ÉCHEC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion d'échec s'entoure d'un halo douloureux. Chacun y investit le cerne de ses propres ecchymoses intérieures, chacun s'y sent subtilement concerné. C'est dire que, d'emblée, l'échec diffère de l'insuccès qui, comme le notait Pierre Janet, ne désigne que le fait extérieur réduit à ses lignes objectives. L'insuccès peut être mince et l'échec douloureusement ressenti. C'est que l'échec s'inscrit dans la perspective vitale d'un sujet ou d'un groupe ; il est l'échec de quelque chose ou de quelqu'un, l'avortement d'un projet, une petite mort quotidienne qui s'insinue dans le vécu. Pour Janet, l'insuccès ne nous serait même pas connu si nous n'objectivions pas là les conditions plus ou moins organisées de l'échec. On pourrait objecter que l'insuccès révèle l'échec du sujet : on ne saurait s'élever au-dessus de cette zone d'implications réciproques où le sujet, face au monde, lit dans l'événement le signe de ses intentionnalités profondes, conscientes ou non. La manie du succès à tout prix, comme le suggère Jean Lacroix, ne fait que masquer le sentiment de l'échec. Bien souvent, pourrait-on ajouter, l'édification laborieuse du personnage masque l'échec de la personne. Tout notre projet est vidé à la base par la prétention au succès de surface, qui méconnaît à la fois le sens véritable de l'intention vitale et sa fragilité essentielle.

Il ne suffit pas de dire que nous avons des intentions, car toutes nos intentions impliquent et signifient que nous sommes « intention », et par là même impliqués dans le projet d'un monde dont nous savons les retombées. Les « conduites d'échec », que cerne la psychopathologie, réduiraient les choses à une analyse dérisoire, si la phénoménologie même de l'échec n'ancrait son intention profonde – et double, et déchirée – dans l'être même du monde qui la porte et tente de l'acculer à son propre dépassement.

Les conduites d'échec

Dans sa Psychopathologie de l'échec, René Laforgue tente de cerner les aspects cliniques du syndrome d'échec. Par là même, il se situe dans la ligne d'un des ouvrages les plus lus de Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, qui souligne l'intention sous-jacente aux ratés courants de la vie. L'acte « manqué » est une explicitation réussie qui se fait malgré nous. Accompagné ou non d'angoisse, il se situe dans la ligne d'un refus face à un projet inassumé. Il y a, pour Freud, dans la superstition même, une preuve de « l'existence d'une connaissance inconsciente et refoulée de la motivation des actes manqués et accidentels ».

La psychopathologie de l'échec s'inscrit, plus largement, dans un refus du sens de notre relation au milieu. Comme le dit Laforgue, la conduite d'échec montre, dans les cas graves, un individu qui ne parvient pas à s'intégrer avec sa personnalité dans le cadre de l'activité collective de son milieu. Les cas cliniques sont nombreux. Ils témoignent d'une volonté obstinée du sujet de détruire son propre projet, voire de se détruire. Tel jeune homme prépare un examen : il accumule les matériaux, livres, documents, pendant des semaines, mais ne parvient jamais à lire ou à écrire effectivement une ligne. Tel autre, cité par Laforgue, sabote inconsciemment tout l'équilibre de sa vie professionnelle et conjugale après une réussite matérielle. Tel autre encore vise haut dans son choix conjugal, s'en glorifie, accumule ensuite jusqu'au divorce les conduites d'échec pour se jouer avec des partenaires dérisoires la comédie de l'amour perdu. Ses catégories, au niveau de l'idéal du moi, s'effritent face aux possibilités réelles pour se porter transférentiellement dans des situations qui ne les mettent pas réellement à l'épreuve et ne présentent aucune chance de réalisation autre que phantasmatique.

