SENSIBILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Système nerveux primitif

Système nerveux primitif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Objectivisme et fonctionnalisme

Objectivisme et fonctionnalisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Stimulation sensorielle ; réponse de l'organisme

Stimulation sensorielle ; réponse de l'organisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dispositifs transducteurs-codeurs

Dispositifs transducteurs-codeurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Tout organisme vivant, unicellulaire ou pluricellulaire, est engagé dans une succession d'interactions avec son milieu. Ces interactions sont de deux types : d'une part, des échanges qui concernent l'énergie sous des formes diverses (chimique, électromagnétique, thermique, mécanique...) et dont on peut faire le bilan thermodynamique, et, d'autre part, des processus dans lesquels l'énergie fournie par le milieu joue uniquement un rôle de déclencheur et provoque, de la part de l'organisme, des dépenses qui sont prises en compte dans le bilan des échanges énergétiques. C'est ce second type d'interaction avec le milieu qui témoigne de ce que les auteurs classiques ont appelé l'irritabilité. Claude Bernard la définit comme « la propriété de réagir d'une certaine manière sous l'influence des excitants extérieurs ».

On passe de cette irritabilité diffuse, non sélective, à la sensibilité, à mesure que se différencient des récepteurs spécialisés et que, parallèlement, se développe la possibilité de réponses plus variées. Une des conditions de maintien d'une espèce étant l'adaptation de ses réponses aux variations du milieu, il s'ensuit que les organismes qui ont survécu et que l'on peut observer aujourd'hui sont ceux qui possèdent la possibilité de détecter, dans leur milieu, les stimuli capables de commander les réponses opportunes.

On envisagera d'abord l'aspect biologique du phénomène de sensibilité et l'on tentera de faire l'inventaire – jamais achevé – des propriétés du milieu qui peuvent déclencher les processus sensoriels ; ensuite, on analysera les mécanismes physiologiques mis en jeu, en considérant essentiellement les étapes périphériques, car les mécanismes d'intégration centrale relèvent plus du domaine de la perception que de celui de la sensation.

La sensibilité dans le monde animal

La différenciation des récepteurs et l'apparition du système nerveux

Chez les Protistes du groupe des Amibes, on est plus près de l'irritabilité qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  SENSIBILITÉ  » est également traité dans :

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Nous disons que nous entendons un son lorsque des vibrations de l'air ambiant, atteignant notre tympan, le mettent en mouvement dans des conditions d'amplitude et de fréquence telles que cette stimulation mécanique, qui est transmise par l' oreille moyenne à l'oreille interne , y provoque un phénomène bio-électrique. Commence alors le traitement de l'information contenue dans ce phénomène, traitem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_2264

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

La psycho-acoustique, branche de la psychophysique, a pour objet l'étude expérimentale des relations quantitatives entre les stimulus acoustiques mesurables physiquement et les réponses de l'ensemble du système auditif : sensations et perceptions auditives. Après avoir établi ces relations, le psycho-acousticien recherche dans le fonctionnement du système neurosensoriel de l'audition des mécanis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-psycho-acoustique/#i_2264

BULBE RACHIDIEN

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 093 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fonctions »  : […] Par sa complexité structurale, le bulbe présente des fonctions multiples. On peut, d'abord, indiquer son rôle de lieu de passage et de relais pour certaines grandes voies des sensibilités tactile, thermoalgésique, kinesthésique et proprioceptive inconsciente. De même, nous avons vu qu'il contient la décussation des fibres motrices pyramidales et que de nombreux faisceaux moteurs extrapyramidaux le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulbe-rachidien/#i_2264

CANAL CARPIEN SYNDROME DU

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 363 mots

Le canal carpien est un défilé fibro-osseux situé entre la paume de la main et le poignet ; il est limité en arrière par le carpe et en avant par le ligament annulaire. Dans ce canal inextensible vont vers la main les tendons fléchisseurs et leur gaine, entourant le nerf médian qui véhicule la sensibilité cutanée des trois premiers doigts, d'une partie du quatrième, jamais du cinquième. On appelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-du-canal-carpien/#i_2264

CONCEPTUALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph VIDAL-ROSSET
  •  • 1 327 mots

Le terme « conceptualisme » s'emploie en deux sens qui ne sont pas compatibles. Dans l'acception la plus largement répandue, on entend par conceptualisme l'ensemble des systèmes philosophiques qui considèrent les Idées (ou Formes) comme immanentes aux choses sensibles, alors que le réalisme platonicien les affirme transcendantes à celles-ci. Appelons cette forme de conceptualisme « conceptualisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conceptualisme-philosophie/#i_2264

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fibres afférentes »  : […] Les messages nociceptifs sont acheminés en direction des centres nerveux (afférence) par des fibres nerveuses de fin diamètre : fibres myélinisées (protégées par une gaine de myéline) A delta et fibres C amyéliniques. En appliquant à un nerf des stimulations électriques d'intensité croissante, on observe qu'une stimulation de faible intensité, qui active les afférences de gros diamètre (A alph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/#i_2264

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

L'excitation c'est, littéralement, l'action d'exciter, de faire sortir du repos, de stimuler ou d'animer davantage, mais c'est aussi le résultat de cette action. Cette fâcheuse ambiguïté qui fait désigner par le même terme tantôt la cause, tantôt l'effet, s'aggrave encore par le fait que le mot « excitation » s'applique parfois plus particulièrement au processus de transition qui va de la cause à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/excitabilite/#i_2264

GUILLAIN-BARRÉ SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 954 mots

Selon la définition donnée en 1916 par les deux neurologues français, le syndrome qui porte leur nom réalise un état de polyradiculonévrite aiguë, d'évolution réversible, associé à une dissociation albuminocytologique du liquide céphalorachidien, d'étiologie inconnue. Une polyradiculonévrite est une atteinte inflammatoire des racines sensitives et motrices des nerfs rachidiens et crâniens, donc un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-guillain-barre/#i_2264

GUSTATION

  • Écrit par 
  • Matty CHIVA
  •  • 4 811 mots
  •  • 3 médias

La gustation – ou, au sens restreint, le goût – est la fonction de l'un des trois systèmes de sensibilité chimique externe. Ce système sensoriel partage, en effet, avec l'appareil olfactif et les terminaisons de la sensibilité chimique commune la propriété de répondre à la stimulation par certaines molécules du milieu externe et d'en opérer, par des réponses différenciées, une analyse, en fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustation/#i_2264

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Aire de la sensibilité générale »  : […] La stimulation électrique de la circonvolution pariétale ascendante (gyrus post-central), qui correspond aux aires 1, 2 et 3 de Brodmann, entraîne chez le sujet conscient la naissance de sensations élémentaires décrites généralement comme des chatouillements, des fourmillements, des piqûres dans des régions bien déterminées des membres, du tronc ou de la face, beaucoup plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/#i_2264

LIMBIQUE SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Pierre KARLI
  •  • 4 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les structures limbiques »  : […] Du point de vue anatomique, le système limbique est constitué par un ensemble de structures corticales et sous-corticales qui sont des structures télencéphaliques phylogénétiquement anciennes (d'où la notion d'un cerveau paléomammalien), c'est-à-dire que leur mise en place dans la série des Vertébrés a précédé, au cours du développement phylogénétique, celle des structures plus récentes du télenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-limbique/#i_2264

MOELLE ÉPINIÈRE

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 066 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les grandes fonctions médullaires »  : […] Les grandes fonctions médullaires ont déjà été évoquées dans l'étude des structures ; cependant, il convient de les rappeler. On peut en fait les ranger sous quatre rubriques et considérer la moelle comme un système de voies de conduction, comme un centre réflexe, comme un centre d'organisation et d'intégration primaires des messages sensitifs d'origine somatique et viscérale, enfin comme un centr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moelle-epiniere/#i_2264

