MASSILLON JEAN-BAPTISTE (1663-1742)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oratorien, évêque de Clermont et grand prédicateur dès la fin du xviie siècle, Jean-Baptiste Massillon, né à Hyères, fit ses études à Marseille dans une des premières et des plus importantes maisons de l'Oratoire ; en 1681, il entra comme novice dans cette congrégation à Aix-en-Provence, puis alla étudier la théologie à Arles. Ne se croyant pas fait pour la prédication, il demanda à enseigner les belles-lettres et devint professeur à Pézenas, puis à Montbrison, à Vienne et à Lyon. Il semble qu'il ait hésité longtemps sur sa vocation ecclésiastique, car, entré à l'Oratoire à dix-huit ans, il ne fut ordonné prêtre qu'à près de trente ans. D'autre part, même après avoir connu le succès avec ses deux premières Oraisons funèbres, celle de M. de Villars, archevêque de Vienne, en 1691, et celle de M. de Villeroy, archevêque de Lyon, en 1693, il se retira au monastère cistercien de Sept-Fons en Bourbonnais et resta tourmenté sur sa voie pendant un certain nombre d'années. Il fallut les instances du cardinal de Noailles et du père de La Tour, supérieur de l'Oratoire, auprès de l'abbé de Sept-Fons pour le faire sortir du couvent. En 1696, il vint à Paris comme directeur de Saint-Magloire, sorte de séminaire fondé au faubourg Saint-Jacques par Bérulle. Il fit là quelques conférences, qui, véritables mercuriales à l'intention des prêtres, permirent de mieux le connaître (sur La Fuite du monde, L'Ambition des clercs, La Communion, La Pratique du zèle, L'Avarice des clercs). En 1698, le roi l'envoya comme missionnaire à Montpellier, où Bourdaloue venait de prêcher ; Massillon réussit à soutenir la comparaison avec son illustre prédécesseur. En 1698, on lui demanda de prêcher à l'Oratoire de la rue Saint-Honoré. L'année suivante, il assura, à la demande du roi, la prédication de l'Avent à Versailles. Il y prêcha aussi les carêmes de 1701 et de 1704.

Devenu officiellement prédicateur de la cour, Massillon prononça, en 1709, l'oraison funèbre du prince de Conti, en 1710 celle du Dauphin et, en 1715, celle de Louis XIV lui-même, lequel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Louise LAMBRICHS, « MASSILLON JEAN-BAPTISTE - (1663-1742) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-massillon/