NON-VIOLENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La non-violence peut être définie comme une doctrine de l'action collective qui préconise de ne pas recourir à la violence pour résoudre les conflits. Souvent confondue avec le pacifisme ou la résistance passive, la non-violence repose en réalité sur un rapport de forces, à travers la mise en œuvre de moyens de pression de nature politique, économique ou culturelle.

Le mot apparaît en français en 1920, en référence au combat de Mohandas Gandhi (1869-1948) pour la libération de l'Inde. Le nom même de Gandhi symbolise la non-violence au xxe siècle avec celui de Martin Luther King (1929-1968), leader du mouvement des droits civiques des Noirs américains. Mais l'histoire offre – avant et après Gandhi – d'autres exemples importants de résistance sans armes, formes diverses de résistance civile qui se sont développées en dehors de toute référence explicite à une doctrine de non-violence ; par exemple, les mouvements d'opposition dans l'ancien bloc communiste qui ont contribué à l'ouverture du Mur de Berlin en 1989.

Force des faibles, le succès d'un mouvement non violent surprend souvent l'observateur, eu égard aux moyens répressifs de l'adversaire. Cette conception de l'action obéit pourtant à certains principes stratégiques qui permettent de mieux en comprendre les réussites ou les échecs. Elle possède aussi d'évidentes limites face au génocide et à la guerre. De la diversité des pratiques non violentes se dégage une conception originale de la gestion du conflit, dont on peut tirer des enseignements pour une éducation à la non-violence.

Non-violence, action non violente et résistance civile

Sur le plan philosophique et éthique, la non-violence se présente comme une utopie créatrice, qui appelle tout à la fois une manière d'être avec l'autre et une manière d'agir dans le conflit, qui se fonde sur le respect de la personne. Cette utopie créatrice repose sur deux principes fondamentaux et indissociables :

– le refus de la violence, que Gandhi rattache pour sa part à la notion d'ahimsa, terme sanscrit composé du préfixe privatif a et d'un dérivé de la racine han, « nuire, faire du mal ». C'est probablement de ce terme que naît le mot « non-violence » en anglais puis en français au début des années 1920 ;

Dernier hommage à Gandhi, 1948

Photographie : Dernier hommage à Gandhi, 1948

La foule rend un dernier hommage à Gandhi, leader nationaliste, chef spirituel surnommé le Mahatma (la Grande Âme) et apôtre de la non-violence. Son corps est exposé dans sa maison de Delhi, après son assassinat le 30 janvier 1948. 

Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

– la recherche d'une manière d'agir permettant de lutter sans violence contre la violence, dont Gandhi a voulu exprimer la nouveauté en forgeant le terme de satyagraha, « force de la vérité ».

Aussi le mot « non-violence » suscite-t-il de fréquents malentendus. Car si sa structure sémantique exprime clairement la première dimension (refus de la violence), elle n'évoque nullement la seconde (une manière d'agir). Or, si Gandhi a marqué l'histoire du xxe siècle, ce n'est pas pour avoir professé une doctrine condamnant la violence. Bien d'autres avant et après lui ont avancé des arguments ou théories dans le même sens, que ce soit pour des raisons religieuses, philosophiques ou purement tactiques. L'originalité du combat gandhien réside davantage dans son pragmatisme étonnant, dans ce qu'on peut appeler son idéalisme pratique, c'est-à-dire dans cette volonté d'expérimenter des méthodes de résistance sans violence.

Pour le politologue américain Gene Sharp, des expressions comme « action non violente », ou « combat non violent » permettent de lever l'ambiguïté précédente. En effet, les termes d'action ou de combat expriment un mouvement, une dynamique, tandis que l'adjectif « non violent » suggère une restriction. « Action non violente » renvoie ainsi à l'idée de la mise en œuvre d'une énergie collective qui, tout en se développant, cherche à se contenir, à se réfréner.

La notion plus large de « résistance civile » est utilisée pour désigner les formes variées de luttes sans armes, lorsque les acteurs ignorent, voire récusent, le mot même de « non-violence ». On emploie aussi à cet effet la notion de « résistance passive ». Mais cette expression semble impropre à de nombreux auteurs. Comment en effet qualifier de « passives » des actions dans lesquelles leurs initiateurs prennent parfois des risques considérables, tels que la tenue d'une manifestation publiqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Dernier hommage à Gandhi, 1948

Dernier hommage à Gandhi, 1948
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Nehru et Gandhi, 1946

Nehru et Gandhi, 1946
Crédits : Central Press/ Getty Images

photographie

Tolstoï

Tolstoï
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Andreï Sakharov

Andreï Sakharov
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NON-VIOLENCE  » est également traité dans :

AHIṂSĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 469 mots

Le mot sanskrit ahiṃsā , qui désigne, dans les religions de l'Inde, la non-violence (ou la non-nuisance) et même l'absence de toute intention de nuire, est composé du préfixe privatif a et de HIṂS, forme désidérative abrégée de la racine HAN (« frapper », « blesser », « tuer »). Ce terme est ancien ; il apparaît dans l'une des plus anciennes Upaniṣad — la Chāndogya upaniṣad (III, 17, 4), qui da […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une radicalisation de la jeunesse »  : […] La plupart des manifestants américains, ceux de Seattle et de Washington, avaient moins de vingt-cinq ans. Ce fut la même chose à Prague, en Europe. Ces manifestants, pour beaucoup des étudiants, ne sont pas membres, dans leur grande majorité, de partis politiques ni même d'organisations à caractère national. Aux États-Unis, leur engagement a souvent commencé avec les campagnes clean clothes , le […] Lire la suite

BHAVE VINOBA (1895-1982)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 703 mots

Héritier spirituel de Gandhi, Vinoba Bhave est, après celui-ci, le plus connu des apôtres de la non-violence en Inde ; il sut, tout en restant fidèle à la pensée du Mahatma, la mener plus loin. Vinoba s'est surtout attaché à faire progresser la pensée gandhienne dans le domaine de l'économie, en se consacrant au problème agraire. Alors que Gandhi avait lutté pour l'indépendance du pays ( svaraj ), […] Lire la suite

CAMARA HELDER PESSOA (1909-1999)

  • Écrit par 
  • Rubens RICUPERO
  •  • 889 mots

Peter Hebblethwaite, biographe des grands pontifes du xx e  siècle, disait que Jean XXIII avait été le premier pape « chrétien » (au sens évangélique) tandis que Paul VI aurait été le premier pape moderne. Helder Câmara, ou dom Helder, comme il était généralement nommé, a été moderne et chrétien en même temps. Il est devenu le symbole même du renouveau social du catholicisme brésilien et latino-a […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intérêt général, même au pr […] Lire la suite

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « René Dumont et les années Lalonde (1974-1981) »  : […] En 1974, beaucoup pensent que Charles Piaget, le populaire leader autogestionnaire de Lip, peut fédérer électeurs de gauche, d'extrême gauche et écologistes. Mais la C.F.D.T., alignée alors sur le P.S., l'en empêche. La route est libre pour le président d'honneur des Amis de la Terre, René Dumont. Passé d'une vision productiviste de l'agriculture à une conception tiers-mondiste, il se définit co […] Lire la suite

GANDHI MOHANDAS KARAMCHAND (1869-1948)

  • Écrit par 
  • René HABACHI, 
  • Joël KERMAREC
  •  • 3 084 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Doctrine et mode d'action »  : […] Les bases doctrinales de son action sont à la fois religieuses, économiques et politiques. Il fut influencé par un certain nombre d'ouvrages, en particulier par la Bible (surtout le sermon sur la montagne) ; la Bhagavad-Gītā (« chant du Bienheureux », poème épique hindou écrit vers le iii e siècle avant notre ère), qu'il appelait son dictionnaire spirituel et qui fut pour lui une source permanen […] Lire la suite

GEORGE SUSAN (1934- )

  • Écrit par 
  • Marie-Paule NOUGARET
  •  • 993 mots

C'est à Seattle, ville opulente du nord-ouest des États-Unis, siège des firmes Boeing et Microsoft, que le Tiers Monde, en 1999, a relevé la tête : ses délégués ont refusé de signer la déclaration sur mesure de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour avoir vu les étudiants et syndicats américains, écologistes, artistes et petits paysans du monde, tous unis dans la rue, dans Seattle bloquée […] Lire la suite

HESSEL STÉPHANE (1917-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Diplomate et personnalité éminente de la Résistance et de la gauche françaises, Stéphane Hessel naît le 20 octobre 1917, à Berlin. Ses parents, Helen Grund et Franz Hessel, tous deux allemands, bourgeois bohêmes proches du milieu artistique et intellectuel parisien d’avant la Première Guerre mondiale, ont accepté la liberté dans leur amour. À l’âge de sept ans, Stéphane Hessel quitte l’Allemagne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biologie, chirurgie, pharmacie »  : […] La dualité de l'âme et du corps, qui est une notion si familière aux Occidentaux qu'elle leur paraît aller de soi, est aussi présente à l'esprit des savants indiens, mais elle ne leur est pas aussi évidente et s'efface le plus souvent devant un schème beaucoup plus fondamental dans la pensée collective et partout présent dans les textes sanskrits : la triade ou division de la personne humaine en […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 janvier 2022 France. Condamnation d'Éric Zemmour pour « provocation à la haine et à la violence ».

Il a déclaré vouloir abolir, en cas de victoire électorale, les dispositions de la loi Pleven de juillet 1972, incorporées à la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui répriment la provocation « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». […] Lire la suite

9-31 juillet 2021 France. Obligation vaccinale pour certains personnels.

Les jours suivants, d’autres centres de vaccination sont la cible d’actes de violence. Le 24, les manifestations rassembleront cent soixante mille personnes et le 31, deux cent quatre mille. Le 19, le Conseil des ministres adopte le projet de loi instaurant les nouvelles restrictions sanitaires. Le 21, le Conseil de défense sanitaire présidé par le chef de l’État exclut d’imposer des restrictions locales supplémentaires. […] Lire la suite

14-21 janvier 2020 Liban. Reprise de la contestation et nomination du gouvernement.

Le 21, Hassan Diab présente un gouvernement resserré de vingt membres, « non partisan », qui mêle experts et professionnels de la politique. Les contestataires dénoncent un « cabinet de conseillers » qui reproduit selon eux les clivages confessionnels et politiques traditionnels. […] Lire la suite

17-20 juin 2019 Belgique. Inculpation du fondateur de l'association Schild & Vrienden.

Le 20, le député le plus âgé, Patrick Dewael (Libéraux et démocrates flamands), préside la séance d’installation de la nouvelle Chambre depuis son banc et non à la tribune. Cela évite de faire également monter à la tribune pour l’assister, comme le prévoit le règlement de la Chambre, les deux plus jeunes élus, l’un d’eux étant Dries Van Langenhove. […] Lire la suite

16 août 2018 France. Non-lieu définitif en faveur de Gérald Darmanin.

Encore faut-il que le mis en cause ait eu conscience d’imposer un acte sexuel par violence, menace, contrainte ou surprise. » Une autre plainte pour abus de faiblesse avait été déposée en février contre Gérald Darmanin par une femme qui l’accusait de lui avoir demandé des faveurs sexuelles en échange d’un logement, lorsque celui-ci était maire de Tourcoing (Nord). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques SEMELIN, « NON-VIOLENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/non-violence/