SUICIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le suicide trahit au premier chef le désir de surmonter l'irréversibilité, mais dans l'antécédence. « C'est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort », disait Épicure. Mais qu'est-ce que cette crainte de la mort, sinon l'attente d'un sort inévitable ? Aussi bien, l'angoisse de mort ne s'origine point tant dans un amour de la vie que dans un amour de l'homme pour sa propre personnalité. Se donner la mort, c'est clore son destin, en se précipitant dans l'immédiatement antérieur. Mais c'est aussi maintenir jusqu'au dernier instant l'ouverture de ce que Sénèque appelle, avant Sartre, le « chemin de la liberté ». C'est prouver la maîtrise que le sujet exerce sur ses conditions d'existence.

Qu'importe alors la cause immédiate : corps dont les infirmités importunent, échec que la réitération transforme en destin, désespoir quant à la réalisation des possibles, mélancolie ou désintérêt généralisé ? « Si je pense à la mort, disait pourtant Nizan, c'est bien fait : ma vie est creuse, et ne mérite pas la mort. » Mais au contraire Montherlant : « Défaite ou non du suicidé, cela a peu d'importance si, par son suicide, il a témoigné de deux choses : de son courage et de sa domination. Alors le suicide est l'épanouissement de sa vie, comme la flamme épanouit la torche. »

Certes, il est difficile d'éviter de porter un jugement moral à l'égard du suicide : le volontaire de la mort dresse le procès de la vie en général, mais par là même celui de ses parents, de ses proches, de la société et du système politique. Néanmoins, s'il engendre des réactions extrêmes comme l'estime ou le dégoût, le suicide suscite plus fréquemment la sympathie et la pitié, auxquelles n'est pas sans se mêler un indéfendable sentiment de culpabilité.

Comment peut-on alors fonder ce jugement moral ? Aux confins du normal et du pathologique, le suicide semble justiciable tant d'une analyse philosophique que d'une éventuelle explication psychologique et sociale. Mais la clinique constitue sans doute la « voie royale » pour l'étude du suicide : celui-ci paraît en effet s'ancrer dans un processus mélancolique, et il a appartenu à Freud d'en montrer les liens avec la pathologie du deuil.

Impasse naturelle et pathos de la distance

Comment est-il possible de vaincre l'extraordinaire force des pulsions de vie ? et par quelle voie le moi vient-il à renoncer à sa propre affirmation ? Goethe a tenté de préciser le sens de ce mortel adieu de l'être à lui-même, en posant sous leur double dimension, naturelle et subjective, les conditions de ce qui devient, au niveau romanesque, le suicide du jeune Werther.

« Que je suis heureux d'être parti ! » Telle est la première ligne écrite par Werther à l'ami cher qu'il vient de quitter. Seul un allocutaire lointain semble en effet apte à recueillir l'expression de ce qui, apparu d'abord sous la forme d'un simple désir de fuite, se déterminera comme hantise de la rupture définitive, Werther n'ayant d'aucun départ obtenu le soulagement espéré. « La question, explique Werther à Albert, n'est pas de savoir si l'on est faible ou fort, mais si l'on peut soutenir le poids de sa souffrance, que celle-ci soit d'ailleurs morale ou physique. » Il faut donc tenir compte d'un facteur quantitatif : la mesure de ce que l'homme peut supporter. Aussi bien, le suicide apparaît à Goethe comme un « accident de la nature », au même titre qu'une maladie mortelle. Dans les deux cas, la mort apparaît comme la seule solution au conflit proposé par la nature. « La nature ne trouve pas d'issue au labyrinthe des forces confondues, contradictoires : alors il faut mourir. »

La pulsion de mort apparaît à ce niveau comme consacrant la destinée de la pulsion, en tant que celle-ci est débordement perpétué. Face à la solitude inactive de Werther, qu'est alors l'être aimé, sinon l'habitat même de cette pulsion de débordement, le foyer où cette exigence abstraite trouve sa forme, plus encore le lieu saint auquel s'opère la consécration du désir ? « Elle m'est sacrée, écrit Werther de Lotte. Tout désir se tait en sa présence. » Ne pouvant s'interpréter, le désir se trouve à la fois coupé de sa source et de son objet : sa source est répudiée, parce qu'insuffisamment pure ; et par ailleurs l'objet trop magnifié se voit nécessairement placé hors d'atteinte. Le sacré devient alors insoutenable, parce que présence du débordement infini, présence du sujet absolu. Werther se suicide en quelque sorte pour avoir voulu passer immédiatement au sacré, pour avoir visé l'amplification du sujet pur au-delà du sujet incarné. Face à cette exigence absolue, comment se sentir autre que radicalement impuissant ?

Or, ce que l'élégiaque Werther n'a pu accomplir, Faust le réalise, non tant ému du désir de fuir les contradictions du réel que stimulé par la complexité de la réalité humaine. Fasciné par la coupe, emplie de mortel poison, il n'est point une « source tarie », ni un « vase dont l'eau a fui », mais au contraire cet élu des dieux qui, d'eux et de ses pères, reçoit la fiole inégalable, grâce à laquelle il s'élancera vers des « sphères nouvelles de pure activité » :

Ô coupe dernière, maintenant, de toute mon âme,Comme salut de fête, je te vide en l'honneur du [matin !

Cependant les hymnes de Pâques séduisent Faust à la douceur de la vie, et les louanges au Dieu renié l'arrachent à sa mort prochaine. « Christ est ressuscité ! » Mais du même coup Faust guérit de la désespérance spéculative, tandis qu'il abandonne sa vaine quête d'une vérité absolue, pour trouver dans les conséquences de ses passions et les difficultés de ses entreprises matière à réflexion plus ample et captivante.

Faust apparaît ainsi comme l'anti-Werther, prouvant par son existence même l'impossibilité d'un suicide philosophique pur : comment en l'absence de motivations passionnelles pouvoir mettre froidement fin à sa vie, lorsque celle-ci est encore loin de son terme naturel ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUICIDE  » est également traité dans :

SUICIDE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 1 018 mots

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide, un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social, énoncé dans […] Lire la suite

SUICIDE ET CONDUITES SUICIDAIRES

  • Écrit par 
  • Fabrice JOLLANT
  •  • 5 950 mots
  •  • 4 médias

Le suicide et les conduites suicidaires sont des actes humains qui interpellent la société. S’ils ont longtemps été étudiés sous un angle philosophique, religieux et légal, ils sont devenus un objet d’étude de la psychiatrie puis de la sociologie naissante au […] Lire la suite

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 658 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contraintes sociales »  : […] D'un point de vue biologique, l'adolescence devrait être la meilleure période de la vie. La plupart des fonctions physiques et mentales, telles que la vitesse, la force, la réactivité et la mémoire, sont à leur apogée pendant cette période. Le goût et l'appétit sont plus développés, le sommeil plus profond, et la sensibilité à la musique plus forte. Les conséquences de ces changements ne sont pas […] Lire la suite

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Le suicide anomique »  : […] Dans Le Suicide , le concept d'anomie réapparaît. Mais il fait ici l'objet d'une sorte d'analyse chimique. L'anomie de la division du travail y est séparée en deux composantes que Durkheim appelle égoïsme et anomie. Un être égoïste est celui qui tire ses règles de conduite et de vie non d'une autorité morale extérieure, mais de lui-même. En ce sens, les protestants sont plus égoïstes que les cath […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes d'analyse causale »  : […] Or, il suffit d'observer le sociologue à l'œuvre pour constater que l'analyse sociologique consiste le plus souvent à déterminer la structure causale des relations qui caractérisent un ensemble de « variables ». Schématiquement, l'information dont dispose le sociologue, qu'elle ait été recueillie à partir de questionnaires, d'entretiens, de statistiques administratives ou de toute autre manière, p […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le relâchement des freins moraux »  : […] Parmi les déclins néfastes, le recul de la pratique religieuse a été présenté au début du xx e  siècle par Tarde comme un facteur criminogène ( La Criminalité comparée , 1910). Cet auteur pensait que la déchristianisation s'accompagnait d'un recul de la moralité sans remplacement par un autre facteur d'éducation morale. Son point de vue, cependant, n'était pas partagé par d'autres criminologues, […] Lire la suite

DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

  • Écrit par 
  • Jean GUYOTAT
  •  • 3 159 mots

Dans le chapitre « La dépression mélancolique »  : […] Dans la dépression mélancolique, la douleur morale est très vive, la dévalorisation et la culpabilité sont intenses. Ces sentiments sont parfois si pénibles qu'ils peuvent être à l'origine, d'une part, d'une déformation de la réalité et d'idées délirantes telles que l'auto-accusation (par exemple, on s'accuse d'un crime que l'on n'a pas commis), la négation (de sa propre existence, du monde envir […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Le Suicide » »  : […] Dans Le Suicide , Durkheim illustre certaines des propositions essentielles qu'on voit apparaître tout au long de son œuvre. On y trouve tout d'abord une gageure : démontrer la spécificité du social à propos d'un phénomène relevant apparemment surtout de la psychologie individuelle. Mais Durkheim a beau jeu de démontrer d'une part que les thèses qui font dériver le suicide d'« états psychopathique […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international de sociologie. Juge pu […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise à jour d'un ordre du symbolique »  : […] Le symbolique n'est pas seulement structuré, ce qui conduirait à chercher l'origine ou le fondement de sa structuration dans une démarche historique ou génétique, mais structurant, ce qui amène à questionner sa logique et à décrire les lieux de son efficace.  La reconnaissance d'un tel « ordre » oriente dans des directions variées la critique philosophique de la notion de représentation, qui infor […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 août 2021 Ukraine – Biélorussie. Mort d'un opposant biélorusse à Kiev.

suicide. L’opposante biélorusse et ex-candidate à l’élection présidentielle Svetlana Tikhanovskaïa, elle-même en exil en Lituanie, déclare que « les Biélorusses ne peuvent pas être en sécurité, même à l’étranger ». […] Lire la suite

18 mai - 20 juin 2021 Belgique. Traque d'un policier d'extrême droite.

suicidé. Les jours suivants, de nombreux témoignages de sympathie envers Jürgen Conings s’expriment, dans l’opinion comme au sein de l’armée. […] Lire la suite

21 janvier 2021 Irak. Attentat meurtrier.

attentat-suicide à l’explosif provoque la mort d’au moins trente-deux personnes sur un marché populaire de Bagdad. L’opération est revendiquée par l’organisation État islamique (EI) qui affirme avoir visé « un rassemblement de chiites ». Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier dans la capitale irakienne depuis trois ans.  […] Lire la suite

6 mars 2020 Tunisie. Attentat contre l'ambassade américaine.

attentat-suicide perpétré devant l’ambassade américaine à Tunis cause la mort d’un policier et des deux kamikazes. Il intervient quasiment quatre ans jour pour jour après l’attaque djihadiste contre des positions de l’armée et de la police à Ben Gardane. L’état d’urgence est toujours en vigueur depuis l’attentat de novembre 2015 qui avait tué douze […] Lire la suite

17-25 novembre 2019 France. Annonce de mesures contre les violences conjugales.

suicide forcé » comme circonstance aggravante du délit de harcèlement moral, la suspension de l’autorité parentale en cas d’homicide conjugal, ainsi que l’amélioration de la prise en charge des auteurs de violences. Aucune enveloppe budgétaire supplémentaire n’est annoncée. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « SUICIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/