‘AĪD AL-KABĪR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’‘aīd al-Aḍhā (en arabe, « fête des sacrifices »), également appelé ‘aīd al-Kabīr (« grande fête »), est avec laīd al-Fitr, l’une des deux grandes fêtes musulmanes, communément appelée en France « fête du mouton ». Célébrée par les musulmans du monde entier, cette fête commémore le sacrifice d’Ismaël, fils premier né d’Abraham remplacé, au moment d’être immolé et sur l’intervention de Dieu, par un bélier (dans la tradition judaïque et chrétienne, il s’agit d’Isaac, cf. Gen. xxii, 1-19 ; le Coran relate l’événement à la sourate xxxvii, 102-107, sans mentionner son nom). La fête marque également l’apogée des cérémonies du hadjdj (pèlerinage) pratiquées à Mina, près de La Mecque.

Comme l’aīd al-Fitr, l’‘aīd al-Kabīr se distingue par la récitation de la prière commune (ṣalāt) à l’aube du premier jour des festivités. Celui-ci commence le 10 dhū al-idjdja (douzième et dernier mois du calendrier islamique) et se termine le 13 ‒ ce calendrier étant lunaire, la fête peut tomber à n’importe quelle saison de l’année. Pendant l’‘aīd al-Kabīr, les familles qui ont les moyens sacrifient un animal admis pour le rituel (mouton, chèvre, chameau ou vache), dont ils partagent la viande en quatre parts égales : pour le foyer, les pauvres, les amis et les voisins. L’‘aīd al-Kabīr est également une période pendant laquelle les musulmans rendent visite à leurs amis et à leur famille et s’échangent des cadeaux.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« ‘AĪD AL-KABĪR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aid-al-kabir/