Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AGORA

À la fois « forme et esprit », l'agora, généralement située à un carrefour important du réseau urbain, matérialise remarquablement la notion de cité grecque. Elle incarne de façon si évidente cette notion que, dans sa Périégèse (X, iv, 1), Pausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni fontaine ». Dans ses études sur l'agora et le forum, Roland Martin souligne le parallèlisme étroit existant à l'origine entre ces deux formes tant dans leur fonction que dans leur mode de formation : « La place primitive est un point de rencontre politique, religieux, commercial parfois, et aussi topographique, en liaison étroite avec les grands axes de circulation du groupement, quelle qu'en soit la disposition. »

Mais si l'agora et le forum naissent d'une nécessité commune, ils évoluent séparément selon l'histoire des civilisations auxquelles ils appartiennent, pour de nouveau retrouver des analogies et s'influencer mutuellement à l'époque dite hellénistique — et davantage encore à partir de la conquête romaine dans le bassin oriental de la Méditerranée.

Signe essentiel de l'hellénisme, l'agora se rencontre dans tout le monde grec. L'exemple le plus ancien que l'archéologie ait permis d'étudier a été récemment retrouvé en Sicile, à Mégara Hyblaea. La composition, l'orientation des divers monuments de cette place démontrent que, dès la seconde moitié du ~ viie siècle, les Grecs organisaient déjà l'agora selon les principes qui seront appliqués pendant des siècles ; prise dans le réseau urbain, la place publique de Mégara se trouve définie par trois grandes artères qu'elle borde ; deux rues plus étroites y aboutissent également. Elle constitue ainsi le cœur naturel de la cité. L'espace qu'elle occupe a été réservé aux édifices essentiels. Défini par des portiques au nord et à l'est, il n'en reste pas moins largement ouvert et permet un libre accès aux deux temples situés au sud. Malgré le propylon, il n'y a pas de coupure entre le réseau environnant et l'agora.

Durant toute sa formation monumentale, c'est-à-dire jusqu'au ~ ive siècle, l'agora grecque conservera cette caractéristique primordiale : poumon de la cité, elle n'est jamais fermée, étouffée, privée d'échanges avec le reste de la ville. Sur la place se déroulent les principales activités de la vie publique ; ses fonctions sont multiples et évoluent avec les siècles. Elle incarne parfaitement la formation de la polis : à l'origine simple lieu d'assemblée à caractère principalement militaire, elle s'enrichit d'importantes fonctions judiciaires et religieuses bien mises en valeur par Hésiode et Eschyle.

Agora d'Athènes (reconstitution)

Agora d'Athènes (reconstitution)

L'agora, qui au départ pouvait n'être qu'une simple esplanade, va ainsi accueillir tout les grands monuments de la cité. Les fouilles de l'Agora d'Athènes — placée en contrebas de l'Acropole, c'est-à-dire à un endroit particulièrement privilégié — démontrent à quel point la monumentalisation de la place est liée à l'histoire et à la politique d'Athènes. Pisistrate y avait vraisemblablement installé sa résidence. Ses fils donnent à la place la fontaine de l'Enneakrounos et l'autel des Douze Dieux. Puis à la fin du ~ vie siècle, les réformes de Clisthène entraînent un grand programme de travaux : aménagement du tribunal de l'héliée, du bouleutérion (ou salle du Conseil), installation d'un sanctuaire à la Mère des dieux. C'est avec ce monument que les divinités s'implantent définitivement sur l'Agora.

Il est important de remarquer que l'installation des monuments cultuels sur l'Agora d'Athènes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Agora d'Athènes (reconstitution)

Agora d'Athènes (reconstitution)

Autres références

  • ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 11 137 mots
    • 8 médias
    ...fonctions diversifiées et souvent opposées. L'enseignement est celui de la pratique de la parole délibérante et de la décision collective qu'elle fonde. C'est plus qu'un symbole si le centre de la cité grecque est la place publique, l'ἀγορά, où se réunit dans l'Athènes de l'époque classique l'assemblée...
  • FORUM

    • Écrit par Gilbert-Charles PICARD
    • 538 mots
    • 2 médias

    Place publique de Rome et des villes romaines. Comme la ville grecque, et à la différence des villes orientales, la ville italique possède en son centre une place où les citoyens se réunissent pour traiter d'affaires politiques ou économiques. À Rome, cette place s'établit dès le ~...

  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

    • Écrit par François CHÂTELET, Pierre VIDAL-NAQUET
    • 7 734 mots
    • 3 médias
    ...s'opposera au désordre d'Athènes. À Pergame, la géométrie s'adaptera à un relief tourmenté. L'ordre véritable est cependant civique. L' agora, qu'elle demeure sur l'acropole comme à Dréros ou à Lato en Crète, ou qu'elle gagne le pied de la colline comme à Athènes, en est le centre,...
  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

    • Écrit par Roland MARTIN
    • 4 716 mots
    • 7 médias
    ...habitations s'ordonnent de part et d'autre de cette ligne de partage. Les centres religieux et civiques se structurent : les sanctuaires dans la région sud, l' agora au milieu d'un grand quartier nord. Celle-ci a fait l'objet d'une étude approfondie qui nous fait connaître le premier exemple, au milieu du ...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi