PISISTRATE (env. 600-528 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État athénien. D'origine noble, parent de Solon, Pisistrate est à la tête d'une expédition contre Mégare à qui il prend Salamine (~ 570 env.). Il se mêle aux luttes politiques qui opposent alors le parti des pédieis (gens de la plaine) à celui des paraloi (côtiers), dirigé par les Alcméonides. Contre eux, il crée la faction des diacrioi (montagnards) qui regroupe ceux que les réformes de Solon n'avaient pas satisfaits. Son éloquence et sa séduction subjuguent l'Assemblée malgré les avertissements de Solon. Un attentat simulé lui vaut une garde du corps avec laquelle il s'empare de l'Acropole et s'érige en tyran (~ 561/60).

Ses ennemis n'avaient pas désarmé. Coalisés, ils le renversent quelques mois plus tard. De nouvelles divisions entre eux lui permettent, à la faveur d'une alliance avec les Alcméonides, de se rétablir bientôt. Une offense personnelle le brouille avec leur chef, Mégaclès, et il doit encore une fois s'exiler (~ 556 env.). Il se réfugie en Thrace où l'exploitation des mines du mont Pangée lui fournit les moyens de recruter une armée de mercenaires. Fort, en outre, de soutiens étrangers, il débarque, en ~ 546/45 sans doute, près de Marathon, disperse ses adversaires en un seul combat et ressaisit définitivement le pouvoir.

Comme tous les tyrans, Pisistrate est un ennemi de l'aristocratie. Sans l'anéantir, il prétend lui enlever la haute main sur l'État, dont il veut renforcer la cohésion et assurer la prospérité. Son caractère lui fait préférer les moyens pacifiques à la violence. S'il exile bon nombre de ses adversaires, il les laisse rentrer s'ils viennent à composition. Il les appelle même aux plus hautes fonctions : ainsi, le futur législateur Clisthène, chef des Alcméonides, devient archonte. Il se débarrasse des opposants en les aidant à s'établir hors d'Athènes. Mais il détruit le fondement de la prépondérance nobiliaire dans la cité : en créant les juges des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification


Autres références

«  PISISTRATE (env. 600-528 av. J.-C.)  » est également traité dans :

TYRANNIE DE PISISTRATE ET DE SES FILS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

Pisistrate dut s'y reprendre à trois fois à partir de — 560 pour installer à Athènes un pouvoir personnel durable (544-528) ; quant à ses fils Hipparque (528-514) et Hippias (514-510), ils auront à cœur de prolonger le « despotisme éclairé » de leur père. Pisistrate s'appuie d'abord sur les petits paysans au détrime […] Lire la suite

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 212 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Acropole géométrique et archaïque »  : […] On ignore comment cette Acropole mycénienne, capitale d'une petite principauté, périclita entre 1200 et 1000. À en juger par les tombes submycéniennes et protogéométriques trouvées entre l'Aréopage et l'Éridanos, il n'y a pas eu solution de continuité à Athènes : le site n'a pas cessé d'être habité, mais la royauté centralisatrice a dû disparaître, et avec elle les bâtiments de l'Acropole qui la s […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'essor du vie siècle »  : […] Ces réformes sont insuffisantes à satisfaire les extrêmes et Solon préfère s'exiler. Athènes voit la constitution de trois factions (on n'ose encore parler de partis) groupant les grands propriétaires de la plaine, les gens de la côte, les petits paysans de la montagne. Le chef de cette dernière, Pisistrate, s'appuie sur le peuple pour s'emparer du pouvoir et, chassé deux fois, parvient à reveni […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Religion et contradiction sociale »  : […] La société issue des migrations doriennes fait moins de place à la femme. Il en est de même du panthéon, comme on le voit bien avec Homère où il prend la forme d'une société patriarcale. Dans plusieurs sanctuaires, les déesses sont dépossédées par les dieux : non seulement, à Délos et à Delphes, au profit d'Apollon, mais aussi, à Dodone et à Olympie, en faveur de Zeus, l'un des grands triomphateur […] Lire la suite

TYRANNIE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 6 005 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Pisistratides d'Athènes »  : […] À Athènes, la menace de la tyrannie apparut assez tôt. À une date discutée (entre 636 et 600 av. J.-C.), un jeune aristocrate, Cylon, qui venait de remporter une victoire olympique, tenta de s'emparer de l'Acropole avec l'appui de son beau-père, le tyran de Mégare Théagénès : le coup de force échoua, à cause d'une résistance énergique conduite par la grande famille des Alcméonides. Plus tard, le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELORME, « PISISTRATE (env. 600-528 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pisistrate/