JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par les attaques violentes ou par les solides sympathies qu'elle a suscitées, par les réussites qu'elle a connues comme par les crises qu'elle a traversées, la Compagnie de Jésus occupe une place centrale dans l'histoire du catholicisme.

Avec un peu moins de 20 000 membres à la fin des années 2000 (contre près de 30 000 dans les années 1960), la Compagnie de Jésus constitue numériquement la deuxième famille religieuse de l'Église catholique (aussitôt après l'ensemble des différentes branches franciscaines). Un aperçu historique du développement de la Compagnie permettra de suivre les répercussions de l'élan initial au long de plus de quatre cents ans. Il est relativement facile d'y relever au moins quelques grands événements extérieurs, étudiés par les historiens.

Pour une pleine intelligence des faits, il faudrait encore rendre compte en particulier de l'abondante littérature théologique et spirituelle laissée par des jésuites, dont plusieurs ont été canonisés par l'Église. Il serait nécessaire enfin d'analyser l'évolution récente de la Compagnie de Jésus, depuis le IIe concile du Vatican, qui l’a conduit, sous les généralats de Pedro Arrupe (1965-1981) et de Hans-Peter Kolvenbach (1983-2008), à revoir son mode de gouvernement, à modifier bien des aspects de la formation de ses membres et à réévaluer ses activités selon une pastorale au service de la foi et de la justice dans le monde.

Les débuts de la Compagnie de Jésus

Le terme « jésuite » est antérieur à la fondation de la Compagnie de Jésus. Pour les théologiens du Moyen Âge, le chrétien, après sa mort, deviendrait un jesuita, c'est-à-dire un autre Jésus. Mais dès le début du xvie siècle, le mot avait pris dans les pays germaniques une coloration péjorative. Appeler quelqu'un jesuita équivalait à le traiter de « faux Jésus », donc d'hypocrite. Quatre ans après la création de l'institut d'Ignace de Loyola, Canisius écrivait qu'en Allemagne lui-même et ses disciples étaient qualifiés [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS  » est également traité dans :

FONDATION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

La Compagnie de Jésus s'inscrit dans le mouvement de fondation des sociétés de clercs réguliers qui associent l'apostolat de tous les jours à la régularité de la vie religieuse encadrée par des vœux mais sans les obligations de la vie conventuelle. Ignace de Loyola transcrit son expérience personnelle dans ses Exercices spirituels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-de-la-compagnie-de-jesus/#i_939

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 4 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les esclaves »  : […] L'esclavage étant encore une pratique courante en Méditerranée et en Afrique au xvi e  siècle, les Portugais l'adoptèrent au Brésil dès qu'ils voulurent faire travailler les Indiens. Les donataires reçurent le droit de les mettre en esclavage et même d'en vendre un certain nombre sur le marché de Lisbonne. Ces Indiens étaient assez primitifs et ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-portugaise/#i_939

ARRUPE PEDRO (1907-1991)

  • Écrit par 
  • Alain WOODROW
  •  • 1 068 mots

Le vingt-septième successeur d'Ignace de Loyola n'était pas seulement originaire du Pays basque comme le fondateur de la Compagnie de Jésus. Pedro Arrupe ressemblait à ce dernier de façon étonnante — le même profil, la calvitie, la maigreur ascétique et le regard de braise —, mais il avait surtout le même désir de ramener ses contemporains aux valeurs de l'Évangile, en épousant les aspirations de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-arrupe/#i_939

BARTOLI DANIELLO (1608-1685)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 330 mots

Admis très jeune parmi les novices de la Compagnie de Jésus, Daniello Bartoli, après des études approfondies de rhétorique, puis de philosophie et de théologie, enseigne d'abord la rhétorique et devient bientôt un prédicateur apprécié. En 1646, il se voit conférer la lourde charge d'historien de la Compagnie de Jésus. Il publie, dès 1650, une biographie en cinq livres de saint Ignace de Loyola, fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniello-bartoli/#i_939

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE HENRI (1737-1814)

  • Écrit par 
  • Gabriel-Robert THIBAULT
  •  • 1 893 mots

Dans le chapitre « Une culture humaniste, puis l'École royale des ponts et chaussées »  : […] Bernardin de Saint-Pierre reçoit sa première instruction des prêtres diocésains du collège du Havre dont le programme est proche de la Ratio studiorum de la Compagnie de Jésus. Ensuite, il continue ses études chez les jésuites de Caen puis de Rouen. Parallèlement à l'enseignement du collège de Rouen, il suit à l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts les cours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bernardin-de-saint-pierre/#i_939

