TRÉMATODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Trématodes, souvent appelés aussi Douves, sont des Plathelminthes non segmentés, endoparasites de Vertébrés, munis d'un organe de fixation représenté par une ventouse située à la face ventrale du corps. Le cycle évolutif est hétéroxène, c'est-à-dire avec hôtes successifs d'espèces différentes, et comporte chez le premier hôte (un Mollusque) une phase de multiplication intense des germes larvaires par polyembryonie. À l'état adulte, les Trématodes habitent les cavités organiques des animaux qu'ils parasitent : intestin, voies biliaires et pancréatiques, vessie, poumons, sinus crâniens, kystes sous-muqueux, ainsi que le sang. Mais, quelle que soit la localisation, les œufs sont toujours évacués par les voies naturelles de l'individu parasité. Les relations entre les Trématodes et leurs hôtes intermédiaires ou définitifs sont de nature écologique et physiologique, et permettent de comprendre que de nombreuses espèces signalées chez l'homme sont également hébergées par des animaux sauvages ou domestiques.

Anatomie

Le corps, dont la taille est en général comprise entre 0,5 et 10 millimètres, est le plus souvent foliacé, aplati dorsoventralement ; il est plus rarement cylindrique. La ventouse ventrale, ou acetabulum, occupe une position pouvant varier d'un genre à un autre, mais elle est toujours située sur la ligne médiane ; elle peut occuper (cas des Aspidogastridés) toute la face ventrale. La bouche est terminale, antérieure, entourée d'une ventouse buccale. Il lui fait suite un œsophage qui traverse un pharynx musculeux, plus ou moins cylindrique. Il se divise en deux cæcums intestinaux en arrière du pharynx. La longueur des cæcums est variable selon les genres, tantôt très courts ou tantôt s'étendant jusqu'à l'extrémité postérieure du Ver où, chez les Cyclocœliidés, les extrémités des deux cæcums fusionnent, formant un intestin annulaire. Dans certains cas, chacun des cæcums débouche à la surface de l'extrémité postérieure, et il se forme ainsi deux anus. La surface de l'intestin est parfois augmentée par la présence de diverticules ou encore de ramifications secondaires.

Brachylaimus, Fischoederius, Dicrocoelium et Cotylurus

Dessin : Brachylaimus, Fischoederius, Dicrocoelium et Cotylurus

Divers genres de Trématodes adultes . De gauche à droite, Brachylaimus, Fischoederius, Dicrocoelium, Cotylurus fixé à une villosité intestinale de l'hôte 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le système excréteur est composé de protonéphridies réparties dans le parenchyme symétriquement par rapport à la ligne médiane, les deux groupes arrivant par deux canaux principaux dans la vessie excrétrice située dans la partie postérieure du corps où elle s'ouvre par un pore excréteur.

Les Trématodes sont hermaphrodites, mais on observe cependant dans quelques rares cas, chez les Didymozoïdés par exemple, une sorte d'évolution de l'hermaphroditisme vers la gonochorie, tandis que, chez les Schistosomatidés, les sexes sont séparés avec un dimorphisme sexuel prononcé. L'appareil mâle est constitué par les testicules (généralement deux) qui déversent les spermatozoïdes par les canaux efférents dans un organe copulateur, la poche du cirre, qui renferme des glandes prostatiques, une vésicule séminale et un cirre évaginable. Chez plusieurs genres, la poche du cirre manque : elle est remplacée par une vésicule séminale. L'appareil femelle se compose d'un ovaire, de glandes vitellogènes, d'un complexe glandulaire, ou glandes de Mehlis, entourant l'ootype où sont formés les œufs et qui débouche dans l'utérus. S'ouvrant à la face dorsale du Ver et conduisant à l'oviducte se trouve le canal de Laurer par où est évacué l'excès de cellules vitellogènes qui empêcheraient les spermatozoïdes d'atteindre les ovules. L'utérus est toujours long, tubulaire, replié sur lui-même et terminé par une portion à paroi musculaire, le métraterme, qui débouche à côté de la poche du cirre dans un atrium génital. Il s'ensuit que l'autofécondation n'est pas rare. L'atrium génital est en général situé entre l'acetabulum et le pharynx, mais s'observe parfois à l'extrémité postérieure du Ver ou latéralement suivant les cas.

