ÉMIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du mot arabe amīr : celui qui est investi d'un commandement, commandant, chef. Le titre est porté, sous les premiers califes, par les chefs d'armée qui le gardent en devenant gouverneurs des provinces conquises. Sous les Umayyades, l'émir a dans sa province une autorité semblable à celle du calife, directeur de la prière, chef de l'armée, de l'administration, de la justice. Son pouvoir est peu à peu limité, d'abord par la nomination d'un ‘āmil, puis, sous les ‘Abbāsides, par celle d'un qādī, désignés tous deux directement de la capitale. Certains émirs nommés par les califes forment dans leur province de véritables dynasties et acquièrent une très large autonomie (par exemple, au ixe siècle, les Aghlabides et les Ṭāhirides). D'autres prennent le pouvoir et sollicitent ensuite l'investiture du calife pour le légitimer, ainsi les Ṣaffārides (ixe s.) et les Ghaznawides (fin xe-xie s.). Dans les États issus de la décadence du califat, chez les Ayyūbides par exemple, le titre d'amīr est porté par les chefs militaires. (Dans l'empire ottoman, on trouve ce titre sous la forme mīr ; il est porté par le commandant en chef et le gouverneur général d'une province.)

Le terme d'amīr entre dans plusieurs titres officiels du calife et de certains hauts fonctionnaires. Ainsi l'amīr al-mu‘minīn (« commandeur des croyants ») est, depuis ‘Umar, le titre protocolaire du calife (pour le chef d'une dynastie, revendiquer ce titre implique qu'il se pose en prétendant au califat, ce que font les Fāṭimides, les Umayyades d'Espagne, les Almohades) ; en revanche, le titre d'amīr al-muslimīn (« commandeur des musulmans »), que s'attribuent les Almoravides, implique une reconnaissance, au moins nominale, de la souveraineté ‘abbāside ; l'amīr al-ḥadjdj est le chef de la caravane des pèlerins de La Mekke ; l'amīr al-ūmarā‘ est, sous les ‘Abbāsides, le chef de l'armée, qui, lors du déclin du califat se fait attribuer, en 936, la totalité du pouvoir et assume, pour le compte du calife, la direction de l'État. On peut citer également : l'amīr ākkūr (sous les Mamlūk, surveillant des écuries royales) ; l'amīr dād (sous les Saldjūḳides, ministre de la Justice) ; l'amīr al-kabīr (sous les Mamlūk, commandant en chef) ; l'amīr madjlis (sous les Saldjūḳides d'Asie Mineure et les Mamlūk, maître des cérémonies) ; amīr silāḥ (sous les Mamlūk, surveillant de l'arsenal).

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification

Autres références

«  ÉMIR  » est également traité dans :

ALMOHADES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 963 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ascension »  : […] Le fondateur, né vers 1080, en fut Muḥammad ibn ‘Abdallāh Ibn Tūmart, de la tribu Harġa du groupe des Masmuda. Étudiant en Orient, il subit l'influence des idées théologiques aš ‘arites, du grand docteur G̣azālī et aussi du shī‘isme. De retour au Maghreb vers 1110-1120, il attaqua les mœurs jugées contraires à la loi musulmane et aussi les fuqahā' (« clergé » des spécialistes en sciences religieu […] Lire la suite

CALIFAT ou KHALIFAT

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 2 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les temps modernes : la suppression du califat »  : […] À la suite de cette catastrophe, on pensa en Occident à relever le califat : le titre d' émir des croyants fut pris par les Almohades, et surtout les Hafsides de Tunis, ces derniers portant en bloc toutes les épithètes califiennes, « calife (titre imamien) et émir des croyants ». Mais ces dynastes maghrébins ne furent reconnus comme tels que dans leurs principautés respectives. Le sultan Baïbars, […] Lire la suite

Les derniers événements

Mali – France. Élimination par l’armée française du chef d’Al-Qaida au Maghreb islamique. 3 juin 2020

Les forces spéciales françaises éliminent l’émir d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), l’Algérien Abdelmalek Droukdel, lors d’une opération dans l’Adrar des Ifoghas, dans le nord-est du pays. L’état-major français reconnaît toutefois que « l’ennemi principal […], c’est l’État islamique au Grand Sahara, et la zone principale, c’est la zone des “trois frontières” » aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger. […] Lire la suite

Belgique. Exclusion d’Emir Kir du Parti socialiste. 18 janvier 2020

Le 18, la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du Parti socialiste exclut le député et bourgmestre de Saint-Josse (Bruxelles-Capitale) Emir Kir, estimant que celui-ci a rompu le « cordon sanitaire » en recevant, en décembre 2019, une délégation de maires turcs parmi lesquels […] Lire la suite

Mali. Élimination d’un chef djihadiste au Sahel. 21 février 2019

La force française Barkhane élimine l’émir adjoint du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), l’Algérien Djamel Okacha, alias Yahya Abou al-Hammam, au nord de Tombouctou. Le GSIM regroupe plusieurs mouvements affiliés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Figure centrale […] Lire la suite

Afghanistan. Pression des talibans sur le pouvoir. 9-25 août 2018

, l’émir de l’EI en Afghanistan, Saad Arhabi, est tué dans la province du Nangarhār, dans l’est du pays, lors d’une opération des forces afghanes et américaines. C’est le quatrième chef de l’EI tué depuis l’implantation de l’organisation dans le pays à la fin de 2014. […] Lire la suite

Qatar – Arabie Saoudite. Diminution des tensions régionales. 5-21 juillet 2017

l’origine du piratage, en mai, de l’agence de presse officielle qatarie, qui avait abouti à la diffusion de la dépêche à l’origine de la crise. Dans celle-ci, l’émir Tamim ben Hamad al-Thani faisait l’éloge de l’Iran, du Hamas et du Hezbollah et justifiait la présence de troupes américaines […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « ÉMIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emir/