TRAVAIL DIVISION DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Platon est un des premiers philosophes à avoir remarqué qu'« on fait plus et mieux et plus aisément, lorsque chacun ne fait qu'une chose, celle à laquelle il est propre » (La République). Sur ce point, philosophes, économistes, sociologues et anthropologues semblent s'accorder. Il n'est guère de sociétés, aussi restreintes soient-elles, qui ne connaissent une division des tâches. À commencer par les sociétés animales. Chez les abeilles, par exemple, les ouvrières changent de travail à mesure qu'elles avancent en âge et elles participent ainsi à tous les travaux de la ruche (construction de rayons, nourrissage, nettoyage, récolte...). Dans les sociétés humaines, la division du travail adopte des formes différentes : il y a des tâches réservées à l'un ou à l'autre sexe d'abord (la femme élève les enfants, l'homme leur procure des moyens de subsistance), puis des fonctions qui peuvent être économiques, politiques, administratives, judiciaires, artistiques, scientifiques, chacune de ces sphères d'activité se trouvant à son tour divisée en de nombreuses autres spécialités. Pour cette raison, ce qui était courant avant le xviiie siècle n'est plus possible aujourd'hui : un savant doit se spécialiser et restreindre ses recherches le plus souvent à un unique problème.

Adam Smith, le fondateur de la science économique, écrit en 1776 dans ses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations : « Dans chaque art, la division du travail, aussi loin qu'elle peut y être portée, donne lieu à un accroissement proportionnel dans la puissance productive du travail. » Il appuie sa démonstration sur l'exemple, devenu célèbre, de la manufacture d'épingles : si deux ouvriers employés à la fabrication des épingles travaillaient chacun de son côté, ils ne produiraient pas plus de vingt épingles par jour ; en se partageant les tâches, ils peuvent en fabriquer, dans le même temps, quarante-huit mille. Cependant, si la parcellarisation des tâches augmente indéniablement la productivité d'une manufacture, elle présente pour l'ouvrier l'inconvénient de le soumettre à une « déculturation » technique. Tandis que l'ouvrier de jadis créait véritablement un objet et y inscrivait sa propre empreinte, l'ouvrier qui travaille dans une manufacture est chargé d'un tronçon de la production et le produit fini lui échappe.

Travail à la chaîne

Photographie : Travail à la chaîne

Chaîne de montage des postes de télévision en couleurs, dans l'usine Shibaura à Tokyo (1966). 

Crédits : Alan Band/ Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Karl Marx dans Le Capital fait remarquer que la division du travail représente un « rabougrissement de corps et d'esprit », une aliénation pour l'ouvrier. Mais il va plus loin et il distingue dans la division du travail une forme « sociale » et une forme « manufacturière ». La première a une base naturelle : la diversité des sols dans la zone tempérée. La seconde tient à la séparation de la ville et de la campagne. Pour que naisse la manufacture, il a fallu que la division sociale parvienne à un certain degré de développement. Inversement, la division manufacturière amplifie la division sociale. Mais si la division du travail est indispensable à la fabrication de marchandises, il reste que les sociétés primitives connaissent une division du travail qui n'a pas pour aboutissement la production de marchandises. De ces constatations Marx tirera la théorie de la plus-value et celle du conflit entre les forces productives et les rapports de production. La grande industrie bouleverse constamment les techniques de production, le travail des ouvriers et l'organisation du travail. Elle renforce ainsi ces rapports conflictuels qui, selon Marx, devaient amener la destruction de la société capitaliste.

Quelques décennies plus tard, E. Durkheim (De la division du travail social, Paris, 1893), loin de considérer la division du travail comme une source permanente de conflits sociaux, y voit plutôt un moyen facilitant l'intégration des individus dans la société et assurant ainsi l'unité du corps social et la solidarité entre ses membres. Pour Durkheim, cette solidarité est « mécanique » lorsqu'elle se rencontre dans les organisations sociales élémentaires, et les sociétés primitives ; elle est « organique » lorsqu'elle est due à la division du travail, dans les sociétés industrielles.

F. W. Taylor, inventeur de « l'organisation scientifique du travail », distinguera, par la suite, les tâches de préparation et d'étude d'une part, les tâches d'exécution, d'autre part. La division du travail s'en trouvera accentuée : le processus de travail est alors, en effet, décomposé en de nombreux mouvements. Mais la tâche de chacun doit correspondre à ses capacités. Cela permettra donc à certains de s'élever ; c'est du moins le sens de la formule « The right man at the right place ».

