NICOLE PIERRE (1625-1695)

L'un des principaux écrivains de Port-Royal, théologien, controversiste, moraliste. Né à Chartres, issu d'une famille d'humanistes et de poètes, Pierre Nicole est très tôt attiré dans le milieu de Port-Royal par une de ses tantes religieuse. Maître aux Petites Écoles, il poursuit ses propres études et devient en 1649 bachelier en théologie. Mais la même année, la Sorbonne condamne les Cinq Propositions : il renonce au doctorat et à la prêtrise. Vivement intéressé par les polémiques dans lesquelles Arnauld est engagé pour la défense de Jansénius et de saint Augustin, il entame avec le docteur une collaboration qui deviendra particulièrement étroite à partir de 1656. Pascal y est parfois associé.

Nicole apporte aux Provinciales (1656-1657) une contribution importante, tantôt fournissant une partie de la matière, tantôt introduisant des corrections. Puis il en prépare une traduction latine avec des compléments, publiée à Cologne en 1658 sous le pseudonyme de Guillaume Wendrock. Il participe directement à la polémique, notamment en donnant en 1657 huit dissertations (disquisitiones) signées Paul Irénée : le nom exprime son désir de paix, sa volonté de conciliation. De tempérament modéré, épris de raison et de raisonnement, il favorise l'emploi du langage thomiste dans la formulation des dogmes augustiniens et doit sans doute être considéré comme l'inventeur de la fameuse distinction du fait et du droit, qui permettait à Port-Royal d'affirmer sa soumission sans condamner Jansénius. Dans le même esprit, il participe aux négociations concernant la signature du Formulaire.

Après l'échec de 1663, il compose, sur le modèle des Provinciales, dix Lettres sur l'hérésie imaginaire, en abrégé Imaginaires (1664-1665), suivies de huit Visionnaires (1665-1666) : deux titres qui expriment bien l'horreur de l'irrationnel. De la même époque datent le Traité de la foi humaine et l'Apologie pour les religieuses de Port-Royal. La première Visionnaire, qui traitait d'empoisonneurs publics r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  NICOLE PIERRE (1625-1695)  » est également traité dans :

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« Augustinus » et Port-Royal »  : […] Sorbonne. L'autorité s'étant prononcée, le débat va-t-il être clos ? Non, car, dès 1654, Nicole et Arnauld ont proposé le célèbre distinguo entre le droit et le fait ; les cinq propositions sont bien hérétiques, mais parce qu'on leur a donné un sens qui n'est pas celui de Jansénius. Quant à Pascal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_33865

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] encore le succès considérable des Essais de morale de Pierre Nicole (1670-1688), aujourd'hui bien oubliés, et l'abondance de toute une littérature « moraliste », d'origine généralement dévote. Mais à devenir adjectif, le terme change de sens : on n'est plus si loin avec Nicole d'une morale positive – partagerait-elle avec Pascal une vision […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_33865

PORT-ROYAL

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 2 624 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La gloire et les luttes »  : […] la plus haute autorité morale, Jacqueline Pascal ; parmi les solitaires, Arnauld d'Andilly, Le Maistre de Sacy, Pierre Nicole ; parmi les élèves des Petites Écoles, Jean Racine ; parmi les familiers vivant dans le monde, des hommes aussi divers, par l'origine sociale et par l'éducation, que les ducs de Luynes et de Liancourt, les magistrats Du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/port-royal/#i_33865

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 417 mots
  •  • 1 média

de riposter : ils ont les principes théologiques, les arguments théoriques, mais ils n'ont pas la plume. C'est pourquoi ils en appellent à leur brillant élève. Polémiste, philosophe, savant, Blaise Pascal (1623-1662) va donc défendre la cause des jansénistes et plus particulièrement celle d'Antoine Arnauld et de Pierre Nicole, ses maîtres qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_33865

Pour citer l’article

Jean MESNARD, « NICOLE PIERRE - (1625-1695) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-nicole/