PEAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peau est un organe à multiples facettes. C'est un organe frontière essentiel à la protection du corps face aux agressions de l'environnement ; c'est un organe de contact sensoriel et d'échanges thermiques, hydriques, essentiels au maintien de l'homéostasie. Il participe à la communication sociale ; c'est un organe miroir au niveau duquel se manifestent non seulement la plupart des maladies internes, mais également les réactions aux modifications de l'environnement et, en particulier, les émotions. Lorsqu'on se regarde dans un miroir, on ne regarde pas un organe, on se regarde soi-même.

Quelques données quantitatives sont nécessaires. La peau est un des organes les plus volumineux de l'organisme : sa surface chez l'adulte est comprise entre 1,5 et 2 mètres carrés. Son poids total se situe entre 2 et 3 kilogrammes. Son épaisseur est très variable : de 0,5 millimètre au niveau des paupières, à 4 ou 5 millimètres en haut du dos.

L'organe peau est fait de la réunion de trois tissus principaux : en surface l'épiderme, d'une épaisseur de 100 micromètres environ, en dessous le derme, d'épaisseur très variable selon les régions du corps, puis l'hypoderme, riche en graisse. Parcourant le derme, de très nombreux capillaires sanguins assurent la nutrition cutanée et participent au contrôle de la température du corps : on compte 1 mètre de capillaires par centimètre carré de peau.

La peau informe en permanence le cerveau grâce à de nombreux capteurs spécialisés responsables de la perception de la température, de la pression, du toucher ou à l'origine des démangeaisons. Ces capteurs se trouvent surtout au niveau du derme superficiel, mais des terminaisons nerveuses se prolongent, à travers l'épiderme, jusqu'à la surface de la peau. La densité de ces capteurs est très variable et passe de 5 à 10 capteurs par centimètre carré jusqu'à 2 000 capteurs par centimètre carré au niveau des doigts, région du corps où le toucher est particulièrement sensible.

Au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Cellules de la peau

Cellules de la peau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Mélanocytes et kératinocytes de la peau humaine

Mélanocytes et kératinocytes de la peau humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : professeur de la clinique des maladies cutanées, université de Paris-VII, chef de service de dermatologie à l'hôpital Saint-Louis, directeur de l'Institut de recherche sur la peau

Classification


Autres références

«  PEAU  » est également traité dans :

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 542 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Eczémas »  : […] On englobe sous le terme d'eczéma des éruptions cutanées de cause et d'évolution différentes mais qui possèdent en commun le même type de lésions élémentaires : éruption érythémato-vésiculeuse, associée histologiquement à la spongiose (dissociation des cellules épidermiques par l'exosérose) et infiltrations lymphocytaires. L'eczéma reconnaît grossièrement deux étiologies différentes : –  Eczéma a […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Organes sensoriels »  : […] Peut-être plus que tous les autres Vertébrés, les Amphibiens possèdent une grande variété d'organes sensoriels. La peau a conservé en général un caractère ichthyen, la ligne latérale , qui intervient dans les réflexes d'équilibration et de posture. Elle est également sensible, grâce à des récepteurs spécialisés, au stimulus d'origine mécanique, chimique, lumineuse, ainsi qu'à la chaleur, au froid […] Lire la suite

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite

BRÛLURES

  • Écrit par 
  • Henri LABORIT, 
  • Bernard WEBER
  •  • 2 476 mots

Les brûlures sont la conséquence du contact entre les tissus et une source d'énergie calorique telle que flammes, liquides ou solides chauds, radiations ou électricité. Certaines substances chimiques, acides ou bases fortes, peuvent provoquer des lésions analogues. Les organes internes sont quelquefois atteints, comme c'est le cas pour le pharynx ou l'œsophage lors de l'absorption de liquides brûl […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Identification des agents cancérogènes »  : […] Pour les besoins de la prévention, il est essentiel d'évaluer les responsabilités des différents agents cancérogènes et le bénéfice qui résulterait de leur suppression. L'exposition aux rayons solaires constitue un facteur de risque important en raison de l'effet mutagène des rayons UV. Ils causent deux types de cancer de la peau : d'une part, les cancers spino- et baso-cellulaires de la peau, […] Lire la suite

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre NAHON
  •  • 5 106 mots

Dans le chapitre « Les paupières »  : […] La peau des paupières adhère à un muscle très fin qui entoure l'œil. L'excès de peau est responsable d'un repli au niveau de la paupière supérieure créant une double paupière qui revient vers les cils et de plis horizontaux au niveau de la paupière inférieure. Son importance varie d'un individu à l'autre en fonction de l'âge et de la forme de la cavité osseuse de l'œil. La graisse qui entoure nor […] Lire la suite

COSMÉTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET
  •  • 1 634 mots

Le cosmétologue a été de tout temps un chimiste avant la lettre, capable de préparer tous les ingrédients nécessaires à un système de signalisation corporelle et de communication sociale aussi vieux que l'humanité. Plus récemment, il est devenu un galéniste capable de créer des formulations complexes particulièrement agréables au toucher. Ce n'est que très récemment que le cosmétologue est devenu […] Lire la suite

COUP DE SOLEIL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

Un coup de soleil est une inflammation cutanée aiguë due à une surexposition aux rayons ultraviolets (U.V.) situés dans la bande passante des U.V.B. (290-320 nanomètres ; pour mémoire, 1 nanomètre est égal à 1 ×10  —9  mètre). Le soleil et la lumière artificielle (lampe à bronzer) en sont les sources. Suivant le degré de gravité des lésions cutanées, le coup de soleil se traduit par une rougeur et […] Lire la suite

