PSYCHIATRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de psychiatrie semble attesté en français depuis 1842, formé par dérivation à partir du mot psychiatre, lui-même connu vers 1802 et emprunté aux langues germaniques. Il est à peu près synonyme de pathologie mentale, mais ne s'y substitue que vers la fin du xixe siècle et désigne alors une branche particulière de la médecine, celle qui concerne cette partie de la « folie », dont la médecine estime pouvoir rendre compte, en y envisageant clinique, diagnostic et thérapeutique.

Toutes les cultures connues possèdent des représentations sociales de quelque chose comme la folie, représentations unitaires ou diversifiées, concernant ou non le merveilleux, en rapport ou non avec le divin et le diabolique.

Dans la tradition grecque fondée par Hippocrate, poursuivie à Alexandrie, puis dans l'Empire romain, la médecine se caractérise, de manière formelle, par la référence exclusive à la phusis (la nature), par le fait qu'il existe plus d'une entité morbide, qu'elle concerne les maladies et non le mal, qu'on doit, même dans les situations d'urgence, examiner le patient avant de le traiter et que la thérapeutique résulte du diagnostic, car nulle panacée ne se trouve justifiée, ni en théorie, ni en pratique. Pareils traits, purement formels, valent encore pour la médecine du xxie siècle.

Dès la période hellénistique et dans ses suites, plusieurs médecins et quelques philosophes précisent que, avec les effets des intoxications et de certaines affections très fébriles sur la conscience et le comportement, ils possèdent un modèle adéquat de quelques aspects de la folie : ils peuvent ainsi prétendre légitimement que le savoir médical s'avère capable d'expliquer, d'une façon purement naturelle, et par analogie, au moins une partie de ce que la société entend par folie. C'est le fondement même de la psychiatrie et cette démarche se répétera à plusieurs reprises dans la suite de cette tradition médicale telle qu'elle se transmettra, grâce aux Byzantins, aux Juifs et aux Arabes, à travers le Moyen Âge et la Renaissance, jusqu'à l'âge classique, puis au siècle des Lumières, périodes qui préparent sa constitution en discipline autonome.

Après avoir rappelé l'enchaînement historique des moments majeurs de la psychiatrie, puis exposé le statut actuel du psychiatre et les principes de la psychiatrie de secteur en France, le présent article conclura par une réflexion sur les voies et les problèmes contemporains de cette discipline.

Origines et évolution

Du siècle des Lumières au XXe siècle

Les conditions de la médicalisation

La prise en compte médicale de tout un ensemble de phénomènes, jusque-là dispersés entre la religion, la sorcellerie, la pratique de la « question préalable », les établissements de l'Hôtel-Dieu et de la Salpêtrière, date, indiscutablement, du dernier tiers du siècle des Lumières.

La société de Grand Siècle, puis de la Régence, s'était donné les moyens de mettre hors d'état de la gêner les déviants, les désadaptés, les mauvais sujets, les correctionnaires, les vérolés et les fous, grâce aux colonies de la Louisiane et surtout aux hôpitaux généraux (fondation de l'Hôpital général de Paris en 1656). S'y retrouvaient à la fois ceux dont on blâmait la conduite, ceux que, depuis Colbert, on n'osait plus brûler, ceux dont on ne savait que faire et ceux qui extravaguaient trop. Ce « grand renfermement » dont Michel Foucault faisait, dans sa thèse publiée en 1961, l'acte fondateur de la psychiatrie, n'est plus considéré aujourd'hui comme aussi décisif, en raison des progrès effectués par la recherche historiographique, notamment grâce aux travaux de Marcel Gauchet et de Gladys Swain, de sorte qu'il convient de prendre de pareilles réalités sociales et culturelles une vue beaucoup plus nuancée.

Durant le siècle des Lumières, dans toute l'Europe occidentale, on observe plutôt, selon Claude Quetel, un revirement philanthropique à l'égard de ceux qu'on nommait les insensés et que l'on comme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 27 pages

Écrit par :

  • : psychiatre honoraire des hôpitaux
  • : chef de département de psychiatrie, hôpital Sainte-Anne, Paris
  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, chef de service honoraire à l'hôpital Esquirol
  • : psychiatre, président de la Fédération française de psychiatrie

Classification

Autres références

«  PSYCHIATRIE  » est également traité dans :

ISOLEMENT, psychiatrie

  • Écrit par 
  • Dominique FRIARD
  •  • 1 664 mots

La chambre d'isolement est une chambre fermée à clé destinée à contenir les manifestations auto- ou hétéro-agressives de personnes hospitalisés en psychiatrie sans leur consentement. Telle qu'elle est utilisée en France, elle pose trois séries de problèmes : des problèmes éthiques qui interrogent le droit et le respect des libertés fondamentales, des problèmes cliniques qui impliquent de poser des […] Lire la suite

AJURIAGUERRA JULIAN DE (1911-1993)