NERVEUX (SYSTÈME) - Agencement des réseaux et circuits neuronaux

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 6 315 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'information sensorielle : transduction, codage et élaboration des messages afférents »  : […] Au niveau des récepteurs, les incitations périphériques, proprioceptives ou intéroceptives se transforment en messages afférents. Mais selon quelles lois et selon quels principes ? Comment, tout d'abord, s'opère la discrimination des qualités sensibles ? Ici se situe une très ancienne discussion entre les tenants de ce qui reste désigné par la « théorie des énergies spécifiques » (J. Müller), proc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-agencement-des-reseaux-et-circuits-neuronaux/#i_2264

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 237 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Syndromes cortico-sous-corticaux »  : […] Les syndromes cortico-sous-corticaux sont, grossièrement, ceux des aires corticales spécifiques. On peut distinguer les formes suivantes : Le syndrome prérolandique , ou syndrome frontal postérieur , traduit l'atteinte du centre cortical moteur. Le déficit se manifeste par une hémiplégie controlatérale (qui a les caractères d'une hémiplégie par lésion d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_2264

OLFACTION ou ODORAT

  • Écrit par 
  • André HOLLEY, 
  • Jacques LE MAGNEN
  •  • 3 993 mots
  •  • 2 médias

L'olfaction ou odorat est la fonction de l'un des organes sensoriels qui, dans la plupart des espèces animales et chez l'homme, opèrent une analyse chimiosensorielle de l'environnement . Depuis les bactéries et à travers toute la série animale, on observe des réponses sélectives à l'égard des agents chimiques du milieu externe et, par conséquent, l'existence d'une chimioréception. Dans l'échelle z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olfaction-odorat/#i_2264

PEAU

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET
  •  • 8 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'innervation cutanée »  : […] L'innervation cutanée est particulièrement complexe. Elle rend compte de la variété et de la complexité des sensations cutanées qui jouent un rôle majeur dans la protection de l'individu et dans la façon dont il s'informe de son environnement proche. La voie efférente comprend des terminaisons libres non myélinisées dermiques et épidermiques et des récepteurs dermiques libres ou encapsulés. Les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau/#i_2264

PERCEPTION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gauthier FRADOIS
  •  • 888 mots

Dans un ouvrage qui a révolutionné la théorie de la connaissance, Critique de la raison pure , Emmanuel Kant expose l'existence de deux formes pures de l'intuition sensible, l'espace et le temps, comme fondements a priori de la connaissance du sujet. Ces cadres formels de l'expérience, inhérents à l'esprit humain, sont la condition de possibilité de nos intuitions empiriques, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception-sociologie/#i_2264

PROPRIOCEPTIF

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 190 mots

Terme surtout employé en neurophysiologie pour qualifier un certain type de sensibilité. Cette dernière prend naissance au niveau de récepteurs localisés dans les organes profonds de la vie de relation (muscles, ligaments, os) tels que les fuseaux neuromusculaires (avec leur rôle dans l'entretien du tonus musculaire), les organes musculo-tendineux de Golgi (enregistrement de tension), les corpuscu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proprioceptif/#i_2264

ROMBERG SIGNE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 620 mots

Ce signe neurologique témoigne de l'aggravation d'un trouble de l'équilibre par la perte du contrôle visuel. Il se recherche chez le sujet en orthostatisme, pieds joints, les yeux fermés ou, mieux, bandés : apparaissent alors de grandes oscillations qui peuvent entraîner la chute du malade. Si des troubles de l'équilibre peuvent se voir dans de nombreuses circonstances pathologiques, le signe de R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-de-romberg/#i_2264