CUIR

  • Écrit par 
  • Laurent VILLA
  •  • 11 128 mots
  •  • 4 médias

Le cuir est un produit naturel résultant d'un ensemble d'opérations appelé tannage, ayant pour but de transformer le derme de la peau des animaux en une substance imputrescible, présentant une certaine résistance à l'action de l'eau. En dehors de son imputrescibilité, le cuir doit posséder un certain nombre de propriétés physiques variables suivant les usages auxquels il est destiné : les cuirs […] Lire la suite

DENDRITIQUES CELLULES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 236 mots
  •  • 1 média

En 1868, Langerhans décrivait dans la peau des cellules hérissées de très nombreux prolongements cytoplasmiques : les cellules dendritiques . Longtemps peu étudiées, elles ont pris une importance croissante en immunologie en raison de leur rôle dans toutes les étapes de l'immunité (J. Banchereau et R. M. Steinman, « Dendritic Cells and the control of immunity », in Nature , 392, pp. 245-252, 1998) […] Lire la suite

DERMATOGLYPHES PALMAIRES

  • Écrit par 
  • Georges OLIVIER
  •  • 919 mots

Les figures dessinées par les crêtes dermo-épidermiques de la face palmaire de la main et des doigts et de la face plantaire du pied et des orteils, sont appelées dermatoglyphes (du grec derma, -tos , peau, et gluphê , gravure). Ils n'existent nulle part ailleurs. Aux doigts, ils sont synonymes d'empreintes digitales. Les crêtes épidermiques correspondent en profondeur à une double rangée de papil […] Lire la suite

DERMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Robert DEGOS
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

La peau subit, plus que tout autre tissu, des agressions externes, physiques, chimiques et bactériologiques. Elle y répond par des réactions vasculaires et tissulaires non spécifiques, suivant un mécanisme parfois allergique. En second lieu, la peau est souvent le siège de manifestations qui dépendent de désordres internes, d'ordre infectieux, métabolique ou immunologique ; ces symptômes cutanés s […] Lire la suite

ÉRUPTIVES MALADIES

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 593 mots

On qualifie de maladies éruptives des maladies infectieuses accompagnées — et caractérisées — par un exanthème, c'est-à-dire une érubescence cutanée plus ou moins durable. Cette rougeur initiale affecte parfois des zones très localisées du corps, mais elle peut aussi apparaître sur l'ensemble de la peau, le plus souvent de façon progressive. Il s'agit de taches, de plaques ou de nappes plus ou moi […] Lire la suite

ESCARRES

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 196 mots

Zone tissulaire superficielle et limitée présentant une nécrose sèche, non infectée. Les escarres surviennent habituellement aux points d'appui chez des sujets qui sont alités pour une longue durée et qui n'ont pas une mobilité suffisante pour varier cet appui ; leur mécanisme initial est ischémique. Siégeant par ordre de fréquence dans la région sacrée, aux talons, aux coudes, à l'occiput, elles […] Lire la suite

EXANTHÈME

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 193 mots

Manifestation caractéristique d'infections, en général fébriles, dont le déroulement provoque, au niveau de la peau, l'apparition d'une « éruption » cutanée. La confusion est facile avec des éruptions résultant d'intoxications (en général médicamenteuses) qui ont reçu le nom de toxidermies. Toute maladie infectieuse éruptive s'en distingue cependant par l'existence d'une période d'incubation et d' […] Lire la suite

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bases génétiques »  : […] Le comportement des greffes de peau est le phénomène le plus simple à observer ; il démontre l'incompatibilité entre l'organisme du receveur et le tissu qui lui est génétiquement étranger. Une autogreffe est acceptée aisément : en deux ou trois jours, elle est vascularisée à partir des tissus environnants et se confond avec eux en cinq à sept jours. Une allogreffe se vascularise initialement comm […] Lire la suite

GREFFES DE TISSUS CUTANÉS

  • Écrit par 
  • Jean THIVOLET
  •  • 757 mots

Les deux tissus qui constituent la peau –  l'épiderme épithélial et le derme conjonctif mésenchymateux – peuvent être reconstitués par culture in vitro, isolément ou ensemble. Épiderme reconstitué . Les feuillets épidermiques sont obtenus en mettant en culture un à deux millions de cellules épithéliales, les kératinocytes, obtenues par des biopsies de peau normale. Le milieu de culture est à base […] Lire la suite

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En transplantation »  : […] Le rôle des antigènes HLA et H-2 (souris) en transplantation et survie des greffes a été la première observation, c'est pourquoi ils sont appelés couramment antigènes de transplantation. Par greffe de peau il a été démontré que le destin du greffon est fonction essentiellement de la compatibilité de deux systèmes : le système ABO (groupes sanguins) et le système HLA. Ces notions ont été rapideme […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le concept d'immunité locale »  : […] La réponse immunitaire d'un organisme à un antigène de l'environnement dépend de la voie d'introduction de la substance antigénique. Injectée par voie sous-cutanée, une molécule protéique pourra déclencher la production d'anticorps spécifiques. Introduite dans la peau par voie intradermique, cette même protéine induira une réaction d'hypersensibilité de type retardé. Enfin, administrée par voie o […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 novembre 2002 • France • Entrée d'Alexandre Dumas au Panthéon.

injustice [...] qui a marqué Dumas dès l'enfance, comme elle marquait déjà au fer la peau de ses ancêtres esclaves ». Il vante les valeurs émancipatrices de la République dont « Dumas sait [...] qu'elle seule peut ouvrir l'avenir à tous ceux qui, comme lui, n'ont que leur travail, leur talent, leur mérite pour obtenir leur juste place dans la société française ».  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis DUBERTRET, « PEAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau/