DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

Durkheim est sans doute, de tous les sociologues classiques, celui qui reste le plus présent dans la sociologie contemporaine. Cela constitue une sorte de paradoxe. Conservateur, voyant dans le socialisme plutôt une conséquence des dérèglements engendrés par l'évolution des sociétés modernes qu'un remède possible à leurs maux, convaincu que l'individu ne peut être heureux que dans une société qui lui impose normes et contraintes, Durkheim n'est guère au goût du temps. Pourtant, le visage qu'il donna à la sociologie, la méthodologie qu'il élabora sont aujourd'hui revendiqués par la communauté scientifique des sociologues comme un bien commun. S'il n'échappa pas complètement à l'esprit de système, il démontra, peut-être le premier avec une telle force, que la sociologie pouvait être une science positive.

Durkheim

Les antécédents

Émile Durkheim est né à Épinal en 1858, d'une famille de rabbins. Brillant élève au collège de cette ville, il se décida très tôt pour le professorat, prépara au lycée Louis-le-Grand l'École normale où il entra en 1879. Il y trouva, parmi ses condisciples, Bergson, Blondel, Jaurès, Janet. Il n'aima pas le climat de l'École : les jeunes normaliens lui paraissaient s'abandonner à une philosophie superficielle. Il eut cependant pour deux de ses professeurs, Fustel de Coulanges et Émile Boutroux, une admiration réelle.

C'est surtout par la lecture qu'il découvrit ses véritables maîtres : Spencer, Renouvier et surtout Auguste Comte. De Spencer et de Comte, il retint le modèle d'une recherche sur les lois guidant l'évolution des sociétés. De Comte, il conserva la préoccupation de constituer la sociologie en une discipline autonome, ayant son champ d'application propre. De Renouvier, il hérita l'idée de faire de la morale une science positive. Ces trois préoccupations constituent des traits permanents de l'œuvre de Durkheim.

Dans De la division du travail social, il tente de mettre en évidence une grande loi évolutive, un peu à la manière de Comte. En [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)  » est également traité dans :

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Émile Durkheim (1858-1917), fondateur de l'école qui porte son nom , est sans doute, encore de nos jours, le sociologue français le plus célèbre, entre autres parce qu'il est l'un des véritables pères fondateurs de la discipline qu'il fut le premier à enseigner dans une enceinte universitaire, à Bordeaux, en 1887. Cet enseignement fut le point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durkheim-ecole-de/#i_2039

LES RÈGLES DE LA MÉTHODE SOCIOLOGIQUE, Émile Durkheim - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 248 mots

Après la longue gestation de sa thèse consacrée aux rapports de l' individualisme et du socialisme qu'il intitulera finalement en 1893 De la Division du travail social, et toute une série d'articles remarqués, Durkheim, alors professeur à la faculté des lettres de Bordeaux sur un poste créé spécialement à son attention par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-regles-de-la-methode-sociologique/#i_2039

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Une revue militante »  : […] programme. Celui-ci, Febvre et Bloch l'élaboreront en puisant dans la critique que les sociologues durkheimiens avaient adressée à l'histoire méthodique au début du siècle. Ces derniers, par l'intermédiaire notamment de l'économiste François Simiand, avaient fustigé les limites d'une histoire positiviste alors dominante, fondée sur le primat de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-annales/#i_2039

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « L'anomie de Durkheim »  : […] Comme le rappelle le sociologue américain Robert K. Merton, le mot « anomie » est apparu au xvie siècle à peu près dans le sens qu'il revêt aujourd'hui. Mais sa consécration est due à Durkheim, qui fait un usage systématique du terme dans sa thèse de doctorat, De la division du travail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/#i_2039

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale britannique »  : […] la naissance de l'anthropologie sociale britannique. Celle-ci a subi l'influence de Durkheim, qui cherchait dans les faits ethnographiques autre chose que la simple description d'une société, et a d'emblée négligé les traits culturels pour s'intéresser aux relations, aux systèmes, aux fonctions. Ses fondateurs, B. Malinowski et A. R. Radcliffe- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_2039

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « L'animisme et le rationalisme sociologique »  : […] primitives la conséquence d'une première erreur de jugement. C'est à ce sujet, et pour aller plus loin dans l'interprétation rationaliste, que Durkheim s'est opposé à l'animisme. Pour l'auteur des Formes élémentaires de la vie religieuse, la pensée archaïque nous donne l'image des premières étapes d'une évolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/#i_2039

AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 2 809 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une notion sociologique »  : […] Depuis De la division du travail social (1893), qui oppose l'autorité de type militaire des sociétés à solidarité mécanique à celle davantage liée aux rôles et fonctions tenus dans les sociétés à solidarité organique, jusqu'au Suicide (1897), qui statue sur les effets négatifs de l'anomie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite/#i_2039

CATÉGORIE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Albert OGIEN
  •  • 544 mots

