ADOPTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'adoption a pour but de créer un lien de filiation entre personnes qui ne sont pas apparentées par le sang en tant que parent et enfant. Il s'agit donc d'une filiation qui repose non pas sur le lien biologique, mais sur la volonté : c'est une filiation élective. Bien plus que les règles relatives à la filiation biologique, l'adoption est marquée par son caractère juridique qui la façonne : toutefois, il n'est peut-être pas totalement exact de parler de « fiction de la loi » – comme cela est souvent évoqué – car tout système de parenté, même fondé sur une grande concordance entre filiation biologique et filiation juridique, est avant tout culturel et repose sur des règles qui n'en font pas la simple duplication de l'engendrement. Il est certain cependant que l'adoption, bien plus que la filiation par procréation, repose sur une construction juridique, parce qu'ouvertement elle admet l'hypothèse d'un transfert de filiation.

L'histoire et le droit comparé montrent que les caractéristiques de cette institution sont très variables. La manière de créer ce lien de filiation, sa qualité et ses rapports avec la parenté par le sang changent selon les époques et les lieux. La création du lien d'adoption peut se trouver consacrée par un acte plus ou moins exigeant (jugement, contrat formaliste, décision administrative). Le lien créé peut produire des effets plus ou moins étendus allant de la simple reconnaissance d'une situation de fait, avec ou sans incidence sur le nom, à une intégration parfaite dans la famille adoptive calquée sur la filiation légitime. Par rapport à la parenté par le sang, l'adoption peut être pensée comme une parenté substitutive, évinçant la famille d'origine, ou au contraire comme une parenté additive, qui laisse une place aux liens préexistants – il peut même s'agir de créer un lien juridique plus étroit entre personnes qui tout en étant parentes ne le sont pas au premier degré. Les combinaisons sont multiples et à l'image de la diversité des finalités de l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : agrégé des Universités, professeur à la faculté de droit de l'université de Grenoble-II

Classification


Autres références

«  ADOPTION  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille »  : […] L'adoption est connue. Elle sert surtout à garantir la transmission du patrimoine, à défaut d'enfant né du mariage. Elle fut d'autant plus utile que pendant longtemps le testament fut ignoré. Peut-être, d'ailleurs, le testament fut-il introduit par le biais d'une adoption […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-droit-antique/#i_5404

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 319 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La famille et le droit privé »  : […] L'adoption comporte des fins très diverses, la principale demeurant celle de procurer un héritier à l'adoptant. La survenance d'enfant peut la faire révoquer, mais l'enfant adopté garde un droit successoral réduit. L'adoption sert également à opérer un contrat d'apprentissage, à procurer une future […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_5404

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi sur l'adoption »  : […] Largement pratiquée, en particulier au sein de la famille élargie en Chine traditionnelle, l'adoption (shouyang) s'est à nouveau développée à la faveur de l'ouverture du pays. Garantie par la loi sur le mariage de 1980, l'adoption est, depuis 1991, régie par une loi spécifique qui a été enrichie en 1998, notamment dans le but de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-droit/#i_5404

DROIT CIVIL DES PERSONNES (France) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 616 mots

1923 L'adoption des mineurs est autorisée, principalement pour favoriser l'adoption des orphelins de guerre. Mais ce n'est qu'avec le décret-loi sur la famille du 29 juillet 1939 qu'apparaît le principe d'une rupture des liens entre l'enfant adoptif et sa famille de sang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-civil-des-personnes-reperes-chronologiques/#i_5404

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Dans le chapitre « Attribution de l'autorité parentale »  : […] a été judiciairement privé de ce droit, ce qui amène l'autre à l'exercer seul. Enfin, il en est de même si la filiation n'a été établie qu'à l'égard d'un seul parent. Si un époux adopte l'enfant de son conjoint, ce dernier continue à exercer seul l'autorité, sauf déclaration contraire faite devant le greffier en chef du tribunal de grande instance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-situation-contemporaine-le-droit-de-l-enfant/#i_5404

FAMILLE - Les enjeux de la parentalité

  • Écrit par 
  • Daniel BORRILLO
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Principe d'hétérosexualité »  : […] souligne pour la première fois l'absence « d'image paternelle » dans le cas d'une adoption par un célibataire, alors même qu'un tel référent n'est pas exigé par la loi (18 février 1994, Mme Francous). Au « désordre démocratique » qui menacerait la famille, justice et législateur semblent ainsi avoir voulu opposer, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-enjeux-de-la-parentalite/#i_5404

FILIATION, droit

  • Écrit par 
  • Françoise DEKEUWER-DÉFOSSEZ
  •  • 10 712 mots

Dans le chapitre «  Les filiations électives »  : […] ce sera Ismaël. Il sera ensuite chassé lorsque Sarah aura elle-même mis au monde Israël. La société romaine pratiquait différentes sortes d'adoption, permettant aux familles de ne pas s'éteindre et assurant la perpétuité du culte des ancêtres. Mais l'adoption sera oubliée sous l'ancien droit, l'Église catholique ne lui étant à l'époque pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filiation-droit/#i_5404

JUMEAUX (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michèle CARLIER
  •  • 2 508 mots

Dans le chapitre « Communication entre jumeaux MZ : télépathie ou coordination tacite ? »  : […] de même âge, élevés dans la même famille. Les paires d’enfants ainsi formées peuvent être constituées par deux enfants adoptés en même temps par la même famille ou par un enfant adopté et un enfant biologique de parents adoptifs. L’important est que les deux membres de la dyade ne partagent pas le même patrimoine génétique (ils ne sont pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-psychologie/#i_5404

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « L'origine des différences individuelles »  : […] conditions d'accueil les plus souhaitables et les plus négatives pour leur développement. Les enfants adoptés tendent à avoir le niveau intellectuel de leurs parents adoptifs (mais ils s'ordonnent comme leurs parents biologiques et non comme leurs parents adoptifs). On a identifié des types de milieux familiaux, avec des pratiques éducatives […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-differentielle/#i_5404

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre MURAT, « ADOPTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adoption/