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le débat méthodologique des années 1960-1970 »  : […] La fin des années 1960 et les années 1970 ont été celles d'une crise relativement grave qui toucha l'approche du texte biblique. La manière germanique et luthérienne de traiter celui-ci, laquelle, dans une longue histoire qui va de Gunkel pour l'Ancien Testament à Bultmann et à ses disciples pour le Nouveau, engendra successivement la Formgeschichtliche Methode et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_939

BOLLANDISTES

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 627 mots

Groupe d'érudits qui, jésuites pour la plupart, s'attachent, depuis le xvii e  siècle, à la publication et à la critique des documents hagiographiques du christianisme. En 1607, le père Héribert Rosweyde (1569-1629), jésuite d'Anvers, publia une liste de treize cents vies de saints anciennes, qu'il avait l'intention de publier. En fait, il édita, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bollandistes/#i_939

BRÉBEUF JEAN DE (1593-1649)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 484 mots

Missionnaire français, Jean de Brébeuf a vécu pendant quinze années au milieu des Hurons. Nul ne les connaissait mieux que lui : il leur a consacré des pages qui comptent parmi les plus précieuses de l'ethnographie amérindienne. Né à Condé-sur-Vire, il entre chez les Jésuites en 1617 : il est ordonné prêtre en 1622. Désigné pour la nouvelle mission jésuite du Canada, il débarque à Québec en 1625. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-brebeuf/#i_939

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 433 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'éveil d'une conscience nationale »  : […] En 1767, l'expulsion des Jésuites ordonnée par le roi eut des répercussions profondes, surtout dans les milieux intellectuels, car ces religieux dirigeaient écoles et collèges, et le besoin de s'instruire se faisait fortement sentir. On peut dire que la base de l'existence coloniale au Chili était essentiellement ecclésiastique. Tous les livres étaient écrits en latin et très peu de Chiliens poss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chili/#i_939

CLORIVIÈRE PIERRE JOSEPH PICOT DE LA (1735-1820)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 160 mots

Jésuite français, lié à la Compagnie quelques jours avant sa dissolution par Clément XIV (1773), Clorivière connaît l'exil, puis la clandestinité et la prison entre 1793 et 1809, à cause de ses amitiés royalistes. Il reste fidèle, dans ses épreuves, à sa vocation de directeur de conscience et de religieux. Après des essais de reconstitution clandestine de la Compagnie, après la fondation des Fille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloriviere-pierre-joseph-picot-de-la/#i_939

CONDAMNATION DES RITES CHINOIS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 260 mots

Au xvii e  siècle, la Querelle des rites divise les missionnaires de la Chine et de l'Inde sur la désignation de Dieu dans les langues locales, sur l'adaptation des rites chrétiens, le baptême par exemple, sur l'acceptation ou le refus des rites traditionnels comme la vénération des ancêtres. Tandis que les jésuites, très introduits à la cour impé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/condamnation-des-rites-chinois/#i_939

CONTRE-RÉFORME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application des décisions du concile »  : […] Rome, qui n'avait pas veillé à l'application des décisions prises dans les conciles qui précédèrent celui de Trente, travailla, en revanche, à faire entrer les décrets tridentins dans la vie quotidienne. Pie IV les confirma dès le 26 janvier 1564 (les pères s'étaient séparés le 4 décembre précédent) et une bulle précisa en juillet qu'ils seraient obligatoires dans tout l'univers catholique. Deux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-reforme/#i_939

COTON PIERRE (1564-1626)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 294 mots

Ce jésuite, confesseur de Henri IV, est entré dans l'histoire sous la forme d'une boutade : « Le roi a du coton dans les oreilles ! » Il fait partie de ce groupe de religieux qui ont dû leur célébrité à leurs prédications à la fin du xvi e siècle. Le choix d'un jésuite par Henri IV relève évidemment de la politique, le père Coton étant partisan d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-coton/#i_939

DE AUXILIIS CONGRÉGATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 751 mots

La première des Congregationes de auxiliis divinae gratiae , c'est-à-dire des assemblées de théologiens catholiques réunies à propos du molinisme, s'est tenue à Rome à titre de commission de censure chargée de se prononcer sur le livre de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588), mis en cause en juin 1597 par le dominicain D. Báñez. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregations-de-auxiliis/#i_939