La sociologie envisage cette notion sur un mode différent. Pour Émile Durkheim, loin d’être des produits de l’esprit, les catégories sont des « représentations collectives » qui émergent de la vie en société et imposent à tous ses membres une semblable façon d’ordonner le raisonnement et d’appréhender […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categorie/#i_2039

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes d'analyse causale »  : […] Ainsi, Durkheim fait l'hypothèse que le suicide est facilité par l'état d'anomie : lorsque la pression des règles sociales sur l'individu se relâche, ce dernier, n'étant plus guidé par des impératifs extérieurs, étant livré à lui-même, a du mal à diriger son existence et à lui trouver un sens. Bref, le relâchement des règles sociales conduit, non à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_2039

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] commode, mais confuse et arbitraire, de « fonctionnalistes ». À cet égard, l'interprétation que donne Durkheim (1858-1917) de la « solidarité mécanique » est tout à fait caractéristique. Une société qui définit strictement les obligations de ses membres, qui sanctionne toute déviance à la fois par des pénalités externes et par le remords […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-social/#i_2039

COMMUNAUTÉ

  • Écrit par 
  • Stéphanie MOREL
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « Typologie »  : […] Cherchant à comprendre comment les diverses formes de solidarité participent à l'intégration générale de la société, le sociologue Émile Durkheim a, en particulier, précisé les types de solidarité qui caractérisent les différentes sociétés. Dans De la division du travail social (1893), il oppose la « solidarité mécanique », « qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communaute/#i_2039

CONFORMITÉ & DÉVIANCE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Conformité, ressemblance et convergence »  : […] Durkheim oppose les sociétés primitives, traditionnelles serions-nous tentés de dire – pour y inclure des états de la société occidentale antérieurs à la révolution industrielle –, qu'il caractérise par l'absorption de l'individu dans son groupe, et les sociétés modernes, qui se caractérisent par la valorisation de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformite-et-deviance/#i_2039

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sociologie réflexive et relativisme »  : […] donné la tendance à accepter la pluralité irréductible des idéologies et des valeurs. Chez Durkheim enfin, le relativisme se dissout dans l'évolutionnisme qui fait se succéder des catégories de plus en plus adéquates à leur objet en raison même du développement social qui entraîne inévitablement une division du travail de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_2039

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Consensus ou lutte de classes ? »  : […] Ainsi Auguste Comte comme Émile Durkheim pensent que toute société est, par nature, fondée sur le consensus, expression et condition de l'unité de la conscience collective. Pour eux, les conflits ne sont pas le ressort caché de l'histoire ; ils sont le symptôme d'un dérèglement qui naît de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consensus/#i_2039

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Dans le chapitre « Corps et culture »  : […] un domaine aux limites incertaines déjà occupé par la biologie et par la psychologie, deux sciences contre lesquelles son oncle, Émile Durkheim, le fondateur de l'École française de sociologie, avait dû, précisément, lutter pour faire reconnaître l'existence de faits sociaux « irréductibles aux faits purement psychiques » ou, plus encore, aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-les-usages-sociaux-du-corps/#i_2039

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une discipline en crise d'identité »  : […] qui n'a d'importance que le jour où il trouve le bouillon qui le fait fermenter. » Durkheim (1858-1917), de son côté, en ramenant les faits moraux à des faits sociaux, attribuait aussi aux facteurs sociaux une action prépondérante dans la délinquance. C'est ce qu'il exposa, en particulier au sujet de l'homicide, dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/criminologie/#i_2039

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Le scientisme »  : […] Cela fait ressortir, par contraste, la prudence d'un sociologue comme Durkheim, bien qu'il soit un défenseur intransigeant de l'idée d'explication causale (« traiter les faits sociaux comme des choses »). Ses Règles de la méthode sociologique (1895) empruntent directement à Claude Bernard. Il est vrai que cette prudence peut s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/determinisme/#i_2039

DIVISION DU TRAVAIL SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 286 mots

C'est cependant Émile Durkheim qui devait accorder le plus d'attention au phénomène de la division du travail lui-même, dont il fit l'objet de sa principale thèse de doctorat, De la division du travail social, soutenue en 1893. Dans cet ouvrage, il est à la recherche de la cause du dérèglement des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/division-du-travail-social/#i_2039

DREYFUS (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Vincent DUCLERT
  •  • 4 878 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'âge des intellectuels  »  : […] histoire d'une France démocratique oùù la raison critique pouvait déterminer une morale politique. Le sociologue Émile Durkheim, dans une réponse à Ferdinand Brunetière qui s'étonnait de l'intervention d'un « chimiste » dans une affaire de tribunal militaire, expliqua que la justice n'était pas une question spéciale mais un domaine pour lequel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dreyfus-affaire/#i_2039

