HYMÉNOPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ordre des Hyménoptères, constituant l'un des groupes les plus importants d'insectes, est représenté par quelque 120 000 espèces, dont certaines comme les guêpes, les abeilles ou les fourmis sont connues de tous. Ces insectes sont caractérisés par quatre ailes membraneuses (d'où leur nom signifiant « ailes en membrane »), un appareil buccal de type broyeur-lécheur et une métamorphose complète (insectes holométaboles). La vie sociale des guêpes, abeilles, fourmis, leur psychisme hautement développé qui ne se traduit pas seulement dans la communication entre les individus, font d'eux les plus évolués de tous les insectes supérieurs, bien que leurs possibilités d'adaptation individuelle, soient fort limitées. Ces insectes sont surtout connus par leur rôle économique (production de miel), ou bienfaisant (les lécheurs de nectar contribuent à la pollinisation croisée des plantes), ou néfaste (fourmis). Mais ces espèces communes et sociales ne représentent guère que le dixième des Hyménoptères et la grande majorité des autres espèces n'en est pas moins essentielle dans l'équilibre naturel. En effet les espèces phytophages, peu nuisibles d'ailleurs, ne constituent qu'une minorité et la plupart des Hyménoptères sont prédateurs ou parasites d'autres insectes.

Caractères anatomiques

Un type morphologique

Pour aborder l'étude de la morphologie des hyménoptères on peut prendre l'exemple d'une guêpe (Polistes gallicus). Comme celle des autres Hyménoptères, sa tête est peu spécialisée (par comparaison avec les Diptères par exemple) ; elle porte les yeux composés et les trois ocelles ainsi que les antennes, riches en organes sensoriels olfactifs. Les pièces buccales sont de type broyeur chez la guêpe mais le labium, déjà allongé, montre certaines facultés pour lécher.

Dans le thorax, seul le mésothorax est bien développé, en liaison avec le grand développement des muscles alaires de la première paire d'ailes, seules motrices. Les secondes paires d'ailes, passives, sont accrochées aux ailes antérieures par une rangée de crochets (ou hamules). Chez les guêpes, les deux paires d'ailes sont constamment unies entre elles et se plient en éventail sur le dos. Il n'en est pas ainsi chez les autres Hyménoptères (l'abeille notamment) chez lesquels les deux paires d'ailes se décrochent au repos. Si l'on supprime les hamules, le vol n'est pas modifié, mais l'atterrissage est rendu difficile : l'insecte roule sur lui-même au moment où il se pose (E. Rabaud, L. Cuénot). La nervation alaire est compliquée et les nervures sont réunies entre elles par des rameaux transversaux qui déterminent des « cellules » dont la nomenclature, utilisée en systématique, est fort arbitraire.

Guêpe

Dessin : Guêpe

Morphologie d'une guêpe. Polistes gallicus 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le premier segment abdominal est incorporé au thorax (segment médiaire) et le second segment est étranglé pour former un pétiole qui constitue le pédoncule de l'abdomen. Ce dernier est formé de neuf segments, mais les derniers participent à la formation de l'appareil reproducteur ou venimeux, de telle sorte que seuls les segments trois à sept sont visibles chez le mâle tandis que la femelle en montre encore un de moins.

Adaptation à la récolte du nectar et du pollen

Évolution des pièces buccales du type broyeur au type lécheur

Un petit nombre seulement d'Hyménoptères mellifères est capable de récolter le nectar des fleurs ; les autres espèces, de beaucoup les plus nombreuses, ont des pièces buccales broyeuses, dont les fourmis omnivores offrent le type le plus parfait. Les guêpes sont capables de dilacérer la viande ou les fruits ; leur labium allongé leur permet de butiner sur les fleurs. Cependant, c'est seulement chez les Apidés que le labium s'allonge suffisamment pour former une langue souple capable de prélever le nectar au plus profond des corolles. Chez les abeilles solitaires comme l'andrène, le labium reste encore assez court, et c'est surtout chez l'abeille Apis mellifera que l'allongement atteint son maximum et que la langue se replie au repos.

Hyménoptères : pièces buccales

Dessin : Hyménoptères : pièces buccales

Pièces buccales des Hyménoptères 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Hyménoptères : pièces buccales

Dessin : Hyménoptères : pièces buccales

Pièces buccales des Hyménoptères 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Hyménoptères : pièces buccales

Dessin : Hyménoptères : pièces buccales

Pièces buccales des Hyménoptères 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Adaptation des pattes à la récolte du pollen

Seuls les Apidés peuvent récolter le pollen, mais chez les abeilles solitaires l'appareil de récolte reste le plus souvent sommaire : les halictes et les andrènes possèdent une « brosse » sur le tibia et sur le métatarse postérieur ainsi qu'une brosse ventrale, mais cette dernière seule est utilisée. C'est encore l'abeille domestique qui possède les organes les plus spécialisés sur la troisième paire de pattes. Cette dernière, aplatie et élargie, possède sur la face externe du tibia une « corbeille », tandis que la face interne du premier article du tarse (métatarse), fortement élargi, porte une dizaine de rangées transversales de poils raides formant brosse ; la charge de pollen d'une brosse est déposée dans la corbeille du côté opposé et le tassement est ensuite complété par les pattes intermédiaires. Signalons aussi l'existence d'une « pince à cire », formée par les bords du tibia et du premier article du tarse, et d'un « peigne », situé sur le bord postérieur du tibia et qui sert aussi à travailler le pollen.

Abeille

Photographie : Abeille

Abeille butinant une fleur et récoltant le pollen dans deux petites" corbeilles" situées sur sa troisième paire de pattes. 