L'œuf, le plus souvent operculé, renferme le zygote et des cellules vitellogènes. Suivant les espèces, il se développe parfois dans l'utérus, en sorte qu'il renferme déjà une larve au moment de la ponte. D'autres fois, l'œuf parvient dans le milieu extérieur avant que la larve ne soit formée, et celle-ci apparaît par conséquent après une période d'incubation. Cette larve, appelée miracidium, possède un revêtement de cils locomoteurs qui lui permet, une fois éclose, de se déplacer dans l'eau. Dans la région antérieure du miracidium se trouve une papille plus ou moins conique associée [...]

Schistosoma japonicum : œuf

Dessin : Schistosoma japonicum : œuf

Œuf de Schistosoma japonicum renfermant un miracidium dont la ciliature est bien visible 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Brachylaimus, Fischoederius, Dicrocoelium et Cotylurus

Brachylaimus, Fischoederius, Dicrocoelium et Cotylurus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Schistosoma japonicum : œuf

Schistosoma japonicum : œuf
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cycle évolutif

Cycle évolutif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cercaires dans une rédie et des sporocystes

Cercaires dans une rédie et des sporocystes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Neuchâtel, directeur de l'Institut de zoologie

Classification

Autres références

«  TRÉMATODES  » est également traité dans :

BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 900 mots

Dans le chapitre « Les parasites »  : […] Quatre espèces de schistosomes, ou bilharzies, provoquent chez l'homme quatre maladies : Schistosoma haematobium est l'agent de la bilharziose vésicale ou urinaire, Schistosoma Mansoni , celui de la bilharziose intestinale, Schistosoma japonicum , celui de la bilharziose hépato-splénique et Schistosoma intercalatum qui provoque une bilharziose rectale. Cette relation entre l'espèce parasitaire e […] Lire la suite

DISTOMATOSES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ
  •  • 1 764 mots
  •  • 1 média

Des vers plats, les douves (plathelminthes de l'ordre des Trématodes) sont à l'origine chez l'homme d'affections du foie, de l'intestin et du poumon, les distomatoses. D'une taille de quelques millimètres à quelques centimètres, ces parasites ont un peu l'apparence d'une feuille. Grâce à leurs ventouses, ils se fixent sur les revêtements épithéliaux de différents organes de leurs hôtes (canaux […] Lire la suite

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 249 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte des hôtes »  : […] L'existence d'une spécificité étroite, et par conséquent le peu de choix laissé aux parasites, rend problématique la découverte des hôtes, du moins en apparence. La solution la plus communément invoquée est la très grande fécondité des parasites : la découvertes des hôtes est facilitée par la simple augmentation des probabilités de rencontre, elle-même liée au grand nombre. Cependant, les organism […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Trématodes »  : […] Les schistosomiases (ou bilharzioses), maladies des régions chaudes, transmises par contact avec l'eau, et donc liées au comportement de l'homme (enfants au cours des baignades, cultures irriguées, etc.), représentent, avec le paludisme, le grand problème médical de la mise en valeur des régions intertropicales (près de 600 millions de sujets atteints). Leur évolution est souvent très grave (cirr […] Lire la suite

PLATHELMINTHES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 398 mots
  •  • 1 média

Terme introduit par A. Schneider en 1873 et qui désigne un embranchement d'une unité incontestable comprenant des métazoaires triploblastiques, c'est-à-dire possédant un troisième feuillet individualisé se situant entre l'ectoderme et l'endoderme. Bien que dépourvus de cœlome, ils sont proches des mollusques et des annélides. Les plathelminthes groupent des animaux à symétrie bilatérale bien nette […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Georges BAER, « TRÉMATODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trematodes/