TATE JOHN (1925-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Professeur à l'université Harvard la plus grande part de sa carrière, puis à l'université du Texas à Austin, le mathématicien américain John Tate a reçu le prix Abel en 2010 « pour l'étendue et le caractère durable de son influence sur la théorie des nombres ». Développée au cours du xxe siècle en l'une des branches les plus élaborées et sophistiquées des mathématiques, cette théorie a tissé de nombreux liens avec les autres domaines des mathématiques et John Tate est largement responsable de ces progrès.

John Tate

photographie : John Tate

photographie

Les réalisations scientifiques du mathématicien américain John Tate couvrent six décennies, et c'est « pour l'étendue et le caractère durable de son influence sur la théorie des nombres » que lui a été décerné le prix Abel en 2010. 

Crédits : The Abel Prize/ The Norwegian Academy of Science and Letters

Afficher

Né le 13 mars 1925 à Minneapolis, John Torrence Tate est le fils d'un professeur de physique de l'université du Minnesota et d'une enseignante en lycée. Dès sa thèse, soutenue en 1950 à l'université de Princeton sous la direction d'Emil Artin, sur l'analyse de Fourier en corps de nombres, Tate ouvre la voie à la théorie moderne des formes automorphes. Avec Artin, il invente des techniques nouvelles de cohomologie des groupes. Avec Jonathan Lubin, il refonde la théorie locale du corps de classes en utilisant les outils de la théorie des groupes. Les « espaces analytiques rigides » qu'il invente engendrent un nouveau chapitre de la géométrie analytique.

L'impressionnante liste des objets mathématiques qui portent son nom, seul (cohomologie de Tate, dualité de Tate, motif de Tate, module de Tate, algorithme de Tate) ou attaché à un autre (groupes de Barsotti-Tate, groupes de Mumford-Tate, théorème de Honda-Tate pour les variétés abéliennes sur les corps finis, théorie de la déformation de Serre-Tate, groupes de Tate-Shafarevich, conjecture de Sato-Tate) montre l'étendue et la diversité de ses contributions. L'empreinte de ce mathématicien, mort le 16 octobre 2019, est visible dans la plupart des recherches en théorie des nombres et en géométrie arithmétique.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Autres références

«  TATE JOHN (1925-2019)  » est également traité dans :

ARTIN EMIL (1898-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 324 mots

Dans le chapitre « Corps de nombres algébriques et théorie du corps de classe »  : […] Emil Artin est né le 3 mars 1898 à Vienne. La décennie de 1921 à 1931 constitue une période d'intense activité créatrice où Artin fait les principales découvertes qui l'ont rendu célèbre ; grâce à lui, l'université de Hambourg, la plus jeune d'Allemagne, se place alors au premier rang pour les mathématiques. Fuyant le régime nazi, Artin et sa famille émigrent aux États-Unis en 1937 ; professeur à […] Lire la suite

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres p-adiques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 5 197 mots

Dans le chapitre « Analyse p-adique »  : […] On peut développer une théorie des fonctions analytiques de variables p -adiques en définissant de telles fonctions par des développements en séries entières convergentes (cf. fonctions analytiques  - Fonctions analytiques d'une variable complexe). Par exemple, la série exponentielle  : converge dans le « disque ouvert » de Q p défini par l'inégalité : en effet : et le nombre d'entiers k  ≤  n t […] Lire la suite

ZÊTA FONCTION

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Fonction zêta et fonctions L d'un corps de nombres algébriques »  : […] R.  Dedekind généralisa la définition des fonctions zêta et L à un corps de nombres algébriques k , en prenant : où a parcourt l'ensemble des idéaux entiers de k , où p parcourt l'ensemble des idéaux premiers, où N a est la norme de l'idéal a , c'est-à-dire le nombre d'éléments de o / a (où o est l'anneau des entiers de k ) et où χ est un caractère du groupe des idéaux ≠ 0 (pour χ = 1, on a l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « TATE JOHN - (1925-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-tate/