ISLAM (Histoire)Le monde musulman contemporain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Proche et Moyen-Orient non arabes

Les pays musulmans non arabes du Proche et du Moyen-Orient ont connu à partir des années 1980 des événements politiques majeurs dans lesquels les facteurs religieux ont joué un rôle déterminant. En Turquie, malgré la volonté du pays d'entrer dans l'Union européenne, les électeurs ont porté au pouvoir un parti islamique qui a tenté de remettre en cause le principe kémaliste de laïcité. En Iran, depuis la révolution islamique de 1979, les imams chiites contrôlent les institutions gouvernementales et les instances de la société civile. En Afghanistan, l'islam traditionnel, réprimé sous le régime pro-communiste, s'est trouvé ensuite supplanté par l'islamisme radical des talibans.

En Turquie

Du temps d'Atatürk et d'Ismet Inǒnü, le pouvoir politique s'est totalement identifié au Parti républicain du peuple, dont l'un des six principes était le laïcisme. Ce principe, appliqué avec rigueur jusqu'en 1946, a paru connaître quelque écho dans une partie de la population, essentiellement celle des grands centres urbains ; mais l'effort de modernisation et d'instruction entrepris n'a pu atteindre profondément nombre de zones rurales, notamment dans le centre et l'est de la Turquie ; là, les traditions religieuses et sociales sont demeurées vivantes ; en outre, dans les autres régions, la religion n'a pas disparu, même si la pratique est plus réduite qu'autrefois ; quant aux confréries, officiellement interdites, elles continuent à exister, clandestinement, et certains excès de turquification dans ce qui reste de religion « officielle » sont intimement réprouvés par beaucoup de Turcs.

Scène de circoncision

Photographie : Scène de circoncision

Marque de l'alliance avec Dieu depuis Abraham, le rituel de la circoncision est pratiqué tant dans la tradition juive que dans la tradition musulmane, comme le montre cette cérémonie se déroulant dans une mosquée d'Istanbul (Turquie). 

Crédits : Imka/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L'instauration du pluripartisme en 1945 a ouvert la porte à la concurrence électorale, et certains partis – dont le Parti démocrate –, tout en professant le respect du kémalisme, ont vu la possibilité de s'attirer des électeurs en promettant la remise en cause de certains aspects du laïcisme officiel. Dans le contexte des élections de 1946-1950, cette propagande en faveur de l'islam a été un des moyens les plus utilisés, au point que le Parti républicain du peuple a dû, lui aussi, donner des gages dans ce domaine.

La victoire du Parti démocrate en 1950, aux yeux de beaucoup de Turcs, a été la victoire de la religion sur l'athéisme ; on voit alors paraître au grand jour non seulement les confréries traditionnelles (mevlevis, bektachis, nakchbendis...), mais aussi des confréries beaucoup plus intégristes et réactionnaires, comme celles des nourdjous et des tidjanis ; une littérature religieuse commence à se répandre : si certaines publications se cantonnent dans l'explication et le commentaire d'un islam modéré, d'autres vont beaucoup plus loin et prônent, outre la revivification totale de la religion musulmane en Turquie, la prééminence de celle-ci dans le domaine moral et dans le domaine politique ; quelques-uns des propagandistes se déclarent partisans du rétablissement de l'ancien Empire ottoman, d'autres parlent, déjà dans les années 1950, de république islamique.

Favorisées par le Parti démocrate, diverses mesures sont prises, et sont largement exploitées : rétablissement de l'enseignement religieux dans les écoles officielles, réouverture de la faculté de théologie d'Ankara, construction de nombreuses mosquées, autorisation du pèlerinage à La Mecque, célébration à Konya du souvenir du grand mystique turc Mawlānā Dialāl al-Dīn Rūmī. En beaucoup d'endroits, le laïcisme doit céder du terrain, notamment en ce qui concerne le comportement social des individus (mariage célébré uniquement par un imam, polygamie, restrictions des libertés pour les femmes, instituteurs « laïcs » chassés de villages où les autorités religieuses locales sont toutes-puissantes). Il s'agit là d'une véritable réaction, qui a touché essentiellement les milieux sunnites, largement majoritaires en Turquie ; cette réaction a peut-être reçu, sans qu'on puisse le vérifier, l'appui d'organisations politico-religieuses extérieures, comme celle, arabe, des Frères musulmans.

Les milieux politiques laïcs ont pu espérer que la révolution de 1960 allait permettre la remise à l'honneur des principes kémalistes et, en particulier, celui de la laïcité intégrale de l'État, mais les no [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 47 pages

Médias de l’article

Nasser et la R.A.U.

