DELIGNE PIERRE (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pierre Deligne est un mathématicien belge, né le 3 octobre 1944 à Etterbeek près de Bruxelles. Il a reçu le prix Abel 2013 « pour ses contributions fondamentales à la géométrie algébrique et pour leur impact considérable et continu sur la théorie des nombres, la théorie des représentations et les domaines connexes ». Pierre Deligne a été étudiant à l'Université libre de Bruxelles, où il soutient sa thèse de doctorat en 1968, avant de rejoindre l'Institut des hautes études scientifiques de Bures-sur-Yvette (Essonne), d'abord en tant que visiteur puis comme professeur permanent de 1970 à 1984. Dans le sillage d'Alexander Grothendieck – son directeur de thèse d'État, soutenue à l'université de Paris-Sud-Orsay en 1972 –, il a largement contribué à l'édification de la géométrie arithmétique. C'est durant cette période qu'il a résolu les fameuses conjectures de Weil, ce qui lui vaudra la médaille Fields en 1978. Ces conjectures posées par André Weil en 1949 concernent la détermination du nombre de solutions d'une équation à plus de deux variables sur un corps fini. À partir de 1984, Deligne poursuit sa carrière de chercheur à l'Institute for Advanced Study de Princeton (États-Unis).

Fait vicomte par le roi Albert II en 2006, Deligne a cumulé les récompenses les plus prestigieuses ; il a aussi reçu le prix Crafoord en 1988 et le prix Wolf en mathématiques en 2008. L'impressionnante liste de ses publications montre la diversité des sujets qu'il a abordés avec succès tout au long de sa carrière : cohomologies, équations différentielles, théorie des formes différentielles, groupes de tresses, monodromie des fonctions hypergéométriques, représentations des groupes... L'impact qu'ont eu ses travaux sur la communauté mathématique mondiale est unanimement reconnu, comme le sont l'extrême rapidité et flexibilité de son intelligence mathématique, sa modestie et son attachement passionné aux mathématiques, « seule science où on est sûr que tout ce qu'on dit est vrai » et où « tout est esthétique ».

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  DELIGNE PIERRE (1944- )  » est également traité dans :

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 21 : monodromie des équations différentielles de Fuchs »  : […] On considère une équation différentielle linéaire d'ordre n dans un ouvert U du plan projectif complexe P 1  : c'est Fuchs qui, le premier, mit en lumière un type particulier parmi ces équations, caractérisées par des propriétés soit analytiques, soit algébriques. Ces équations, dites à point singulier régulier au point α (ou d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_84022

WEIL (TROISIÈME CONJECTURE DE)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 344 mots

Après sa thèse soutenue en 1968 à l'Université libre de Bruxelles, le mathématicien belge Pierre Deligne a effectué la première partie de sa carrière à l'Institut des hautes études scientifiques (I.H.E.S.) de Bures-sur-Yvette (Essonne) ; il y travaillait notamment sous la direction du mathématicien Alexandre Grothendieck. C'est là qu'en 1973 il prouve la troisième conjecture de Weil « sur les va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/weil-troisieme-conjecture-de/#i_84022

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « DELIGNE PIERRE (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-deligne/