Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SAHARA

Le Sahara est le plus grand désert chaud du monde. Occupant presque tout le nord de l'Afrique, il mesure environ 4 800 kilomètres d'est en ouest et entre 1 300 et 1 900 kilomètres du nord au sud, soit une superficie totale de près de 8 600 000 kilomètres carrés. Il se prolonge au-delà de la mer Rouge et est appelé alors désert saharo-arabique, étiré sur 7 500 kilomères et couvrant 12 millions de kilomètres carrés. Le Sahara proprement dit, qui fait l'objet de cet article, est délimité à l'ouest par l'océan Atlantique, au nord par la chaîne de l'Atlas et la mer Méditerranée, à l'est par la mer Rouge et dans le sud par une zone d'anciennes dunes sableuses immobiles alignées sur la latitude 160 N.

Sahara, Algérie

Sahara, Algérie

Le Sahara s'étend sur une dizaine de pays ( Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Égypte, Soudan, Tchad, Niger, Mali, Mauritanie) mais compte une faible population. De vastes zones sont complètement vides. Toutefois, le Sahara est un espace où la majorité des habitants vivent dans des villes. Son exceptionnelle croissance démographique et urbaine, liée notamment à l'exploitation de ses importantes ressources naturelles a transformé les modes de vie de ses diverses populations.

Géographie physique

Caractéristiques générales

Le Sahara comprend plusieurs grands types de topographies : des bassins peu profonds, temporairement inondés (chotts et dayas) et de grandes cuvettes formant des oasis ; de vastes plaines rocailleuses (serirs ou regs) ; des plateaux rocheux (hamadas) ; des montagnes abruptes ; ainsi que des étendues de sable, des dunes et des mers de sable (ergs). Le point culminant du Sahara est l'Emi Koussi (3 415 mètres) dans le massif du Tibesti, au Tchad. Le point le plus bas se trouve dans la dépression de Qattarah (— 133 mètres), en Égypte.

Le nom Sahara vient du substantif arabe sahra' (plur. sahara'), qui signifie « désert ». Il est également proche de l'adjectif ashar, qui signifie « désertique » et connote fortement la couleur rouge des plaines dépourvues de végétation. Certaines zones du Sahara, comme le Tanezrouft dans le sud-ouest de l'Algérie et le Ténéré dans l'est du Niger, ont un nom d'origine berbère.

Le Sahara repose sur le bouclier africain, composé de roches précambriennes (vieilles de plus de 600 millions d'années) dénudées et très plissées. En raison de la stabilité du bouclier, les formations paléozoïques qui se sont déposées par la suite ont conservé leur position horizontale et ont relativement peu évolué. Dans une grande partie du Sahara, ces formations ont été recouvertes de dépôts au Mésozoïque (calcaire en Algérie, dans le sud de la Tunisie et dans le nord de la Libye, grès de Nubie dans le désert libyen) et abritent nombre des grands aquifères de la région. Dans le nord du Sahara, ces formations sont également associées à une série de bassins et de dépressions qui s'étendent des oasis de l'ouest de l'Égypte aux chotts d'Algérie. Dans le sud du Sahara, l'affaissement du bouclier africain a créé de larges bassins occupés par des lacs et des mers formés au Cénozoïque, comme le lac Méga-Tchad. Les serirs et les regs présentent des caractéristiques différentes selon les régions du désert, mais ils seraient issus de dépôts datant du Cénozoïque. Les plaines se distinguent notamment par la patine sombre, constituée de composés ferromanganiques et appelée vernis désertique, qui se forme à la surface des rochers exposés aux intempéries. Les plateaux du Sahara, tel le Tademaït en Algérie, sont en général recouverts de ces rochers présentant des arêtes vives. Dans le centre du Sahara, la monotonie des plaines et des plateaux est interrompue par d'imposants massifs volcaniques, dont le djebel Ouenat, le Tibesti et le massif du Hoggar. Le Sahara comprend d'autres formations remarquables, comme les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en géographie à l'université d'Aix-Marseille, enseignant-chercheur au C.N.R.S., Institut de recherche et d'études méditerranéennes sur le monde arabe
  • : professeur de géographie et directeur du Montana Public Policy Research Institute, université du Montana, Missoula

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sahara, Algérie

Sahara, Algérie

Champignons en calcaire, Sahara, Égypte

Champignons en calcaire, Sahara, Égypte

Tassili des Ajjer, Sahara algérien

Tassili des Ajjer, Sahara algérien

Autres références

  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par Augustin HOLL
    • 6 326 mots
    • 3 médias
    ...avec cependant d'importantes variations régionales. Les densités sont relativement élevées en Afrique du Sud, en Afrique orientale, dans la vallée du Nil et dans le Sahara oriental. Le Sahara, l'Afrique de l'Ouest et le bassin du Congo présentent de faibles densités de sites. Au Sahara, ils se concentrent...
  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...pluies souvent violentes en automne, et aux étés chauds et secs. Au voisinage des tropiques, les hautes pressions donnent un climat désertique ou aride (Sahara dans l'hémisphère Nord, Kalahari dans l'hémisphère Sud). Les précipitations, très faibles (souvent inférieures à 100 mm), extrêmement irrégulières...
  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

    • Écrit par Anne FAURE-MURET
    • 18 789 mots
    • 22 médias
    C'est à l'Ordovicien que commence la véritable transgression. Elle se fait sentir dès le Trémadocien dans l'Anti-Atlas, mais aussisur la plate-forme saharienne. La mer s'étend rapidement, évitant ou contournant quelques régions qui ne seront recouvertes que plus tard. Sur la plate-forme saharienne,...
  • ARÉISME

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE
    • 1 691 mots
    • 1 média
    ...L'irrégularité est à son comble dans un domaine central : ainsi il n'est pas rare de compter cinq à dix années entièrement sèches consécutives dans le Sahara oriental ; toute vie végétale y est impossible, et tout écoulement absent, du moins entre les averses, et il faut bien parler de désert vrai ou...
  • Afficher les 36 références

Voir aussi