Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ISLAM (Histoire) Le monde musulman contemporain

Afrique noire

À la fin du xxe siècle, cent vingt millions de musulmans vivaient au sud du Sahara, soit le huitième de la umma (communauté des croyants) mondiale. Cette Afrique noire islamisée dessine une bande transversale, du Sénégal à la Somalie, avec un prolongement le long de l'océan Indien, qui correspond aux zones touchées depuis plus d'un millénaire par le commerce musulman, vecteur essentiel de l'islamisation. Le phénomène islamique se limite donc au quart de l'Afrique noire et au tiers de sa population environ. Le reste du continent échappe à son emprise.

L'Afrique noire ne s'est jamais complètement débarrassée de l'image de terre de magie et d'esclaves portée sur elle par les Arabes, et cette image a nourri des représentations négatives sur l'orthodoxie de son islam, pourtant rattaché de longue date au sunnisme malikite. L'identité musulmane en Afrique noire représente donc un triple effort d'affirmation : face à l'Afrique non musulmane, face au monde arabe et face à la civilisation occidentale.

Le temps de la colonisation

Paradoxalement, la colonisation européenne contribue à un renforcement des positions musulmanes. Les transformations (réquisitions de main-d'œuvre, routes, chemins de fer) ébranlent alors les cultes du terroir et fraient la voie à une adhésion plus large à l'islam, vécu comme une religion d'Africains, comme une fraternité pour les déracinés et comme une foi mondiale capable de supporter la comparaison avec celle du colonisateur. Plus encore qu'à l'époque antérieure sonne l'heure des confréries, organisations regroupées autour de familles réputées saintes.

Au Sénégal, la Tijāniyya d'al-Hājj ‘Umar (env. 1797-1864), conquérant musulman, acquiert des positions majoritaires, à travers les zawiya de Tivaouane, dirigée par les Sy, et de Kaolack, plus moderniste, dirigée par les Nyass. Mais le phénomène le plus significatif est l'expansion de la confrérie mouride, au début du xxe siècle, autour d'Ahmadou Bamba (env. 1850-1927), un mystique, longtemps déporté et persécuté par les Français. Le mouridisme, qui a bâti sa fortune sur l'exploitation intensive de l'arachide, est devenu une sorte d'État dans l'État, avec lequel le pouvoir doit régulièrement négocier. Les confréries sénégalaises, cadres de substitution aux anciens États de la région, offrent un refuge aux populations qui ne sont plus exposées directement aux exigences de l'administration mais disposent, à travers elles, de médiateurs.

Dans le Nigeria du Nord, la Qādiriyya, à laquelle appartenaient les fondateurs du califat de Sokoto, créé au début du xixe siècle, est réorganisée, vers 1937, par Malam Nasiru Kabara et mise à la portée des simples fidèles par différents rituels collectifs. C'est un moyen pour elle de faire face à la compétition de la Tijāniyya, qui trouve un nouvel essor avec l'adhésion, peu avant la Première Guerre mondiale, de l'émir ‘Abbās de Kano, puis, en 1937, du nouvel émir, Abdullahi Bayero, auprès du cheik Ibrahim Nyass, de Kaolack. Ainsi naît un puissant foyer tijānī-nyassene, qui prend son essor après la Seconde Guerre mondiale et rayonne sur les pays voisins.

Au Soudan, après une première réaction « islamiste », celle du mahdisme (1881-1898), dirigée contre l'occidentalisation, les confréries deviennent la structure ordinaire de l'islam soudanais, notamment la Mirghāniyya (ou Khatmiyya), pro-égyptienne, implantée dans le nord-est du pays, tandis que les héritiers du mahdisme se transforment à leur tour en « confrérie ». Les Britanniques mènent dans le Soudan du Nord une politique favorable à l'islam, s'appuyant d'abord sur la Khatmiya, puis sur les mahdistes eux-mêmes, et renforçant ainsi le poids de ces organisations.

En[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)
  • : docteur ès lettres et sciences sociales, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques
  • : chargée de recherche au C.N.R.S.
  • : chercheur au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : chargé de recherche de première classe au C.N.R.S., responsable de l'équipe cultures populaires, Islam périphérique, migrations au laboratoire d'ethnologie de l'université de Paris-X-Nanterre, expert consultant auprès de la C.E.E. D.G.V.-Bruxelles
  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I
  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : docteur en histoire orientale, maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur à l'université de Provence
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Françoise AUBIN, Olivier CARRÉ, Nathalie CLAYER, Universalis, Andrée FEILLARD, Marc GABORIEAU, Altan GOKALP, Denys LOMBARD, Robert MANTRAN, Alexandre POPOVIC, Catherine POUJOL et Jean-Louis TRIAUD. ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, 1993 - crédits : Alexis Duclos/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, 1993

Nasser et la R.A.U. - crédits : Keystone/ Getty Images

Nasser et la R.A.U.

Création de la République arabe unie, 1958 - crédits : The Image Bank

Création de la République arabe unie, 1958

Autres références

  • ADOPTION

    • Écrit par Pierre MURAT
    • 8 894 mots
    Concrètement, la loi française exclut désormais l'adoptiondes enfants originaires des pays musulmans, à l'exception de la Tunisie, de la Turquie et de l'Indonésie. Le verset 4 de la Sourate 33 du Coran énonce en effet « Dieu n'a pas mis deux cœurs à l'homme ; il n'a pas accordé à vos...
  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Qui sont les talibans ? Il ne s'agit pas d'un mouvement surgi subitement du désert. Leur nom signifie « étudiants en religion ». Ils sont originaires du sud de l'Afghanistan, plus particulièrement de la ceinture tribale pachtoune, parmi les confédérations Dourrani et Ghilzay. Ils ont été formés dans...
  • ‘AĪD AL-FITR

    • Écrit par Universalis
    • 141 mots

    L’‘aīd al-Fitr (en arabe, « fête de la rupture »), est la première des deux principales fêtes rituelles de l’islam. Il marque la fin du ramaān, le neuvième mois qui est consacré au jeûne chez les musulmans. Il est célébré pendant les trois premiers jours de shawwāl, le dixième...

  • ‘AĪD AL-KABĪR

    • Écrit par Universalis
    • 258 mots

    L’‘aīdal-Aḍhā (en arabe, « fête des sacrifices »), également appelé ‘aīdal-Kabīr (« grande fête »), est avec laīdal-Fitr, l’une des deux grandes fêtes musulmanes, communément appelée en France « fête du mouton ». Célébrée par les musulmans du monde entier, cette fête...

  • Afficher les 92 références

Voir aussi