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traditions sociologiques et le droit »  : […] grâce à l'exercice de la contrainte qu'il permet et à l'établissement de la légitimité qu'il autorise. Pour Émile Durkheim, le droit représente un élément essentiel pour la compréhension des transformations des sociétés. Dans son ouvrage De la division du travail social (1893), il s'attache à une analyse des formes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-sociologie/#i_2039

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Sociologie de l'économie

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] économiques qui apporte un éclairage profondément renouvelé sur les liens entre vie religieuse et action sociale et sur la genèse du capitalisme. Durkheim analyse, dès sa thèse sur La Division du travail social (1893), les fondements non contractuels du contrat et de l'échange marchand. Schumpeter met en avant le rôle de l'entrepreneur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociologie-de-l/#i_2039

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Dans le chapitre « Éducation et stabilité »  : […] plus souvent dans les sociétés stables des éducations bien distinctes les unes des autres. Ainsi Durkheim pense à une société stable, mais différenciée, lorsqu'il définit l'éducation comme visant à « susciter et développer chez l'enfant un certain nombre d'états physiques, intellectuels et moraux que réclament de lui et la société politique dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/education-types-et-fins-de-l-education/#i_2039

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 093 mots
  •  • 2 médias

On considère généralement qu'Émile Durkheim est le fondateur de la sociologie française de l'éducation parce qu'il affirmait que l'école a pour finalité de produire des individus socialisés, à travers une « éducation morale » visant à former des acteurs adaptés à des conditions sociales données, et des individus autonomes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/education-sociologie-de-l-education/#i_2039

ÉTAT, sociologie

  • Écrit par 
  • Hervé FAYAT
  •  • 1 736 mots

Dans le chapitre « L'État et le « mécanisme monopoliste » »  : […] Tout d'abord, il s'agit d'une question de principes pour les durkheimiens et les fonctionnalistes puisque, l'État étant pour Durkheim un produit de la complexité de la division du travail social, sa construction se pose moins en termes de monopolisation que de fonctionnalité. Ainsi toutes les fonctions de l'État sont-elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-sociologie/#i_2039

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'école française : Durkheim et Mauss »  : […] La place d'Émile Durkheim – et celle de l'école française, c'est-à-dire l'ensemble de ses élèves et de ceux qu'il influence – est à la fois éminente et paradoxale. En insistant sur la spécificité du fait social, sur son irréductibilité à des phénomènes d'un autre ordre comme la psychologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_2039

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles orientations »  : […] En France, la sociologie durkheimienne ne répudiait certes pas l'idée que l'évolution des sociétés pourrait présenter des régularités et s'inscrire dans des catégories successives. Par exemple, le totémisme paraissait représenter la forme élémentaire d'où étaient issues les religions plus développées et par conséquent en fournir les principes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_2039

FAIT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 286 mots

Dans son ambition de fonder une science du social capable d'égaler les sciences de la nature, Émile Durkheim (1858-1917) imagina le concept de fait social, qui devait devenir l'unité de base de ses constructions théoriques. Il s'agit, dans son esprit, d'un fait de nature semblable à celle des faits physiques ou biologiques, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fait-social/#i_2039

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La famille et la naissance de la sociologie »  : […] e siècle, aussi bien dans les domaines scientifiques, religieux, philosophiques, politiques que médicaux. À cet égard, les écrits de Durkheim sont exemplaires. Ils constituent inséparablement des éléments de connaissance de la famille de son temps et une représentation normative de ce qu'elle doit être : apport scientifique concernant l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-sociologie/#i_2039

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Chacun veut être reconnu comme une personne à part entière »  : […] vie privée, plus instables, moins institutionnalisées : le couple et la famille ont effectivement pour fonction d'aider chacun dans cette longue quête de soi. La famille contemporaine accentue ce qu'Émile Durkheim avait pressenti dans son cours de sociologie de la famille, à la fin du xixe siècle, à propos de l'évolution de cette institution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-evolution-contemporaine/#i_2039

FÊTE

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT, 
  • Jean-Pierre MARTINON
  •  • 6 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fête, genre mixte »  : […] À vrai dire, les deux éléments ne sont pas sans affinité. Durkheim insiste sur l'aspect récréatif de la religion. La cérémonie est pour une part spectacle. Et J. Duvignaud, dans sa Sociologie du théâtre, a montré que les mystères étaient issus de para-liturgies se déroulant précédemment dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fete/#i_2039

FONCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 342 mots

Il existe en sociologie une longue tradition de recours à l'explication fonctionnelle. Parmi les pères fondateurs de cette discipline, Émile Durkheim (1858-1917) est très souvent considéré comme le pionnier du fonctionnalisme, dans la mesure où il fait fréquemment usage d'analogies avec la biologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-sociale/#i_2039