Toutefois, réduire l'analyse de la conduite d'échec à ce jeu du projet manqué serait réduire le projet humain aux ratés qui en brisent, mais aussi qui en révèlent, les lignes de force. Laforgue en a l'intuition lorsqu'il parle d'une « loi de saturation ». Certaines familles ou certaines collectivités ne parviennent à survivre qu'en retournant à leur point de départ. Il y aurait une possibilité de recommencer une ascension après avoir passé par un stade de chute. Ce serait, selon Laforgue, un aspect important de la destinée humaine ; à travers ses hauts et ses bas, elle poursuit des buts en dehors de la volonté individuelle des êtres. Cet aspect énigmatique de l'échec se lit à notre sens aussi bien dans le projet individuel que dans celui des collectivités. Il implique une phénoménologie propre qui, simplement – et c'est ce qu'a entrevu Laforgue – dépasse la psychanalyse stricto sensu de l'échec. Cela est clair chez Freud si l'on aborde, au-delà de la Psychopathologie de la vie quotidienne, certains textes sur l'instinct de mort. Cela est plus clair encore si l'on fait converger sa réflexion avec celle de Janet qui, dans ses analyses, met l'échec en rapport avec l'angoisse concomitante au principe de changement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCHEC  » est également traité dans :

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite

ASPIRATION NIVEAU D', psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 157 mots

Notion utilisée par Kurt Lewin pour l'analyse de l'influence du succès et de l'échec sur les conduites. On ne peut parler de succès et d'échec pour un individu que par rapport à un but qu'il s'est fixé, par rapport à un niveau de performance qu'il s'est donné comme objectif à atteindre : on appelle « niveau d'aspiration » ce but momentané par rapport auquel l'individu apprécie sa performance. On […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 juillet 2021 Moldavie. Élections législatives.

Des élections législatives anticipées sont organisées à la suite de l’échec de deux candidats successifs au poste de Premier ministre à obtenir la confiance du Parlement, après la démission du gouvernement de Ion Chicu (Parti socialiste) en décembre 2020. Le parti Action et Solidarité (centre droit, pro-européen) de la présidente Maia Sandu, élue en novembre 2020, progresse fortement avec 52,8 % des suffrages et 63 sièges sur 101. […] Lire la suite

27-31 mai 2021 Canada. Découverte de restes humains sur le site d'un ancien pensionnat autochtone.

Le 31, il qualifie les relations entre Ottawa et les communautés autochtones d’« échec épouvantable » et se prononce en faveur d’un débat d’urgence à la Chambre des communes. […] Lire la suite

5-30 mai 2021 Israël. Échec de Benyamin Nétanyahou à former un gouvernement.

Le 5, faute d’être parvenu à réunir une majorité dans le délai imparti, le Premier ministre sortant Benyamin Nétanyahou remet au président Reuven Rivlin le mandat de fonder un gouvernement que celui-ci lui avait confié en avril. Yaïr Lapid, chef du parti Yesh Atid (centre) arrivé en deuxième position aux élections législatives de mars, est chargé de former un gouvernement dans un délai de quatre semaines. […] Lire la suite

3-27 mai 2021 France – Rwanda. Visite du président Emmanuel Macron au Rwanda.

Le rapport de la commission Duclert sur l’implication de la France dans le drame rwandais, paru en mars, avait qualifié l’épisode de Bisesero d’« échec profond pour la France », lié selon lui à des défauts de communication, de renseignement et d’analyse. Le 27, le président Emmanuel Macron se rend à Kigali à l’occasion du vingt-septième anniversaire du début du génocide des Tutsi. […] Lire la suite

4 avril - 5 mai 2021 Bulgarie. Élections législatives.

L’échec des partis nationalistes d’extrême droite fait perdre à la coalition gouvernementale, qu’ils soutenaient, sa majorité absolue. Le taux de participation est de 49,1 %. Le succès d’ITN est lié au mouvement de contestation antigouvernementale de l’été 2020. D’autres petites formations extraparlementaires regroupées au sein de la coalition de centre droit Bulgarie démocratique (9,3 % des voix et 27 élus), ainsi que la nouvelle formation populiste de gauche Debout ! Mafia dehors (4,7 % des suffrages et 14 sièges) bénéficient également de ce rejet des partis traditionnels. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eliane AMADO LEVY-VALENSI, « ÉCHEC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/