ACROPOLE D'ATHÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Presque toute ville grecque est composée de deux éléments que la configuration du site distingue d'emblée : ville haute et ville basse – celle-ci vouée à l'habitat et aux activités civiles et commerciales ; celle-là, l'acropole, réservée à la défense et aux dieux protecteurs de la cité. Cette dissociation topographique des fonctions, qui ne s'est faite souvent que très lentement, s'observe très tôt dans le cas exceptionnel de l'Acropole par excellence : celle d'Athènes.

L'Acropole préhistorique et mycénienne

Des buttes rocheuses dont le chapelet s'égrène du nord au sud dans l'ample cuvette que circonscrivent l'Hymette, le Pentélique et le Parnès, l'Acropole, avec son plateau artificiellement agrandi de 27 000 mètres carrés qui culmine à 156 mètres, n'est ni la plus haute ni la plus vaste. Sans doute est-ce aux deux sources qui la flanquent, au sud (Asclépieion) et au nord-ouest (Clepsydra), qu'elle dut d'être probablement habitée dès 5000 avant J.-C. environ : bien qu'aucune trace d'occupation de cette époque n'ait pu être recueillie sur le rocher même en raison des aménagements ultérieurs, l'existence d'un habitat du néolithique récent est attestée dans ses parages. Durant le IIe millénaire avant J.-C., marqué par l'installation en Grèce des peuplades indo-européennes qui constitueront sa population jusqu'au terme de l'Antiquité, les traces d'occupation autour de l'Acropole restent d'abord ténues : tessons de l'Helladique ancien (2200-1900) dans les grottes du flanc sud ; puits et tombe de l'Helladique moyen (1900-1600), toujours sur le flanc sud. Mais il faut attendre la civilisation mycénienne (Helladique récent : 1550-1050) pour que l'Acropole entre vraiment dans l'histoire : entre 1250 et 1200 est construite autour du plateau une imposante muraille en appareil cyclopéen, de 3 à 4 mètres d'épaisseur, qui donne au site la configuration qu'il conserverai), sauf du côté sud, où des travaux de terrassement ultérieurs élargiront encore le plateau.

Pré-Parthénon et Parthénon d'Ictinos

Dessin : Pré-Parthénon et Parthénon d'Ictinos

Le Pré-Parthénon inachevé (a) et le patrhénon d'Ictinos (b). D'après J. Travlos, Bidlexikon zur Tpopographie des antiken Athen, V. Ernst Wasmuth, Tübingen, 1971. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Acropole d'Athènes de l'époque préhistorique au IIe siècle

Dessin : Acropole d'Athènes de l'époque préhistorique au IIe siècle

Acropole d'Athènes. I. L'Acropole préhistorique et mycénienne. II. L'Acropole vers 500 avant J.-C. III. L'Acropole au iie siècle après J.-C. V. Ernst Wasmuth, Tübingen, 1971 (d'après J. Travlos, « Bildlexikon zur Topographie des antiken Athen »). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'entrée principale se trouve à l'ouest, du seul côté où le rocher soit aisément accessible, tandis que le flanc sud est agrandi par des terrassements qui accentuent la forte déclivité du terrain ; à l'est et au nord, le rempart mycénien s'établit au-dessus de l'à-pic du rocher dominant la zone où s'établira à l'époque archaïque un nouveau centre politique : l'agora. Qu'abritait cette muraille, sur laquelle se greffait à l'ouest une enceinte basse, dite Pelargicon, comparable à celle de l'acropole de Tirynthe ? L'analogie avec les grands sites mycéniens voudrait que ç'ait été un palais – résidence des rois dont les légendes locales conservaient encore à l'époque classique la mémoire très vivace. C'est le plus valeureux d'entre eux, Thésée, pourfendeur de monstres à l'instar d'Héraclès, qui aurait réuni sous son autorité toutes les bourgades avoisinantes, unifiant ainsi l'Attique au profit d'Athènes. Mais, de ce palais mycénien, absolument rien ne subsiste : tout au plus peut-on considérer comme son accès particulier la rampe coudée qu'on observe encore sur le flanc nord, devant la façade est de l'Érechthéion. Cette disparition radicale est d'autant plus étonnante qu'Athènes semble avoir été moins touchée par la catastrophe de 1200 avant J.-C. que la plupart des grands sites mycéniens. Une preuve indirecte de l'existence de ce palais serait toutefois fournie par les cultes chthoniens qui se perpétueront dans la zone nord du plateau : un arbre sacré dans une cour, une chapelle dont la crypte abrite un serpent sacré ne sont pas impossibles dans un palais mycénien. Vestige plus tangible de cette première phase monumentale, un passage dérobé, aménagé dans une faille naturelle du rocher, sur sa face nord-ouest, permettait d'atteindre un puits situé à 25 mètres sous le niveau du plateau fortifié ; ainsi la citadelle était assurée de ne point manquer d'eau, préoccupation qu'on retrouve dans toutes les forteresses mycéniennes. Enfin, devant la grande entrée ouest, dont le dispositif est impossible à restituer, se dressait, sur un piton rocheux qui deviendra le bastion d'Athéna Nikè, un petit sanctuaire rupestre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Médias de l’article

Pré-Parthénon et Parthénon d'Ictinos

Pré-Parthénon et Parthénon d'Ictinos
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acropole d'Athènes de l'époque préhistorique au IIe siècle

Acropole d'Athènes de l'époque préhistorique au IIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acropole, Athènes

Acropole, Athènes
Crédits : George Grigoriou/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Le Parthénon