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le manque d'intérêt des sociologues européens pour le groupe primaire »  : […] était destiné à être remplacé par la société (Gesellschaft). Durkheim, dans sa préface à la seconde édition de son ouvrage De la division du travail social, proposait bien de combattre l'anomie économique grandissante par la constitution de groupes professionnels ; mais leurs dimensions et leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_2039

HALBWACHS MAURICE (1877-1945)

  • Écrit par 
  • François VIEILLESCAZES
  •  • 485 mots

Élève de Bergson et contemporain de Simiand, de Lévy-Bruhl et de Durkheim, Maurice Halbwachs fut professeur aux universités de Caen, de Strasbourg et de Paris, et termina sa carrière au Collège de France où il avait été nommé quelques mois avant sa mort en déportation à Buchenwald. Son œuvre est très largement marquée par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-halbwachs/#i_2039

L'IDÉOLOGIE TRIPARTIE DES INDO-EUROPÉENS, Georges Dumézil - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 135 mots

Dans le chapitre « « L'Idéologie », entre structure et histoire »  : […] On reconnaîtra bien sûr dans le schéma trifonctionnel l'influence de la thèse défendue en 1903 par Durkheim et Mauss à propos de la classification entendue comme « institution sociale », ou encore la thématique, chez le second, du « fait social total ». La tripartition, dans sa version initiale de 1938, sera d'ailleurs immédiatement adoptée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ideologie-tripartie-des-indo-europeens/#i_2039

IMAGINAIRE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 312 mots

Dans le chapitre « Les fonctions sociales de l'imaginaire social »  : […] Dans cette vaste problématique, Émile Durkheim et Sigmund Freud ont ouvert deux champs de recherche à partir d'hypothèses et d'objectifs différents. Durkheim s'est attaché, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912) et ses travaux sur les formes de la pensée archaïque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-social/#i_2039

INCESTE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 3 063 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les impératifs sociaux »  : […] L'explication par des causes sociales est apparemment plus satisfaisante. C'est ainsi que pour E. Durkheim (La Prohibition de l'inceste), la prohibition de l'inceste ne serait que la survivance d'un ensemble complexe de règles, imposant aux sociétés humaines les plus primitives la loi de l'exogamie. L'exogamie elle-même s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inceste/#i_2039

INDIVIDUALISME

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 214 mots

Dans le chapitre « L'individualisme comme notion sociologique »  : […] de diagnostics reposant sur de nouvelles bases – les effets de la division du travail, notamment chez Émile Durkheim (Leçons de sociologie, 1950). Source de l'individualisme, le développement de la division complexe du travail a pour conséquence de détacher l'individu de groupes d'appartenance, pourvoyeurs d'identité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme/#i_2039

INDIVIDUALISME ET HOLISME

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 1 278 mots

Dans le chapitre « Une opposition impertinente »  : […] La sociologie scientifique s'est constituée contre ce système de pensée. Loin de prendre cette notion comme le point de départ de l'analyse sociologique, Émile Durkheim la prend comme objet pour déterminer les conditions sociales de son apparition. Il la réfère à l'accroissement de la division du travail social qu'il assimile à un processus d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme-et-holisme/#i_2039

INDIVIDUATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 773 mots

de la société qui désigne des relations empreintes de modernité, fondées sur l’intérêt individuel et l’engagement révocable. C’est toutefois Émile Durkheim qui accorde une importance majeure à ce phénomène en l’inscrivant dans un processus historique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individuation-sociologie/#i_2039

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 139 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interprétation sociologique »  : […] initiations religieuses et magiques, mais ne peut s'appliquer aux initiations tribales. Durkheim, dans une perspective analogue, mais pour les seules sociétés tribales totémiques, pense que des déformations corporelles ont pour objet de donner au récipiendaire, sous une forme plus ou moins symbolique, l'aspect de son totem. R. Caillois, insistant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_2039

INSTITUTION

  • Écrit par 
  • Delphine DULONG
  •  • 1 610 mots

La notion d'institution est centrale en sciences sociales. Émile Durkheim, d'ailleurs, présentait la sociologie comme « la science des institutions ». Il suffit de se reporter à la définition qu'en propose le politiste français Jacques Lagroye pour en comprendre les raisons. Selon lui, l'institution désigne un ensemble de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institution/#i_2039

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Dans le chapitre « La conception durkheimienne de l'institution »  : […] Les sociologues durkheimiens commencent, comme le fait Marcel Mauss dans son article de la Grande Encyclopédie, par souligner que les institutions, de même que tous les « faits sociaux », doivent être traitées comme des « choses ». Le fameux précepte durkheimien signifie d'abord que le travail du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutions/#i_2039

INTÉGRATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gilles FERREOL
  •  • 1 272 mots

De la thèse d'Émile Durkheim, De la division du travail social (1893), aux Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), le terme intégration – qui désigne, dans son acception la plus générale, l'opération consistant à adjoindre un élément à d'autres, afin de former une totalité – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integration-sociologie/#i_2039

LIBERTÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « La constitution sociale de la liberté »  : […] qui préexiste aux volontés individuelles, existe-t-il encore une marge de manœuvre ? Dans sa lutte contre le psychologisme, Durkheim caractérise d’abord le fait social comme une « puissance coercitive et impérative » qui pèse sur les individus : ceux-ci, par exemple, ne sont pas en position de choisir la langue de leur pays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-sociologie/#i_2039

LIEN SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 247 mots

de société, ce qu'on a appelé les modes de sociabilité. Ainsi, Durkheim a-t-il distingué entre les sociétés à solidarité mécanique, à faible division du travail, où les individus se distinguent peu les uns des autres (c'est ce qu'on croyait à son époque des sociétés dites alors « primitives ») et les sociétés à solidarité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lien-social/#i_2039

LOGIQUE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 1 112 mots

Parce que les régularités du monde social ne sont pas, comme le voulait Émile Durkheim dans Éducation et Sociologie en 1922, des « nécessités inéluctables », parce que les « logiques sociales » ne sont pas convertibles en destin, il y a place, entre la résignation sociologiste et le volontarisme utopiste, pour « un utopisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-sociale/#i_2039

MARCHÉ (sociologie)

  • Écrit par 
  • Valérie ASENSI, 
  • Gilles LAFERTÉ
  •  • 1 320 mots

De la division du travail social, Émile Durkheim l’a décrit en 1893 comme l’un des éléments du processus de spécialisation et de division du travail propres aux sociétés modernes ; Max Weber l’a compris comme une forme sociale singulière, fondée sur l’échange et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-sociologie/#i_2039

MAUSS MARCEL (1872-1950)

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 1 624 mots

Neveu et disciple de Durkheim, Mauss occupe une situation très originale dans l'histoire de la sociologie et de l'anthropologie. Il ne construisit pas, comme le fit son oncle, un système général pour expliquer les phénomènes sociaux et ne se cantonna point, inversement, dans une étroite spécialisation, mais il exerça son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-mauss/#i_2039

MENTALITÉS, histoire

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 2 014 mots

Dans le chapitre « Deux conceptions des mentalités »  : […] Marc Bloch et Lucien Febvre ayant souvent reconnu leur dette à L'Année sociologique, la revue fondée en 1896 par Émile Durkheim, et à la Revue de synthèse historique d'Henri Berr (créée en 1900), on pourrait interpréter cette divergence comme un partage d'héritage : d'un côté, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalites-histoire/#i_2039

MORALE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gérôme TRUC
  •  • 1 343 mots

Dans le chapitre « La sociologie, science de la morale »  : […] de la sociologie comme discipline scientifique autonome se justifie aux yeux d’Émile Durkheim par la nécessité d’explorer avec des outils spécifiques la dimension morale de la réalité. Bien que celle-ci ne se prête pas à l’observation directe, il juge possible d’objectiver le « fait moral » au moyen des méthodes statistiques, comme il l’entreprend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale-sociologie/#i_2039

NORME SOCIALE

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 340 mots

Dans le chapitre « La formation des normes »  : […] des grandes normes sociales a tendu à revêtir fondamentalement trois grands aspects. Dans une première tradition, associée au nom de Durkheim, les normes sociales s'expliquent par les réquisits propres aux nécessités de l'organisation sociale, qui exige en particulier une cohésion, ou une solidarité entre ses membres, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norme-sociale/#i_2039

OBJECTIVATION SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard LACROIX
  •  • 1 394 mots

’ils n’aperçoivent pas les transformations qui les engendrent. L’atmosphère, notait ainsi Durkheim, « pèse » sur mes épaules, et cependant je n’en sens rien, un peu de la même façon que l’engagement religieux, corps et âme des puritains, les rend aveugles au résultat de leurs façons de faire, c’est-à-dire l’avènement du capitalisme. Les propriétés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objectivation-sociologique/#i_2039

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le tournant du siècle »  : […] Dans De la division du travail social, Durkheim a mis l'accent sur l'apparition d'une solidarité organique qui lie les individus dans une société industrielle par suite d'une forte division du travail. Il s'agit donc ici d'un organisme progressiste, semblable à celui de Saint-Simon, et de pure analogie, puisqu'il relie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organicisme/#i_2039

ORGANISATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 5 284 mots
  •  • 5 médias

si ethnologues et sociologues n'élaboraient des instruments d'analyse pour leur usage spécifique. C'est ainsi que selon Durkheim, la variété des types de société s'explique par la différenciation sociale, ou division du travail social : l'histoire manifeste la prépondérance progressive de la solidarité organique sur la solidarité mécanique. Pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-sociale/#i_2039

