Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCHEC

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La notion d'échec s'entoure d'un halo douloureux. Chacun y investit le cerne de ses propres ecchymoses intérieures, chacun s'y sent subtilement concerné. C'est dire que, d'emblée, l'échec diffère de l'insuccès qui, comme le notait Pierre Janet, ne désigne que le fait extérieur réduit à ses lignes objectives. L'insuccès peut être mince et l'échec douloureusement ressenti. C'est que l'échec s'inscrit dans la perspective vitale d'un sujet ou d'un groupe ; il est l'échec de quelque chose ou de quelqu'un, l'avortement d'un projet, une petite mort quotidienne qui s'insinue dans le vécu. Pour Janet, l'insuccès ne nous serait même pas connu si nous n'objectivions pas là les conditions plus ou moins organisées de l'échec. On pourrait objecter que l'insuccès révèle l'échec du sujet : on ne saurait s'élever au-dessus de cette zone d'implications réciproques où le sujet, face au monde, lit dans l'événement le signe de ses intentionnalités profondes, conscientes ou non. La manie du succès à tout prix, comme le suggère Jean Lacroix, ne fait que masquer le sentiment de l'échec. Bien souvent, pourrait-on ajouter, l'édification laborieuse du personnage masque l'échec de la personne. Tout notre projet est vidé à la base par la prétention au succès de surface, qui méconnaît à la fois le sens véritable de l'intention vitale et sa fragilité essentielle.

Il ne suffit pas de dire que nous avons des intentions, car toutes nos intentions impliquent et signifient que nous sommes « intention », et par là même impliqués dans le projet d'un monde dont nous savons les retombées. Les « conduites d'échec », que cerne la psychopathologie, réduiraient les choses à une analyse dérisoire, si la phénoménologie même de l'échec n'ancrait son intention profonde – et double, et déchirée – dans l'être même du monde qui la porte et tente de l'acculer à son propre dépassement.

Les conduites d'échec

Dans sa Psychopathologie de l'échec, René Laforgue tente de cerner les aspects cliniques du syndrome d'échec. Par là même, il se situe dans la ligne d'un des ouvrages les plus lus de Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, qui souligne l'intention sous-jacente aux ratés courants de la vie. L' acte « manqué » est une explicitation réussie qui se fait malgré nous. Accompagné ou non d'angoisse, il se situe dans la ligne d'un refus face à un projet inassumé. Il y a, pour Freud, dans la superstition même, une preuve de « l'existence d'une connaissance inconsciente et refoulée de la motivation des actes manqués et accidentels ».

La psychopathologie de l'échec s'inscrit, plus largement, dans un refus du sens de notre relation au milieu. Comme le dit Laforgue, la conduite d'échec montre, dans les cas graves, un individu qui ne parvient pas à s'intégrer avec sa personnalité dans le cadre de l'activité collective de son milieu. Les cas cliniques sont nombreux. Ils témoignent d'une volonté obstinée du sujet de détruire son propre projet, voire de se détruire. Tel jeune homme prépare un examen : il accumule les matériaux, livres, documents, pendant des semaines, mais ne parvient jamais à lire ou à écrire effectivement une ligne. Tel autre, cité par Laforgue, sabote inconsciemment tout l'équilibre de sa vie professionnelle et conjugale après une réussite matérielle. Tel autre encore vise haut dans son choix conjugal, s'en glorifie, accumule ensuite jusqu'au divorce les conduites d'échec pour se jouer avec des partenaires dérisoires la comédie de l'amour perdu. Ses catégories, au niveau de l'idéal du moi, s'effritent face aux possibilités réelles pour se porter[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Eliane AMADO LEVY-VALENSI. ÉCHEC [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

La Chute, L. Cranach l'ancien - crédits : AKG-images

La Chute, L. Cranach l'ancien

Autres références

  • ANGOISSE EXISTENTIELLE

    • Écrit par
    • 2 552 mots
    • 1 média
    ...partielles impuissantes à nous satisfaire. Telle est la raison pour laquelle Karl Jaspers a pu dire de l'angoisse qu'elle naissait de l' échec qui nous guette au bout de notre quête pour saisir l'Être ; mais cet échec n'est pas une invitation au pessimisme, il est l'expérience fondamentale...
  • ASPIRATION NIVEAU D', psychologie

    • Écrit par
    • 157 mots

    Notion utilisée par Kurt Lewin pour l'analyse de l'influence du succès et de l'échec sur les conduites. On ne peut parler de succès et d'échec pour un individu que par rapport à un but qu'il s'est fixé, par rapport à un niveau de performance qu'il s'est donné comme objectif à atteindre...