Le Parthénon
Crédits : icelight/ flickr ; CC-BY 2.0

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  ACROPOLE D'ATHÈNES  » est également traité dans :

RECONSTRUCTION DE L'ACROPOLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 120 mots

— 447 -— 438 Construction du Parthénon, par Ictinos, pour abriter la statue votive d'Athéna Parthénos par Phidias.— 438-— 432 Construction des Propylées ; réalisation des sculptures des frontons du Parthénon.Entre — 438 et — 432 Phidias, accusé de détournement de fonds, meurt en prison ou s'enfuit.— 432 […] Lire la suite

RECONSTRUCTION DE L'ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

Après la conclusion de la paix avec la Perse en — 448, Périclès engage à Athènes un programme de grands travaux destiné à assurer le plein-emploi, comme la guerre l'avait fait jusque-là. Sur l'Acropole, qui n'était plus qu'un champ de ruines après la bataille de Platées en — 47 […] Lire la suite

ACROPOLE

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 500 mots

Dans le monde grec, l'acropole ( akropolis , « ville haute »), groupement de bâtiments installés sur une éminence, n'apparaît pratiquement qu'à l'époque mycénienne — la Crète ne semble pas avoir systématiquement isolé ses villes sur des hauteurs. On associe généralement l'apparition des acropoles à un climat historique devenu plus incertain : les invasions, les razzias forment l'arrière-plan des r […] Lire la suite

AGORACRITOS DE PAROS (actif dernier tiers Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 211 mots

Sculpteur grec, disciple de Phidias, Agoracritos de Paros est actif durant le dernier tiers du ~ v e siècle. Trois de ses œuvres sont connues par les sources antiques : un groupe en bronze d'Athéna Itonia et d'Hadès à Coronée, en Béotie (Pausanias, Description de la Grèce , IX, xxxiv , 1) ; une statue de culte de Cybèle, Mère des dieux, pour le Métrôon de l'agora d'Athènes (Pline l'Ancien, Histo […] Lire la suite

ALCAMÈNE (actif 2e moitié Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 100 mots

Alcamène est un sculpteur, très probablement athénien, actif surtout à Athènes durant la seconde moitié du ~  v e siècle. Une anecdote recueillie par le compilateur byzantin Tsétzès ( Chiliades , VIII, 340-346) le montre en compétition avec Phidias pour la réalisation d'une statue d'Athéna placée au sommet d'une colonne — et surclassé par celui-ci, qui avait pris en compte les déformations optiqu […] Lire la suite

ANTÉNOR (fin VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 348 mots

Sculpteur athénien, auteur d'un groupe en bronze représentant les « Tyrannoctones », Harmodios et Aristogiton, assassins du tyran Hipparque en ~ 514, et promus héros de la liberté par la démocratie naissante (Pausanias, I, 8, 5). Ce groupe, postérieur à 508 avant J.-C., fut emporté comme butin par Xerxès, le grand roi perse, lorsqu'il occupa Athènes en ~ 480 ; il fut remplacé peu après par un grou […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 987 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'apogée de la religion civique et les premières menaces »  : […] La religion civique est exaltée par les victoires inespérées des guerres médiques qui semblent montrer que les dieux de la cité combattent aux côtés de leurs fidèles. Athéna profite au maximum de la ferveur d'une cité qu'elle patronne : trois temples l'honorent sur l' Acropole, dont le Parthénon où elle s'instaure gardienne du trésor de l'État. Elle protège aussi bien les activités guerrières que […] Lire la suite

CALLICRATÈS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 065 mots
  •  • 3 médias

Callicratès est un architecte athénien à qui revient, selon Plutarque ( Vie de Périclès , XIII, 7), la construction du mur médian du système de remparts unissant Athènes au Pirée (les Longs Murs) et celle du Parthénon , en collaboration avec Ictinos. Des fragments d'inscriptions indiquent qu'il fut aussi l'auteur, sur l'Acropole, d'un mur de soutènement ( Inscriptiones Graecae , 1 er vol., 2 e é […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Le classicisme »  : […] On a l'impression que jusqu'à cette époque aucune doctrine artistique ne s'était imposée ; que des modes, bien sûr, avaient parfois prévalu, mais que jamais, si éminente que fût sa personnalité, aucun maître n'avait dominé ses contemporains. C'est au contraire une sorte d'hégémonie que, pendant une vingtaine d'années, va exercer Phidias. Athénien de naissance, homme de confiance de Périclès, il e […] Lire la suite

MNÉSICLÈS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 204 mots

Architecte athénien, Mnésiclès construisit, de ~ 437 à ~ 432, les Propylées. Cette grandiose porte d'accès à l'Acropole se substitua à une construction datée de l'époque des Pisistratides. Elle est composée d'un porche à cinq passages avec un vestibule dorique à six colonnes sur les deux façades et sur les ailes en retour ; le passage intérieur, plus profond, est divisé en trois allées par deux ra […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-28 septembre 2017 France – Union européenne. Discours sur l'Europe du président Emmanuel Macron.

Le 7, à Athènes, dans un discours prononcé face à l’Acropole, le président Emmanuel Macron, en visite officielle en Grèce, lance un appel à refonder l’Union européenne. Déplorant que celle-ci soit « en guerre civile » depuis une décennie, il exprime « trois espérances : de démocratie, de souveraineté et de confiance », défendant notamment la mise en place d’un budget, d’un responsable exécutif et d’un Parlement de la zone euro. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « ACROPOLE D'ATHÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acropole-d-athenes/