PÉDAGOGIE - Le statut

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 5 108 mots

Dans le chapitre « Le temps des « spécialistes spécialement spécialisés » »  : […] Et c'est là qu'il convient de situer le rôle déterminant de Durkheim. Il voit avec une acuité extrême que l'intelligence de l'éducation devra désormais considérer que cette dernière est indissociablement produit et projet. L'éducation est un produit, c'est-à-dire la résultante d'une conjonction d'influences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-le-statut/#i_2039

PERCEPTION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gauthier FRADOIS
  •  • 888 mots

donc pas des propriétés des choses, mais une production du sujet transcendantal, qui seul garantit la réalité objective. En étudiant des modes de classifications primitifs, Émile Durkheim et Marcel Mauss remettent en cause cet a priori ontologique de catégories immanentes aux structures mentales d'un individu pensé comme autonome. Dans un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception-sociologie/#i_2039

PRÉNOTION, sciences sociales

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 805 mots

Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, 1968). Bien qu'il ait prétendu avoir emprunté ce terme au philosophe anglais, Émile Durkheim lui a conféré une signification fort différente. En effet, pour le père fondateur de la sociologie universitaire française, il s'agit de donner un nom aux notions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prenotion-sciences-sociales/#i_2039

PRESSE - La presse et ses lecteurs

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 5 406 mots

Dans le chapitre « L'influence de la presse sur ses lecteurs »  : […] Dans son étude sur l'accroissement du nombre des suicides, Émile Durkheim initie une critique sociologique de cette vision des choses. Pour lui, la presse ne favorise guère le suicide que chez des personnes déjà prédisposées à passer à l'acte. Une thèse assez convergente est développée par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-la-presse-et-ses-lecteurs/#i_2039

PROHIBITION DE L'INCESTE

  • Écrit par 
  • Laurent BARRY
  •  • 1 338 mots

Dans le chapitre « Vers une institution sociale « sui generis » »  : […] Émile Durkheim va détourner la prohibition de l'inceste de ces notions de risque et d'attirance-répulsion psychologique pour en faire une pure institution sociale. Il voyait dans la prohibition de l'inceste une conséquence de l'évitement du contact avec le sang menstruel des apparentées, symbole du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prohibition-de-l-inceste/#i_2039

QUESTIONNAIRE, sociologie

  • Écrit par 
  • Christophe LE DIGOL
  •  • 1 346 mots

En 1895, Émile Durkheim énonce dans Les Règles de la méthode sociologique la nature de la relation que le sociologue doit entretenir avec son objet : « il faut traiter les faits sociaux comme des choses ». Les faits sociaux, qui constituent l’objet propre de la sociologie, ont une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/questionnaire-sociologie/#i_2039

RÉALITÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 1 047 mots

constructiviste récusant toute extériorité ? On voit mal comment le concept de science pourrait en sociologie se voir dissocié de celui de réalité : c’est ce qu’indiquait Émile Durkheim dans Les Règles de la méthode sociologique (1895) quand il parlait de la transcendance des « faits sociaux ». Rien n’oblige toutefois à soutenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite-sociologie/#i_2039

RÈGLE, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 985 mots
  •  • 1 média

oriente les conduites par le commandement qu’elle édicte et par les sanctions qu’un manquement à son égard peut entraîner. Une telle définition fait directement écho à celle du fait social qu’Émile Durkheim considère comme manière de faire, de penser et de sentir, fixée ou non, susceptible d’exercer sur l’individu une contrainte extérieure. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-sociologie/#i_2039

RELIGION - La religion populaire

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 970 mots

Dans le chapitre « L'époque de la sociologie classique »  : […] Il y a là un problème théorique qui fut fortement souligné par Durkheim, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse : « Une religion ne tient pas nécessairement dans une seule et même idée, ne se ramène pas à un principe unique qui, tout en se diversifiant suivant les circonstances auxquelles il s'applique, serait, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-la-religion-populaire/#i_2039

RELIGION - L'anthropologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le champ de l'anthropologie religieuse »  : […] naturels. Il faut donc bien définir la sphère du sacré par rapport à celle du profane. Nous pensons, après Durkheim, que le religieux se définit par cette opposition même ; nous n'avons pas à imposer nos perspectives ethnocentriques et nos conceptions, nous n'avons même pas à chercher, croyons-nous, une explication de ce sentiment du sacré : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-l-anthropologie-religieuse/#i_2039

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 054 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Interprétation durkheimienne »  : […] Au contraire, pour Émile Durkheim, la religion n'est pas tant un arrachement au monde qu'un mode de fusion entre la vie en société et ce qui est au-delà : le sacré. En proposant une foi, des croyances et des cultes, la religion contraint les membres d'un groupe, d'une société à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_2039

REPRÉSENTATIONS COLLECTIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe MARCEL
  •  • 1 140 mots

Associé au nom du sociologue Émile Durkheim (1858-1917) et à son école, le concept de représentation collective désigne, sous la plume de ce dernier, des façons communes de perception et de connaissance bien distinctes des représentations individuelles, qui recèlent « un savoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representations-collectives/#i_2039