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Charles III, « despote éclairé » »  : […] La période suivante se confond avec le règne de Charles III (1759-1788). À la mort de Ferdinand VI, il laissa le royaume de Naples et vint gouverner l'Espagne. Ce souverain pieux et consciencieux engagea le pays dans la voie de réformes prudentes et on le considère comme le représentant du « despotisme éclairé ». Il confia le pouvoir à des ministres réformateurs. L'un d'eux, un Italien, le marqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_939

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 456 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les jésuites espagnols »  : […] Les initiatives autoritaires d'un Portugais qui se faisait passer pour un patriarche catholique incitèrent Rome à envoyer des missionnaires de saint Ignace de Loyola, sous la conduite de l'évêque espagnol André d'Oviedo (1554). La mission s'établit à Frémona, près d'Axoum, et exerça une influence sur le développement de la littérature théologique et de la langue amharique. Mais, à la fin du siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethiopie/#i_939

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les missions »  : […] L'action des missionnaires étend sur terre le domaine acquis par la mer. L'œuvre des grands ordres mendiants est décisive dans le domaine ibérique : dominicains et augustins aux marges du Mexique, mercédaires aux franges du Pérou. Les grands missionnaires franciscains relaient les conquistadores de la première conquête. Saint François Solano (1549-1610) découvre le Chili, le nord de l'Argentine a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_939

FRANÇOIS (1936- ), pape (2013- )

  • Écrit par 
  • Matt STEFON
  • , Universalis
  •  • 1 613 mots
  •  • 1 média

Le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, élu pape le 13 mars 2013 sous le nom de François, est le premier souverain pontife originaire d'Amérique du Sud. Membre de la Compagnie de Jésus, il est également le premier pape jésuite. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois/#i_939

FRANÇOIS XAVIER saint (1506-1552)

  • Écrit par 
  • Henri BERNARD-MAITRE
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Né dans un castillo (gentilhommière campagnarde), Javier en Navarre, François (Francisco de Yasu y Javier) était le sixième enfant d'un docteur en droit de l'université de Bologne, employé au service du souverain français Jean d'Albret. Deux de ses frères se compromirent dans les troubles militaires qui précédèrent l'annexion de la Navarre à l'Espagne ; en représailles, sa demeure fut démantelée. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-xavier/#i_939

FRANÇOIS XAVIER AU JAPON

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

François Xavier est l’un des sept compagnons qui prononcent le vœu de Montmartre autour d’Ignace de Loyola en 1534. Dans l’esprit de la règle de fondation de la Compagnie de Jésus (1540), il est désigné comme missionnaire pour les Indes. Arrivé à Goa en 1542, sans connaître les langues ni les cultures indiennes, il baptise plusieurs milliers de personnes dans le sud-est de l’Inde, après une catéch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-xavier-au-japon/#i_939

GRACIÁN Y MORALES BALTASAR (1601-1658)

  • Écrit par 
  • Charles MARCILLY
  •  • 1 885 mots

Dans le chapitre « Un jésuite indocile »  : […] Aragonais de Belmonte, fils d'un médecin de village, Gracián appartenait à une famille dont les cinq enfants connus entrèrent dans les ordres : signe de piété, mais aussi de ressources modestes. Novice de la Compagnie de Jésus en 1619, profès en 1635, grand dévoreur de livres, il mène la vie terne et souvent décevante d'un professeur de province, déplacé de collège en collège par le hasard des be […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baltasar-gracian-y-morales/#i_939

GUARANI

  • Écrit par 
  • Hélène CLASTRES
  •  • 1 389 mots

Dans le chapitre « Guarani et Jésuites »  : […] On ne saurait parler des Guarani sans évoquer cet épisode original de leur histoire postcolombienne : la vie dans les missions jésuites. En 1609, le roi d'Espagne Philippe III, à la demande du gouverneur du Paraguay, accordait aux Jésuites le droit d'entreprendre la « conquête spirituelle » des 150 000 Indiens du Guaira. L'année suivante, la première mission était fondée ; trente ans plus tard, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guarani/#i_939

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une critique érudite (XVIe-XVIIIe siècles) »  : […] L'acte de naissance d'une critique des sources écrites, qui amorce l'ère des progrès, est indissociable de la critique de la Donation attribuée à Constantin ( De falso credita et ementita Constantini donatione ) que l'humaniste italien Lorenzo Valla rédige depuis la cour du roi de Sicile, Alphonse d'Aragon. Publié autour de 1440, ce texte analyse la source sur laquelle repos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-sources-et-methodes-de-l-histoire/#i_939

