Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ABEL PRIX

Le prix international Abel pour les mathématiques, décerné depuis 2003, est la plus haute distinction dans cette science.

Oscar II, roi de Suède et de Norvège, avait proposé en 1902 d'instituer ce prix en l'honneur du mathématicien norvégien Niels Henrik Abel (1802-1829), mais cette idée avait été abandonnée en 1905 lors de la désunion des deux pays. Malgré l'institution de la médaille Fields, décernée pour la première fois en 1936 et qui fut longtemps la plus haute distinction mathématique, il n'y avait donc pas pour cette discipline, jusqu'en 2003, de prix d'une importance équivalente à celle des prix Nobel. Le gouvernement norvégien a décidé en 2001 de créer une fondation – officiellement installée le 1er janvier 2002 – à la mémoire de Niels Henrik Abel, dotée d'un fonds de 200 millions de couronnes norvégiennes (environ 20 millions d'euros) afin de financer la remise annuelle d'un prix international de mathématiques d'un montant de 6 millions de couronnes (près de 600 000 euros), décerné par l'Académie des sciences et des lettres de Norvège. L'Union mathématique internationale et la Société mathématique européenne ont appuyé cette décision.

Le prix Abel a été décerné pour la première fois le 3 avril 2003 au mathématicien français Jean-Pierre Serre, « pour son rôle central dans l'élaboration de la forme moderne de nombreux domaines des mathématiques, notamment la topologie, la géométrie algébrique et la théorie des nombres ».

Ont ensuite reçu le prix Abel :

– en 2004, le Britannique Michael Atiyah et l’Américain Isadore Manual Singer, « pour la découverte et la démonstration du théorème de l’indice d’Atiyah-Singer, qui unifie la topologie, la géométrie et l’analyse, et pour leur rôle déterminant dans l’établissement de nouvelles passerelles entre les mathématiques et la physique théorique » ;

– en 2005, l’Américain d’origine hongroise Peter D. Lax, « pour ses contributions novatrices à la théorie et à l’application des équations différentielles partielles et au calcul de leurs solutions » ;

– en 2006, le Suédois Lennart Carleson, « pour ses contributions profondes et déterminantes à l'analyse harmonique et à la théorie des systèmes dynamiques lisses » ;

– en 2007, l’Indien Sathamangalam Ranga Srinivasa Varadhan, « pour ses contributions fondamentales à la théorie des probabilités et en particulier à la création d’une théorie unifiée des grandes déviations » ;

– en 2008, l’Américain John Griggs Thompson et le Français Jacques Tits, « pour leurs profondes découvertes en algèbre et en particulier dans la formation de la théorie moderne des groupes ».

– en 2009, le Franco-Russe Mikhaël Gromov, « pour pour ses contributions révolutionnaires à la géométrie » ;

– en 2010, l’Américain John Tate, « pour l'étendue et le caractère durable de son influence sur la théorie des nombres » ;

– en 2011, l’Américain John Willard Milnor, « pour ses travaux avant-gardistes en topologie, en géométrie, et en algèbre » ;

– en 2012, le Hongrois Endre Szemerédi, « pour ses contributions fondamentales aux mathématiques discrètes et à l'informatique théorique » ;

– en 2013, le Belge Pierre Deligne, « pour pour ses contributions fondamentales à la géométrie algébrique et pour leur impact continu sur la théorie des nombres, la théorie des représentations et les domaines connexes » ;

– en 2014, le Russe Yakov Sinaï, « pour ses contributions fondamentales à l’étude des systèmes dynamiques, à la théorie ergodique et à la physique mathématique » ;

– en 2015, les Américains John Forbes Nash et Louis Nirenberg « pour leur contribution importante et fondamentale à la théorie des équations aux dérivées partielles non linéaires et leurs[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé en sciences de l'éducation, mathématique, économie, philosophie, ethnologie et bibliothéconomie
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • SULLIVAN DENNIS (1941- )

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 837 mots
    • 1 média

    Le mathématicien américain Dennis Sullivan est en 2022 le lauréat du prix Abel, décerné chaque année depuis 2003 par l’Académie norvégienne des sciences pour couronner l’œuvre d’un mathématicien particulièrement novateur. Selon l’Académie, Sullivan est distingué « pour ses contributions fondamentales...

  • PRIX ABEL 2021

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 1 014 mots
    • 2 médias

    Le prix Abel, qui distingue chaque année un ou plusieurs mathématiciens pour leurs contributions exceptionnelles au développement des mathématiques, a été décerné en 2021 au Hongrois László Lovász et à l’Israélien Avi Wigderson. Dix-neuf ans après la création de ce « prix Nobel des...

  • PRIX ABEL 2020

    • Écrit par Jean-François QUINT
    • 1 824 mots
    • 2 médias

    Le prix Abel 2020 a été attribué conjointement à Hillel Furstenberg et Gregory Margulis « pour l'utilisation visionnaire de méthodes issues de la théorie des probabilités et de celles des systèmes dynamiques en théorie des groupes, théorie des nombres et combinatoire ».

    Hillel...

  • PRIX ABEL 2016

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 1 168 mots
    • 2 médias

    Le 15 mars 2016, l’Académie norvégienne des sciences et des lettres a décerné le prix Abel 2016 au mathématicien anglais Andrew John Wiles « pour avoir démontré de manière éclatante le dernier théorème de Fermat par le biais de la conjecture de modularité pour les courbes elliptiques semi-stables,...

  • ATIYAH MICHAEL FRANCIS (1929-2019)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 367 mots

    Mathématicien britannique, lauréat de la médaille Fields en 1966 pour ses travaux en topologie. Né le 22 avril 1929 à Londres, Michael Francis Atiyah fait ses études primaires à Khartoum (Soudan), secondaires au Victoria College du Caire et à Alexandrie en Égypte, supérieures enfin au Trinity College...

  • CAFFARELLI LUIS (1948- )

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 1 254 mots
    • 1 média

    Le mathématicien argentino-américain Luis Caffarelli a reçu le prix Abel – l'équivalent du prix Nobel pour les mathématiques – en 2023, pour « ses contributions essentielles à la théorie des régularités des équations aux dérivées partielles non linéaires ».

  • CARLESON LENNART (1928- )

    • Écrit par Universalis, Jeremy John GRAY
    • 766 mots

    Le mathématicien suédois Lennart Carleson reçut en 2006 le prix Abel « pour ses contributions profondes et déterminantes à l'analyse harmonique et à la théorie des systèmes dynamiques lisses ». Cette récompense couronne notamment les travaux effectués avec son collègue et compatriote...

  • DELIGNE PIERRE (1944- )

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 367 mots

    Pierre Deligne est un mathématicien belge, né le 3 octobre 1944 à Etterbeek près de Bruxelles. Il a reçu le prix Abel 2013 « pour ses contributions fondamentales à la géométrie algébrique et pour leur impact considérable et continu sur la théorie des nombres, la théorie des représentations...

  • Afficher les 18 références