ISLAM (Histoire)Le monde musulman contemporain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indonésie

Bien que n'entrant guère encore dans le champ d'étude des islamologues occidentaux, l'Indonésie arrive nettement en tête de tous les pays du monde par l'importance de sa population musulmane (plus de 87 % sur un total d'environ 205 millions d'habitants en 2000). Ce n'est pourtant pas un « État islamique », et l'idéologie officielle, le Pančasíla, adoptée au lendemain de l'indépendance, en 1945, se contente de poser comme premier principe « la croyance en un Dieu unique ». À Jakarta, le ministère des Cultes comprend en conséquence cinq sections : islam, protestantisme, catholicisme bouddhisme et hindouisme (principalement balinais). L'esprit de tolérance qui permettait la bonne entente entre les confessions différentes et, en particulier, rendait possible la coexistence de divers droits privés (coutumier, européen et musulman) a été remis en cause par l'émergence de conflits dont certains ont pris une tournure religieuse dans les années 1990.

L'histoire

Des raisons historiques font de l'islam indonésien un islam assez particulier. Comme en Iran, comme en Inde, il ne s'agit pas ici d'un islam « arabe » ; si l'arabe reste, bien sûr, la langue religieuse par excellence, la langue de l'islamisation a été le malais, noté certes en caractères arabes du xve au xixe siècle et enrichi de nombreux néologismes arabo-persans, mais linguistiquement bien distinct. C'est le malais qui, porté d'un bout à l'autre de l'Archipel par les marchands musulmans, a contribué à l'unité culturelle et est devenu au xxe siècle langue nationale sous le nom d'« indonésien » ; les individus effectivement venus d'Arabie ont toujours été peu nombreux, de même que les Indonésiens assez instruits pour pouvoir s'exprimer couramment en arabe. Il s'agit, en outre, d'un islam relativement tardif ; des voyageurs arabes ont fait escale dans l'Archipel, sur la route qui les menait en Chine, dès les premiers siècles de l'hégire, mais l'islamisation proprement dite n'a pas commencé avant la fin du xiiie siècle (Marco Polo est le premier à en signaler les effets dans le nord de Sumatra), et se poursuit encore au xxe siècle. Cela explique que, dans certaines régions, sous un « vernis » islamique subsistent bien souvent les traces plus ou moins apparentes de cultures antérieures. Ce fait est particulièrement net à Java qui, avant que ne commence l'islamisation (à partir du xve s.), avait connu une riche culture indianisée durant un millénaire. Le maintien d'une « religion » ou d'une « philosophie javanaise » (kejawén), empreinte d'islam, mais conservant un bon nombre de croyances plus anciennes et faisant une large place à la méditation et à la science de l'« intériorité » (kebatinan), est sans aucun doute l'un des traits majeurs de la situation confessionnelle à Java.

Si l'on envisage le problème sous l'angle du « modernisme », il faut d'abord insister sur ce que l'islam pouvait avoir de « moderne », aux xve-xvie siècles, par rapport aux systèmes religieux préexistants, et tout particulièrement par rapport au système indo-javanais. Tout comme le fera le christianisme après lui, l'islam apportait en effet l'idée d'un temps orienté, sous-tendu entre une création et une fin du monde, celle d'un espace géographique, et non plus cosmologique, organisé autour du grand centre de La Mecque où les nouveaux convertis prirent peu à peu l'habitude de se rendre en pèlerinage, celle enfin d'une société en théorie égalitaire faite de la juxtaposition d'individus et non plus de la seule imbrication de relations hiérarchiques. Ce stimulus, qui anima pendant longtemps les sociétés portuaires constituées en sultanats, finit par s'émousser au contact des anciennes hiérarchies agraires ; l'islam pénétra dans les campagnes par le réseau de ses pesantrén ou écoles coraniques, mais dans le centre de Java il se trouva en quelque sorte « récupéré » par la dynastie de Mataram qui, à partir du xviie siècle, parvint à concilier l'antique ordre indo-javanais et certaines des exigences de la nouvelle religion.

Par le jeu des échanges commerciaux, comme par celui du pèlerinage, une petite partie de la communauté musulmane restait néanmoins en contact avec le reste du monde islamisé, et surtout avec le Moyen-Orient. Plusieurs confréries importantes – Naqshbandiya, Qadiriya, Rifa‘iya... – essaimèrent dans l'Archipel, et dans la première moitié du xixe siècle les effets du mouvement wahhabite se firent sentir jusqu'en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 47 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Nasser et la R.A.U.

