LYCÉE, Antiquité

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le portique d'Athènes consacré à Apollon Lycéios, situé en bordure de l'Ilissos et orné par Périclès, Aristote s'installa pour professer et converser en se promenant avec ses disciples. De cette coutume vient aussi le nom d'école péripatéticienne dont on use pour désigner le Lycée (Λ́υκειον). Après Aristote, l'école eut à sa tête les scolarques Théophraste (322-287), Straton de Lampsaque (287-268), fils d'Arcésilas, Lycon de Troade (268-224). On cite encore après eux Ariston de Céos, Ariston de Cos et sans doute Critolaos. Andronicos de Rhodes édita les écrits scientifiques d'Aristote vers 60 avant J.-C. Le Lycée compte peu d'individualités brillantes à part Théophraste et ses contemporains : Dicéarque de Messine, Aristoxène de Tarente et Démétrios de Phalère.

L'œuvre de Théophraste

Métaphysique

Théophraste (« divin parleur ») est le surnom donné à Tyrtamos d'Érèse par son maître Aristote. Les problèmes philosophiques qu'il aborda sont les mêmes que ceux qu'avait formulés le Stagirite. Mais l'on peut dire, si l'on accorde crédit aux vues de W. Jeager sur le développement de la pensée aristotélicienne, qu'il a poursuivi ses recherches pour résoudre au plan de la physique les questions posées auparavant en termes de métaphysique. Dans les neuf fragments qui nous restent de sa Métaphysique, Théophraste met en lumière la difficulté de considérer le Premier Moteur comme la cause nécessaire à l'explication du mouvement, rapporté à la nature même du réel ; il lui paraît vain de vouloir rechercher la raison de toutes choses : la démarche téléologique et l'importance accordée à la finalité lui semblent suspectes. Beaucoup de choses n'obéissent pas au Bien : la nature n'agit pas toujours en vue d'une fin. On comprend à la vue de ces opinions qu'Andronicos de Rhodes ait douté de l'authenticité de ces fragments et qu'il ait fallu attendre Nicolas de Damas (env. 40 av.-env. 20 apr. J.-C.) pour que fût reconnue la parenté de cette analyse avec les recherches d'Aristote sur le hasard et la fortune.

Anthropologie

En morale, Théophraste ne renie pas Aristote. La supériorité de la vie contemplative et le désir de se rendre semblable à Dieu sont maintenus comme l'exigence d'une âme tournée vers le bonheur et dont le mouvement est la disposition essentielle. Cependant Cicéron lui reproche une morale relâchée, accordant aux biens extérieurs et aux privilèges des circonstances une trop grande importance. En fait, on rencontre ici une tendance à l'analyse des conditions de l'action morale qui se retrouvera dans les De officiis du stoïcien Panétius et de Cicéron lui-même.

Son œuvre la plus célèbre, Les Caractères, que devaient imiter l'académicien Héraclide Pontique, Lycon, l'épicurien Philodème et, au xviie siècle, La Bruyère, pose de difficiles problèmes d'interprétation. O. Navarre, en France, et J. M. Edmonds, en Angleterre, ont souligné l'harmonieuse ordonnance littéraire et les étapes de la composition de cette galerie de portraits où sont croqués sur le vif des caractères malhonnêtes ou pathologiques de personnages du sexe masculin. Mais sans doute Théophraste y est-il plus encore qu'un portraitiste expert ou un psychologue inspirateur du comique Ménandre ; car on a tendance aujourd'hui à considérer qu'il reprend la tradition d'études de caractérologie inaugurées au cours de la seconde moitié du ve siècle avant J.-C. par le sophiste et empiriste Hippias. Ces portraits pourraient avoir pour origine une enquête anthropologique sur les anomalies et les déviations pathologiques de l'âme ou du moteur humain. Avec ces esquisses caractérologiques, l'anthropologie cesse d'être universelle, pour scruter les motivations prochaines du comportement individuel.

