ATIYAH MICHAEL FRANCIS (1929-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien britannique, lauréat de la médaille Fields en 1966 pour ses travaux en topologie. Né le 22 avril 1929 à Londres, Michael Francis Atiyah fait ses études primaires à Khartoum (Soudan), secondaires au Victoria College du Caire et à Alexandrie en Égypte, supérieures enfin au Trinity College de l'université de Cambridge, où il obtient son doctorat en 1955. Il est membre de l'Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey, États-Unis) avant d'enseigner à l'université de Cambridge de 1957 à 1961, puis à celle d'Oxford jusqu'en 1969. En 1966, il reçoit la médaille Fields. Nommé professeur de mathématiques à l'Institute for Advanced Study de Princeton en 1969, Atiyah retourne à l'université d'Oxford en 1973. Il est anobli en 1983. En 1990, il devient directeur de l’Isaac Newton Institute à Cambridge ; il prend sa retraite en 1996. Le prix Abel, qu'il partage en 2004 avec Isadore Singer, couronne l'ensemble de son œuvre et en particulier les liens qu'il a établis entre divers secteurs des mathématiques et de la physique théorique. Il meurt le 11 janvier 2019.

Atiyah apporta des contributions majeures en topologie et en algèbre. Il démontre en 1963, avec Isadore Singer, un fameux « théorème de l'indice » auquel sont depuis attachés leurs noms ; ce théorème prouve l'égalité des indices topologique et analytique d'un opérateur différentiel elliptique défini sur une variété compacte différentiable sans bord. Avec Raoul Bott, Atiyah établit en 1967 les propriétés des points fixes des applications différentielles d'une variété compacte sur elle-même. À partir de 1977, il s'intéresse aux théories de jauge qui décrivent les interactions nucléaires fondamentales.

Il prouve de nombreux résultats concernant les équations de Yang et Mills – équivalent non abélien des équations de Maxwell –, et en trouve des solutions particulières comme les instantons et les monopôles. Ses autres travaux couvrent des champs divers : variétés complexes, quaternions, géométrie des nœuds.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  ATIYAH MICHAEL FRANCIS (1929-2019)  » est également traité dans :

SINGER ISADORE MANUAL (1924- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 528 mots

Né le 3 mai 1924 à Detroit (États-Unis), le mathématicien américain Isadore Manual Singer a fait ses premières études universitaires à l'université du Michigan et ses études doctorales à l'université de Chicago. Après avoir, en 1950 sous la direction d'Irving Segal (1918-1998), soutenu sa thèse sur les algèbres de Lie des opérateurs non bornés, il rejoint le département de mathématiques du Massach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isadore-manual-singer/#i_26624

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « ATIYAH MICHAEL FRANCIS - (1929-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-francis-atiyah/