HOPKINS GERARD MANLEY (1844-1889)

  • Écrit par 
  • Jean-Georges RITZ
  •  • 1 122 mots

Dans le chapitre « L'étudiant converti, le jésuite »  : […] Né à Londres dans une famille anglicane de bonne bourgeoisie (le père était assureur maritime), Hopkins fit de brillantes études qui le conduisirent à Oxford, où il fut boursier de Balliol College. Il semble destiné à une carrière de pasteur, de professeur ou de peintre, tant ses dons et ses goûts sont divers. Mais en 1865 une foi exigeante le fait renoncer aux ambiguïtés anglicanes (il appartenai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-manley-hopkins/#i_939

IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 1 553 mots
  •  • 1 média

Pour comprendre l'importance passée et présente de l'ordre de la Compagnie de Jésus (cf.  jésuites ), il nécessaire de connaître la personnalité et l'œuvre de son fondateur, Ignace de Loyola, qui fut à la fois un mystique et un homme d'action. Par là, il a marqué fortement non seulement ses premiers compagnons mais, de son temps même et au cours des siècles suivants, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignace-de-loyola/#i_939

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Le jansénisme n'est pas un phénomène isolé, mais une manifestation particulièrement dramatique de la crise provoquée par la Renaissance humaniste qui secoue la théologie catholique au xvii e  siècle. Jusque vers 1550, le problème des relations entre la liberté humaine et la grâce est dominé par les solutions qu'y avaient apportées saint Augustin. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_939

JANSENIUS CORNELIUS JANSEN dit (1585-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 989 mots

Théologien, né près de Leerdam, issu d'une famille catholique hollandaise. Formé principalement à l'université de Louvain, de mouvance espagnole, Jansenius y est témoin du conflit, toujours prêt à se rallumer, opposant les jésuites de la ville, dont le molinisme accorde beaucoup à la liberté humaine, et la tradition thomiste ou baïaniste de l'Université, qui affirme l'efficacité souveraine de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenius/#i_939

JEAN DE BRITTO saint (1647-1693)

  • Écrit par 
  • Joseph DEHERGNE
  •  • 137 mots

Jésuite portugais, missionnaire aux Indes. Né à Lisbonne (son père sera vice-roi du Brésil), Jean de Britto devient page du futur roi Pierre II, puis entre au noviciat des jésuites, en 1662. Il réussit à l'âge de vingt-six ans à gagner les Indes et se rend dans la mission du Madurai ; il se fait pandaramswami à la vie pénitente afin d'approcher avec précaution le milieu des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-britto/#i_939

JÉSUITE ART

  • Écrit par 
  • Pierre CHARPENTRAT
  •  • 2 287 mots
  •  • 1 média

C'est à la fin du xvi e  siècle que commence, selon Malraux, après la disparition de ceux qu'il nomme les derniers grands artistes chrétiens – Tintoret, Greco –, « la pieuse fête jésuite » ( Les Voix du silence ). Le sens du sacré déserte alors l'art religieux, qui devient bavardage moralisant, narration pseudo-réaliste, illu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-jesuite/#i_939

JÉSUITES EN CHINE

  • Écrit par 
  • Joseph DEHERGNE
  •  • 1 279 mots

Dans l'action des Jésuites en Chine (voir H. Bernard-Maître, art. « Chine » et « Chinois » in Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique  ; J. Dehergne, Répertoire des Jésuites de Chine de 1552 à 1800, 1973), on peut distinguer trois périodes. La première période, de 1552 à 1686, est celle du Padroado portugais. Parad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-en-chine/#i_939

KYŪSHŪ

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 044 mots
  •  • 1 média

Peuplée de plus de 13 millions d'habitants en 2015, Kyūshū est la plus méridionale des quatre îles composant le bloc centralinsulaire du Japon . D'une superficie de 35 640 kilomètres carrés, elle doit son nom – littéralement « les neuf provinces » – aux neuf territoires qui la composaient à l'époque médiévale. En 1871, une réforme territoriale réduit ces circonscriptions aux sept départements actu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kyushu/#i_939

LA CHALOTAIS LOUIS RENÉ DE CARADEUC DE (1701-1785)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 479 mots

