Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ASTRONOMIE

De tout temps, l'homme a été attiré par la voûte céleste. Il y a des milliers d'années, l'observation des astres lui servait seulement à marquer des étapes dans le déroulement du temps. L'alternance des jours et des nuits, les phases de la Lune et les changements dans la position des planètes retinrent immédiatement son attention. Mais il eut tôt fait de remarquer également que le mouvement du Soleil parmi les étoiles marquait le retour des saisons, ce qui était d'une importance capitale pour les peuples agricoles. Les premières découvertes incitèrent à rechercher la cause première des phénomènes. Cela conduisit à effectuer les premières mesures précises de la position des astres. L'étude du ciel se transforma ainsi au cours du temps en une véritable science : l’astronomie.

L'homme attribua pendant longtemps aux astres une action surnaturelle sur son existence même : la position des planètes dans le ciel ou du Soleil le long du zodiaque ou encore la phase de la Lune en cours lors de la naissance d’un enfant devaient marquer sa destinée. De là apparut l'astrologie. Malgré ses bases irrationnelles et « antiscientifiques », l'astronomie lui doit beaucoup, en ce qu'elle suscita chez l'homme un intérêt considérable envers les astres. Jusqu'au xviie siècle, tous les grands astronomes seront, peu ou prou, des astrologues.

L'astronomie est une science d'observation, et non une science expérimentale comme la physique ou la chimie. L'astronome ne peut pas agir sur le milieu qu'il étudie, mais doit se contenter de l'observer de l'extérieur. Cela explique que les progrès de l'astronomie, plus que ceux d'aucune autre science, soient liés au développement des instruments d'observation. Le premier problème que se posèrent les astronomes fut d'expliquer les mouvements des astres sur la sphère céleste. Mais, avant d'interpréter ces mouvements, il fut nécessaire d'accumuler patiemment un nombre considérable d'observations, étendues souvent sur plusieurs siècles. N'est-ce pas ce travail laborieux, précis et en apparence inutile qui permit à Hipparque, dès le iie siècle avant notre ère, de découvrir le lent mouvement de l’axe de la Terre (qui produit la précession des équinoxes), en comparant de nombreuses observations réalisées depuis des années ?

Cette continuité des observations est l'un des traits particuliers de l'astronomie, science pour laquelle l'échelle des temps est souvent longue en comparaison de la durée de la vie humaine, et même de celle des civilisations. Aucune observation n'est jamais périmée en astronomie : en dépit de leur manque de précision par rapport aux observations actuelles, on recourt encore de nos jours aux descriptions des anciens astronomes.

Le désir de vérifier les résultats de la mécanique céleste – dont le principal objectif est de décrire le mouvement d'objets astronomiques tels que les étoiles et les planètes à l'aide de théories physiques et mathématiques – conduisit les astronomes à améliorer leurs instruments d'observation. En retour, les progrès de la mécanique céleste allaient mettre en évidence des failles dans la mécanique classique de Newton, d'où devait naître la théorie de la relativité générale d'Einstein.

Jusqu'au début du xixe siècle, l'astronomie s'est presque exclusivement attachée à l'étude des mouvements des astres et, dans la dernière période, à la cause de ces mouvements, mais elle ne se préoccupait guère de la nature de ces astres. Lorsque les progrès de la physique ont permis d'envisager l'étude à distance des propriétés des étoiles, puis des autres objets de l'astronomie, l'astrophysique (appelée au début astronomie physique) est née. Elle a suivi pendant quelques décennies une évolution indépendante[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

James LEQUEUX. ASTRONOMIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 24/11/2023

Médias

Système du monde selon Anaximandre - crédits : Observatoire de Paris

Système du monde selon Anaximandre

Système du Monde selon Eudoxe de Cnide - crédits : Encyclopædia Universalis France

Système du Monde selon Eudoxe de Cnide

Systèmes du Monde selon Ptolémée et Copernic - crédits : Encyclopædia Universalis France

Systèmes du Monde selon Ptolémée et Copernic

Autres références

  • ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

    • Écrit par
    • 2 129 mots
    • 5 médias

    Le 13 mars 2013, au cœur du désert d'Atacama, le radiotélescope A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) a été inauguré, en présence de Sebastián Piñera, président de la République du Chili, et des représentants des trois grandes organisations astronomiques – issues...

  • ANTARES, télescope sous-marin à neutrinos

    • Écrit par
    • 308 mots

    Antares, premier télescope sous-marin à neutrinos, est installé au large de La Seyne-sur-Mer (Var). Depuis juin 2008, les 12 lignes de détection d'Antares scrutent par 2 500 mètres de fond le passage de neutrinos d'origine cosmique.

    Couvrant une surface de 10 hectares, ce détecteur...

  • ASTÉROÏDES

    • Écrit par , et
    • 10 700 mots
    • 13 médias

    Parmi les objets du système solaire dont les orbites ont été déterminées avec précision, la population des astéroïdes est de loin la plus nombreuse : plusieurs centaines de milliers, les découvertes se faisant au rythme de plusieurs milliers par an. À titre indicatif, les éphémérides publiées par...

  • ASTRE ou OBJET CÉLESTE

    • Écrit par
    • 1 244 mots

    Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes[asteres],...

  • Afficher les 116 références