ANOMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept d'anomie forgé par Durkheim est un des plus importants de la théorie sociologique. Il caractérise la situation où se trouvent les individus lorsque les règles sociales qui guident leurs conduites et leurs aspirations perdent leur pouvoir, sont incompatibles entre elles ou lorsque, minées par les changements sociaux, elles doivent céder la place à d'autres. Durkheim a montré que l'affaiblissement des règles imposées par la société aux individus a pour conséquence d'augmenter l'insatisfaction et, comme diront plus tard Thomas et Znaniecki, la « démoralisation » de l'individu. De cette démoralisation, Durkheim voit le signe dans l'augmentation du taux des suicides. En effet, le suicide « anomique », qui vient de ce que l'activité des hommes est déréglée et de ce qu'ils en souffrent, a tendance à se multiplier en période de crise politique ou de boom économique. De même, il devient plus fréquent là où les mariages étant plus fragiles l'homme est apparemment plus libéré des contraintes morales.

Le concept durkheimien d'anomie a fait l'objet de réflexions et de recherches de la part des sociologues contemporains, comme Merton et Parsons. Mais le développement le plus intéressant, quoique plus ancien, de la théorie de l'anomie se trouve peut-être dans les travaux de Thomas et Znaniecki sur les effets de la transplantation sociale. Dans leurs études sur les immigrants polonais aux États-Unis, les auteurs ont montré que la transplantation provoquait une « désorganisation sociale » des familles et, corrélativement, une démoralisation des individus, qui mènent une existence dépourvue de but et de signification apparente. La théorie de l'anomie paraît d'importance fondamentale à une époque qui, comme la nôtre, est caractérisée par des changements rapides. En effet, le changement implique le vieillissement des règles de conduite traditionnelles en même temps que l'existence, dans les phases de transition, de systèmes de règles mal établies ou contradictoires. Il serait important de savoir dans quelle mesure le changement entraîne eff [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ANOMIE  » est également traité dans :

ASSIMILATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Shmuel Noah EISENSTADT
  •  • 9 369 mots

Dans le chapitre « Quelques types caractéristiques de groupes de candidats à l'assimilation »  : […] solidarité des groupes familiaux est là pour y veiller. Mais des cas plus complexes d'anomie peuvent se produire dans des conditions familiales défavorables : il y a alors retour au type des familles isolées mais stables, et donc détachement à l'égard du pays d'accueil – du moins dans une certaine mesure. De plus en plus, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assimilation-sociale/#i_2040

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les méthodes d'analyse causale »  : […] Ainsi, Durkheim fait l'hypothèse que le suicide est facilité par l'état d'anomie : lorsque la pression des règles sociales sur l'individu se relâche, ce dernier, n'étant plus guidé par des impératifs extérieurs, étant livré à lui-même, a du mal à diriger son existence et à lui trouver un sens. Bref, le relâchement des règles sociales conduit, non à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_2040

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Densité et anomie »  : […] Lorsque cette densité est très faible, c'est-à-dire lorsque les contacts entre les individus cessent d'être réglés (par des rythmes collectifs, et surtout par la participation à des valeurs communes), on peut, avec Durkheim, parler d'anomie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-social/#i_2040

CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 3 581 mots

Dans le chapitre « Les effets sociaux du chômage »  : […] Les diverses expériences vécues des chômeurs se traduisent, pour la majorité d'entre eux, par une condition anomique plutôt que par la révolte violente ou la radicalisation politique. Alors que le taux de chômage reste supérieur à 8 p. 100 de la population active, les chômeurs ne constituent pas un groupe social animé d'une volonté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-le-chomeur-dans-la-societe/#i_2040

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Consensus ou lutte de classes ? »  : […] de la conscience collective. Pour eux, les conflits ne sont pas le ressort caché de l'histoire ; ils sont le symptôme d'un dérèglement qui naît de la différenciation extrême des fonctions et des personnes. Si bien que les notions de consensus et d'anomie sont antagonistes comme le sont celles du normal et du pathologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consensus/#i_2040

DIVISION DU TRAVAIL SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 286 mots

constatation se trouve à l'origine de l'élaboration du célèbre concept d'anomie, caractérisant une société où des conflits sans cesse renaissants et des désordres de toutes sortes affectent la sphère économique. Une solidarité organique véritable requiert une éducation appropriée, des restrictions légales sur les héritages et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/division-du-travail-social/#i_2040

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Le Suicide » »  : […] d'une note de bas de page où il introduit le suicide fataliste), le suicide égoïste, le suicide anomique et le suicide altruiste, ce sont surtout les deux premiers types qui l'intéressent. Le suicide altruiste, caractéristique des sociétés où l'individu est fortement soumis aux valeurs collectives, n'apparaît en effet pour les sociétés de l'époque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_2040

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Dans le chapitre « La conception durkheimienne de l'institution »  : […] n'est plus compatible avec l'exigence d'autonomie, elles cessent plus ou moins rapidement d'être pratiquées, et abandonnent les individus à la vaine agitation de leurs désirs et de leurs intérêts. Cet affaissement de l'ordre institutionnel par épuisement de la légitimité, et par dépérissement de l'autonomie, est appelé par Durkheim anomie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutions/#i_2040

INTÉGRATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gilles FERREOL
  •  • 1 272 mots

le tissu associatif ou à faciliter la mise en œuvre de politiques contractuelles. Il s'agit, sous cet angle, de combattre l'anomie, laquelle peut résulter, suivant les circonstances, d'une carence de la réglementation, d'une coopération insuffisante liée à un antagonisme entre salariés et détenteurs des moyens de production […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integration-sociologie/#i_2040

KATZ ELIHU (1926-    )

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 301 mots

Psychosociologue américain de l'université de Chicago, Elihu Katz s'est particulièrement attaché à l'étude de la diffusion de l'information […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elihu-katz/#i_2040

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individualisme et égoïsme : le problème de l'anomie »  : […] C'est sans doute l'extrême difficulté où se sont trouvés les observateurs pour distinguer entre l'individualisme et l'égoïsme qui explique le succès de la notion durkheimienne d'anomie. C'est d'abord son caractère global, qui a été ultérieurement corrigé par les extensions qu'en ont données Merton et Parsons, qui la rend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_2040

SOCIOLOGIE POLITIQUE DES RUMEURS (P. Aldrin)

  • Écrit par 
  • Philippe JUHEM
  •  • 976 mots

système communicationnel de crise. Le schéma analytique est alors le suivant : l'état d'angoisse engendré par une situation d'anomie produit un abaissement de la vigilance et de la rationalité des acteurs ; cette détérioration du jugement favorise l'émergence de rumeurs dont le message irrationnel possède des propriétés cathartiques. Ainsi, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-politique-des-rumeurs/#i_2040

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le suicide et les sociétés »  : […] sociales à celles de sa personnalité propre. Lorsqu'elle se transforme brutalement, la société ne joue plus son rôle de frein et laisse la place à l'état d'anomie, qui favorise l'esprit de révolte contre les règles de la collectivité. Une telle situation, surtout dans les civilisations industrielles, entraîne un taux élevé de suicides anomiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_2040

THOMAS WILLIAM ISAAC (1863-1947)

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 371 mots

À la fois sociologue et psychosociologue, William Isaac Thomas fut, jusqu'en 1918, le personnage central de l'école de sociologie de Chicago. Ses travaux constituent une contribution importante à l'élaboration de plusieurs concepts fondamentaux. Thomas se consacra principalement à l'étude des groupes d'immigrants et aux différents problèmes d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-isaac-thomas/#i_2040

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, « ANOMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/