Né à Rennes d'une famille de petite noblesse bretonne, La Chalotais, procureur général au parlement de Rennes, nous présente le portrait achevé d'un magistrat du xviii e  siècle. Il va, en effet, consacrer le meilleur de ses forces à défendre les privilèges de son ordre au nom de l'intérêt général, le particularisme de sa province, alors qu'il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chalotais-louis-rene-de-caradeuc-de/#i_939

LA COLONISATION DU SAVOIR. UNE HISTOIRE DES PLANTES MÉDICINALES DU « NOUVEAU MONDE » 1492-1750 (S. Boumediene) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 142 mots

Dans le chapitre « Classifier, contrôler »  : […] Le livre II concerne l’« or amer des Indes », l’écorce du quina-quina . L’histoire de l’écorce de cet arbre est assez connue, encore que souvent tissée d’imaginaire. Le pouvoir du quinquina contre les fièvres intermittentes (le paludisme) est établi vers 1630, mais on ne connaît pas précisément les raisons pour lesquelles les Indiens l’utilisaient. Le fait est que des jésuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-colonisation-du-savoir-une-histoire-des-plantes-medicinales-du-nouveau-monde-1492-1750/#i_939

LALLEMANT LOUIS (1587-1635)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 204 mots

Jésuite français, dont la spiritualité a marqué le xvii e siècle. Après avoir enseigné la philosophie au collège de La Flèche, Louis Lallemant passe trois ans à Rouen comme maître des novices ; de 1627 à sa mort, il est chargé de la direction spirituelle du « troisième an », année de réflexion et de retraite prévue par saint Ignace avant la profe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lallemant/#i_939

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « L’éloquence et la foi »  : […] Sinon face à eux, du moins sur le pôle opposé, celui de la foi ardente et agissante en ce siècle qui court entre l’édit de Nantes (1598) et sa révocation (1685), on ne compte plus les apologistes, les prédicateurs et les pasteurs des âmes, dont certains ont laissé une œuvre entrée en littérature, alors qu’ils n’aspiraient qu’à faire entrer en meilleure religion leurs auditeurs. Théologien, précep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_939

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 270 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La période des patronats (xvie-xviie siècle) »  : […] En 1492, les Espagnols s'emparent de Grenade, dernier point d'appui musulman dans la Péninsule. Le Portugal et l'Espagne, dont les caravelles se sont aventurées plus loin qu'on ne l'avait jamais fait, deviennent des puissances. Cependant, la Chrétienté, serrée depuis des siècles dans l'étau musulman et incapable de triompher des pirates turcs en Méditerranée, aspire à se libérer. L'idée naît de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missions/#i_939

MOLINISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 768 mots

On appelle communément molinisme la doctrine de la liberté et de la grâce enseignée par l'ouvrage de Luis de Molina intitulé Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588). Mais il existe un molinisme d'avant Molina ; le fond du débat est bien antérieur à l'ouvrage du jésuite espagnol et, sans qu'il soit nécessaire de remonter aux controverses entre Pélage et saint August […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molinisme/#i_939

NIEREMBERG JUAN EUSEBIO (1595-1658)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 388 mots

Jésuite espagnol, Juan Eusebio Nieremberg naquit à Madrid de parents allemands. Il fit ses études chez les jésuites ; à l'université d'Alcalá, puis à celle de Salamanque il reçut une solide formation d'humaniste et de théologien. Il fit profession dans la Compagnie de Jésus en 1616. La direction spirituelle et l'enseignement furent le plus clair de son activité : il ne put faire aboutir son désir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-eusebio-nieremberg/#i_939

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Un modèle d'enseignement »  : […] Développée par Aristote, acclimatée à la latinité par Cicéron puis Quintilien, enfin intégrée par Augustin et les Pères de l'Église au christianisme, la rhétorique a considérablement changé de visage dans ces différentes périodes. Progressivement écartée au cours du Moyen Âge, elle fait retour pendant la Renaissance qui redécouvre les textes antiques. Elle établit les moyens de fabriquer un bon d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique-notion-de/#i_939

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] C'est en 1646, à Rouen, que Pascal rencontre l'augustinisme grâce aux frères Deschamps, deux médecins venus soigner son père, qui lui font lire des ouvrages de Saint-Cyran et peut-être de Jansénius, dont il est si fortement frappé que, dans cette famille dont le catholicisme a été jusqu'alors tiède, il engendre un mouvement de ferveur qui touche particulièrement sa sœur Jacqueline. Cette première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_939