Face à ces entreprises, qui ont eu pour effet l'éclatement de la personnalité de l'individu au travail, face à cette volonté de rendre l'homme plus productif (comme Charlot dans Les Temps modernes), une tendance nouvelle semble s'imposer qui voudrait permettre à l'individu de se reconquérir, serait-ce par le bricolage : à contre-courant du travail émietté, spécialisé et répétitif, on réapprend des gestes qui donnent l'impression de se métamorphoser en artisan et conduisent à la réalisation par soi-même d'un objet fini.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : assistant de cours à l'université de Paris-V-René-Descartes

Classification

Autres références

«  TRAVAIL DIVISION DU  » est également traité dans :

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Anomie et division du travail »  : […] Dans De la division du travail social , Durkheim consacre son livre troisième aux formes anormales de la division du travail et le premier chapitre de ce livre à la division du travail anomique. L'idée générale de la théorie de Durkheim consiste dans l'affirmation que les sociétés évoluent d'un type de solidarité mécanique à un type de solidarité organique. Dans le premier cas, les éléments qui c […] Lire la suite

CARE, philosophie

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 3 850 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  L'humain comme vulnérable »  : […] La pensée du care , en proposant de donner tout leur sens à des valeurs morales d'abord identifiées comme féminines – le soin, l'attention à autrui, la sollicitude – a contribué à modifier une conception dominante de l'éthique. Par là, elle a introduit des enjeux éthiques dans le politique et placé la vulnérabilité au cœur de la morale au lieu de valeurs centrales telles que l'autonomie, l'imparti […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre «  Le principe  »  : […] En s'appuyant sur l'analyse de David Hume (1711-1776), qui décrit en 1752 ( Political Discourses ) un mécanisme d'ajustement automatique des balances des échanges internationaux, Adam Smith (1723-1790) investit le champ de l'économie internationale et développe dans La Richesse des nations (1776) une critique sévère des thèses protectionnistes soutenues par les mercantilistes. Il défend l'idée qu […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Division internationale du travail

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 3 920 mots

À l'image de la célèbre manufacture d'épingles dépeinte par Adam Smith ( La Richesse des nations , 1776), dans laquelle chaque ouvrier se voyait affecté à une tâche précise participant à la production de l'atelier, la notion de division internationale du travail (D.I.T.) fait référence à la spécialisation des économies nationales dans des activités particulières, laquelle donne lieu à des échan […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Cadre théorique »  : […] Une bonne façon de comprendre les concepts de « transaction » et de « coûts de transaction », et d'en mesurer l'importance, consiste à partir de l'argument central développé par Adam Smith en ouverture de son célèbre ouvrage sur La Richesse des nations (1776) : la division du travail constitue le socle de la croissance et du développement. Mais cela pose immédiatement un problème clé : comment or […] Lire la suite

DIVISION DU TRAVAIL SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 286 mots

La division du travail est l'un des concepts les plus anciens des sciences du social. Il concerne toute organisation stable ayant pour effet de coordonner des individus ou des groupes se livrant à des activités différentes, mais intégrées les unes par rapport aux autres. Selon l'économie politique classique, la division du travail productif augmente considérablement, pour une société donnée, s […] Lire la suite

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « De la division du travail social » »  : […] Dans la Division du travail , Durkheim, encore largement sous l'influence d'Auguste Comte, tente d'établir une loi évolutive : celle du passage de la solidarité mécanique à la solidarité organique. La solidarité mécanique ou « solidarité par similitude » est celle qui caractérise les sociétés archaïques : les individus sont semblables les uns aux autres, ils partagent les mêmes sentiments, obéiss […] Lire la suite

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Société et individu »  : […] Au moment où Durkheim inaugure un nouveau courant de sociologie « scientifique », le monde occidental passe par une phase de grands bouleversements qui trouvent leur origine dans l'industrialisation, l'extension du mode de vie urbain, la constitution de vastes empires coloniaux, la généralisation du salariat, l'exacerbation des nationalismes, etc. Il en résulte une grande instabilité des corps soc […] Lire la suite

ÉCHANGE

  • Écrit par 
  • Claude MEILLASSOUX
  •  • 3 704 mots

Dans le chapitre « La dépossession des sociétés »  : […] Alors que les modes de circulation antérieurs subordonnaient les biens et leur transfert à la confrontation préalable des individus et de leur statut social, dans l'échange, les individus se retirent derrière leurs produits et n'apparaissent plus que comme vendeurs ou acheteurs, propriétaires de marchandises, mais étrangers les uns aux autres, c'est-à-dire dépourvus de liens de parenté ou d'allian […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les classiques »  : […] La parution en 1776 des Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith (le « père de l'économie politique ») marque le début de l'école classique qui allait dominer la pensée économique durant un siècle. Pour Smith, la nature de la richesse est réelle ; la monnaie n'est que le moyen de sa circulation : la richesse se compose des marchandises tant industrielles qu […] Lire la suite

Les derniers événements

10-29 novembre 2001 France. Mouvement de protestation des policiers

travail provoquée par la mise en place de l'euro et l'application du plan Vigipirate; enfin, la priorité est accordée à la lutte contre la délinquance. L'augmentation du budget du ministère de l'Intérieur pour 2002 doit permettre la création de 3 000 emplois nouveaux. Le 17, c'est au tour d'environ 4 000 gardiens de la paix et membres des compagnies […] Lire la suite

1er-30 avril 1989 France. Fin de la grève des fonctionnaires corses

travail par les fonctionnaires des préfectures de l'île est le premier signe d'une division entre les grévistes. Le lendemain, Michel Rocard reçoit Michel Prada, le médiateur chargé de mettre sur pied des tables rondes afin d'étudier les problèmes qui se posent à la Corse. Le même jour, la C.G.T. organise sur le continent une journée d'action de soutien […] Lire la suite

Pour citer l’article

B. BREVAN, « TRAVAIL DIVISION DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/division-du-travail/