Nasser et la R.A.U.
Crédits : Hulton Getty

photographie

Création de la République arabe unie, 1958

Création de la République arabe unie, 1958
Crédits : The Image Bank

video

Scène de circoncision

Scène de circoncision
Crédits : Imka/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Rouhollah Moussavi Khomeyni, 1978

Rouhollah Moussavi Khomeyni, 1978
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)
  • : docteur ès lettres et sciences sociales, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques
  • : chargée de recherche au C.N.R.S.
  • : chercheur au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : chargé de recherche de première classe au C.N.R.S., responsable de l'équipe cultures populaires, Islam périphérique, migrations au laboratoire d'ethnologie de l'université de Paris-X-Nanterre, expert consultant auprès de la C.E.E. D.G.V.-Bruxelles
  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I
  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : docteur en histoire orientale, maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  ISLAM  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Mouvement politico-religieux, l'islam est tout entier édifié sur un livre sacré, le Coran, livre qui revêt pour lui une importance extrême. Source de son dogme et de sa prière, base de toute sa liturgie, code juridique, autorité suprême à laquelle il se réfère en cas de contestation, l […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Religion dépouillée, l'islam n'a pas de culte à proprement parler, mais des pratiques codifiées dans des recueils de traditions et d'usages venant du Prophète en personne, Mahomet (Mụhammad), dont l'imitation constitue, en effet, la règle à suivre. Les ouvrages de fiqh, fondés sur les corpus du […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

La civilisation islamique, développée sous l'influx de la religion musulmane, s'est donné tout un ensemble d'expressions culturelles. Certaines d'entre elles portent sur l'islam en tant précisément que religion. Nous les appelons ici « sciences religieuses traditionnelles ». Pourquoi traditionnelles ? Pour deux raisons, c'est-à-dire en deux sens. Ces sciences religieuses sont traditionnelles, d'ab […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - L'étude de l'islam et ses enjeux

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN, 
  • Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

La « révolution islamique » en Iran, la chute du régime « socialiste » face à la résistance des tribus en Afghanistan, le réveil islamique dans les anciennes républiques soviétiques devenues indépendantes, les attentats terroristes en Algérie, en Irak, en Égypte, les pressions des partis « islamiques » sur tous les régime […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 448 mots
  •  • 10 médias

Le phénomène de l'expansion de la religion musulmane est l'un des faits marquants et constants de l'histoire du monde depuis le premier tiers du viie siècle ; l'aspect religieux s'est généralement doublé d'un aspect politique, offensif et impérialiste jusqu'au début des Temps modernes, défensif et anti-impérialiste face aux Occidentaux depuis la fin d […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - L'émergence des radicalismes

  • Écrit par 
  • Olivier ROY
  •  • 2 596 mots
  •  • 4 médias

La première question concernant le radicalisme islamique est de savoir dans quelle mesure celui-ci est une conséquence de la doctrine religieuse elle-même, et donc intrinsèque à l'islam, ou bien s'il s'agit d'un phénomène avant tout politique, lié à des conflits contemporains. La confusion est d'autant plus grande qu'elle est entretenue tant par les critiques occidentaux de la religion islamique e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

L'islam, on l'a dit souvent, est tout ensemble religion et communauté. Tel il s'éprouve et se veut lui-même. Communauté de foi et de témoignage de foi, à coup sûr, centrée sur ces « piliers de l'islam » que sont les actes cultuels impérés au croyant, mais en même temps communauté de vie, et code de vie. Les prières pres […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Peut-on parler d'un art islamique, alors que la civilisation née de l'islam s'étend sur quatorze siècles et sur un espace qui va de l'Atlantique au Pacifique, du Maroc jusqu'à l'Indonésie, et que cette civilisation a poussé des ramifications un peu partout dans le monde, aussi bien en Chine qu'au Brésil ? Il ne vien […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Vers la fin du iie siècle de l'hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l'on débat de l'unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu'il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 148 mots
  •  • 1 média

L'a-priori de la perception de l'espace et du temps dans la construction et la représentation du monde ne vaut pas que pour les individus : il est la règle aussi pour les sociétés. Aucune d'entre elles ne peut s'édifier et se méditer si elle ne définit pas d'abord comme sien l'espace qu'elle s'est acquis, si elle n'en marque les limites, si elle ne les défend sur le terrain et dans son propre univ […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, Olivier CARRÉ, Nathalie CLAYER, Andrée FEILLARD, Marc GABORIEAU, Altan GOKALP, Denys LOMBARD, Robert MANTRAN, Alexandre POPOVIC, Catherine POUJOL, Jean-Louis TRIAUD, « ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/