NÉO-PLATONISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On désigne sous le nom de néo-platonisme une école philosophique qui se réclame de Platon et dont le fondateur est Plotin (205-270 apr. J.-C.). Celui-ci, qui se fit à Alexandrie le disciple d'Ammonios Sakkas, enseigna à Rome et mourut à Minturno, au nord de Naples. L'école se développa pendant les deux siècles suivants, et elle continua à vivre, particulièrement à Alexandrie, après la fermeture de l'école d'Athènes par Justinien en 529.

Mais si l'on veut se faire une idée précise du néo-platonisme, il ne faut pas l'étendre sans discernement. On dit parfois que saint Augustin, Boèce, Eckhart, saint Jean de la Croix et même Ravaisson sont des néo-platoniciens. Ce sont plus exactement des penseurs qui ont accueilli à des degrés divers l'influence néo-platonicienne et qui en retiennent certaines thèses, mais pas nécessairement l'intuition fondamentale. De même, il ne suffit pas de platoniser pour être néo-platonicien. Il faut comprendre Platon sous une certaine optique.

Pour être néo-platonicien au sens strict, il faut reconnaître comme source d'une procession universelle un Principe absolument ineffable, nommé symboliquement « l'Un » ou « le Bien ». Il faut admettre à l'origine de toute pensée une sorte de coïncidence mystique, tout aussi inexprimable, avec ce centre universel. L'effort philosophique consiste à rejoindre par le circuit dialectique cette racine éternelle de l'âme, sans aucune confusion d'essence ni abolition de sujet spirituel. On voit que la philosophie est ici avant tout la conscience méthodique de la religion.

Cette perspective fondamentale régit l'économie entière du système. Or elle repose elle-même sur une certaine exégèse du Parménide de Platon, que Plotin résume dans l'Ennéade (V, i, 8) et qui domine partout sa méditation. Le néo-platonisme surgit de ce qu'on appelle le « moyen platonisme » le jour où Plotin croit trouver le secret du platonisme dans la seconde partie de ce dialogue énigmatique. Après l'Alexandrin, chaque néo-platonicien devra s'exercer à son tour sur ce texte. Du Commentaire de Porphyre il ne reste que des fragments, mais on a la plus [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉO-PLATONISME  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN EZRA (1089-1164)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 815 mots

Commentateur, grammairien, philosophe et astronome, Abraham ibn Ezra, né à Tudela, est l'une des plus grandes figures de la pensée juive du Moyen Âge. Sa carrière se divise en deux périodes bien distinctes. Pendant la première, jusqu'en 1140, il vit en Espagne, où des liens d'amitié le lient à Juda Halévi, dont il épouse la fille. Des cinq fils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ibn-ezra/#i_5788

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Absolu et négation »  : […] Cette logique simple et implacable commande la théologie négative des mystiques néoplatoniciens, accordée à la pensée indienne, et reprise d'âge en âge. Théologie critique de toute affirmation particulière de Dieu, elle réduit les dogmatiques et les symboliques religieuses à leur relativité et à leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolu/#i_5788

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « L'acte d'être »  : […] agir. Nous avons vu comment cette articulation se présentait déjà d'une certaine manière chez Aristote, de qui Thomas l'a reçue ; elle a été retenue surtout par le néo-platonisme, qui constitue une autre de ses sources. Pour Plotin, l'être suit l'agir, car il est énergie, mouvement. Ce qu'Aristote disait de l'intellection, Plotin le transpose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acte-philosophie/#i_5788

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 032 mots

Dans le chapitre « Éclipse et retour des doctrines sur l'âme à la période hellénistique et romaine »  : […] Dans le néo-platonisme, l'âme est l'une des trois hypostases divines (Un, Intellect, Âme : Plotin, Ennéade, v, 1) et, de ce fait, elle est de nouveau conçue comme immatérielle et éternelle. Toute son ascèse consiste à « fuir vers le haut » et à rejoindre sa patrie. Fortement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ame/#i_5788

AMMONIOS SACCAS (1re moitié IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 161 mots

Maître de Plotin, et des deux Origène (le païen et le chrétien), personnage énigmatique sur lequel on sait très peu de choses, Ammonius Saccas n'a rien écrit, suivant sur ce point l'attitude de certains philosophes de l'Antiquité (Porphyre, Vie de Plotin, x, 1, 37). Il a inspiré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammonios-saccas/#i_5788

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de l'Antiquité »  : […] premiers disciples de Plotin, Porphyre et plus encore Jamblique, manquent d'originalité, c'est encore au néo-platonisme que la philosophie antique devra son dernier éclat. Deux grands philosophes, Proclus (410-485) et Damascius (vie s.), déploieront, dans le commentaire et la systématisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_5788

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Traductions, apocryphes et commentaires »  : […] son patronage direct ou indirect ; la place aussi d'un savoir arabe, attentif aux phénomènes de la nature et de la vie ; la place, enfin, d'une métaphysique et d'une théologie néoplatoniciennes que tout oppose, en droit comme en fait, à l'esprit des textes qu'elles parasitent en silence : le Liber Aristotelis de expositione bonitatis purae ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme-medieval/#i_5788

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Poésie et théologie »  : […] Metalogicon. À la même époque, les chartrains, suivis par Alain de Lille, présentent une théorie de la création où l'esthétique platonicienne du Timée se marie avec une théorie chrétienne du mythe (inuolucrum et integumentum). L'esthétique chrétienne, au temps de la scolastique, à partir du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_5788

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme en Grèce »  : […] Marc Aurèle). Quant à la tradition dualiste de la catharsis, elle se prolonge chez les gnostiques et les manichéens, mais plus nettement encore dans le néo-platonisme. Toute la philosophie de Plotin, en particulier, se laisse interpréter comme une méditation sur le thème de la déchéance de l'âme, consécutive à son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_5788

ATHÉNAGORE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 421 mots

chrétiens). Il s'agit de l'un des tout premiers ouvrages qui fasse appel aux concepts néoplatoniciens pour se faire l'interprète de la foi chrétienne et de son culte auprès des Grecs et des Romains. Athénagore y réfute la triple accusation portée contre les juifs, puis contre les chrétiens, qui seraient athées (ne croyant pas aux divinités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athenagore/#i_5788

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Jeunesse et conversion »  : […] d'une conscience inquiète et d'un amour encore inconscient pour Dieu. À Milan, Augustin découvre le néo-platonisme, à travers la prédication de l'évêque Ambroise et dans les conversations qu'il tient avec le prêtre Simplicius et un grand intellectuel païen, Mallius Theodorus. La lecture des Ennéades de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_5788

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pas de rupture entre l'homme et l'ange »  : […] d'emblée en Islam dans une position autre qu'en chrétienté. L'idée avicennienne de l'Intelligence, le Nους néo-platonicien, eût été encore compatible avec la christologie d'Arius (ou toute autre christologie du type que les historiens des dogmes désignent comme celui de « Christos-Angelos »). Elle ne l'était pas avec le dogme officiel des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_5788

AVICENNISME LATIN

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 6 641 mots

Dans le chapitre « Le premier avicennisme »  : […] constamment enrichies, de concilier deux postulations distinctes : la philosophie gréco-arabe et la théologie du néo-platonisme chrétien ; c'est, réduit à l'essentiel, un programme transversal, dont les détails et les épisodes importent moins que les recoupements et les syncrétismes ; c'est la tendance de fond d'un projet qui, pour être né d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicennisme-latin/#i_5788

CHALCIDIUS (1re moitié IVe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 133 mots

C'est principalement grâce à Chalcidius que le Moyen Âge latin a dû la connaissance relative qu'il eut de Platon. Ce philosophe néo-platonicien, probablement chrétien, avait, en effet, établi une traduction latine d'une partie du Timée qui, accompagnée d'un commentaire, allait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chalcidius/#i_5788

CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 917 mots

Dans le chapitre « La purification de l'âme »  : […] et des moralistes, et nous conserve ainsi beaucoup de documents disparus. Les principes généraux de cette morale sont puisés dans la tradition philosophique grecque, surtout stoïcienne et platonicienne : suivre la nature, la mesure, le juste milieu, rechercher les biens de l'âme avant ceux du corps, rester maître de soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-d-alexandrie/#i_5788

DAMASCIUS (470 env.-env. 544)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 364 mots

Dernier successeur de Platon à la tête de l'Académie, au moment de la fermeture de l'école d'Athènes par Justinien en 529. La critique la plus récente a rendu, à juste titre, au philosophe néo-platonicien qu'est Damascius la paternité de plusieurs ouvrages : nous sommes sûrs maintenant de posséder de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damascius/#i_5788

DENYS ou PSEUDO-DENYS L'ARÉOPAGITE (Ve-VIe s.)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  • , Universalis
  •  • 2 294 mots

Denys représente une des tentatives les plus radicales de réconcilier le message évangélique et la tradition néoplatonicienne, tentative séduisante pour une Église jeune encore qui n'a guère cessé de platoniser tout en se méfiant de Platon... De plus, malgré les difficultés de son système, il rapproche les démarches non réfléchies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-pseudo-denys-l-areopagite/#i_5788

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du iie s.) avait déjà, dans les Ennéades, symbolisé la relation de l'âme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue/#i_5788

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 041 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Église triomphante et l'architecture aulique »  : […] matériel. D'abord, le rejet du paganisme auquel personne ne prêtait plus attention ; ensuite, le triomphe du platonisme, ou plutôt du néoplatonisme, exprimé notamment par Plotin, qui a opéré une heureuse rencontre entre la pensée grecque et le monde oriental. S'y trouvait exprimé, entre autres, le rôle de la lumière ; les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-architecture/#i_5788

ENNÉADES, Plotin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 843 mots

Les Ennéades (de enneas, le chiffre neuf en grec) ne constituent pas à proprement parler une œuvre de Plotin (205-270), mais la bibliothèque plotinienne : c'est en effet le nom donné au rassemblement par Porphyre, après la mort du maître, de cinquante-quatre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enneades/#i_5788

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Plotin »  : […] L'esthétique néo-platonicienne lutte violemment contre l'aristotélisme, tout en s'en inspirant dans une certaine mesure, et elle réévalue Platon lui-même. Plotin tire en effet les extrêmes conséquences de l'idée que le monde sensible est un non-être, auquel il faut échapper. Loin de se laisser cerner à l'aide de schèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_5788

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/#i_5788

EXTASE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 337 mots

Dès 1901, l'extase a été décrite comme un état morbide par Pierre Janet. La psychologie pathologique la rattache à des états d'hystérie à composante mystique : immobilité du malade, joie mêlée d'angoisse, contemplation intense, perte de contact avec le monde extérieur en sont les signes apparents. Mais l'extase peut affecter des sujets sains, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extase/#i_5788

GANDILLAC MAURICE DE (1906-2006)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 742 mots

Cues, parue en 1941, Maurice de Gandillac s'attacha particulièrement à la tradition néo-platonicienne qui mêlait des éléments mystiques à des intuitions hardies, anticipant sur ce qui allait constituer la modernité. Il consacra ainsi un livre à Plotin, traduisit et présenta les œuvres du Pseudo-Denys l'Aréopagite et celles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-de-gandillac/#i_5788

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « Contre les « philosophes » et les batinites »  : […] Deux ouvrages sont consacrés aux philosophes néoplatoniciens, dont Fārābī et Ibn Sīnā (Avicenne) sont les représentants : Maqāṣid al-falāsifa (Les Intentions des philosophes) et Tahāfut al-falāsifa (Destructio philosophorum, ou encore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ghazali/#i_5788

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Composantes non distinctives »  : […] qui suppose que la dernière puissance du monde intelligible, pour une raison quelconque, s'incline vers le bas et produit, directement ou indirectement, le monde sensible. Ce schème de la dégradation du divin n'est pas propre au gnosticisme. Il correspond à la structure de toutes les doctrines platoniciennes au iie et au iiie siècle. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_5788

HYPOSTASE, philosophie

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 321 mots

Du grec hupostasis, ce qui est en dessous, au fond, d'où le sens de dépôt (Aristote), de fondement, de structure, de réalité par opposition à quelque fruit de l'imagination (Aristote). Le terme n'acquiert de sens philosophique que tardivement. L'Épître aux Hébreux, où Jésus-Christ est dit « empreinte de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypostase-philosophie/#i_5788

IBN GABIROL SALOMON (1020 env.-1057)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 1 323 mots

Poète et philosophe juif espagnol en qui les Latins virent un penseur arabe du nom d'Avicebron, Shelōmōh ben Yehudāh ibn Gěbirol (Gabirol) est probablement né à Málaga, mais il fut amené encore enfant à Saragosse, où il reçut son éducation ; il était orphelin de père dès son jeune âge et perdit sa mère à vingt-cinq ans. Doté d'une frêle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-ibn-gabirol/#i_5788

IBN SAB‘IN (1216-env. 1270)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 339 mots

Mystique musulman, né à Murcie et mort à La Mekke. La vie de Ibn Sab‘in fut agitée par des controverses et des persécutions. Il eut une bonne formation dans les sciences coraniques, juridiques, théologiques et philosophiques. Il s'initia à la réflexion mystique près de son maître Isḥāq b. al-Mar‘a b. Dahhāq. On le trouve à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-sab-in/#i_5788

IHWĀN AL-ṢAFĀ' (Frères de la pureté)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « La création des êtres spirituels. La chute »  : […] Il y eut d'abord une création purement spirituelle, hors temps et espace. Émanent successivement l'un de l'autre à partir de Dieu : l'Intellect universel (contenant comme en un point les archétypes de tous les êtres et événements de la future création matérielle), l'Âme universelle, la Matière première (en elle-même inerte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ihwan-al-safa/#i_5788

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « La tradition de l'intuition intellectuelle »  : […] à celui de la sensation ou du discours descriptif. La rupture se consomme dans la doctrine néo-platonicienne qui a un couronnement mystique, et qui marque la divergence entre la connaissance intuitive, tournée vers l'Un, et la connaissance discursive, qui se développe au niveau des existences séparées. Mais, par ailleurs, l'Antiquité ébauche une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_5788

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « La philosophie en Iran »  : […] données : d'une part la réconciliation de l'Iran pré-islamique et de la spiritualité néo-platonicienne, d'autre part la construction d'une « philosophie orientale » qui se veut une déduction des lumières ou intelligences séparées, des lumières advenantes ou âmes célestes et sublunaires, enfin une anthropologie messianique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_5788

IYYUN CERCLE D'

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 260 mots

Expression désignant un ensemble de textes, non de personnes, ces écrits étant tous anonymes. Leurs dénominateurs communs sont leur lieu d'origine (on suppose qu'il s'agit de la Provence ou de la Castille), leur date (fin du xiie s. ou déb. du xiiie s.) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-d-iyyun/#i_5788

JAMBLIQUE (250 env.-env. 330)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 689 mots

Jamblique est, au début du ive siècle de notre ère, le troisième maître de l'école néo-platonicienne, après Plotin et Porphyre. Il en recueille la succession au moment où l'école est aux prises avec un problème grave. Devant la montée du christianisme, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jamblique/#i_5788

JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  •  • 1 738 mots

celle des Pères de l'Église qui ont le mieux assimilé les thèmes néo-platoniciens, sans que l'essor de la pensée personnelle d'Érigène en ait été aucunement entravé. Si l'ampleur et la vigueur de cette pensée l'imposèrent à l'admiration des contemporains et des générations qui suivirent, en revanche la hardiesse et la « nouveauté » de plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-scot-erigene/#i_5788

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] et de traditions antérieurs à l'époque de l'avènement du christianisme ». Ce courant intéressa Pascal, les platoniciens de Cambridge, Leibniz, Milton, Goethe, Schelling, avant d'entrer dans le domaine d'un occultisme du plus mauvais aloi, qui fut illustré notamment par Éliphas Lévi, Papus, Aleister Crowley, d'où les recherches suscitées par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_5788

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles sources d'inspiration »  : […] source d'inspiration de la littérature latine chrétienne, à partir du ive siècle, est constituée par le néo-platonisme grec. Longtemps restée stagnante, la philosophie grecque avait repris un nouvel essor au iiie siècle avec Plotin : ses successeurs, Porphyre, Jamblique et, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_5788

LÉON L'HÉBREU JUDA BEN ISAAC ABRAVANEL dit (1460 env.-env. 1521)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 245 mots

Médecin, poète et philosophe juif de la Renaissance. Né à Lisbonne, où son père Isaac (Isaac ben Juda, connu sous le nom d'Abrabanel ou Abravanel) était trésorier d'Alfonse V de Portugal, Léon l'Hébreu étudia la médecine et la philosophie juive et arabe ; il gagna l'Espagne en 1483 puis l'Italie après l'expulsion des Juifs d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-l-hebreu/#i_5788

MAXIME D'ÉPHÈSE (mort en 370)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 264 mots

Philosophe néo-platonicien du ive siècle, élève d'Aedesius, lui-même disciple de Jamblique. Parallèlement à son travail de philosophie scolaire (Simplicius mentionne un Commentaire sur les Catégories d'Aristote qu'il aurait écrit). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-d-ephese/#i_5788

MICHEL PSELLOS (1018-1078)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 830 mots

