NICOLE PIERRE (1625-1695)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des principaux écrivains de Port-Royal, théologien, controversiste, moraliste. Né à Chartres, issu d'une famille d'humanistes et de poètes, Pierre Nicole est très tôt attiré dans le milieu de Port-Royal par une de ses tantes religieuse. Maître aux Petites Écoles, il poursuit ses propres études et devient en 1649 bachelier en théologie. Mais la même année, la Sorbonne condamne les Cinq Propositions : il renonce au doctorat et à la prêtrise. Vivement intéressé par les polémiques dans lesquelles Arnauld est engagé pour la défense de Jansénius et de saint Augustin, il entame avec le docteur une collaboration qui deviendra particulièrement étroite à partir de 1656. Pascal y est parfois associé.

Nicole apporte aux Provinciales (1656-1657) une contribution importante, tantôt fournissant une partie de la matière, tantôt introduisant des corrections. Puis il en prépare une traduction latine avec des compléments, publiée à Cologne en 1658 sous le pseudonyme de Guillaume Wendrock. Il participe directement à la polémique, notamment en donnant en 1657 huit dissertations (disquisitiones) signées Paul Irénée : le nom exprime son désir de paix, sa volonté de conciliation. De tempérament modéré, épris de raison et de raisonnement, il favorise l'emploi du langage thomiste dans la formulation des dogmes augustiniens et doit sans doute être considéré comme l'inventeur de la fameuse distinction du fait et du droit, qui permettait à Port-Royal d'affirmer sa soumission sans condamner Jansénius. Dans le même esprit, il participe aux négociations concernant la signature du Formulaire.

Après l'échec de 1663, il compose, sur le modèle des Provinciales, dix Lettres sur l'hérésie imaginaire, en abrégé Imaginaires (1664-1665), suivies de huit Visionnaires (1665-1666) : deux titres qui expriment bien l'horreur de l'irrationnel. De la même époque datent le Traité de la foi humaine et l'Apologie pour les religieuses de Port-Royal. La première Visionnaire, qui traitait d'empoisonneurs publics romanciers et dramaturges, déclenche une riposte cinglante d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  NICOLE PIERRE (1625-1695)  » est également traité dans :

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusion-theatrale/#i_33865

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« Augustinus » et Port-Royal »  : […] Le jansénisme fut d'abord une doctrine théologique fondée sur les écrits antipélagiens de saint Augustin. Après Baïus (1513-1589), le Hollandais Jansen (1585-1638) , évêque d'Ypres, affirma que, depuis le péché originel, la volonté de l'homme sans le secours divin n'est capable que du mal. Seule la grâce efficace peut lui faire préférer la délectation céleste à la délectation terrestre. Cette grâ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_33865

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] À l'exception de Montaigne, dont il faudra reparler, cette famille des « moralistes français » écrit donc la langue classique et pratique dans tous les cas la forme brève : pensées, maximes, caractères, « réflexions ou remarques ». Mais, à ne retenir même que trois auteurs, qu'ont-ils réellement en commun – sinon la qualité exceptionnelle d'un style ? Pascal a voulu livrer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_33865

PORT-ROYAL

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 2 624 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La gloire et les luttes »  : […] Rien d'essentiel ne sera désormais ajouté à l'esprit de Port-Royal. Mais il eut sa plus grande vigueur dans les quelque vingt années qui suivirent la mort de l'abbé de Saint-Cyran. L'abbaye de Port-Royal atteignit alors son plus haut degré de prospérité. Les bâtiments du monastère de Paris furent agrandis et s'ornèrent d'une chapelle dessinée par Le Pautre. Le nombre des religieuses obligea, en 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/port-royal/#i_33865

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Les Provinciales, ou Lettres escrites par Louis de Montalte à un provincial de ses amis et aux RR. PP. Jésuites sur le sujet de la morale et de la politique de ces Pères , sont un ensemble de dix-huit lettres anonymes vendues clandestinement à Paris, puis publiées sous le pseudonyme de Louis de Montalte de janvier 1656 à mai 1657. Violemment attaqués par les jésuites et par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_33865

Pour citer l’article

Jean MESNARD, « NICOLE PIERRE - (1625-1695) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-nicole/