THOMPSON JOHN GRIGGS (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien américain, lauréat de la médaille Fields en 1970 pour ses travaux en théorie des groupes. Né le 13 octobre 1932 à Ottawa dans le Kansas (États-Unis), John Griggs Thompson fait ses études supérieures à l'université Yale de New Haven (Connecticut), puis à l'université de Chicago où il soutient sa thèse de doctorat en 1959 sous la direction de Saunders Mac Lane. Assistant à l'université Harvard en 1961, il est nommé professeur à l'université de Chicago l'année suivante. En 1968, Thompson accepte une invitation de l'University College de Cambridge (Grande-Bretagne) et est nommé deux ans plus tard titulaire de la chaire de mathématiques pures à l'université de Cambridge.

Le titre de la thèse de Thompson était éloquent : « Preuve de la nilpotence des groupes finis d'ordre premier admettant un automorphisme sans point fixe ». C'était la démonstration d'une conjecture de Ferdinand Frobenius datant de plus de cinquante ans. Elle était obtenue en introduisant des idées originales qui allaient se révéler fécondes en théorie des groupes. En 1963, Thompson prouve avec Walter Feit, dans un article de 250 pages publié par le Pacific Journal of Mathematics, que tous les groupes finis simples non abéliens sont d'ordre pair. Ce travail ouvre la voie à la classification des groupes simples finis. Thompson détermine ensuite les groupes finis simples minimaux, c'est-à-dire ceux dont les sous-groupes propres sont solubles. À partir des années 1970, tout en continuant à contribuer de façon significative aux progrès de la théorie des groupes, en particulier des groupes de Galois, Thompson élargit ses recherches à la théorie du codage.

Thomson a reçu la médaille Sylvester en 1985, le prix Wolf en mathématiques en 1992 et le prix Abel en 2008.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  THOMPSON JOHN GRIGGS (1932- )  » est également traité dans :

GROUPES (mathématiques) - Groupes finis

  • Écrit par 
  • Everett DADE
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « p-groupes »  : […] Si H est un sous-groupe d'un groupe fini G, son ordre |H|, son indice [G : H] (c'est-à-dire le nombre de classes à gauche de H dans G) et l'ordre |G| de G sont liés par le théorème de Lagrange (1770) : En particulier, |H| divise |G|. Soit p un nombre premier et p n la plus grande puissance de p qui divise |G|. Tout p-sous-groupe H de G (c'est-à-di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-mathematiques-groupes-finis/#i_92426

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « THOMPSON JOHN GRIGGS (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-griggs-thompson/