Écrivain byzantin, dont la vie fut agitée, scandée par les remous politiques et ses propres ambitions. Tantôt il prend la défense de Michel Cérulaire, tantôt il l'accuse, selon l'opportunité. Pourtant, peu d'hommes ont joué un rôle aussi important, dans la vie intellectuelle de Constantinople au xi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-psellos/#i_5788

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de la chute »  : […] Entre-temps, Philon d'Alexandrie, né vers 20 avant J.-C., opère la rencontre de la pensée hébraïque avec la pensée grecque. L'influence chrétienne s'accroissant, le néo-platonisme se trouve comme baptisé par les Pères d'Orient et d'Occident. Justin, Tertullien, Clément d'Alexandrie, Cyrille de Jérusalem, Grégoire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_5788

NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 2 001 mots

À l'intérieur du vaste mouvement philosophique que l'on désigne globalement sous le nom de néo-platonisme et qui se développe du iiie au vie siècle après J.-C., on distingue des écoles diverses. Fondé à Rome par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-neo-platonicienne-d-athenes/#i_5788

NOMBRES SYMBOLIQUE DES

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 176 mots

De nombreuses études d'ethnologie comme de philosophie comparée, d'histoire des religions comme de psychologie des profondeurs ont montré que la pensée dite « sauvage » comme la connaissance symbolique présentent une compréhension qualitative du nombre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolique-des-nombres/#i_5788

NON-ÊTRE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 355 mots

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-etre/#i_5788

OLYMPIODORE LE JEUNE (VIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 177 mots

Philosophe néo-platonicien, Olympiodore vécut à Alexandrie, où il fut l'élève d'Ammonios et eut pour disciples David et Élias. Les noms de ceux-ci laissent penser qu'ils étaient chrétiens, mais on ignore s'il en allait de même pour Olympiodore. Sa pensée, telle qu'elle nous a été transmise par ses commentaires sur Platon et sur Aristote, ne dénote […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympiodore-le-jeune/#i_5788

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Plotin »  : […] On sait l'importance du néo-platonisme de Plotin dans la formation des grands courants de pensée mystique et moniste du Moyen Âge juif et arabe et de la Renaissance, et, par conséquent, dans la constitution des métaphysiques de la Nature, de Boehme et Spinoza jusqu'à Schelling […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_5788

PERGAME ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 149 mots

École philosophique fondée à Pergame après la mort du philosophe Jamblique, vers 330, par son disciple Aidesios. Elle regroupe Maxime d'Éphèse, Chrysanthe, Priscus et un certain Eusèbe. C'est dans ce milieu et cette tradition jambliquienne, tout particulièrement sous la direction de Maxime d'Éphèse, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pergame/#i_5788

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 4 888 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'un et le multiple, Dieu et le monde »  : […] de leur retour à leur origine spécifique. Ces idées sont en grande partie dérivées de la tradition néo-platonicienne et des écrits du pseudo-Denys concernant l'organisation du monde en harmonie avec les sphères célestes et la transmission des effets d'En Haut à la sphère terrestre. On peut également supposer qu'en dépit de la christianisation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pic-de-la-mirandole/#i_5788

PLATONISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 898 mots

La question du platonisme médiéval étant particulièrement complexe, il faut dire d'abord selon quels partis pris elle est ici traitée. En premier lieu on rangera sous le nom de « platonisme » toute doctrine, d'ensemble ou même de détail, qui se fonde en dernière instance sur les œuvres des auteurs que l'Antiquité tardive et les médiévaux appelaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platonisme-medieval/#i_5788

PLOTIN, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 186 mots

Instigateur de ce que l'on appellera après lui le « néo-platonisme », Plotin retient avant tout de Platon l'idée de la transcendance absolue du Bien. Édités par son disciple Porphyre, les soixante-trois traités que comportent les Ennéades […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin-en-bref/#i_5788

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 5 010 mots

Dans le chapitre « Le maître du néo-platonisme »  : […] On ne sait rien de sûr quant aux origines de Plotin. Probablement romain, il a dû naître en Égypte, peut-être à Lycopolis (l'actuelle Assiout) en 205. La biographie qu'a laissée Porphyre éclaire davantage sur sa carrière. Âgé de vingt-huit ans, il « s'attache à la philosophie », non à quelque mystérieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_5788

PORPHYRE (234 env.-310)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 155 mots