Épistémologie

Dans les sciences expérimentales, Théophraste n'entend pas seulement « sauver les phénomènes », selon l'expression d'Aristote, mais plus exactement partir des découvertes et y harmoniser ou y faire concorder l'explication. La sensation permet une appréhension directe non seulement des principes, comme chez Aristote, mais de l'individualité. L'exactitude et l'acribie sont à rechercher dans l'enquête détaillée et dans l'observation. Dans ses études de logique formelle, Théophraste ne se borne pas, comme on dit généralement, à perfectionner les démonstrations aristotéliciennes, comme celle de la conversion des propositions universelles négatives. En fait, il développe la théorie de la modalité et travaille aux problèmes posés par le syllogisme hypothétique et le syllogisme disjonctif. Il est impossible de dire si, comme le croit J. M. Bochenski, Théophraste et Eudème développent ces questions pour les avoir entendu débattre par Aristote lui-même, ou si au contraire elles reflètent le penchant de Théophraste pour des préoccupations empiriques ou positives.

Doxographie

Théophraste, comme Aristote, développe des recherches d'histoire de la philosophie. Son ouvrage d'Opinions physiques, c'est-à-dire relatives à la philosophie naturelle, ne nous est pas directement parvenu, en dehors du fragment Sur les sens (91 paragraphes). Mais il est à l'origine, ainsi que H. Diels l'a établi dans la préface de son édition aux Doxographi graeci (Berlin, 1879, réimpr. 1965), de toutes les collections doxographiques postérieures, et principalement d'Aétius dont les Placita philosophorum (Opinions des philosophes) nous sont connus par l'ouvrage du Pseudo-Plutarque et les Eclogae de Stobée. Ainsi Théophraste est-il une des sources les plus importantes pour l'histoire de la philosophie grecque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LYCÉE, Antiquité  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vie d'Aristote »  : […] Aristote est né en 385 ou 384 à Stagire, petite ville de Macédoine, non loin de l'actuel mont Athos. Son père Nicomaque était le médecin du roi Amyntas II de Macédoine (le père de Philippe) et descendait lui-même d'une famille de médecins. Cette origine explique peut-être l'intérêt d'Aristote pour la biologie et, en tout cas, ses relations avec la cour de Macédoine. En 367 ou 366, Aristote va fair […] Lire la suite

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le droit de philosopher »  : […] Néanmoins, l'école n'était pas ouverte aux seuls personnages illustres : elle accueillait tout le monde, même les femmes, et parmi elles les hétaïres et les esclaves. Cet élément constituait une différence très importante avec l' Académie et le Lycée. L'Académie s'adressait à une élite au sein de laquelle on se proposait de recruter et de former les parfaits gouvernants d'un État idéal ; elle imp […] Lire la suite

STRATON DE LAMPSAQUE (env. 330-env. 270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 941 mots

Philosophe péripatéticien. Également surnommé le Physicien. Disciple de Théophraste, Straton succéda à ce dernier comme chef de file du Lycée, position qu'il occupa pendant dix-huit ans. Il fut sans doute, pendant un temps, le précepteur de Ptolémée II Philadelphe et jouit de la protection d'Arsinoé, sœur et épouse du souverain. Il joua un rôle important dans l'implantation de la science grecque à […] Lire la suite

THÉOPHRASTE (371 av. J.-C./70-288 av. J.-C./87)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 458 mots

Le « Divin Parleur » Tyrtamos d'Érèse, surnommé Théophraste, étudia pendant une trentaine d'années sous la direction d'Aristote, avant de lui succéder à la tête du Lycée quand le Stagirite se retira à Chalcis dans l'île d'Eubée (~ 322). La vision d'ensemble qu'il avait de l'œuvre du maître — seul Eudème de Rhodes peut lui être comparé à cet égard — et ses qualités d'orateur attirèrent de nombreux […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DUMONT, « LYCÉE, Antiquité », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lycee-antiquite/