Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARASITISME

Dans la biosphère, deux types de transferts d'énergie entre organismes vivants sont dominants : la prédation, qui met en jeu des systèmes proie-prédateur, et le parasitisme, qui met en jeu des systèmes hôte-parasite. Dans les deux cas, un organisme se nourrit aux dépens d'un autre.

Il est généralement admis que la caractéristique du parasitisme est qu'il existe, en plus de la relation nourriture, une relation habitat : pour un parasite, l'hôte représente non seulement la table mais aussi la maison. De plus, le transfert d'énergie implique la mort de la proie au moment de l'acte de prédation tandis que le parasite ne tue jamais d'emblée l'individu hôte.

Il faut reconnaître que certaines situations se laissent difficilement classer. Par exemple, les ciliés de la panse des ruminants, les insectes inféodés à une plante hôte, les hématophages tels que les moustiques, les crustacéscirripèdes enfoncés dans la peau des baleines, le perroquet Nestor notabilis qui se nourrit de lambeaux de chair arrachés à des moutons vivants sont-ils des prédateurs ou des parasites ? De nombreux cas considérés comme inquilinisme, commensalisme ou symbiose ne pourraient-ils être suspectés de parasitisme si on les examinait en détail ?

Les insectes entomophages qui pondent dans le corps d'un autre insecte qu'ils ont préalablement immobilisé, et qui sera dévoré, donc tué, par les larves, sont appelés parasitoïdes, ce qui traduit l'hésitation à les considérer comme des parasites authentiques.

Enfin, certains organismes, qui strictement parlant ne diffèrent en rien des parasites, sont pour des raisons historiques et des besoins de méthodologie étudiés dans des disciplines différentes. C'est le cas des bactéries (bactériologie), des virus (virologie) et des champignons (mycologie).

Animaux parasites

L'hôte représentant le milieu où vit le parasite, cela implique des rapports de taille : le parasite doit être plus petit (en volume) que son hôte. Les animaux volumineux sont rarement parasites mais par contre sont souvent les plus parasités. Certains embranchements (spongiaires, échinodermes, urochordés) ne comptent pas de formes parasites, chez d'autres (cœlentérés, mollusques, vertébrés), elles sont rares ou exceptionnelles. Ailleurs, les parasites sont plus abondants mais limités à certaines classes ou familles. Parmi les crustacés, les cirripèdes, isopodes et copépodes comptent beaucoup d'espèces parasites. Dans d'autres groupes, des classes ou des ordres entiers sont composés de parasites, opalines ou trypanosomes parmi les protozoaires flagellés ; monogènes, cestodes et trématodes parmi les plathelminthes. Enfin, il existe des embranchements entièrement formés de parasites : apicomplexa (sporozoaires) chez les protozoaires, acanthocéphales chez les métazoaires.

L'hyperparasitisme est le cas où un parasite est l'hôte d'un autre parasite : amibes parasites d'opalines, haplosporidies parasites de trématodes larvaires, hyménoptères parasitoïdes d'hyménoptères, eux-mêmes parasitoïdes de lépidoptères.

L'adaptation au parasitisme

Selon la localisation du parasite chez l'hôte, on peut séparer trois types de parasitisme :

– Les ectoparasites vivent sur les téguments de l'hôte et restent ainsi en contact direct avec le milieu extérieur.

– Les mésoparasites se rencontrent dans l'hôte mais dans des organes ouverts sur le milieu extérieur (intestin, appareil urinaire ou génital par exemple).

– Les endoparasites vivent dans les tissus (musculaires, nerveux), dans des cavités fermées (hémocœle des insectes, système circulatoire des vertébrés) ou dans des cellules, par exemple comme le fait le Plasmodium, microbe responsable du paludisme. Ils doivent pénétrer et sortir de l'hôte par effraction.

Le parasitisme résulte de l'adaptation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de biologie à l'université de Perpignan
  • : docteur ès sciences, professeur de biologie à l'université des sciences et techniques du Languedoc, Montpellier
  • : professeur honoraire à l'université de Paris-XI

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Malaria - crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Malaria

Eimeria : localisation intestinale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Eimeria : localisation intestinale

Trématode : cycle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Trématode : cycle

Autres références

  • PARASITISME ET SYMBIOSE

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 281 mots
    • 1 média

    Au xvie siècle, pour Hieronymus Bock (dit Tragus), les champignons, « enfants des dieux », sont des produits engendrés par l'humidité et la moisissure. Cependant, en 1729, Pier Antonio Micheli recueillait des spores et obtenait un développement du mycélium. Un siècle plus tard, Christian...

  • ACANTHOCÉPHALES

    • Écrit par Jean Georges BAER
    • 1 822 mots
    • 4 médias
    Chez plusieurs espèces parasites de poissons marins ou d'eau douce, l'hôte intermédiaire est un petit crustacé amphipode (Gammarus), qui est ensuite mangé par le poisson. Cependant l'espèce Corynosoma semerme se rencontre chez plusieurs oiseaux marins et chez les phoques. L'hôte...
  • ACARIENS

    • Écrit par Jean-Louis CONNAT, Gabriel GACHELIN
    • 6 631 mots
    • 2 médias
    La reproduction du mésostigmate Varroa, parasite des abeilles, a été particulièrement étudiée en raison des pertes économiques importantes que cet acarien provoque en apiculture. Les femelles pénètrent en grand nombre dans les alvéoles non encore operculées des ruches et y pondent. Elles marquent...
  • ANGIOSPERMES

    • Écrit par Sophie NADOT, Hervé SAUQUET
    • 6 132 mots
    • 8 médias
    Les relations de parasitisme impliquant des Angiospermes sont variées. Le parasite peut être l’Angiosperme elle-même, qui exploite les ressources d’une autre plante (comme l’exemple bien connu du gui ou celui des figuiers étrangleurs) ou d’un champignon. Dans ce dernier cas, la plante, dite mycohétérotrophe,...
  • ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

    • Écrit par René LAFONT, Martine MAÏBECHE
    • 4 312 mots
    ...partielle. Dans d'autres cas, les animaux sont dépourvus de tube digestif et ce processus devient alors le seul mode d'alimentation (directe ou indirecte) : de nombreux parasites vivant dans le tube digestif des vertébrés (par exemple les cestodes) se nourrissent ainsi en absorbant par leur tégument les substances...
  • Afficher les 50 références

Voir aussi