SCLÉROSE EN PLAQUES

  • Écrit par 
  • Ayman TOURBAH
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Premiers symptômes »  : […] Le diagnostic de SEP est évoqué sur des arguments de dissémination temporelle (au moins deux épisodes séparés dans le temps) et spatiale (deux anomalies non expliquées par l'atteinte d'une même région anatomique), et sur l'absence d'un autre diagnostic susceptible d'expliquer la symptomatologie clinique. Les critères diagnostiques actuels offrent à l'I.R.M. une place de choix. En effet, une analys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sclerose-en-plaques/#i_2264

SOMESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 269 mots
  •  • 1 média

Le terme de «   sensibilité somesthésique générale » désigne les sensations conscientes éveillées par la stimulation des tissus du corps, sensations qui ne sont ni visuelles, ni auditives, ni gustatives, ni olfactives. Elles sont provoquées par l'excitation de terminaisons nerveuses réceptrices de types variés, localisées dans le revêtement cutané et divers tissus plus profondément situés : conj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somesthesie/#i_2264

SONS - Audiométrie

  • Écrit par 
  • André DIDIER
  •  • 3 398 mots
  •  • 7 médias

Il est facile de constater que la sensation sonore dépend des caractéristiques physiques des sons et des bruits. Un son trop faible n'est pas perçu. Un son trop fort provoque une gêne, voire une douleur. Il existe donc des limites d'intensité du stimulus physique hors desquelles l'écoute est impossible. Il en est de même quant à la hauteur ou fréquence des sons. Un son trop grave ne provoque pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-audiometrie/#i_2264

STIMULUS & RÉPONSE ou RÉACTION

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 588 mots

On appelle stimulus un élément ou un complexe d'éléments de la situation expérimentale qui est source de stimulation pour l'organisme et dont les variations sont contrôlées. Une stimulation expérimentale est caractérisée par un ensemble d'éléments (appartenant à l'environnement physique ou social) qui sont constants ou, du moins, que l'expérimentateur cherche à rendre tels. Ces éléments constituen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stimulus-et-reponse-reaction/#i_2264

TRAUMATISMES

  • Écrit par 
  • René NOTO
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Manifestations cliniques des principaux traumatismes »  : […] Les traumatismes ont des traductions cliniques relativement stéréotypées qui sont fonction de la nature de la lésion élémentaire et de son siège. Ces manifestations sont locales, loco-régionales et générales. Les manifestations locales et loco-régionales représentent l'ensemble des signes cliniques qui s'observent au niveau de la lésion elle-même (manifestations locales) ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traumatismes/#i_2264

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Seuils de réponse »  : […] Lors de la détermination du seuil de visibilité de sujets humains adaptés à l'obscurité, on a montré que le caractère aléatoire de l'émission des photons par la source lumineuse entraînait des fluctuations dans les réponses du sujet et que les deux ordres de phénomènes étaient superposables et leur statistique conforme à la loi de Poisson. Des estimations faites en 1942 par Hecht Schlaer et Piren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-photoreception-retinienne/#i_2264

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 811 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Cônes et bâtonnets »  : […] Les deux types de photorécepteurs, cônes et bâtonnets, qui existent dans la rétine des vertébrés ont une rôle différent (fig. 3). Les bâtonnets possèdent une excellente sensibilité à des bas niveaux de luminance (on admet qu'un bâtonnet peut être excité par un seul photon), mais donnent des réponses qui saturent au-delà d'un niveau d'éclairement de quelques candelas par mètre carré (cas d'une piè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-neurophysiologie-visuelle/#i_2264

VISION - Vision et évolution animale

  • Écrit par 
  • Stéphane HERGUETA
  •  • 5 757 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les organes de perception visuelle »  : […] La perception visuelle repose sur la spécialisation de certaines cellules qui, situées à la surface du corps, sont capables de réagir aux changements de l'intensité de la lumière. Ces cellules photosensibles constituent des capteurs visuels ou photorécepteurs. La réaction de ces photorécepteurs aux changements de la lumière se fait par l'intermédiaire d'une molécule chimique (par exemple, la rhodo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-vision-et-evolution-animale/#i_2264

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GALIFRET, « SENSIBILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sensibilite/