Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PISISTRATE (env. 600-528 av. J.-C.)

Homme d'État athénien. D'origine noble, parent de Solon, Pisistrate est à la tête d'une expédition contre Mégare à qui il prend Salamine (~ 570 env.). Il se mêle aux luttes politiques qui opposent alors le parti des pédieis (gens de la plaine) à celui des paraloi (côtiers), dirigé par les Alcméonides. Contre eux, il crée la faction des diacrioi (montagnards) qui regroupe ceux que les réformes de Solon n'avaient pas satisfaits. Son éloquence et sa séduction subjuguent l'Assemblée malgré les avertissements de Solon. Un attentat simulé lui vaut une garde du corps avec laquelle il s'empare de l'Acropole et s'érige en tyran (~ 561/60).

Ses ennemis n'avaient pas désarmé. Coalisés, ils le renversent quelques mois plus tard. De nouvelles divisions entre eux lui permettent, à la faveur d'une alliance avec les Alcméonides, de se rétablir bientôt. Une offense personnelle le brouille avec leur chef, Mégaclès, et il doit encore une fois s'exiler (~ 556 env.). Il se réfugie en Thrace où l'exploitation des mines du mont Pangée lui fournit les moyens de recruter une armée de mercenaires. Fort, en outre, de soutiens étrangers, il débarque, en ~ 546/45 sans doute, près de Marathon, disperse ses adversaires en un seul combat et ressaisit définitivement le pouvoir.

Comme tous les tyrans, Pisistrate est un ennemi de l'aristocratie. Sans l'anéantir, il prétend lui enlever la haute main sur l'État, dont il veut renforcer la cohésion et assurer la prospérité. Son caractère lui fait préférer les moyens pacifiques à la violence. S'il exile bon nombre de ses adversaires, il les laisse rentrer s'ils viennent à composition. Il les appelle même aux plus hautes fonctions : ainsi, le futur législateur Clisthène, chef des Alcméonides, devient archonte. Il se débarrasse des opposants en les aidant à s'établir hors d'Athènes. Mais il détruit le fondement de la prépondérance nobiliaire dans la cité : en créant les juges des dèmes, il soustrait les paysans à l'influence des grandes familles en tant qu'arbitres des querelles de village ; en favorisant les cultes nationaux et populaires, il ruine leur prestige religieux. À l'égard du peuple, il feint de laisser la Constitution de Solon fonctionner normalement, mais il remplit les magistratures de ses créatures. Sous des apparences constitutionnelles, son pouvoir est absolu ; cependant il l'exerce pour faire régner la paix et la prospérité.

Solon n'avait pas complètement résolu la question agraire, faute d'avoir pourvu de terres tous les paysans. Pisistrate leur distribue les biens confisqués à ses adversaires ; il crée une sorte de crédit agricole, alimenté sans doute par la dîme qu'il prélève sur les cultures, leur permettant d'améliorer leurs exploitations où les cultures arbustives, l'olivier surtout, remplacent les céréales peu rémunératrices. Les autres ruraux sans ressources trouvent à s'employer en ville où de grands travaux sont entrepris. En outre, les efforts de Solon pour diversifier l'économie commencent à porter leurs fruits : la céramique athénienne l'emporte sur tous les marchés et ses ateliers ont besoin de main-d'œuvre. Moteurs de la prospérité, ceux-ci entraînent l'essor de tous les autres corps de métier.

L'équilibre social rétabli, Pisistrate s'efforce d'éveiller le sentiment national. Les temples qu'il fait construire flattent l'orgueil civique en même temps qu'ils fournissent du travail aux chômeurs. Ils ne sont d'ailleurs que le cadre d'une politique religieuse qui vise à exalter la cité et son unité. Aux dépens des cultes locaux inféodés à l'aristocratie, il favorise les divinités nationales et populaires : Athéna, qui devient vraiment grâce à lui la déesse de tous les Athéniens ; Dionysos, dieu de la vigne et des paysans, Démèter[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification

Pour citer cet article

Jean DELORME. PISISTRATE (env. 600-528 av. J.-C.) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • TYRANNIE DE PISISTRATE ET DE SES FILS

    • Écrit par
    • 219 mots
    • 1 média

    Pisistrate dut s'y reprendre à trois fois à partir de — 560 pour installer à Athènes un pouvoir personnel durable (544-528) ; quant à ses fils Hipparque (528-514) et Hippias (514-510), ils auront à cœur de prolonger le « despotisme éclairé » de leur père. Pisistrate s'appuie d'abord...

  • ACROPOLE D'ATHÈNES

    • Écrit par
    • 8 215 mots
    • 9 médias
    Durant la tyrannie de Pisistrate et de ses fils (560-510), l'Acropole redevint le siège du pouvoir politique : le tyran y résidait sous la protection de sa garde personnelle. Comme dans bien d'autres cités au vie siècle, la tyrannie ne fut pas à Athènes une période d'oppression farouche,...
  • ATHÈNES

    • Écrit par et
    • 16 998 mots
    • 10 médias
    ...encore parler de partis) groupant les grands propriétaires de la plaine, les gens de la côte, les petits paysans de la montagne. Le chef de cette dernière, Pisistrate, s'appuie sur le peuple pour s'emparer du pouvoir et, chassé deux fois, parvient à revenir deux fois, par la ruse, puis par la force. Il prend...
  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

    • Écrit par et
    • 20 084 mots
    • 8 médias
    ...ennemi mortel, Mélanippe, et le dieu Dionysos qui se voit attribuer des « chœurs tragiques » précédemment célébrés en l'honneur d'Adraste. À Athènes, Pisistrate se préoccupe des cultes chthoniens négligés par l'État aristocratique : il institue les grandes dionysies, qui cristallisent vite...
  • TYRANNIE, Grèce antique

    • Écrit par
    • 5 998 mots
    • 5 médias
    ...», dirigée par Lycurgue, de la grande famille des Étéoboutades, et celle des « gens de la côte », commandée par l'Alcméonide Mégaclès. Pisistrate, qui disposait déjà d'appuis dans la région orientale de l'Attique et s'était acquis un grand prestige en conduisant des opérations...