ACANTHOCÉPHALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Acanthocéphales sont des Vers, parasites à tous les stades de leur existence. Leur corps, dépourvu de cœlome, se compose d'une partie antérieure exsertile, armée de crochets (rostre), servant d'organe de fixation, suivie d'une partie postérieure (tronc) aplatie, sauf après la mort. La paroi du corps, de nature complexe, possède une structure syncytiale, car les cellules ne paraissent pas délimitées les unes des autres. Elle délimite une cavité dépourvue de revêtement endothélial (pseudocœlome), qui renferme les organes reproducteurs. Les sexes sont séparés. Mâle et femelle ont une extrémité postérieure de structure différente : il y a dimorphisme sexuel. Les œufs possèdent plusieurs enveloppes et renferment un embryon (acanthor) au moment de la ponte. Le développement comporte des métamorphoses et le cycle évolutif exige des hôtes successifs dont le premier, toujours un Arthropode, est indispensable. Les vers adultes habitent exclusivement l'intestin de vertébrés.

Acanthocéphale : schéma

Dessin : Acanthocéphale : schéma

Schéma d'un Acanthocéphale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Acanthocéphales occupent une position isolée parmi les Vers. Ils ont été rapprochés successivement des Nématodes, des Cestodes et des Priapuliens. On s'accorde aujourd'hui à les placer dans un embranchement indépendant.

Morphologie

Rostre

Toujours plus court que le tronc, il est le plus souvent cylindrique, parfois globulaire. Il est armé de crochets à pointes recourbées, immobiles, insérées dans sa paroi. Les crochets sont disposés en quinconce, et leur taille diminue d'avant en arrière. Le rostre peut être complètement invaginé dans une poche musculaire qui s'enfonce dans le tronc et sépare le rostre du pseudocœlome. Cette poche renferme un gros ganglion basal, centre nerveux d'où partent les fibres innervant le rostre et le tronc.

Acanthocéphale : schéma

Dessin : Acanthocéphale : schéma

Schéma d'un Acanthocéphale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Tronc

La paroi du corps, épaisse, est formée par une couche syncytiale. Elle couvre aussi le rostre où elle est, cependant, moins compliquée. À la surface, on distingue une cuticule, sous laquelle se trouve un hypoderme, dont la partie interne présente un système de canaux longitudinaux et circulaires. Il y circule un liquide riche en protéines, se déplaçant continuellement, grâce aux contractions du tronc. Ce liquide proviendrait des substances absorbées et synthétisées par la paroi du corps qui joue ainsi le rôle de l'intestin manquant. Cette couche renferme aussi les noyaux du syncytium qui sont relativement peu nombreux et toujours très grands chez les formes larvaires. Par la suite, chez les Eoacanthocéphales et les Archiacanthocéphales, les noyaux s'allongent ou se ramifient, augmentant de taille dans les proportions extraordinaires : chez Macracanthorhyncus hirudinaceus qui mesure 650 mm de long, les noyaux s'allongent jusqu'à atteindre 3 à 5 mm. Par contre, chez les Palaeacanthocéphales, les noyaux larvaires se fragmentent et sont distribués dans tout l'hypoderme.

Font encore partie du système tégumentaire, deux organes allongés (lemnisques), qui prennent naissance à la jonction du rostre et du tronc. De forme généralement cylindrique, ils flottent librement dans le pseudocœlome. Les lemnisques assurent le passage des substances entre le réseau vasculaire hypodermique et le liquide du pseudocœlome.

Acanthocéphale : schéma

Dessin : Acanthocéphale : schéma

Schéma d'un Acanthocéphale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En effet la couche tégumentaire se trouve séparée du pseudocœlome par une couche syncytiale de muscles.

Organes reproducteurs

Ils sont toujours contenus dans deux sacs ligamentaires attachés respectivement aux deux extrémités du pseudocœlome. Dans la plupart des cas, cependant, la paroi des sacs se déchire au cours du développement des glandes génitales et il n'en reste qu'un ligament.

Chez les mâles, il y a toujours deux testicules ovalaires qui débouchent dans un canal déférent s'ouvrant par un conduit musculaire à la base d'une papille (pénis). Celle-ci se trouve au centre de la bourse copulatrice située à l'extrémité postérieure du corps. Elle recueille directement la sécrétion des glandes copulatrices qui maintient le contact des deux sexes lors de la copulation. L'évagination de la bourse copulatrice serait assurée par la contraction d'une volumineuse poche (poche de Saeftigen, ).

Acanthocéphale : schéma

Dessin : Acanthocéphale : schéma

Schéma d'un Acanthocéphale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'appareil reproducteur femelle est plus compliqué, parce que l'ovaire se fragmente très tôt en amas d'oogonies (sphères ovariennes), qui flottent librement dans le pseudocœlome lorsque les sacs ligamentaires se déchirent. Les organes sexuels sont constitués par une sorte de coupe, en forme de cloche renversée (cloche utérine), qui communique avec l'utérus. Ce dernier, u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Acanthocéphale : schéma

Acanthocéphale : schéma
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acanthocéphales : œufs

Acanthocéphales : œufs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acanthocéphale : larves

Acanthocéphale : larves
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hôte

Hôte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Neuchâtel, directeur de l'Institut de zoologie

Classification

Autres références

«  ACANTHOCÉPHALES  » est également traité dans :

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 676 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les simplifications de l'organisation anatomique déduites de la phylogénie »  : […] Une des plus importantes leçons à tirer des avancées récentes sur la phylogénie des Bilateria est la grande fréquence des transformations évolutives aboutissant à simplifier l'organisation. Outre l'exemple de Xenoturbella , évoqué plus haut, un autre cas remarquable est celui du tube digestif à un seul orifice des plathelminthes. Classiquement considéré comme un caractère primitif, l'absence d'an […] Lire la suite

VERS, invertébrés

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 2 809 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Acanthocéphales »  : […] L' embranchement des Acanthocéphales comprend exclusivement des parasites ; à l'état adulte, ils sont inféodés à l'intestin des Vertébrés. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Georges BAER, « ACANTHOCÉPHALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acanthocephales/