Crédits : Christoph Burki/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Ovipositeur et appareil venimeux

L'aiguillon des guêpes et des abeilles représente un oviscapte, pourvu de glandes à venin, qui a perdu sa fonction de ponte pour jouer un rôle de défense. Mais sa structure est fondamentalement identique à celle de l'armature génitale de tous les autres Hyménoptères qui utilisent leur tarière pour disposer leurs œufs dans les tissus végétaux (Tenthrèdes, Cynipidés) ou dans le corps des autres insectes qui leur servent d'hôtes (Hyménoptères parasites tels que Braconidés, Chalcidiens, etc.). Cette tarière est toujours formée de trois paires de valves portées par des valvifères. Les premières valves, les plus ventrales, constituent les stylets ; chez la guêpe ou l'abeille, elles sont transformées en deux aiguilles : les lancettes, dont l'extrémité est lisse chez la guêpe mais barbelée chez l'abeille. Leur bord supérieur est creusé d'une rainure dans laquelle s'engagent les bords d'une pièce impaire repliée en demi-tube et dénommée gaine ou gorgeret qui correspond en réalité aux deuxièmes valves soudées médianement. Cette gaine maintient les deux stylets parallèles et leur laisse la possibilité de glisser d'avant en arrière. À l'aiguillon sont annexés des sclérites (plaque quadratique, plaque oblongue) qui s'articulent sur les valvifères arqués et portent des muscles dont la contraction détermine un mouvement de bascule de l'ensemble et provoque le rejet de l'aiguillon vers l'arrière. Quant aux troisièmes valves, elles ne sont pas vulnérantes ; elles ont l'aspect de deux demi-gouttières et protègent l'aiguillon proprement dit ; elles ont un rôle tactile pour localiser la piqûre.

Abeille : appareil venimeux

Dessin : Abeille : appareil venimeux

Appareil venimeux de l'abeille (d'après Snodgrass) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les glandes venimeuses sont des annexes de la tarière ; elles existent, plus ou moins développées, chez tous les Hyménoptères. Elles so [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Guêpe

Guêpe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hyménoptères : pièces buccales

Hyménoptères : pièces buccales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Abeille

Abeille
Crédits : Christoph Burki/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Abeille : appareil venimeux

Abeille : appareil venimeux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HYMÉNOPTÈRES  » est également traité dans :

ABEILLE

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS
  •  • 653 mots
  •  • 2 médias

Insecte dont le plus connu est l'abeille domestique vivant dans une ruche et produisant du miel . Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères ; super-famille : Apoïdés. Les Abeilles rassemblent deux familles, les Sphécidés (7 700 espèces, toutes solitaires) et les Apidés, comprenant 20 000 espèces dans le monde entier, dont moins de 15 p. 100 sont sociales. C'est le cas des espèces classées dans le […] Lire la suite

BOURDON

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS
  •  • 392 mots

Insecte social, au corps velu noir et jaune, vivant surtout dans les régions tempérées et froides. Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères ; famille : Apidés ; genre : Bombus . Les bourdons , représentés par quelque 300 espèces, appartiennent à la même famille que les abeilles mellifères. Les femelles possèdent aussi un aiguillon, mais piquent plus rarement que les abeilles. Tous les bourdons vi […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 147 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Toiles et tissages »  : […] La toile des araignées n'a pas été aussi bien étudiée qu'on pourrait le croire, bien qu'il s'agisse d'un objet des plus communs ; ou plus exactement elle a été décrite, on a analysé la physiologie des filières, on a même essayé l'influence des drogues sur le comportement de filage (il est possible d'obtenir des toiles tout à fait anormales en administrant aux araignées des drogues psychotropes), […] Lire la suite

FOURMI

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS
  •  • 426 mots
  •  • 1 média

Insecte de petite taille, social, vivant dans le monde entier, des régions froides aux zones tropicales. Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères ; familles : Formicidés, Myrmicidés. Les fourmis, représentées par quelque 9 500 espèces connues, sont organisées en sociétés supérieures comportant plusieurs castes : des ouvrières, nombreuses (de 2 à 3 millions au plus), femelles adultes stériles sans […] Lire la suite

FRELON ASIATIQUE

  • Écrit par 
  • Franck MULLER
  •  • 643 mots
  •  • 1 média

Le frelon asiatique à pattes jaunes , Vespa velutina var. nigrithorax , a été observé en France pour la première fois en 2004 à Tonneins (Lot-et-Garonne), dans la région Aquitaine. Une ou plusieurs reines fondatrices seraient vraisemblablement arrivées avec des poteries importées de Chine. Cet insecte se distingue de l'espèce autochtone par sa plus petite taille (moins de trois centimètres), la […] Lire la suite

GUÊPE

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS
  •  • 414 mots
  •  • 2 médias

Insecte réparti dans le monde entier et craint pour ses piqûres (femelle uniquement) qui peuvent déclencher, chez certains sujets, des allergies graves. Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères. Les guêpes au sens large (environ 15 000 espèces) sont de forme, de taille et de mœurs très diverses et se répartissent dans plusieurs familles. Celle des Vespidés (moins de 1 000 espèces) comprend toutes […] Lire la suite

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 921 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les enzymes  »  : […] Les enzymes présentes dans les venins sont classées en fonction de leur mode d'action. Parmi elles, les phospholipases A2 (PLA2) ont une importance particulière dans les venins, moins en raison de leur diversité structurale que du fait de la diversité de leurs effets. Présentes dans de nombreux venins, elles font partie d'une vaste famille de molécules aux actions variées. Certaines phospholipase […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « HYMÉNOPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hymenopteres/