LIBERTINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le xviie siècle est, dans l'ensemble de l'Europe, une époque de restauration des hiérarchies civiles et ecclésiastiques, aussi bien que des valeurs traditionnelles dans le domaine de la morale et de la religion. Mais derrière ce retour à l'ordre existe une famille d'esprits qui ne sont pas d'accord avec leur siècle, et qui placent très haut l'indépendance de la pensée. On les appelle « libertins ». Le mot appartient d'ailleurs au langage de la polémique. Il veut être injurieux. Et, d'autre part, il est d'une grande confusion car il s'applique aussi bien à certains jeunes débauchés de la noblesse, qui refusent d'adhérer à l'ordre moral, qu'à certains philosophes dont le souci de liberté philosophique s'associe à une profonde horreur du scandale.

Il est nécessaire d'étudier ces deux sortes de libertinage, de marquer la place qu'elles occupent dans un monde demeuré chrétien. On le fera en plaçant au centre de cette enquête la France, où ces mouvements ont été particulièrement vifs et importants, mais sans oublier les apports, d'une efficacité capitale, de l'Angleterre et de l'Italie. D'autre part, on exposera la pensée des « libertins » philosophes, pour fixer leur véritable position en face de l'ordre civil et de l'orthodoxie.

Originairement, le libertinage est une « licence de l'esprit qui rejette les croyances religieuses », et les libertins du xviie siècle peuvent être considérés comme les ancêtres directs des « rationaux », puis des philosophes de l'âge des Lumières. Après la mort de Louis XIV, qui déchaîne des forces depuis longtemps contenues, la Régence donne libre cours à un épicurisme plus pratique que spéculatif : ce n'est pas l'irréligion qui caractérise d'abord les roués, mais une propension sans frein à la débauche. Le mot de libertinage prend alors des acceptions de plus en plus flottantes, jusqu'à désigner, pour [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : agrégé des lettres classiques et docteur ès lettres, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  LIBERTINS  » est également traité dans :

L'AUTRE MONDE OU LES ÉTATS ET EMPIRES DE LA LUNE, ET LES ÉTATS ET EMPIRES DU SOLEIL, Savinien Cyrano de Bergerac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 130 mots

L'Autre Monde ou les États et Empires de la Lune , de Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655), rédigé vers 1650, a d'abord circulé sous forme manuscrite, avant de paraître après la mort de l'auteur, en 1657, mais modifié au regard des manuscrits retrouvés, qui datent de 1653 environ. Le Bret, ami de l'auteur et éditeur de l'écrit libertin, ne souhaitait pas affronter la censure. Cette première pu […] Lire la suite

BOCAGE MANUEL MARIA BARBOSA DU (1765-1805)

  • Écrit par 
  • António COIMBRA MARTINS
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Le libertin »  : […] Superstition occasionnelle, prudence après avoir échappé à l'Inquisition, contrition in articulo mortis ne font pas oublier, chez Bocage, le libertin. Héritier du néo-classicisme, il l'est aussi de la philosophie des Lumières. Les vers, dédiés par lui au capitaine Lunardi, qui, en 1794, réalise dans le ciel de Lisbonne une ascension en ballon, constituent un exemple notoire de poésie tournée vers […] Lire la suite

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite

BROSSES CHARLES DE (1709-1777)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 350 mots

Dans le chapitre « Un libertin fort érudit »  : […] Il avait pourtant écrit, mais on n'avait pas encore publié, ses Lettres familières sur l'Italie , révélées en 1799, souvent réimprimées depuis lors, notamment par Romain Colomb en 1836 ; elles ne seront vraiment éclairées qu'en 1930, dans l'édition procurée par M lle Yvonne Bézard. Jusqu'alors, on répétait qu'il s'agissait de lettres familières, griffonnées à l'étape en Italie, adressées aux bo […] Lire la suite

BUSSY-RABUTIN ROGER comte de (1618-1693)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 401 mots

Soldat courageux, homme de cour et écrivain de talent, Bussy-Rabutin laissa derrière lui comme un parfum de scandale. Il reçut une brillante éducation chez les jésuites d'Autun, puis au collège de Clermont, avant de partir en Lorraine avec le régiment de son père. De 1634 à 1659, il fut de toutes les campagnes militaires en Flandre, en Lorraine, en Franche-Comté, en Catalogne. Maître de camp en 16 […] Lire la suite

CAYLUS ANNE CLAUDE PHILIPPE comte de (1692-1765)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 457 mots

« Le protecteur des arts et le fléau des artistes » : c'est en ces termes sévères que Grimm définit la personnalité du comte de Caylus. Plus indulgente, la postérité a retenu surtout l'image du grand collectionneur d'antiques et de l'ardent propagandiste du retour à un goût sévère. Né dans une famille de noblesse de cour, le comte de Caylus commença par se consacrer quelques années au métier des a […] Lire la suite

CHAPELLE CLAUDE LUILLIER dit (1626-1686)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 141 mots

Poète français. Capable d'études sérieuses (il suit très tôt les leçons de Gassendi) et d'amitiés solides (avec Cyrano, d'Assoucy, Boileau, Racine et surtout Molière), apprécié par de très grands seigneurs (Condé, les Vendôme, Nevers, la duchesse de Bouillon), Claude Chapelle, joyeux compagnon, se signale dès sa première jeunesse par un libertinage tapageur et s'abandonne à une vie de débauche et […] Lire la suite

CHAULIEU GUILLAUME AMFRYE abbé de (1639-1720)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 298 mots

Poète français. Chaulieu a vécu dans l'entourage de puissants protecteurs : les Vendôme (le duc et surtout son frère, le grand prieur, auprès de qui il s'installe dans l'enclos du Temple, d'où le surnom d'Anacréon du Temple qui lui a été donné), puis les petits-enfants du Grand Condé, le duc d'Enghien et la duchesse du Maine, après qu'un ordre royal eut obligé le duc de Vendôme à se séparer de cel […] Lire la suite

CONSIDÉRATIONS POLITIQUES SUR LES COUPS D'ÉTAT, Gabriel Naudé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 780 mots

Dans le chapitre « Le théâtre du pouvoir »  : […] Naudé, depuis Rome, engage ses lecteurs à épier le lieu où le pouvoir exerce avec violence et ruse ses coups d'État, selon l'exercice d'une prudence politique qui n'est ni religieuse, ni seulement technique. Car le coup d'État, explique-t-il, est un acte d'exception, dont l'effet seul vient, dans l'après-coup et dans l'aporie de toute causalité rationnelle, fonder une politique qui transgresse les […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Cyrano entre Descartes et Gassendi »  : […] Il travaillait cependant à son Autre Monde , son grand œuvre. À l' Histoire comique des États et Empires de la Lune , qui en composait la première partie, il adjoignit celle des États et Empires du Soleil , à quoi devait succéder L'Étincelle . Il avait lu Thomas Morus, la Civitas Solis de Campanella, sans doute John Wilkins et Godwin qui circulaient en traduction. Giordano Bruno était son maître […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert ABIRACHED, Antoine ADAM, « LIBERTINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/