Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZEUS

« Père des dieux et des hommes », Zeus est à la fois, et sans doute dès l'origine, un dieu parmi les autres, avec un cycle légendaire propre, et le dieu par excellence. Hésiode, dans sa Théogonie, nous dit comment le dernier fils de Cronos échappe au dieu dévorant par la ruse de sa mère, qui lui donne une pierre dans des langes ; puis, élevé dans un antre crétois par les Courètes, les Nymphes et la chèvre Amalthée, il triomphe de Cronos, en lui faisant vomir ses frères grâce à la drogue de Métis, et des Titans avec l'aide des Cyclopes et des Hécatonchires. C'est encore avec le foudre, forgée par les Titans, et l'égide, dépouille de sa nourrice Amalthée, qu'il triomphe ensuite des Géants et du monstre Typhon, dernier fils de la Terre. Ses femmes immortelles sont, dit Hésiode, d'abord Métis — « Prudence », « Raison », « Mesure habile » —, qu'il avale pour parer au perpétuel oracle du fils détrônant le père : Zeus accouche par la tête d'Athéna tout armée ; puis Thémis, déesse de la justice, qui lui donne les « Saisons » ou « Heures » — Eirène, « la Paix », Eunomia, « la Bonne Répartition », et Dikè, « le Droit » — et les Moires qui filent les destins. Il eut d'Eurynomè les gracieuses Charites. De sa sœur Déméter, terre-mère des récoltes, il eut Perséphone ; de Mnémosyne, « la Mémoire », les Muses ; de Lèto, Apollon et Artémis ; enfin de sa sœur Héra, sa querelleuse épouse de L'Iliade, Arès, Hébè et Ilythie. Quant à ses femmes mortelles, qui le connurent en pluie, en taureau ou en cygne, elles se comptent à peine et engendrèrent toutes une race de demi-dieux et de héros qui donnèrent leur nom à presque chaque région du monde grec. Zeus, partageant le monde avec ses frères, eut pour lot le ciel, Poséidon, la mer, et Hadès, le monde souterrain : ainsi, c'est Zeus, du haut de l'Olympe, qui fait pleuvoir et qui tonne.

Zeus et Héra - crédits : Encyclopædia Universalis France

Zeus et Héra

Statue de Zeus à Olympie, gravure - crédits : Voyage aux Sept merveilles du monde, Augé de Lassus, 1880

Statue de Zeus à Olympie, gravure

Mais tous ces traits particuliers font précisément de lui le roi des dieux. D'abord, roi des Olympiens — eux-mêmes vainqueurs des Titans, fils nocturnes de la Terre —, qui sont par essence lumineux comme le ciel de Zeus, comme l'air de l'Olympe, que fend l'aigle haut niché. Ils ne sont pas plus forts, mais sages et rusés, comme celui qui s'est incorporé Métis, vivant dans la feinte, triomphant par la drogue, victorieux par une arme techniquement fabriquée, le foudre qui rabat les rocs sur Typhon. L'époux de Justice, le père de Droit et des Destinées, remplit la première des trois fonctions dans la tripartition indo-européenne : celle du pouvoir magique et juridique, du père-roi qui instaure et maintient toute société divine et humaine. Ainsi, puisant dans les jarres à la porte de son palais (Homère, L'Iliade, XXIV, 527 sqq.), Zeus — nom dont la déclinaison aberrante dit à la fois la vie (« zên ») et l'intermédiaire par excellence (« dia » : « à travers »), l'air même qu'on respire (cf. Eschyle, Suppliantes) — peut-il se confondre avec le destin lui-même et, plus tard, comme dieu unique, avec la loi cosmique universelle (cf. Cléanthe, Hymne à Zeus).

— Barbara CASSIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Barbara CASSIN. ZEUS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Zeus et Héra - crédits : Encyclopædia Universalis France

Zeus et Héra

Statue de Zeus à Olympie, gravure - crédits : Voyage aux Sept merveilles du monde, Augé de Lassus, 1880

Statue de Zeus à Olympie, gravure

Autres références

  • AMALTHÉE

    • Écrit par
    • 115 mots

    Dans la mythologie grecque et, à l'origine, dans la mythologie crétoise, Amalthée est la mère nourricière de Zeus. On la représente tantôt sous la forme d'une chèvre qui allaite le dieu enfant dans une grotte de Crète, tantôt, et le plus fréquemment, sous les traits d'une nymphe qui lui...

  • APOLLON, mythologie grecque

    • Écrit par
    • 798 mots
    • 1 média

    Expression la plus haute et la plus achevée de ce que fut le génie grec, Apollon apparaît, avant même la période classique, comme un dieu proprement hellène. En lui, toute trace d'une origine asiatique, si sensible chez d'autres divinités, Dionysos notamment, a été estompée, et ce dès avant les...

  • ATHÉNA

    • Écrit par
    • 728 mots
    • 2 médias

    Le mythe de la naissance d'Athéna fait partie du récit de la conquête de la souveraineté par Zeus : après avoir épousé en premières noces la déesse Métis, maître en toutes sagesses et en tous savoirs, le fils de Kronos l'engloutit afin de posséder en lui toute l'intelligence...

  • DODONE

    • Écrit par
    • 216 mots

    Sur la croupe du mont Tomaros, en Épire, Dodone, « la venteuse », est le plus ancien et le plus célèbre oracle de Zeus. Y pousse un bois de chênes, et Zeus y répond aux mortels, « prodige incroyable », par ces « chênes parlants » (Eschyle, Prométhée, v. 832) ou par l'un d'entre...

  • Afficher les 21 références