Philosophe néo-platonicien, Porphyre a joué un rôle considérable dans l'évolution de la pensée, à la fin de l'Antiquité et pendant tout le Moyen Âge. Son œuvre immense, aujourd'hui en grande partie disparue, a été beaucoup lue et a laissé des vestiges chez de nombreux auteurs grecs, latins et arabes. La manière dont il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porphyre/#i_5788

PROCLUS (412-485)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 989 mots

Dans la condition historique qui était la sienne, le génie propre de Proclus a conduit le néo-platonisme à ce point d'équilibre qu'on peut appeler classique. Entre la puissance inventive un peu désordonnée de Plotin, qui fonde l'école néo-platonicienne au iiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proclus/#i_5788

SACREMENTS

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean TROUILLARD
  • , Universalis
  •  • 3 801 mots

Dans le chapitre « La théurgie païenne »  : […] enseigne que la foi à la révélation divine ne suffit pas à la régénération si elle n'est vivifiée par la pratique sacramentelle et surtout par la charité. De son côté, l'école néo-platonicienne (iiie-vie s. apr. J.-C.) professait que la perfection consiste dans l'union mystique à la divinité ineffable, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrements/#i_5788

SHAFTESBURY ANTHONY ASHLEY COOPER 3e comte de (1671-1713)

  • Écrit par 
  • John S. MORRILL
  • , Universalis
  •  • 351 mots

La philosophie de Shaftesbury emprunte aux platoniciens de Cambridge qui soutiennent l'existence chez l'homme d'un sens moral inné. La conception avancée par Shaftesbury s'oppose ainsi à la fois à la doctrine chrétienne de la chute de l'Homme chassé du Paradis et au postulat affirmant qu'à l'état de nature l'homme est un loup pour l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-ashley-cooper-3er-comte-de-shaftesbury/#i_5788

SIMPLICIUS (fin Ve-déb. VIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 251 mots

Philosophe grec néo-platonicien, commentateur d'Aristote, Simplicius fut élève d'Ammonius Hermeiou à Alexandrie et de Damascius à Athènes. Après la fermeture de l'école d'Athènes par l'empereur Justinien (529), il fit partie du groupe de philosophes néo-platoniciens qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simplicius/#i_5788

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 030 mots

Dans le chapitre « La philosophie orientale »  : […] Il faut noter que Sohrawardī introduit dans la tradition néo-platonicienne islamique deux réformes importantes. D'une part, il refuse un cosmos où le ciel des fixes ne contiendrait qu'un nombre limité d'astres. Il est, au contraire, émerveillé par la prolifération indéfinie des corps lumineux qui se dévoile au regard du contemplatif. À chaque astre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_5788

SUGER (1081-1151)

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 1 995 mots

Dans le chapitre « Métaphysique néo-platonicienne de la lumière »  : […] plus en plus intellectuelle. C'est l'esthétique de Plotin et des néo-platoniciens. Ce sera celle de Robert Grosseteste et de saint Bonaventure. Elle est tirée du traité de Denys l'Aréopagite sur la Hiérarchie céleste. Un hasard, qui fit autant la fortune de Saint-Denis que la foire du Lendit, restaurée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suger/#i_5788

SYNÉSIUS DE CYRÈNE (entre 370 et 375-apr. 413)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 493 mots

Rhéteur, philosophe néo-platonicien, puis, après sa conversion, évêque chrétien. Synésius, né à Cyrène en Libye, fut initié à la philosophie et à la science (astronomie et mathématiques) par la célèbre Hypatie, à Alexandrie. Il conserva toute sa vie une double fidélité, typiquement platonicienne, à la vie intérieure et à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synesius-de-cyrene/#i_5788

THIERRY DE FREIBERG (1250 env.-env. 1310)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 547 mots

Maître dominicain qui, au xiiie siècle, en dépit de l'entrée d'Aristote dans les universités, se montre fidèle au néo-platonisme. Reçu dans l'ordre des Frères prêcheurs, Thierry de Freiberg gagna Paris en 1285, où il devint maître en théologie en 1297. Malgré les fonctions qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thierry-de-freiberg/#i_5788

UN PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 3 714 mots

Dans le chapitre « L'Un au-delà de l'Être »  : […] Ainsi définie, la philosophie de l'Un au-delà de l'Être coïncide avec le néo-platonisme. On entend par cette dénomination, non pas n'importe quel platonisme, mais une école déterminée de commentateurs platoniciens, dont les grands maîtres sont Plotin (iiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-un/#i_5788

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean TROUILLARD, « NÉO-PLATONISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-platonisme/