SENSIBILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout organisme vivant, unicellulaire ou pluricellulaire, est engagé dans une succession d'interactions avec son milieu. Ces interactions sont de deux types : d'une part, des échanges qui concernent l'énergie sous des formes diverses (chimique, électromagnétique, thermique, mécanique...) et dont on peut faire le bilan thermodynamique, et, d'autre part, des processus dans lesquels l'énergie fournie par le milieu joue uniquement un rôle de déclencheur et provoque, de la part de l'organisme, des dépenses qui sont prises en compte dans le bilan des échanges énergétiques. C'est ce second type d'interaction avec le milieu qui témoigne de ce que les auteurs classiques ont appelé l'irritabilité. Claude Bernard la définit comme « la propriété de réagir d'une certaine manière sous l'influence des excitants extérieurs ».

On passe de cette irritabilité diffuse, non sélective, à la sensibilité, à mesure que se différencient des récepteurs spécialisés et que, parallèlement, se développe la possibilité de réponses plus variées. Une des conditions de maintien d'une espèce étant l'adaptation de ses réponses aux variations du milieu, il s'ensuit que les organismes qui ont survécu et que l'on peut observer aujourd'hui sont ceux qui possèdent la possibilité de détecter, dans leur milieu, les stimuli capables de commander les réponses opportunes.

On envisagera d'abord l'aspect biologique du phénomène de sensibilité et l'on tentera de faire l'inventaire – jamais achevé – des propriétés du milieu qui peuvent déclencher les processus sensoriels ; ensuite, on analysera les mécanismes physiologiques mis en jeu, en considérant essentiellement les étapes périphériques, car les mécanismes d'intégration centrale relèvent plus du domaine de la perception que de celui de la sensation.

La sensibilité dans le monde animal

La différenciation des récepteurs et l'apparition du système nerveux

Chez les Protistes du groupe des Amibes, on est plus près de l'irritabilité que de la sensibilité ; c'est toute la cellule qui subit l'action des agents extérieurs et fournit les réponses, mais on observe, chez de nombreux autres unicellulaires, la différenciation de cils ou flagelles à fonction locomotrice et, chez certains Flagellés, la présence d'un organite photorécepteur situé à la base du flagelle (épaississement paraflagellaire).

Chez les Métazoaires, la différenciation progressive d'éléments récepteurs, effecteurs, conducteurs et intégrateurs s'effectue suivant des voies qui ne se prêtent guère à une description linéaire. Les schémas de la figure constituent une tentative de description des étapes possibles de la formation du système nerveux. Le myoépithélium primitif (a) a des propriétés assez proches de celles que l'on observe chez les Parazoaires : la population cellulaire de certains Spongiaires forme un tissu tout à la fois récepteur, conducteur et effecteur. La conduction est alors de type électrotonique, et ce mode de diffusion lente de l'excitation persistera alors même que des éléments nerveux se seront différenciés. L'apparition d'éléments sensoriels doués d'autorythmicité constitue une étape importante de l'évolution (d). Ces cellules autorythmiques, perdant ensuite leur fonction sensorielle, pourraient être à l'origine des premières jonctions de type synaptique entre éléments sensoriels et éléments contractiles (e, f). C'est à partir d'éléments sensoriels interconnectés (f), faisant ensuite synapse avec les cellules de la couche musculaire (g) et perdant ultérieurement leurs propriétés réceptrices (h), que se formeraient les chaînes conductrices que l'on trouve (i) chez certaines Actinies et Méduses.

Système nerveux primitif

Dessin : Système nerveux primitif

Évolution possible de l'accroissement de complexité du système nerveux primitif, du myoépithélium au réseau nerveux. a : Myoépithélium (transmission électrique de cellule à cellule). b : Le même, avec différenciation d'un récepteur et d'un effecteur spécialisés. c : La... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

À ces stades élémentaires, les neurones sensoriels sont extrêmement nombreux dans l'épithélium, notamment chez les Anémones de mer et beaucoup de Vers. Il est fréquent d'en compter plus d'un millier par millimètre carré. On a peu de données concernant la différenciation fonctionnelle progressive de ces neurones sensoriels qui, chez les espèces les plus primitives, répondent à toutes sortes de stimulations, puis acquièrent peu à peu leur spécificité. Dispersés d'abord dans l'épiderme, ils se groupent ensuite pour former des organes sensoriels.

Lorsque la symétrie bilatérale succède à la symétrie circulair [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Système nerveux primitif

Système nerveux primitif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Objectivisme et fonctionnalisme

Objectivisme et fonctionnalisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Stimulation sensorielle ; réponse de l'organisme

Stimulation sensorielle ; réponse de l'organisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dispositifs transducteurs-codeurs

Dispositifs transducteurs-codeurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  SENSIBILITÉ  » est également traité dans :

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 771 mots
  •  • 16 médias

Nous disons que nous entendons un son lorsque des vibrations de l'air ambiant, atteignant notre tympan, le mettent en mouvement dans des conditions d'amplitude et de fréquence telles que cette stimulation mécanique, qui est transmise par l' oreille moyenne à l'oreille interne , y provoque un phénomène bio-électrique. Commence alors le traitement de l'information contenue dans ce phénomène, traitem […] Lire la suite

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 470 mots
  •  • 3 médias

La psycho-acoustique, branche de la psychophysique, a pour objet l'étude expérimentale des relations quantitatives entre les stimulus acoustiques mesurables physiquement et les réponses de l'ensemble du système auditif : sensations et perceptions auditives. Après avoir établi ces relations, le psycho-acousticien recherche dans le fonctionnement du système neurosensoriel de l'audition des mécanis […] Lire la suite

