SAINT-CYRAN JEAN DUVERGIER DE HAURANNE abbé de (1581-1643)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prêtre et spirituel français, né à Bayonne d'une famille de gros négociants gascons et basques, Jean Duvergier de Hauranne fit ses études chez les jésuites d'Agen, puis dans les Universités de Paris et de Louvain. De brillantes études en théologie révèlent son intérêt pour les Pères de l'Église ; ayant lié connaissance avec Jansénius, étudiant à Louvain, il l'invite à venir travailler avec lui l'Écriture et les Pères, à Paris et dans sa maison de Camp-de-Prats (près de Bayonne), entre 1609 et 1616. Pourvu de plusieurs bénéfices, Saint-Cyran — du nom de l'abbaye que l'évêque de Poitiers, La Rocheposay, lui donne en 1620 — est ordonné prêtre en 1618. La connaissance de Bérulle (dont il devient le très actif secrétaire à partir de 1620, jusqu'à la mort du cardinal en 1629) le lance dans le « parti dévot », contre Richelieu, mais lui fait connaître aussi les grandes lignes religieuses et augustiniennes de la spiritualité bérullienne. Il reste, à la mort de Bérulle, le champion du bérullisme mystique : sous le pseudonyme de Petrus Aurelius, en 1632, il défend contre les religieux la dignité de l'état séculier. Oracle des cercles dévots parisiens, il est appelé, en 1634, à prêcher aux religieuses de Port-Royal. Il va vite exercer une profonde influence sur le couvent, surtout par l'intermédiaire de sa dirigée, la grande réformatrice de Port-Royal, mère Geneviève Le Tardif. En 1638, Richelieu, tout-puissant, réussit à le faire emprisonner à Vincennes, lors d'une grande opération qu'il mena contre les dévots hostiles à sa politique européenne (les religieuses de Port-Royal, les « Messieurs », l'Oratoire, leurs amis à la Cour). Saint-Cyran fut maintenu à Vincennes, sans procès ni condamnation, pendant cinq ans : la mort de Richelieu lui redonna la liberté (1643), mais il mourut quelques mois après.

Il n'est pas exact de voir dans Saint-Cyran le « père du jansénisme français » : les éléments de doctrine spirituelle qui le caractérisent doivent peu de chose à l'Augustinus de Jansénius. Saint [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-CYRAN JEAN DUVERGIER DE HAURANNE abbé de (1581-1643)  » est également traité dans :

BARCOS MARTIN DE (1600-1678)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 450 mots

Neveu de l'illustre abbé de Saint-Cyran, comme lui originaire de Bayonne. Élève de Jansénius à l'université de Louvain, il sera réputé pour l'étendue de sa science théologique. Son oncle le place comme précepteur auprès des enfants d'Arnauld d'Andilly, puis, en 1629, le prend à ses côtés comme secrétaire. Il lui donne sans doute part à la rédaction de ses œuvres, notamment du Petrus Aurelius . Mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-de-barcos/#i_35921

JANSENIUS CORNELIUS JANSEN dit (1585-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 989 mots

Théologien, né près de Leerdam, issu d'une famille catholique hollandaise. Formé principalement à l'université de Louvain, de mouvance espagnole, Jansenius y est témoin du conflit, toujours prêt à se rallumer, opposant les jésuites de la ville, dont le molinisme accorde beaucoup à la liberté humaine, et la tradition thomiste ou baïaniste de l'Université, qui affirme l'efficacité souveraine de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenius/#i_35921

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] C'est en 1646, à Rouen, que Pascal rencontre l'augustinisme grâce aux frères Deschamps, deux médecins venus soigner son père, qui lui font lire des ouvrages de Saint-Cyran et peut-être de Jansénius, dont il est si fortement frappé que, dans cette famille dont le catholicisme a été jusqu'alors tiède, il engendre un mouvement de ferveur qui touche particulièrement sa sœur Jacqueline. Cette première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_35921

PORT-ROYAL

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 2 624 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La marque de Saint-Cyran »  : […] Longtemps privée de bons conseillers spirituels, la mère Angélique avait, en 1618, fait la rencontre de saint François de Sales, qui, jusqu'à sa mort, fut pour elle un guide passionnément écouté. Elle ne retrouva ensuite le sentiment d'une absolue confiance qu'avec celui dont le destin, à partir de 1635, fut inéluctablement lié à celui de Port-Royal, Jean Du Vergier de Hauranne, abbé de Saint-Cy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/port-royal/#i_35921

SINGLIN ANTOINE (1607-1664)

  • Écrit par 
  • André-Hubert MESNARD
  •  • 285 mots

Confesseur, puis supérieur des religieuses de Port-Royal. Fils et frère de marchands de vin, Antoine Singlin a d'abord été destiné au négoce. Sa vocation à l'état ecclésiastique est tardive, mais irrésistible. Il se tourne vers saint Vincent de Paul, qui le mène à la prêtrise ; puis fait en 1634 la connaissance de Saint-Cyran, auquel il s'attache exclusivement. L'abbé discerne en ce jeune homme, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-singlin/#i_35921

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « SAINT-CYRAN JEAN DUVERGIER DE HAURANNE abbé de (1581-1643) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-cyran-jean-duvergier-de-hauranne-abbe-de/