AGORA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fois « forme et esprit », l'agora, généralement située à un carrefour important du réseau urbain, matérialise remarquablement la notion de cité grecque. Elle incarne de façon si évidente cette notion que, dans sa Périégèse (X, iv, 1), Pausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni fontaine ». Dans ses études sur l'agora et le forum, Roland Martin souligne le parallèlisme étroit existant à l'origine entre ces deux formes tant dans leur fonction que dans leur mode de formation : « La place primitive est un point de rencontre politique, religieux, commercial parfois, et aussi topographique, en liaison étroite avec les grands axes de circulation du groupement, quelle qu'en soit la disposition. »

Mais si l'agora et le forum naissent d'une nécessité commune, ils évoluent séparément selon l'histoire des civilisations auxquelles ils appartiennent, pour de nouveau retrouver des analogies et s'influencer mutuellement à l'époque dite hellénistique — et davantage encore à partir de la conquête romaine dans le bassin oriental de la Méditerranée.

Signe essentiel de l'hellénisme, l'agora se rencontre dans tout le monde grec. L'exemple le plus ancien que l'archéologie ait permis d'étudier a été récemment retrouvé en Sicile, à Mégara Hyblaea. La composition, l'orientation des divers monuments de cette place démontrent que, dès la seconde moitié du ~ viie siècle, les Grecs organisaient déjà l'agora selon les principes qui seront appliqués pendant des siècles ; prise dans le réseau urbain, la place publique de Mégara se trouve définie par trois grandes artères qu'elle borde ; deux rues plus étroites y aboutissent également. Elle constitue ainsi le cœur naturel de la cité. L'espace qu'elle occupe a été réservé aux édifices essentiels. Défini par des portiques au nord et à l'est, il n'en reste pas moins largement ouvert et permet un libre accès aux deux temples situés au sud. Malgré le propylon, il n'y a pas de coupure entre le réseau environnant et l'agora.

Durant toute sa formation monumentale, c'est-à-dire jusqu'au ~ ive siècle, l'agora grecque conservera cette caractéristique primordiale : poumon de la cité, elle n'est jamais fermée, étouffée, privée d'échanges avec le reste de la ville. Sur la place se déroulent les principales activités de la vie publique ; ses fonctions sont multiples et évoluent avec les siècles. Elle incarne parfaitement la formation de la polis : à l'origine simple lieu d'assemblée à caractère principalement militaire, elle s'enrichit d'importantes fonctions judiciaires et religieuses bien mises en valeur par Hésiode et Eschyle.

L'agora, qui au départ pouvait n'être qu'une simple esplanade, va ainsi accueillir tout les grands monuments de la cité. Les fouilles de l'Agora d'Athènes — placée en contrebas de l'Acropole, c'est-à-dire à un endroit particulièrement privilégié — démontrent à quel point la monumentalisation de la place est liée à l'histoire et à la politique d'Athènes. Pisistrate y avait vraisemblablement installé sa résidence. Ses fils donnent à la place la fontaine de l'Enneakrounos et l'autel des Douze Dieux. Puis à la fin du ~ vie siècle, les réformes de Clisthène entraînent un grand programme de travaux : aménagement du tribunal de l'héliée, du bouleutérion (ou salle du Conseil), installation d'un sanctuaire à la Mère des dieux. C'est avec ce monument que les divinités s'implantent définitivement sur l'Agora.

Agora d'Athènes (reconstitution)

Photographie : Agora d'Athènes (reconstitution)

Maquette de l'agora d'Athènes telle qu'elle devait apparaître vers le IIe siècle après J.-C. (American School of Classical Studies, Athènes).Cette grande place de commerce est ornée de portiques, de statues et de fontaines dès le VIe siècle avant J.­-C. Avec l’instauration ... 

Crédits : American School of Classical Studies at Athens

Afficher

Il est important de remarquer que l'installation des monuments cultuels sur l'Agora d'Athènes est postérieure à celle des édifices administratifs, politiques et judiciaires, et que, de plus, les premiers dieux à y être accueillis, par exemple Apollon, jouent un rôle dans la vie politique. Ce sont les tyrans qui vont d'ailleurs développer les manifestations religieuses qui mettent en valeur le sentiment national. La fête des panathénées se déroule pour une grande part sur l'Agora, et Pindare mentionne qu'à cette époque les dionysies devaient avoir lieu à proximité de l'autel des Douze Dieux.

