, en février 2018, et de la Maltaise Daphne Caruana Galizia, en octobre 2017. […] Lire la suite

25 janvier 2021 Grèce – France. Achat d'avions Rafale par Athènes.

Depuis cette date, Athènes multiplie les accords d’assistance militaire et les contrats de fourniture d’équipements pour son armée. En décembre 2020, le Parlement a voté le budget 2021 qui prévoit une augmentation de 60 % des dépenses de défense.  […] Lire la suite

7-14 octobre 2020 Grèce. Condamnation du parti néonazi Aube dorée.

Le 7, la cour pénale d’Athènes rend son verdict dans le procès du parti néonazi Aube dorée. Son chef Nikos Michaloliákos, ainsi que six cadres et trente-neuf militants sont reconnus coupables d’avoir dirigé ou appartenu à une « organisation criminelle ». Les dirigeants et membres de ce parti étaient poursuivis pour divers crimes perpétrés contre des syndicalistes, des militants de gauche et des migrants depuis les années 1990, dont l’assassinat du rappeur antiraciste Pávlos Fýssas, en septembre 2013. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BURGEL, Pierre LÉVÊQUE, « ATHÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/athenes/