PÈRES DE LA FOI

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 288 mots

Membres d'une congrégation religieuse née de la fusion, en 1799, de la Société du Sacré-Cœur et de la Société de la foi de Jésus. La première fut fondée en 1794, à Louvain, par l'abbé Éléonor de Tournély, et la seconde en 1797, à Rome, par Nicolas Paccanari. L'une et l'autre se donnaient pour but de reprendre, dans le même esprit et plus ou moins selon les mêmes règlements, les œuvres de la Compag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peres-de-la-foi/#i_939

PIERRE CANISIUS saint (1521-1597)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 388 mots

Fils de Jakob Kanis, bourgmestre de Nimègue, Pierre eut une jeunesse pieuse. En 1536, il vint à Cologne pour étudier le droit, mais il s'appliqua aussi à la théologie et à la spiritualité. Dès 1543, il publiait sous un pseudonyme une traduction allemande de Tauler. Ami des chartreux et des spirituels rhénans, il fut subjugué par Pierre Fabre, un des premiers compagnons de saint Ignace de Loyola et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-canisius/#i_939

PROBABILISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 776 mots

Le système de théologie morale qui, dans l'Église catholique, a pris le nom de probabilisme tient à la difficulté d'appliquer strictement et indistinctement les lois de la morale chrétienne aux cas de conscience divers et précis que les fidèles rencontrent. Cette difficulté a été ressentie très tôt ; le problème de l'ignorance de la loi et celui du doute de la conscience occupèrent déjà les théolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilisme/#i_939

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre de circonstance »  : […] Ni tout à fait à l'intérieur de Port-Royal, ni totalement pris dans le monde, mais en connaissant les jeux comme les détours, Pascal est l'homme idéal pour produire les meilleures attaques contre les ennemis des jansénistes. Il connaît la condamnation, par la bulle Cum occasione de 1653, des cinq propositions tirées de l' Augustinus de Jansen. Il a lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_939

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « De Copernic à Newton »  : […] À partir du xv e  siècle, l'humanisme puis la Renaissance bouleversèrent le paysage intellectuel européen. Il y eut, certes, un néopaganisme et une philosophie panthéiste très éloignés de la pensée chrétienne. Mais la rupture avec la scolastique médiévale se fit surtout au nom d'une nouvelle sensibilité religieuse et de la philosophie platonici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_939

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La Suisse libérale et démocratique »  : […] Après 1815, l'aristocratie rétablit l'ancien régime, renversé par la Révolution. Jusqu'en 1825, la situation économique est médiocre. La Diète a des pouvoirs réduits. Chaque canton garde ses douanes, ses postes, ses monnaies. Les libéraux réclament le retour aux libertés et à l'égalité civique et le renforcement du pouvoir fédéral. Dans les années 1830 commence à se faire sentir un « décollage » é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_939

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Baroque et « ténèbres » »  : […] La défaite de la révolte des États tchèques à la Montagne Blanche (1620) bouleverse cette évolution : les conséquences, terribles pour le royaume, privé d'une bonne partie de sa noblesse, dépouillé de ses prérogatives par les Habsbourg, sont tragiques pour la littérature. Elle se scinde en deux branches : l'une, celle de l'exil, disparaîtra (sauf en Slovaquie), l'autre, celle de l'intérieur, about […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_939

TRAITÉS POLITIQUES, ESTHÉTIQUES, ÉTHIQUES (B. Gracián)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 992 mots

« Ô toi, n'entreprends rien contredisant Minerve. » Ce vers d'Horace qui est cité dans Le Héros (1637), rien, dans l'œuvre superbe de Baltasar Gracián (1601-1658), ne vient le réfuter. « L'intelligence personnelle » que symbolise Minerve est le moteur et le principe des Traités politiques, esthétiques, éthiques de ce prince de l'esprit, rassemblés et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traites-politiques-esthetiques-ethiques/#i_939

VIEIRA ANTÓNIO (1608-1697)

  • Écrit par 
  • Raymond CANTEL
  •  • 1 187 mots

Célèbre jésuite portugais du xvii e  siècle, Vieira est la figure à la fois la plus extraordinaire et la plus représentative de son temps au Portugal. On le trouve partout au premier plan, dans l'éloquence sacrée, la politique, l'apostolat, dans la défense des esclaves et des nouveaux chrétiens, dans la littérature et le messianisme. Remettant tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-vieira/#i_939

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DELUMEAU, « JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/