DEUIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé. Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélancolie (1915) à cette « maladie naturelle » que traverse l'endeuillé. Il a tenté d'y dégager les lignes directives du travail psychique que doit accomplir le survivant placé devant le fait que l'objet est irrémédiablement absent. Cette « maladie naturelle » constitue une épreuve de réalité bien spécifique. Il ne s'agit pas du premier travail psychanalytique sur ce sujet : Karl Abraham, élève de Freud, avait auparavant publié une recherche sur le deuil en rapprochant le tableau nosographique de la mélancolie — qui appartient au domaine de la pathologie mentale — de celui du deuil (Zentralblatt für Psychoanalyse und Psychotherapie, vol. II, no 6, 1912).

La Mort de Géricault, A. Scheffer

Photographie : La Mort de Géricault, A. Scheffer

Photographie

Ary Scheffer (1795-1858), La Mort de Géricault, (Paris, le 26 janvier 1824, avec ses amis le colonel Bro de Comeres et le peintre Joseph Dedreux-Dorcy). Huile sur toile (H. 0,36 m ; L. 0,46 m). Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Dans le champ psychanalytique, comment se traduit cette épreuve de deuil ? Freud a mis en évidence, dans l'ouvrage précité, les modifications de la dynamique libidinale qu'engendre la disparition définitive d'un être aimé (c'est-à-dire d'un objet libidinal). Au cours du deuil, le sujet accomplit un ensemble d'opérations mentales : cet ensemble constitue le « travail de deuil » (Trauerarbeit). La personne aimée et disparue était investie libidinalement par le sujet. Aussi, lors du deuil, une partie de la libido qui se dirigeait sur l'objet est libérée et retourne sur le moi. C'est ce qui se traduit par le repli narcissique, car la libido ainsi soustraite du monde extérieur n'assure plus la prise sur la réalité. Phénoménologiquement, cela s'observe par un r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DEUIL  » est également traité dans :

DEUIL, histoire du costume

  • Écrit par 
  • Renée DAVRAY-PIÉKOLEK
  •  • 998 mots

Dans toutes les sociétés, la mort d'un proche est signifiée par le port du costume de deuil. Défini par l' Encyclopédie , le deuil est entendu au sens large : « Espèce particulière d'habit pour marquer la tristesse qu'on a dans des occasions fâcheuses, surtout dans des funérailles. » Si les modalités de l'expression du deuil varient selon les cultures, quelques constantes se retrouvent : le bannis […] Lire la suite

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « Sentir la vie » »  : […] Que son incarnation lui soit ou non refusée, le paradoxe de l'amour tient, avant tout, dans la résurrection de l'illusion dont il témoigne : celle d'un effacement de la distance et d'une fermeture possible du cercle. Mythe de l'Un parménidien : le Je et le Tu disparaîtraient à travers la fusion amoureuse. C'est au sein du sentiment et grâce à lui que la vie, non scindée par la réflexion, pourrait […] Lire la suite

LAMENTATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 877 mots

Composition par laquelle le poète met en forme le topos du regret et du deuil à l'occasion d'un départ, d'une mort ou d'une calamité publique. Qu'il parle en son nom ou au nom de la communauté entière, il doit convertir l'émotion en mots, sans cesse renouvelés et cependant conformes à la tradition, car la douleur, elle, est toujours identique à elle-même. Cette « habitude poétique » (P. Zumthor) […] Lire la suite

SOUFFRANCE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 420 mots

Dans le chapitre « Niveaux de profondeur de la souffrance »  : […] À la différence du déplaisir, qui consiste dans la simple conscience d'une augmentation de tension, la souffrance ne se réduit jamais à l'affect. Conjointement à la décharge motrice et à la conscience de sa valeur pathique, celle-ci suppose, en effet, l'investissement d'une représentation. L'attention se concentre sur la zone du corps douloureuse ou bien prend pour pôle l'objet d'une nostalgie na […] Lire la suite

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inhibitions intellectuelles »  : […] Les inhibitions intellectuelles consistent en la non-utilisation par le sujet de compétences intellectuelles normalement développées. De telles inhibitions se produisent dans plusieurs circonstances. On peut les classer en quatre types différents. L'inhibition transitoire sous l'effet d'un état de panique – incendie, naufrage, action de guerre par exemple – au cours duquel le sujet agit sans son […] Lire la suite

DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

  • Écrit par 
  • Jean GUYOTAT
  •  • 3 159 mots

Dans le chapitre « La dépression névrotique »  : […] La dépression névrotique est caractérisée d'une façon générale par la même symptomatologie. Cependant, la douleur morale y est moins intense, la culpabilité plus voilée. Les troubles somatiques ne sont pas constants ; les troubles du sommeil relèvent plutôt de l'hypersomnie ou de l'insomnie obsédante que de l'insomnie réelle. Il s'agit surtout d'un phénomène de décompensation d'une personnalité n […] Lire la suite

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Psychanalyse et philosophie »  : […] Freud classe la mélancolie, en 1896, parmi les psychonévroses de défense et plus précisément les névroses narcissiques. Liée à la série des névroses d'angoisse, particulièrement à la dépression périodique, elle se rattache au troisième mode de transformation de l'énergie non liquidée, celui de la transformation de l'affect ; mais, alors que la névrose d'angoisse provient d'une accumulation de ten […] Lire la suite

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nostalgie et renoncement »  : […] « Ils ne sont pas heureux, ils souffrent de langueur [ Sehnsucht ] mais ils ne sont pas malades », affirme Freud dans la vingt-deuxième de ses Conférences à propos des individus qu'il estime capables de supporter une privation libidinale. Et la nostalgie, loin de se trouver réduite à un processus pathologique, offrirait peut-être, au contraire, matière à sublimer la privation dans l'expression qu […] Lire la suite

RITES DE PASSAGE

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rituels « life-crisis » ou rituels individuels »  : […] Les rituels qui soulignent les étapes majeures de la vie d'un individu présentent, dans des sociétés très diverses, la structure tripartite propre aux rites de passage. Ainsi, la naissance, la puberté sociale, les fiançailles et le mariage, la grossesse et l'accouchement, les funérailles sont l'occasion de « crises » individuelles, mais ont aussi une issue qui prend une valeur stratégique pour le […] Lire la suite

AUDOIN-ROUZEAU STÉPHANE (1955- )

  • Écrit par 
  • Paula COSSART
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des chantiers divers »  : […] Au-delà de cette position générale, Audoin-Rouzeau a investi des terrains divers. Dans La Guerre des enfants (1993), l’historien analyse « la première grande mobilisation morale et intellectuelle de l’enfance au sein du champ politique européen ». Il souligne l’agressivité nouvelle du langage de guerre proposé aux enfants dès 1914. L’Enfant de l’ennemi (1914-1918). Viol, avortement, infanticide […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Mort de Valéry Giscard d’Estaing. 2-9 décembre 2020

jour de deuil national, le 9. Il indique que Valéry Giscard d’Estaing et sa famille ne souhaitaient pas d’hommage national. Le 5, les obsèques de l’ancien président se déroulent dans l’intimité à Authon (Loir-et-Cher). […] Lire la suite

Chine. Début du déconfinement de la ville de Wuhan. 4-17 avril 2020

Le 4, le pays observe une journée de deuil et de recueillement national à la mémoire des trois mille trois cent vingt-six morts de la Covid-19, selon le bilan officiel. Les autorités honorent particulièrement la mémoire de quatorze soignants qualifiés de « martyrs ». Parmi ceux-ci figure […] Lire la suite

France. Polémique à la suite d’un vote sur le congé de deuil parental. 30 janvier - 11 février 2020

Le 30, la ministre du Travail Muriel Pénicaud s’oppose, à l’Assemblée nationale, à la mesure-phare de la proposition de loi du groupe UDI, Agir et indépendants, qui prévoyait d’allonger de cinq à douze jours le congé légal accordé aux parents lors du décès d’un enfant mineur. Elle argue que le coût de cette mesure ne doit pas être supporté par les employeurs. Les députés La République en marche (L […] Lire la suite

Chine. Poursuite de la contestation à Hong Kong. 1er-16 octobre 2019

Le 1er, jour du soixante-dixième anniversaire de la proclamation de la République populaire, plusieurs dizaines de milliers de militants prodémocratie commémorent à Hong Kong « une journée de deuil national ». Les affrontements entre manifestants et policiers […] Lire la suite

France. Mort de Jacques Chirac. 26-30 septembre 2019

le cercueil est exposé à l’hôtel des Invalides. Le 30 est décrété journée de deuil national. Une messe solennelle est célébrée à l’église Saint-Sulpice en présence de nombreux chefs d’État étrangers. Jacques Chirac est ensuite inhumé dans l’intimité au cimetière du Montparnasse. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie METAIS, « DEUIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/deuil/