  • Écrit par 
  • Serge LEBOVICI
  •  • 976 mots

Né au Pays basque espagnol, Julian de Ajuriaguerra (“Ajuria” pour ses élèves et ses amis) fut élevé dans un milieu traditionnel. Marqué par la position politique, religieuse et culturelle de son pays d'origine, il s'engagea cependant dans les forces républicaines qui luttaient contre Franco. Arrivé en France, il y reprendra la lutte, sous d'autres formes. Il rencontra alors de jeunes psychiatres […] Lire la suite

EY HENRI (1900-1977)

  • Écrit par 
  • Charles MELMAN
  •  • 1 513 mots

Né à Banyuls-dels-Aspres dans les Pyrénées-Orientales, Henri Ey est mort le 6 novembre 1977, peu après une ultime journée de travail à la bibliothèque de l'hôpital Sainte-Anne à Paris, lieu qu'il privilégiait pour l'avoir dirigé, aménagé et enrichi. Dans un pays où titre universitaire vaut renommée, le docteur Ey domina la psychiatrie contemporaine sans autre parchemin que celui de médecin-directe […] Lire la suite

LANTÉRI-LAURA GEORGES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Jean GARRABÉ
  •  • 642 mots

Psychiatre et historien de la psychiatrie, Georges Lantéri-Laura est né à Nice dans une famille originaire de Tende (Alpes-Maritimes). Toute sa carrière est marquée par le souci de ne jamais dissocier l'expérience du praticien et la réflexion théorique. Il achève à Paris, par un double doctorat, ses études de médecine et de philosophie entreprises en Provence. Sa formation psychiatrique s'effectue […] Lire la suite

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Fréquence des maladies mentales »  : […] Les maladies mentales sont-elles plus fréquentes dans telle région, dans telle couche de la population, à certaines périodes plutôt qu'à d'autres ? C'est un problème difficile et controversé en raison des variables multiples qui sont impliquées. Il est l'objet d'une science encore balbutiante : l'épidémiologie psychiatrique. Une des variables est constituée par le niveau d'exigence de la société. […] Lire la suite

ANTIPSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Robert LEFORT
  •  • 2 415 mots

Tenter de situer l'antipsychiatrie par rapport à la psychiatrie, c'est courir le risque majeur d'accepter un couple antinomique où le second terme recouvrirait une doctrine impliquant une démarche objectivante, celle même que récuse l'antipsychiatrie. « L'antipsychiatrie, écrit Danielle Sivadon, se veut silence sur le vacarme des théories [...] on imagine mieux du noir sur une toile, un écran sile […] Lire la suite

FOLIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 744 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dissociation positiviste »  : […] L'époque positiviste va tirer toutes les conclusions de cet état de choses. Sur le plan de la science, elle défend avec acharnement un idéal immuable, exactement contenu dans le double sens de l'expression pathologie mentale  : il n'y a pas d'autre explication ni d'autre cause aux désordres de la conduite, de l'affectivité ou de la pensée que les lésions ou les altérations de la matière cérébrale. […] Lire la suite

MOREAU DE TOURS JACQUES (1804-1884)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 665 mots

Psychiatre français. Moreau fit ses études de médecine à Tours puis à Paris, où il apprit la psychiatrie dans le service d'Esquirol dont il fut l'interne. Il soutient sa thèse en 1830 sur « L'Influence du physique relativement au désordre des facultés intellectuelles et en particulier dans cette variété de délire désignée par M. Esquirol sous le nom de monomanie ». Après un voyage de trois ans en […] Lire la suite

KRAEPELIN EMIL (1856-1926)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 546 mots

Psychiatre allemand né à Neustrelitz (Mecklembourg), Kraepelin fut élève de Wundt et de Gudden. Professeur de psychiatrie à Dorpat en 1886, puis à Heidelberg en 1890, et enfin en 1903 à Munich, il dirigea pratiquement jusqu'à sa mort la Königlische Psychiatrische Klinik. Dans son enseignement et par les neuf éditions successives de son Traité de psychiatrie ( Psychiatrie : ein Lehrbuch für Studie […] Lire la suite

PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alfred SPRINGER
  •  • 871 mots

Publié au cours de l'année 1886, Psychopathia Sexualis est devenu immédiatement un best-seller de la littérature psychiatrique, traduit très vite en plusieurs langues. Avec cette étude médico-légale d'une sélection de cas exemplaires, Richard Freiherr von Krafft-Ebing (1840-1902) étendait au domaine de la sexualité son travail de classification des maladies mentales basé sur la description des […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-16 décembre 2012 États-Unis. Fusillade meurtrière dans une école de Newtown

Il déclare que « cela doit cesser » et annonce son intention de réunir « forces de l'ordre, professionnels de la psychiatrie, parents et enseignants » en vue d'adopter des dispositions préventives.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean AYME, François CAROLI, Georges LANTERI-LAURA, Jean-Michel THURIN, « PSYCHIATRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/