BULBE RACHIDIEN

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 096 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fonctions »  : […] Par sa complexité structurale, le bulbe présente des fonctions multiples. On peut, d'abord, indiquer son rôle de lieu de passage et de relais pour certaines grandes voies des sensibilités tactile, thermoalgésique, kinesthésique et proprioceptive inconsciente. De même, nous avons vu qu'il contient la décussation des fibres motrices pyramidales et que de nombreux faisceaux moteurs extrapyramidaux le […] Lire la suite

CANAL CARPIEN SYNDROME DU

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 363 mots

Le canal carpien est un défilé fibro-osseux situé entre la paume de la main et le poignet ; il est limité en arrière par le carpe et en avant par le ligament annulaire. Dans ce canal inextensible vont vers la main les tendons fléchisseurs et leur gaine, entourant le nerf médian qui véhicule la sensibilité cutanée des trois premiers doigts, d'une partie du quatrième, jamais du cinquième. On appelle […] Lire la suite

CONCEPTUALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph VIDAL-ROSSET
  •  • 1 327 mots

Le terme « conceptualisme » s'emploie en deux sens qui ne sont pas compatibles. Dans l'acception la plus largement répandue, on entend par conceptualisme l'ensemble des systèmes philosophiques qui considèrent les Idées (ou Formes) comme immanentes aux choses sensibles, alors que le réalisme platonicien les affirme transcendantes à celles-ci. Appelons cette forme de conceptualisme « conceptualisme […] Lire la suite

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 957 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fibres afférentes »  : […] Les messages nociceptifs sont acheminés en direction des centres nerveux (afférence) par des fibres nerveuses de fin diamètre : fibres myélinisées (protégées par une gaine de myéline) A delta et fibres C amyéliniques. En appliquant à un nerf des stimulations électriques d'intensité croissante, on observe qu'une stimulation de faible intensité, qui active les afférences de gros diamètre (A alph […] Lire la suite

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

L'excitation c'est, littéralement, l'action d'exciter, de faire sortir du repos, de stimuler ou d'animer davantage, mais c'est aussi le résultat de cette action. Cette fâcheuse ambiguïté qui fait désigner par le même terme tantôt la cause, tantôt l'effet, s'aggrave encore par le fait que le mot « excitation » s'applique parfois plus particulièrement au processus de transition qui va de la cause à […] Lire la suite

GUILLAIN-BARRÉ SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 954 mots

Selon la définition donnée en 1916 par les deux neurologues français, le syndrome qui porte leur nom réalise un état de polyradiculonévrite aiguë, d'évolution réversible, associé à une dissociation albuminocytologique du liquide céphalorachidien, d'étiologie inconnue. Une polyradiculonévrite est une atteinte inflammatoire des racines sensitives et motrices des nerfs rachidiens et crâniens, donc un […] Lire la suite

GUSTATION

  • Écrit par 
  • Matty CHIVA
  •  • 4 812 mots
  •  • 3 médias

La gustation – ou, au sens restreint, le goût – est la fonction de l'un des trois systèmes de sensibilité chimique externe. Ce système sensoriel partage, en effet, avec l'appareil olfactif et les terminaisons de la sensibilité chimique commune la propriété de répondre à la stimulation par certaines molécules du milieu externe et d'en opérer, par des réponses différenciées, une analyse, en fonctio […] Lire la suite

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 324 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Aire de la sensibilité générale »  : […] La stimulation électrique de la circonvolution pariétale ascendante (gyrus post-central), qui correspond aux aires 1, 2 et 3 de Brodmann, entraîne chez le sujet conscient la naissance de sensations élémentaires décrites généralement comme des chatouillements, des fourmillements, des piqûres dans des régions bien déterminées des membres, du tronc ou de la face, beaucoup plus rarement des sensation […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-26 septembre 2006 Vatican – Allemagne. Visite du pape Benoît XVI en Allemagne et polémique sur ses propos relatifs à l'islam

] considéré comme offensant pour la sensibilité des croyants musulmans alors qu'il s'agissait d'une citation d'un texte médiéval qui n'exprime en aucune manière ma pensée personnelle». Le 25, il reçoit à Castelgandolfo les ambassadeurs de vingt-deux pays musulmans auprès du Vatican. Il leur rappelle la «nécessité vitale», à ses yeux, de poursuivre le dialogue entre chrétiens et musulmans initié par Jean-Paul II. […] Lire la suite

13-15 décembre 1998 États-Unis – Israël – Autorité palestinienne. Visite du président Bill Clinton en Israël et à Gaza

Lors d'un discours devant cette assemblée, Bill Clinton exprime sa sensibilité aux préoccupations des Palestiniens. Déclarant que ceux-ci ont devant eux « la possibilité de déterminer leur propre destinée sur leur propre terre », il affirme « comprendre [leur] inquiétude devant [...] les confiscations de terre et les destructions de maisons » et reconnaît qu'« il faut de la détermination et du courage pour [. […] Lire la suite

10-28 juin 1997 France – Belgique. Confirmation de la fermeture de l'usine Renault de Vilvorde

La sensibilité du dossier exige, selon l'expert, « un plan social exceptionnel ». La confirmation par Renault de la fermeture de l'usine belge suscite des critiques à l'encontre du gouvernement de Lionel Jospin jusqu'au sein de sa majorité et de son parti.  […] Lire la suite

25 mai - 5 juin 1993 Guatemala. Destitution du président Jorge Serrano à la suite de son coup d'État civil

Le 5 juin, le Parlement désigne Ramiro de Leon, procureur des droits de l'homme, de sensibilité centriste libérale, pour terminer le mandat du président Serrano, qui s'achève en janvier 1996.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GALIFRET, « SENSIBILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sensibilite/