Au début du ~ ve siècle, des changements notables — tel le déplacement des représentations théâtrales, dont l'origine est liée au culte, et l'abandon de l'Agora par l'ecclésia, assemblée des citoyens pour les questions politiques — annoncent la tendance qui va se développer : la place publique va dès lors être de plus en plus occupée par des activités commerciales et par le petit peuple. Cette modification de la vie de l'agora survient en fait au moment où Athènes et la Grèce subissent les destructions des guerres médiques (~ 480). Le pays entier se transforme alors en un vaste chantier et l'on reconstruit dans la tradition, tout en tenant compte des nouvelles formules d'urbanisme mises en application sur la côte ionienne, principalement à Milet. Le grand site d'Asie Mineure, qui avait lui-même été ravagé au début du siècle, va en effet se donner un nouvel urbanisme. Hippodamos de Milet, dont le nom est attaché à cette création, imagine et construit une cité à plan orthogonal, à îlots réguliers, où des espaces nombreux sont réservés aux diverses fonctions de la vie publique. Les compositions monumentales d'Hippodamos deviennent rapidement célèbres. L'extrême régularité de ses plans va désormais influencer irrémédiablement les agoras de Grèce propre, qui s'étaient jusqu'alors construites au fur et à mesure des besoins de la cité, sans rigueur absolue : « Dès lors, l'agora n'est plus seulement une notion morale ; elle se matérialise et devient l'élément le plus important de la composition urbaine. » C'est là que réside le grand changement provoqué par les créations milésiennes. L'Agora d'Athènes, par exemple, s'orne d'un grand nombre de portiques qui définissent de plus en plus les limites de la place. Ils lui donnent un rythme qui met en valeur l'espace et les monuments qui l'occupent.

Ainsi, l'agora grecque semble atteindre son apogée au ~ ive siècle, mais cette étape précède de peu celle de la désintégration. Deux causes parallèles provoquent ce phénomène : concurremment à la décadence de la polis dont la notion n'est plus véritablement incarnée par l'agora, le développement économique entraîne la démultiplication des zones commerciales, des entrepôts, déjà mise en vigueur par Hippodamos. Privée de sa véritable raison d'exister, l'agora se coupe progressivement du reste de la ville. La place sera de plus en plus fermée, comme le prouvent les exemples hellénistiques de Pergame, d'Éphèse, de Délos, où l'on a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification

Autres références

«  AGORA  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Conditions sociologiques »  : […] Les cités grecques ont ceci de particulier que, si elles ont connu en des temps reculés la concentration des pouvoirs entre les mains d'un seul homme (de ce type était la royauté mycénienne), elles ont été généralement gouvernées à partir des invasions doriennes par des aristocraties non pas héréditaires, mais électives. Ce pouvoir plural, soumis au contrôle périodique de l'élection, dépouillé de […] Lire la suite

FORUM

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 540 mots
  •  • 2 médias

Place publique de Rome et des villes romaines. Comme la ville grecque, et à la différence des villes orientales, la ville italique possède en son centre une place où les citoyens se réunissent pour traiter d'affaires politiques ou économiques. À Rome, cette place s'établit dès le ~ vii e siècle dans la dépression qui s'étend au nord du Palatin. Comme l'agora grecque, le forum italique n'a, à l'o […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La cité et l'espace »  : […] Des théoriciens ont parfois conçu des cités grecques « sans territoire », et de telles cités ont même pendant un court moment existé, par exemple lorsque les Athéniens, à la veille de Salamine (480 av. J.-C.), évacuèrent Athènes, ou lorsque les mercenaires au service de Cyrus le Jeune (403 av. J.-C.) se constituèrent en cité errante. En fait, toute cité s'inscrit dans un espace qui prend une valeu […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 725 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Colonisation et urbanisation de la Sicile »  : […] Une exploration archéologique permet de définir en traits plus nets la personnalité et le faciès de chacune des cités. On dégagera ensuite les traits généraux de leur évolution et de leur spécificité. On peut distinguer plusieurs groupes et divers moments dans l'histoire des villes grecques de Sicile, suivant les modalités et les buts de la colonisation, compte tenu en outre de l'origine des colo […] Lire la suite

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 024 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La vie politique »  : […] Dans les poèmes homériques, aucune société n'est une simple juxtaposition de familles, à l'exception de celle des Cyclopes, « brutes sans foi ni loi » que le poète décrit en ces termes : « Chez eux, pas d'assemblée qui délibère ni règles coutumières ( thémistes ) ; au sommet des grands monts, au creux de sa caverne, chacun dicte sa loi à ses enfants et femmes, et ils n'ont nul souci les uns des au […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 528 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Pella, nouvelle capitale »  : […] La richesse de ces quelques tombes ne laisse guère de doute sur le caractère exceptionnel du site de l'actuelle Verghina, que les fouilles faites depuis 1977 ont élucidé : c'est la première capitale de la Macédoine, Aighai, qui sera supplantée sous le règne d'Amyntas III (393-370) par Pella, située plus au nord, au bord du golfe profond que comblent peu à peu les alluvions de l'Axios et de l'Hali […] Lire la suite

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 552 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les rues et les places »  : […] Le réseau des rues s'ordonne presque toujours dans les grandes villes autour de grandes artères, se recoupant à angle droit, qui déterminent des quartiers divisés par des transversales étroites, souvent en pente (voire de simples escaliers) parfois couvertes (Éphèse, Rome). Ces grandes voies sont le plus souvent bordées de portiques, suivant un usage qui est attesté pour la première fois à Antioc […] Lire la suite

TYNDARIS

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 378 mots

Située sur une plate-forme qui domine une belle crique au nord-est de la Sicile, Tyndaris a été le centre, dès l'Âge du bronze ancien (~ 1800-~ 1400), d'une civilisation originale qui se développe à côté des deux autres grandes civilisations de cette période en Sicile, celle de la Conca d'Oro à l'ouest et celle de Castelluccio au sud-est et au sud. Elle devait cette importance à sa situation sur l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « AGORA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agora/