Nasser et la R.A.U.
Crédits : Hulton Getty

photographie

Création de la République arabe unie, 1958

Création de la République arabe unie, 1958
Crédits : The Image Bank

vidéo

Scène de circoncision

Scène de circoncision
Crédits : Imka/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Rouhollah Moussavi Khomeyni, 1978

Rouhollah Moussavi Khomeyni, 1978
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)
  • : docteur ès lettres et sciences sociales, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques
  • : chargée de recherche au C.N.R.S.
  • : chercheur au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : chargé de recherche de première classe au C.N.R.S., responsable de l'équipe cultures populaires, Islam périphérique, migrations au laboratoire d'ethnologie de l'université de Paris-X-Nanterre, expert consultant auprès de la C.E.E. D.G.V.-Bruxelles
  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I
  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : docteur en histoire orientale, maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  ISLAM  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Mouvement politico-religieux, l'islam est tout entier édifié sur un livre sacré, le Coran, livre qui revêt pour lui une importance extrême. Source de son dogme et de sa prière, base de toute sa liturgie, code juridique, autorité suprême à laquelle il se réfère en cas de contestation, l […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Religion dépouillée, l'islam n'a pas de culte à proprement parler, mais des pratiques codifiées dans des recueils de traditions et d'usages venant du Prophète en personne, Mahomet (Mụhammad), dont l'imitation constitue, en effet, la règle à suivre. Les ouvrages de fiqh, fondés sur les corpus du […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

La civilisation islamique, développée sous l'influx de la religion musulmane, s'est donné tout un ensemble d'expressions culturelles. Certaines d'entre elles portent sur l'islam en tant précisément que religion. Nous les appelons ici « sciences religieuses traditionnelles ». Pourquoi traditionnelles ? Pour deux raisons, c'est-à-dire en deux sens. Ces sciences religieuses sont traditionnelles, d'ab […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - L'étude de l'islam et ses enjeux

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN, 
  • Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

La « révolution islamique » en Iran, la chute du régime « socialiste » face à la résistance des tribus en Afghanistan, le réveil islamique dans les anciennes républiques soviétiques devenues indépendantes, les attentats terroristes en Algérie, en Irak, en Égypte, les pressions des partis « islamiques » sur tous les régime […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 448 mots
  •  • 10 médias

Le phénomène de l'expansion de la religion musulmane est l'un des faits marquants et constants de l'histoire du monde depuis le premier tiers du viie siècle ; l'aspect religieux s'est généralement doublé d'un aspect politique, offensif et impérialiste jusqu'au début des Temps modernes, défensif et anti-impérialiste face aux Occidentaux depuis la fin d […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - L'émergence des radicalismes

  • Écrit par 
  • Olivier ROY
  •  • 2 596 mots
  •  • 4 médias

La première question concernant le radicalisme islamique est de savoir dans quelle mesure celui-ci est une conséquence de la doctrine religieuse elle-même, et donc intrinsèque à l'islam, ou bien s'il s'agit d'un phénomène avant tout politique, lié à des conflits contemporains. La confusion est d'autant plus grande qu'elle est entretenue tant par les critiques occidentaux de la religion islamique e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

L'islam, on l'a dit souvent, est tout ensemble religion et communauté. Tel il s'éprouve et se veut lui-même. Communauté de foi et de témoignage de foi, à coup sûr, centrée sur ces « piliers de l'islam » que sont les actes cultuels impérés au croyant, mais en même temps communauté de vie, et code de vie. Les prières pres […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Peut-on parler d'un art islamique, alors que la civilisation née de l'islam s'étend sur quatorze siècles et sur un espace qui va de l'Atlantique au Pacifique, du Maroc jusqu'à l'Indonésie, et que cette civilisation a poussé des ramifications un peu partout dans le monde, aussi bien en Chine qu'au Brésil ? Il ne vien […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Vers la fin du iie siècle de l'hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l'on débat de l'unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu'il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 148 mots
  •  • 1 média

L'a-priori de la perception de l'espace et du temps dans la construction et la représentation du monde ne vaut pas que pour les individus : il est la règle aussi pour les sociétés. Aucune d'entre elles ne peut s'édifier et se méditer si elle ne définit pas d'abord comme sien l'espace qu'elle s'est acquis, si elle n'en marque les limites, si elle ne les défend sur le terrain et dans son propre univ […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, Olivier CARRÉ, Nathalie CLAYER, Andrée FEILLARD, Marc GABORIEAU, Altan GOKALP, Denys LOMBARD, Robert MANTRAN, Alexandre POPOVIC, Catherine POUJOL, Jean-Louis TRIAUD, « ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/