Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DEUIL

La Mort de Géricault, A. Scheffer

La Mort de Géricault, A. Scheffer

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé. Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélancolie (1915) à cette « maladie naturelle » que traverse l'endeuillé. Il a tenté d'y dégager les lignes directives du travail psychique que doit accomplir le survivant placé devant le fait que l'objet est irrémédiablement absent. Cette « maladie naturelle » constitue une épreuve de réalité bien spécifique. Il ne s'agit pas du premier travail psychanalytique sur ce sujet : Karl Abraham, élève de Freud, avait auparavant publié une recherche sur le deuil en rapprochant le tableau nosographique de la mélancolie — qui appartient au domaine de la pathologie mentale — de celui du deuil (Zentralblatt für Psychoanalyse und Psychotherapie, vol. II, no 6, 1912).

Dans le champ psychanalytique, comment se traduit cette épreuve de deuil ? Freud a mis en évidence, dans l'ouvrage précité, les modifications de la dynamique libidinale qu'engendre la disparition définitive d'un être aimé (c'est-à-dire d'un objet libidinal). Au cours du deuil, le sujet accomplit un ensemble d'opérations mentales : cet ensemble constitue le « travail de deuil » (Trauerarbeit). La personne aimée et disparue était investie libidinalement par le sujet. Aussi, lors du deuil, une partie de la libido qui se dirigeait sur l'objet est libérée et retourne sur le moi. C'est ce qui se traduit par le repli narcissique, car la libido ainsi soustraite du monde extérieur n'assure plus la prise sur la réalité. Phénoménologiquement, cela s'observe par un ralentissement des activités ou perte d'élan vital, un désintérêt pour le monde environnant, un repli sur la douleur et les souvenirs. Cette régression de la libido entraîne une identification au disparu : une partie du moi du sujet devient l'objet ; l'identification narcissique avec l'objet devient le substitut de l'investissement d'amour. Ce processus est inhérent à tout deuil.

L'élément capital de la compréhension du travail de deuil se situe au niveau de l'identification narcissique à l'objet perdu. Il y a « incorporation » de l'objet dans le moi dans le but de conserver le lien et d'éviter la perte. Cependant, avec le temps, le moi élabore peu à peu la rupture et redistribue ses investissements. Le travail de deuil a donc pour tâche de remplir la mission suivante : accepter que l'objet perdu n'existe plus et détacher la libido des liens qui la retournent à l'objet. Au verdict de la réalité, le sujet répond d'abord par la révolte en s'absorbant dans les souvenirs, moyen pour lui de nier l'absence. Il peut même parfois passer par une psychose hallucinatoire du désir qui place la pensée inconsciente au-dessus de la réalité (par exemple par la négation : « le disparu n'est pas mort ; il reviendra... »). Ce mode de relation à l'objet disparu (commémoration des souvenirs) a été appelé « relation nostalgique à l'objet ». Puis les espérances narcissiques que procure la vie s'opposent à cette relation douloureuse : « ... et le moi est quasiment placé devant le fait de savoir s'il veut partager ce destin, et il se laisse décider par la somme des satisfactions narcissiques à rester en vie et à rompre sa liaison avec l'objet anéanti » (Deuil et mélancolie, p. 168). Le travail de deuil doit donc aboutir au renoncement progressif de cette activité mentale de représentations liées au disparu au[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

La Mort de Géricault, A. Scheffer

La Mort de Géricault, A. Scheffer

Autres références

  • AMOUR

    • Écrit par Georges BRUNEL, Baldine SAINT GIRONS
    • 10 182 mots
    • 5 médias
    ...» – quelque chose d'unique, et sur quoi, comme unique, ne peut planer que la mort. Mais, les divinités étant marquées par avance du « trait unaire du deuil », que pourrait signifier l'acte d'amour pour elles ? L'amour, pas plus que la mort, ne saurait les ébranler. Car un éternel endeuillement les empêche...
  • AUDOIN-ROUZEAU STÉPHANE (1955- )

    • Écrit par Paula COSSART
    • 912 mots
    • 1 média
    Audoin-Rouzeau a aussi travaillé sur la question du deuil. Dans Cinq Deuils de guerre : 1914-1918 (2001), il souligne notamment que la Grande Guerre a souvent suscité des deuils interminables, dont la trace n'est toujours pas effacée, près d’un siècle après la fin du conflit. Il met particulièrement...
  • DÉFICIENCES MENTALES

    • Écrit par Bernard GIBELLO
    • 3 797 mots
    L'inhibition consécutive à la perte d'un être aimé : dans ces conditions, toute l'activité de pensée est occupée parle travail de deuil, et demeure indisponible pour tout autre activité. Le travail de deuil est une activité normale et importante de la pensée, qui permet de surmonter la douleur...
  • DEUIL, histoire du costume

    • Écrit par Renée DAVRAY-PIÉKOLEK
    • 991 mots

    Dans toutes les sociétés, la mort d'un proche est signifiée par le port du costume de deuil. Défini par l'Encyclopédie, le deuil est entendu au sens large : « Espèce particulière d'habit pour marquer la tristesse qu'on a dans des occasions fâcheuses, surtout dans des funérailles. »...

  • Afficher les 16 références

Voir aussi