ACROPOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le monde grec, l'acropole (akropolis, « ville haute »), groupement de bâtiments installés sur une éminence, n'apparaît pratiquement qu'à l'époque mycénienne — la Crète ne semble pas avoir systématiquement isolé ses villes sur des hauteurs. On associe généralement l'apparition des acropoles à un climat historique devenu plus incertain : les invasions, les razzias forment l'arrière-plan des récits homériques. Il semble donc qu'à un moment donné, vers le ~ xive ou le ~ xiiie siècle, les populations qui habitaient la Grèce durent, pour des raisons de sécurité, s'organiser différemment en réunissant sur une hauteur les éléments principaux de la vie civique (palais, magasins, temple) et une aire non construite où les paysans du territoire pouvaient venir se réfugier aux instants de danger. Dans de nombreuses cités, ce groupement d'édifices fut alors fortifié ; on citera les acropoles de Tirynthe, Mycènes, Argos, Lerne, Glâ.

L'acropole fortifiée mycénienne se présente comme un îlot, entouré ou non d'eau, occupant une surface réduite, suffisante pour englober le bourg. La situation de ces hauteurs permet aux cités de commander les routes de mer ou de terre. Il s'agit, en fait, de fortifications ponctuelles associées à un pouvoir politique, puissance centralisée qui, à l'origine, ne défendait qu'un palais (avant le ~ xive s.).

À l'époque archaïque, le système d'établissement sur une hauteur, plus facile à défendre, se généralisera dans les nouvelles fondations des colonies : à l'ouest, Sélinonte, Morgantina, Vélia, etc. ; en Grèce propre, les sites de Thasos, de Corinthe, etc. Il s'agit alors d'un promontoire aux fortifications limitées, enfermant les éléments essentiels de la polis.

À partir de la seconde moitié du ~ vie siècle, le rempart conserve sa valeur défensive, mais se pare en plus d'une valeur politique, correspondant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification


Autres références

«  ACROPOLE  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 212 mots
  •  • 10 médias

Presque toute ville grecque est composée de deux éléments que la configuration du site distingue d'emblée : ville haute et ville basse – celle-ci vouée à l'habitat et aux activités civiles et commerciales ; celle-là, l' acropole, réservée à la défense et aux dieux protecteurs de la cité. Cette dissociation topographique des fonctions, qui ne s'est faite souvent que très lentement, s'observe très t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acropole-d-athenes/#i_27124

APOGÉE DE PERGAME

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 241 mots
  •  • 1 média

Simple fortin perché sur un piton rocheux jusqu'à la fin du iv e  siècle, Pergame est encore une petite ville d'Asie Mineure au iii e  siècle. Elle ne devient une ville d'art qu'avec les grandes offrandes sculptées dédiées par son premier roi, Attale I er (— 241-— 197), a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apogee-de-pergame/#i_27124

ÉGÉEN MONDE

  • Écrit par 
  • Olivier PELON
  •  • 11 168 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le palais »  : […] Quelle qu'en soit la cause, la ruine de Knossos marque la fin de la civilisation des palais en Crète. Le continent va maintenant affirmer son originalité. Rien n'est plus différent du palais crétois que le palais mycénien. Sans doute ont-ils des similitudes, dans l'appareil des murs, l'emploi de briques crues ou d'un mélange de pierraille et d'argile renforcé par un bâti de poutres, l'utilisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monde-egeen/#i_27124

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 726 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La cité et l'espace »  : […] Des théoriciens ont parfois conçu des cités grecques « sans territoire », et de telles cités ont même pendant un court moment existé, par exemple lorsque les Athéniens, à la veille de Salamine (480 av. J.-C.), évacuèrent Athènes, ou lorsque les mercenaires au service de Cyrus le Jeune (403 av. J.-C.) se constituèrent en cité errante. En fait, toute cité s'inscrit dans un espace qui prend une valeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-cite-grecque/#i_27124

MYCÈNES

  • Écrit par 
  • Pascal DARCQUE, 
  • Jean-Claude POURSAT
  • , Universalis
  •  • 4 803 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'habitat »  : […] Sur le site, on distingue nettement deux zones habitées : la « ville basse » et l'acropole . Dans l'un et l'autre cas, les constructions datant du Néolithique récent (env. 4000-3000 av. J.-C.) et des premières phases de l'âge du Bronze, dénommées Helladique ancien (env. 3000-2000) et Helladique moyen (env. 2000-1550), n'ont laissé que des traces fugaces. En ce qui concerne la « ville basse », on a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycenes/#i_27124

PERGAME

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • Roland MARTIN
  •  • 2 886 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'urbanisme monumental »  : […] La composition architecturale ne sera jamais aussi étroitement associée à l'urbanisme que dans les réalisations pergaméniennes. Urbanisme conçu pour le prestige du souverain, mais qui ne néglige pas les besoins de la vie publique et privée des citoyens. Marchés, agoras, gymnases se succèdent, en effet, au long de la voie qui vient déboucher sur l'acropole, et le système d'alimentation et de distri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pergame/#i_27124

PERGAME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 164 mots

vii e  siècle avant J.-C. Plus anciennes traces d'occupation sur la colline de l'acropole. — 330-— 320 Fondation du sanctuaire d'Athéna sur l'acropole. — 300-— 250 Remparts sans tours délimitant « la ville de Philétairos » (21 hectares), au sud de l'acropole. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pergame-reperes-chronologiques/#i_27124

RHODES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 3 092 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rhodes unifiée »  : […] Le plan de la nouvelle ville aurait été établi, selon Strabon (XIV, 2, 9), par Hippodamos de Milet – ce qui revient à conférer à ce dernier une longévité peu vraisemblable, même si l'on accepte la date haute de 408 avant J.-C., que propose Diodore de Sicile (XIII, 75) pour la fondation de Rhodes. Toujours est-il qu'elle procède de cet urbanisme rationaliste dont on attribue l'invention à Hippodamo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhodes/#i_27124

SÉLINONTE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 422 mots
  •  • 2 médias

L'un des hauts lieux de l'implantation grecque en Sicile, l'acropole de Sélinonte fut fondée vers le milieu ou dans la seconde moitié du ~ vii e  siècle par les gens de Mégara Hyblaea, trop à l'étroit dans leur plaine côtière et trop enserrés par Syracuse et Léontinoi pour pouvoir se dégager. Le site domine la mer par un plateau allongé du nord au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/selinonte/#i_27124

THÈBES DE BÉOTIE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 2 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le second millénaire »  : […] La Cadmée, acropole autour de laquelle s'est constituée la ville de Thèbes, est occupée depuis la fin du III e millénaire, comme en témoignent les trouvailles de céramique dite Urfiniss. Au début du II e millénaire surviennent les premiers envahisseurs grecs, sans doute des Ioniens, qui ont laissé de la céramique minyenne. V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thebes-de-beotie/#i_27124

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « ACROPOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acropole/