SEINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

France : carte physique

France : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Paris: île Saint-Louis

Paris: île Saint-Louis
Crédits : N. Duplaix/ National Geographic/ Getty

photographie

Les Andelys

Les Andelys
Crédits : Patrick Ingrand/ The Image Bank/ Getty Images

photographie


Bien que le bassin de Paris ne présente pas d'unité hydrographique, le réseau de la Seine forme le collecteur principal d'un ensemble qui, des confins de la Lorraine au Morvan et de la Somme à la Risle, s'étend sur environ 90 000 kilomètres carrés, dont près de 70 000 kilomètres carrés de terrains perméables. La Seine et ses affluents drainent une surface de 78 000 kilomètres carrés à l'embouchure (73 700 km2 à Tancarville). Très varié dans le détail, ce territoire comprend surtout des plaines et des plateaux à basse altitude : au total, 53 500 kilomètres carrés (68,5 p. 100) sont au-dessous de 200 mètres et 500 kilomètres carrés seulement (0,5 p. 100) dépassent 500 mètres. Les cotes atteignent 900 mètres dans le Morvan, au sud-est, et la transition avec les bassins voisins (Loire, Meuse, Somme) est à peine marquée. Les rivières principales convergent vers le « creux de Paris » : en ligne droite, moins de 100 kilomètres séparent le confluent de l'Yonne de celui de l'Oise ; elles écoulent l'essentiel des eaux superficielles et souterraines de cette région naturelle.

France : carte physique

France : carte physique

Carte

Carte physique de la France métropolitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La situation et les caractères de ce bassin-versant en hémicycle confèrent au réseau séquanien les traits de la province hydrologique des plaines atlantiques. La Seine, ayant 776 kilomètres de longueur, connaît une alimentation homogène, réglée par l'influence successive des pluies océaniques, qui profitent aux rivières en saison froide, et de la température, qui commande les prélèvements par évapotranspiration en été : le fleuve écoule moins de 30 p. 100 du volume des eaux météoriques tombées sur son bassin-versant. Rivière encore élémentaire au débouché des plateaux du Châtillonnais, la Seine s'enrichit avec la confluence de l'Yonne et acquiert sa physionomie définitive à partir de la confluence parisienne. Son abondance moyenne de longue durée passe de 21,5 mètres cubes par seconde à Bar-sur-Seine (9,2 l.s–1.km–2 ou 290 mm) à 450 mètres cubes par se [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEINE  » est également traité dans :

EAU - Approvisionnement et traitement

  • Écrit par 
  • Georges BREBION, 
  • Cyrille GOMELLA, 
  • Bernard LEGUBE
  •  • 10 031 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un exemple : la ville de Paris »  : […] La ville de Paris consomme en moyenne 1 100 000 m 3 d'eau par jour. Cette quantité est fournie par les eaux traitées de la Seine et de la Marne pour un peu plus de la moitié ; le reste provient de plusieurs sources et est acheminé sur la ville par aqueducs (aqueducs de la Vanne, du Loing et de l'Avre). À la fin du xix e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-approvisionnement-et-traitement/#i_24301

INONDATIONS EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 367 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des crues centennales »  : […] Ces précipitations, localement exceptionnelles, s’abattant sur des sols déjà saturés par les grandes quantités d’eau de pluie tombées pendant plusieurs mois, ont provoqué des crues centennales sur le bassin du Loing, placé en Vigilance rouge (risque de crue majeure) par Météo-France et le Service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations (SCHAPI) dès le 31 mai à 12 heur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations-en-france/#i_24301

OISE

  • Écrit par 
  • Jean de BEAUREGARD
  •  • 181 mots

Juste avant Paris, la Seine reçoit en rive droite la Marne ; un peu après Paris, de nouveau en rive droite lui arrive l'Oise, qui draine grâce à l'Aisne la plus grande surface réceptrice parmi les tributaires du fleuve : 17 000 km 2 . Si ce bassin excède d'un tiers celui de la Marne, ses apports sont du même ordre : 110 m 3 /s ou 6,5 l/s/km […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oise/#i_24301

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 19 médias

Un certain nombre de villes du monde ont donné naissance à des mythes ; quelques-uns ont acquis une portée universelle, en se détachant des caractères fondamentaux du pays lui-même pour exalter la Ville en tant qu'individu. Il en est ainsi de Rome et de Paris. On a maintes fois signalé cette sorte de familiarité amoureuse, avec ses éclats de haine ou d'adoration, que Paris a toujours suscitée, da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_24301

PARISIEN BASSIN

  • Écrit par 
  • Jean ROBERT
  •  • 5 035 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Un bassin sédimentaire vaste et complexe »  : […] Le Bassin parisien, en tant que plus grand bassin sédimentaire de France, avec presque 180 000 kilomètres carrés dans sa définition physique, bénéficie d'une notoriété telle, notamment dans l'enseignement de la géographie, qu'il passerait presque pour un « modèle » du genre . Il est vrai qu'il en possède de nombreux traits. Un bassin sédimentaire se définit en effet par l'empilement, dans une zone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bassin-parisien/#i_24301

PORTS MARITIMES

  • Écrit par 
  • Geoffroy CAUDE, 
  • Paul SCHERRER
  •  • 8 512 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les trafics de conteneurs dans les ports français et leur nécessaire adaptation à ces trafics »  : […] Même si en tonnage les conteneurs ne représentent pas, loin de là, la part prépondérante des trafics des ports français, il n'en demeure pas moins que ce type de conditionnement des marchandises présente les parts de croissance les plus importantes, tout en étant également le trafic le plus volatil compte tenu de l'intense concurrence des autres ports européens tant au Nord (port du Benelux) qu'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ports-maritimes/#i_24301

ROUEN

  • Écrit par 
  • Armand FRÉMONT
  •  • 1 812 mots
  •  • 2 médias

Rouen, chef-lieu de la Seine-Maritime, capitale de la région de Haute-Normandie jusqu’en 2015, port maritime, à égale distance de la Manche et de Paris (100 km), est le chef-lieu de la nouvelle région Normandie. Elle constitue la plus importante agglomération du Bassin parisien après celle de Paris. La ville ne compte que 114 265 habitants, mais elle est à la tête d'une agglomération de 465 880 pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rouen/#i_24301

YONNE

  • Écrit par 
  • Marcel-M. CHARTIER
  •  • 529 mots

Allongé entre le bassin de la Seine bourguignonne et champenoise et celui du Loing, le bassin-versant de l'Yonne (10 840 km 2 ) est contigu aux bassins de la Loire et de la Saône. Il s'étend sur deux domaines géologiques différents : le massif gneissique et granitique du Morvan, les plaines et plateaux sédimentaires de basse Bourgogne et de Champagne méridionale. Près de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yonne/#i_24301

Pour citer l’article

Marcel-M. CHARTIER, « SEINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seine/