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonctions et explications »  : […] L'explication proposée par Durkheim représente précisément le plus remarquable effort pour réduire les comportements religieux à des phénomènes ayant une fonction essentiellement sociale. Selon lui, les rites servent à distinguer le sacré du profane ou bien à faire pénétrer le sacré dans la vie collective ; et le sacré lui- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites/#i_2039

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 524 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche fonctionnaliste »  : […] rassemblements (par exemple, sportifs) constituent de nouveaux rituels religieux qui expriment, à la façon dont l'entendait Émile Durkheim, des sentiments collectifs et grâce auxquels une société s'unifie et « prend conscience de soi » dans l'action commune et la sensation de vivre à l'unisson, emblèmes et symboles ayant pour fonction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/#i_2039

RUPTURE ÉPISTÉMOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 807 mots

Ces considérations nous ramènent au problème des prénotions dont Émile Durkheim affirme que les sociologues doivent se débarrasser au départ de toute recherche. Ce sont elles qui constituent les véritables obstacles épistémologiques, voués à être l'objet de la rupture qui nous occupe. Mais il est souvent difficile de les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rupture-epistemologique/#i_2039

SACRÉ

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La double définition de Durkheim »  : […] Un examen des Formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim, dont la première publication date de 1912, s'impose ici, car, si cet ouvrage n'est pas le premier où le sacré est considéré comme une notion opérante, on y voit converger plusieurs recherches, jusque-là éparses, traitant de notions auxquelles on appliquait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre/#i_2039

SIMMEL GEORG (1858-1918)

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 759 mots

Dans le chapitre « Les fondements de la sociologie « formelle » »  : […] La sociologie « formelle » de Simmel tourne ainsi complètement le dos à la sociologie durkheimienne, dont un des objectifs principaux est, au contraire, de déterminer des lois empiriques et universelles. Aussi n'est-il pas étonnant que la réaction de Durkheim (Textes, Minuit, t. I, 13 sqq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-simmel/#i_2039

SOCIABILITÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 3 805 mots

manières, pour les individus, d'être liés au tout et d'être liés entre eux, c'est-à-dire de multiples formes de sociabilité. Ce dernier terme recouvre à la fois ce que Durkheim appelait les formes de la conscience collective et ce statut de l'identité personnelle qui permet à chacun d'être un sujet différent des autres sujets et en rapport avec eux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite/#i_2039

SOCIALISATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Bernard LAHIRE
  •  • 2 050 mots

Dans le chapitre « Socialisation primaire, socialisation secondaire »  : […] on tente plus ou moins explicitement de lui imposer en matière d'éducation des enfants. Durkheim avait déjà souligné, dans De la division du travail social (1893), le caractère total et enveloppant de l'univers familial qui, à la différence de la corporation professionnelle par exemple, forme « une sorte de société complète dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisation-sociologie/#i_2039

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « Typologie des sociétés globales »  : […] regroupements à partir de critères jugés pertinents, c'est-à-dire de forger des types. « Il semblait, observe Durkheim dans les Règles de la méthode sociologique, que la réalité sociale ne pouvait être l'objet que d'une philosophie abstraite et vague ou de monographies purement descriptives. Mais on échappe à cette alternative […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_2039

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « La communauté et la société »  : […] e et du xxe siècle, des théoriciens tels qu'Émile Durkheim, Ferdinand Tönnies ou Max Weber, malgré leurs grandes différences, s'accordent à annoncer la venue d'une société dans laquelle les relations sociales étroites et collectives seraient profondément atteintes. Ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-de-masse/#i_2039

SOCIOLOGIE - La démarche sociologique

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 5 426 mots

Dans le chapitre « L'objectivité du social »  : […] dans l'usage du langage ordinaire invite à l'objectivation plus qu'à l'objectivisme qui en est la caricature. L'extériorité du social mise en avant par Durkheim dans la célèbre formule « traiter les faits sociaux comme des choses » n'a rien d'une prédilection pour un modèle naturaliste. Le « comme si » (... c'étaient des choses) indique une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-la-demarche-sociologique/#i_2039

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 617 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compréhension et explication des données »  : […] et d'explication que s'articulent les grandes conceptions de l'interprétation sociologique. Schématiquement, nous distinguerons la tradition webérienne (ou subjectiviste) et la tradition durkheimienne (ou objectiviste), étant entendu que cette opposition, souvent caricaturée dans les manuels, ne doit pas être considérée comme insurmontable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-methodes/#i_2039

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Une lente reconnaissance institutionnelle »  : […] e siècle, la sociologie commence timidement à pénétrer le système universitaire. En 1887, Émile Durkheim est nommé chargé de cours de sciences sociales et éducation à la faculté des lettres de Bordeaux. En 1902, il obtient le poste de suppléant à la chaire de sciences de l'éducation de la Sorbonne. Titulaire de cette dernière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_2039

