ALCMÉONIDES LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Génos (ou clan) athénien qui parvient à l'archontat dès le ~ viie siècle et joue un rôle important dans l'histoire de la cité à l'époque archaïque. Singulière est sa place dans l'aristocratie athénienne : il n'est pas autochtone mais originaire de Pylos ; il ne dessert aucun culte de l'Attique ; il est « sacrilège et criminel » depuis le massacre, dirigé par Mégaclès Ier, des partisans de Cylon (~ 632). Singulier est son comportement politique, fait de recherche d'un prestige panhellénique et d'hostilité à l'aristocratie athénienne. Il est très lié à Delphes : Alcméon Ier commande le contingent athénien lors de la première guerre sacrée (~ 594) et patronne, auprès du sanctuaire, le roi de Lydie qui lui fait de riches présents ; en ~ 514, Clisthène de Sicyone prend en charge la reconstruction du temple. Les victoires du clan aux jeux Olympiques l'emportent par leur nombre sur celles de toutes les autres familles athéniennes. Il a des relations avec Sparte, qu'il représente à Athènes, et avec les Orthagorides : Clisthène de Sicyone marie sa fille (~ 575 ?) à Mégaclès II qui est un Alcméonide. À Athènes, les Alcméonides sont souvent en conflit, au ~ vie siècle, avec la majeure partie de l'aristocratie. Ils soutiennent Solon. Leur faction, pendant la guerre civile, se distingue de la faction (aristocratique ?) dirigée par Lycurgue. Face à la tyrannie, leur attitude fluctuante se traduit par une série de compromis et d'exils. Bannis en ~ 514, ils obtiennent, grâce à la Pythie, l'appui de l'armée spartiate et chassent les Pisistratides. Le chef du clan, Clisthène, fils de Mégaclès II, donc petit-fils de Clisthène de Sicyone, entre en conflit avec Isagoras qui est soutenu par les aristocrates et les Spartiates. Il fait alors « entrer le peuple dans son hétairie » et promulgue une constitution isonomique qui met fin à l'organisation gentilice du corps civique (~ 508/07). De ce fait, les Alcméonides, comme les autres clans, commencent à perdre leur originalité. Ils se signalent encore, au début du ~ ve siècle, par leur rivalité avec les Cimonides et par l'accusation de médisme qui pèse sur eux ; mais, à partir de ~ 490 (le signal des boucliers sur le Pentélique, invitant les ennemis à pénétrer dans Athènes à la fin de la première guerre médique, leur est alors imputé), on ne trouve plus trace des Alcméonides dans l'histoire athénienne.

—  Claudine LEDUC

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALCMÉONIDES LES  » est également traité dans :

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La crise sociale et les tentatives de réforme »  : […] La conséquence la plus directe est le développement d'une richesse mobilière à côté de la richesse foncière des Eupatrides. Les aspirations des nouveaux riches s'opposent à celles des nobles. En même temps les petits paysans sont ruinés par une crise grave, due en particulier à la difficulté qu'ils éprouvent à reconvertir leurs emblavures en vignobles et en olivettes. Obligés d'emprunter aux riche […] Lire la suite

CLISTHÈNE (570 av. J.-C.?-? 508 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Russell MEIGGS
  • , Universalis
  •  • 723 mots

Homme d'État athénien considéré comme le père de la démocratie, né vers 570 av. J.-C., mort vers 508. Clisthène, fils de Mégaclès II, appartient à la famille des Alcméonides. Celle-ci joue un rôle majeur dans la vie publique de la cité depuis le début de l'époque archaïque. Mais elle souffre de la malédiction publique suscitée au siècle précédent par Mégaclès I er , l'arrière-grand-père de Clis […] Lire la suite

PISISTRATE (env. 600-528 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 953 mots

Homme d'État athénien. D'origine noble, parent de Solon, Pisistrate est à la tête d'une expédition contre Mégare à qui il prend Salamine (~ 570 env.). Il se mêle aux luttes politiques qui opposent alors le parti des pédieis (gens de la plaine) à celui des paraloi (côtiers), dirigé par les Alcméonides. Contre eux, il crée la faction des diacrioi (montagnards) qui regroupe ceux que les réformes d […] Lire la suite

SICYONE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 364 mots

Cité péloponnésienne, à l'ouest de Corinthe, qui aurait été fondée par les Argiens, avec lesquels elle conserva des liens étroits au moins jusqu'à l'arrivée au pouvoir des Orthagorides à la fin du ~ vii e siècle. On sait peu de chose du fondateur de la dynastie, Orthagoras, non plus que des conditions dans lesquelles il s'empara de la tyrannie. On connaît mieux, en revanche, l'un de ses successeu […] Lire la suite

TYRANNIE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 6 005 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Pisistratides d'Athènes »  : […] À Athènes, la menace de la tyrannie apparut assez tôt. À une date discutée (entre 636 et 600 av. J.-C.), un jeune aristocrate, Cylon, qui venait de remporter une victoire olympique, tenta de s'emparer de l'Acropole avec l'appui de son beau-père, le tyran de Mégare Théagénès : le coup de force échoua, à cause d'une résistance énergique conduite par la grande famille des Alcméonides. Plus tard, le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claudine LEDUC, « ALCMÉONIDES LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-alcmeonides/