SUICIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Racines pulsionnelles du désir de mort

La psychanalyse s'est moins efforcée de comprendre la signification philosophique et morale du suicide qu'elle n'a tenté d'en montrer l'ancrage historique, par le repérage des mécanismes qui concourent à sa production. D'une part, en effet, le suicide ne saurait être compris en l'absence de référence aux types et aux objets de satisfaction, dont la perte jalonne le développement de l'individu ; de l'autre, la contradiction qui consiste à vouloir ce dont on devient fatalement la proie ressortit à un mécanisme particulièrement fréquent dans la vie psychique, et qualifié de « formation réactionnelle ». Car rien de plus humiliant pour l'homme que l'idée de la mort commune, et l'on ne saurait surestimer l'importance du narcissisme blessé dans la formation de l'angoisse de mort.

Que le suicide s'ancre, en effet, dans un délire corporel pur, dans l'illusion d'une vie future et meilleure, ou encore dans la décision de fuir une existence devenue médiocre, il atteste à chacun de ces niveaux non seulement la contradiction existante entre le vouloir-vivre et son objet, mais plus généralement la carence constitutive du désir à se donner un objet de satisfaction définitif. Il faut donc, en ce point de l'exposé, examiner les conditions pulsionnelles d'émergence du désir.

La pulsion de mort ne saurait viser un objet, mais seulement un état, exprimé métaphoriquement par l'égalisation des tensions chimiques. Cependant, la dépendance à l'égard de l'objet paraît inévitable du fait que, comme le dit Freud à la fin d'Au-delà du principe de plaisir, la voie est barrée vers la régression totale ; de ce fait, ne pouvant plus aller qu'en avant, la pulsion de mort se trouve engagée dans sa manifestation : celle d'un « retour » à l'état inorganique. De façon générale, il existe comme une ébauche d'objet, dès lors que la pulsion se mue en désir ; et l'on pourrait définir le désir comme le mouvement qui, surgissant de la no [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUICIDE  » est également traité dans :

SUICIDE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 1 018 mots

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide, un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social, énoncé dans […] Lire la suite

SUICIDE ET CONDUITES SUICIDAIRES

  • Écrit par 
  • Fabrice JOLLANT
  •  • 5 948 mots
  •  • 4 médias

Le suicide et les conduites suicidaires sont des actes humains qui interpellent la société. S’ils ont longtemps été étudiés sous un angle philosophique, religieux et légal, ils sont devenus un objet d’étude de la psychiatrie puis de la sociologie naissante au […] Lire la suite

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contraintes sociales »  : […] D'un point de vue biologique, l'adolescence devrait être la meilleure période de la vie. La plupart des fonctions physiques et mentales, telles que la vitesse, la force, la réactivité et la mémoire, sont à leur apogée pendant cette période. Le goût et l'appétit sont plus développés, le sommeil plus profond, et la sensibilité à la musique plus forte. Les conséquences de ces changements ne sont pas […] Lire la suite

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Le suicide anomique »  : […] Dans Le Suicide , le concept d'anomie réapparaît. Mais il fait ici l'objet d'une sorte d'analyse chimique. L'anomie de la division du travail y est séparée en deux composantes que Durkheim appelle égoïsme et anomie. Un être égoïste est celui qui tire ses règles de conduite et de vie non d'une autorité morale extérieure, mais de lui-même. En ce sens, les protestants sont plus égoïstes que les cath […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes d'analyse causale »  : […] Or, il suffit d'observer le sociologue à l'œuvre pour constater que l'analyse sociologique consiste le plus souvent à déterminer la structure causale des relations qui caractérisent un ensemble de « variables ». Schématiquement, l'information dont dispose le sociologue, qu'elle ait été recueillie à partir de questionnaires, d'entretiens, de statistiques administratives ou de toute autre manière, p […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le relâchement des freins moraux »  : […] Parmi les déclins néfastes, le recul de la pratique religieuse a été présenté au début du xx e  siècle par Tarde comme un facteur criminogène ( La Criminalité comparée , 1910). Cet auteur pensait que la déchristianisation s'accompagnait d'un recul de la moralité sans remplacement par un autre facteur d'éducation morale. Son point de vue, cependant, n'était pas partagé par d'autres criminologues, […] Lire la suite

DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

  • Écrit par 
  • Jean GUYOTAT
  •  • 3 159 mots

Dans le chapitre « La dépression mélancolique »  : […] Dans la dépression mélancolique, la douleur morale est très vive, la dévalorisation et la culpabilité sont intenses. Ces sentiments sont parfois si pénibles qu'ils peuvent être à l'origine, d'une part, d'une déformation de la réalité et d'idées délirantes telles que l'auto-accusation (par exemple, on s'accuse d'un crime que l'on n'a pas commis), la négation (de sa propre existence, du monde envir […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Le Suicide » »  : […] Dans Le Suicide , Durkheim illustre certaines des propositions essentielles qu'on voit apparaître tout au long de son œuvre. On y trouve tout d'abord une gageure : démontrer la spécificité du social à propos d'un phénomène relevant apparemment surtout de la psychologie individuelle. Mais Durkheim a beau jeu de démontrer d'une part que les thèses qui font dériver le suicide d'« états psychopathique […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international de sociologie. Juge pu […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise à jour d'un ordre du symbolique »  : […] Le symbolique n'est pas seulement structuré, ce qui conduirait à chercher l'origine ou le fondement de sa structuration dans une démarche historique ou génétique, mais structurant, ce qui amène à questionner sa logique et à décrire les lieux de son efficace.  La reconnaissance d'un tel « ordre » oriente dans des directions variées la critique philosophique de la notion de représentation, qui infor […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Irak. Attentat meurtrier. 21 janvier 2021

Un attentat-suicide à l’explosif provoque la mort d’au moins trente-deux personnes sur un marché populaire de Bagdad. L’opération est revendiquée par l’organisation État islamique (EI) qui affirme avoir visé « un rassemblement de chiites ». Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier dans la capitale irakienne depuis trois ans. […] Lire la suite

Tunisie. Attentat contre l’ambassade américaine. 6 mars 2020

Un attentat-suicide perpétré devant l’ambassade américaine à Tunis cause la mort d’un policier et des deux kamikazes. Il intervient quasiment quatre ans jour pour jour après l’attaque djihadiste contre des positions de l’armée et de la police à Ben Gardane. L’état d’urgence est toujours en vigueur depuis l’attentat de novembre 2015 qui avait tué douze membres de la garde présidentielle dans la capitale. Le dernier attentat dans le pays remonte à juin 2019. […] Lire la suite

France. Annonce de mesures contre les violences conjugales. 17-25 novembre 2019

des visites pénitentiaires au conjoint violent incarcéré, l’augmentation du recours aux bracelets antirapprochement, la création de places d’hébergement d’urgence, la reconnaissance du « suicide forcé » comme circonstance aggravante du délit de harcèlement moral, la suspension de l’autorité […] Lire la suite

Afghanistan. Attentat meurtrier. 17 août 2019

Un attentat-suicide lors d’une fête de mariage à Kaboul fait au moins soixante-trois morts. Il est revendiqué par la branche afghane de l’organisation État islamique. Cet attentat survient alors que les négociations menées à Doha entre les États-Unis et les talibans, qui doivent conduire au retrait des forces américaines du pays, sont sur le point d’aboutir. […] Lire la suite

États-Unis. Suicide de Jeffrey Epstein. 10-23 août 2019

Le 10, le milliardaire Jeffrey Epstein, inculpé en août pour l’exploitation sexuelle de dizaines de mineures et écroué, est retrouvé pendu dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center de New York. Il avait fait une première tentative de suicide fin juillet. Sa mort donne lieu à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « SUICIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/