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 717 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociologies de la détermination sociale »  : […] Les sociologues se réclamant de Durkheim (1858-1917) et de ses Règles de la méthode sociologique partagent la conviction que la sociologie est une science comme les autres et qu'elle doit user des mêmes procédures : définition de l'objet, énoncé d'hypothèses, vérification empirique (par les statistiques et leurs covariations, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_2039

SOCIOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Fabrice CLÉMENT
  •  • 2 958 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sociologie et le rejet de la psychologie »  : […] sont développées à la fin du xixe siècle. Émile Durkheim, en particulier, a beaucoup œuvré pour fonder la sociologie en tant que discipline autonome. Mais il connaissait fort bien la psychologie, notamment grâce à un séjour qu’il effectua dans le laboratoire du fondateur de la psychologie expérimentale, Wilhelm Wundt. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-cognitive/#i_2039

SOCIOLOGIE CLINIQUE

  • Écrit par 
  • Vincent DE GAULEJAC
  •  • 2 756 mots

Dans le chapitre « Les enjeux  »  : […] sociologues qui, bien que peu nombreux, ne sont pas les moins talentueux, à commencer par Durkheim lui-même. Cette situation est paradoxale dans la mesure où tous les sociologues ou presque se réclament du fondateur de la sociologie française pour justifier leur rejet de la dimension psychique, alors même que celui-ci écrivait « l’étude des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-clinique/#i_2039

SOCIOLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire au cœur du raisonnement sociologique »  : […] Mais, comme l'indique le sociologue américain Philip Abrams, ce sont surtout les travaux d'Émile Durkheim et de Max Weber qui montrent à quel point « l'explication sociologique est nécessairement historique ». Les deux fondateurs de la sociologie utilisent tous deux l'histoire dans le cadre d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-historique/#i_2039

SOLIDARITÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe MARCEL
  •  • 1 231 mots

C'est dans son travail de thèse, De la division du travail social (1893), qu'Émile Durkheim utilise la notion de solidarité sociale. Celle-ci renvoie au lien moral qui unit les individus d'un même groupe, et qui forme le ciment de la cohésion sociale : pour qu'une société existe, il faut que ses membres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solidarite-sociale/#i_2039

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise à jour d'un ordre du symbolique »  : […] celui des statistiques depuis le xviiie. L'enquête de Durkheim sur le suicide visait déjà à montrer que l'acte qui passe pour la manifestation la plus radicale du libre arbitre d'un sujet, obéissait aussi à des lois déterminantes (structurales ?) dont ne rendait pas compte l'autonomie supposée des individus. Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_2039

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 337 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le suicide et les sociétés »  : […] C'est à propos du suicide que Durkheim démontra, de la manière la plus paradoxale, l'originalité de sa méthode, en mettant en évidence la spécificité du social dans l'explication d'un phénomène qui paraissait relever essentiellement du psychisme individuel. Il distingue trois types principaux : le suicide altruiste, le suicide égoïste et le suicide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_2039

SUICIDE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 1 018 mots

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide, un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social, énoncé dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide-sociologie/#i_2039

TARDE GABRIEL (1843-1904)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 511 mots

Dans le chapitre « L'idée d'interaction »  : […] À relire certains textes mineurs de Durkheim, L'État actuel des études sociologiques, Crime et santé sociale (1895), La Sociologie (1915), on voit, certes, qu'il y va, dans son différend avec Tarde, des fondements mêmes de cette discipline et des liens qui l'unissent à la psychologie. Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-tarde/#i_2039

TRAVAIL DIVISION DU

  • Écrit par 
  • B. BREVAN
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Quelques décennies plus tard, E. Durkheim (De la division du travail social, Paris, 1893), loin de considérer la division du travail comme une source permanente de conflits sociaux, y voit plutôt un moyen facilitant l'intégration des individus dans la société et assurant ainsi l'unité du corps social et la solidarité entre ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/division-du-travail/#i_2039

TYPOLOGIE, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude COMBESSIE
  •  • 1 639 mots

traitement du nombre, croiser des variables (tableaux) devient un outil d'analyse et de typologies possibles. Durkheim a ouvert la voie. À partir de statistiques nationales des suicides, il constate que leur fréquence varie en fonction de différents « états des milieux sociaux » et en déduit une typologie des causes de suicide et, partant, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-sociologie/#i_2039

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Norme et valeur »  : […] En voyant dans la société la source de toute valeur, Durkheim pouvait justement opposer les valeurs collectives aux désirs individuels. Il s'appuyait sur l'unification que permettaient le concept de valeur et celui de norme entre les domaines économiques, esthétiques et moraux, afin de mettre les différentes valeurs sur le même plan. Durkheim et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_2039

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, Philippe BESNARD, « DURKHEIM ÉMILE - (1858-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/