AHMADOU (mort en 1895 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la mort du chef toucouleur El Hadj Omar, son fils Ahmadou, établi à Ségou sur le Niger, prend, en 1864, la direction de la lutte contre les Français. S'il est un chef religieux respecté, son autorité politique reste faible. Les Toucouleurs lui sont fidèles, mais il ne parvient à aucun moment à obtenir une obéissance réelle des Peuls et des Bambara. Ses propres frères se constituent des chefferies quasiment indépendantes, comme Tidiani à Bandiagara, Mountaga à Nioro et Aguibou qui le trahit en soutenant les Français.

En 1880, Gallieni se rend auprès d'Ahmadou et négocie un traité garantissant la liberté du commerce sur le Niger. Mais la pénétration française, et la fondation de Bamako par Borgnis-Desbordes (1883) rallument les hostilités. Le colonel Archinard, après deux ans de guerre, entre dans Ségou, en 1890. Ahmadou se replie sur Nioro. En 1891, Archinard prend Ouossébougou, Koniakari, puis Nioro, après de durs combats, où les soldats toucouleurs se font tuer jusqu'au dernier plutôt que de se rendre. En 1893, une dernière campagne est entreprise pour s'emparer d'Ahmadou, réfugié au Macina. Djenné, Mopti, Bandiagara tombent aux mains des Français. Ahmadou se réfugie en pays haoussa, où il demeurera jusqu'à sa mort.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification

Les derniers événements

Cameroun. Échec d'une tentative de coup d'État. 6-30 avril 1984

du coup d'État sont capturés. Le nombre de morts, évalué à soixante-dix par un bilan officiel, serait en fait bien supérieur. Le 11, la garde républicaine est dissoute. Le 14, le ministre des Forces armées accuse l'ancien président Ahmadou Ahidjo d'être à l'origine de la tentative de coup d'État […] Lire la suite

Cameroun. Condamnation à mort par contumace de l'ancien président Ahmadou Ahidjo. 23-28 février 1984

Le 23, le procès de l'ancien président Ahmadou Ahidjo, qui réside en France depuis juillet 1983, s'ouvre à Yaoundé. Il est accusé d'avoir conspiré pour faire assassiner Paul Biya, qui lui a succédé en novembre 1982 : deux de ses collaborateurs plaident coupable devant le tribunal de Yaoundé. Le 28 […] Lire la suite

Cameroun. Élection de Paul Biya à la présidence de la République. 14-25 janvier 1984

Le 14, Paul Biya est élu président de la République pour cinq ans, avec 99,98 p. 100 des suffrages exprimés. Depuis novembre 1982, Paul Biya, qui était alors Premier ministre, continuait, aux termes de la Constitution, le mandat présidentiel de Ahmadou Ahidjo, chef de l'État depuis 1960, qui avait […] Lire la suite

Cameroun. Élection de Paul Biya à la tête du parti unique. 14 septembre 1983

Réunie en congrès extraordinaire, l'Union nationale camerounaise (U.N.C.) élit Paul Biya, chef de l'État depuis le 6 novembre 1982, au poste de président du parti, poste vacant depuis la démission, le 27 août, de l'ancien président Ahmadou Ahidjo. Paul Biya dispose désormais de tous les pouvoirs. […] Lire la suite

Cameroun. Rupture entre le président Paul Biya et l'ancien président Ahmadou Ahidjo. 22-27 août 1983

Le 22, Paul Biya, chef de l'État camerounais, annonce la découverte d'un complot visant à l'assassiner ainsi qu'un remaniement ministériel faisant suite à la destitution du Premier ministre et du ministre des Forces armées. Cette annonce apparaît comme un épisode du conflit qui oppose Paul Biya à son prédécesseur, l'ancien président Ahidjo.Le 27, ce dernier quitte la présidence du parti unique, l' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « AHMADOU (mort en 1895 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmadou/