SURVIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de survie appartient, dès son attestation la plus ancienne, au domaine du droit et de la jurisprudence. On appelle gain de survie une disposition prévoyant que les avantages de l'un des conjoints passeront à celui qui lui survivra. Les biens matériels que, de facto, le défunt perd avec la vie se trouvent ainsi conservés en d'autres mains et laissent une trace qui, au-delà de la mort, perpétue sa mémoire. Sous l'aspect sèchement juridique se cachent, on le devine, d'autres intérêts. Les biens acquis selon les privilèges de la propriété privée continuent d'exister à la faveur d'appropriations successives, sans lesquelles elles se perdraient dans le chaos de la nature. Bien que les produits d'un héritage soient périssables à l'égal de ceux qui en bénéficient, le législateur a voulu que s'instaure une pérennité de la mainmise de l'homme sur les biens de la terre. Il veillait, de la sorte, à ce que le caractère éphémère de l'existence terrestre ne vînt pas limiter le mouvement qui préside à la production, à la reproduction et à l'échange des produits acquis par le travail. Il reconnaissait par là accorder plus d'importance au processus de développement des profits matériels qu'à la vie même de ceux qui naissaient pour en jouir si brièvement.

S'étonnera-t-on de découvrir dans l'appareil des religions un mépris similaire pour l'existence humaine et un égal souci de conserver par-delà les portes de la mort un héritage tenu pour essentiel ? Comme la mort rend effectif le droit de survie, elle détermine l'existence terrestre en fonction de ce que le xviie siècle nomme « souci de survie » ou « souci de survivance ». La survie désigne une vie dépouillée des contingences matérielles et enclose dans l'éternité de l'âme. Peut-être le mot « survie » a-t-il remplacé l'expression « vie éternelle » à l'instigation de chrétiens qui se sont mis à douter de la résurrection des corps. Quoi qu'il en soit, il est manifeste que, préoccupés, l'un des biens matériels, l'autre des valeurs spirituelles, le temporel et le sacré s'accordent tous deux pour privilégier le legs aux dépens du donateur. Qu'est-ce que la survie au regard des religions ? C'est la vie désincarnée, épurée par l'épreuve de la mort et promise à des félicités paradisiaques ou à des souffrances infernales. Après n'avoir possédé de l'existence que l'ombre d'une vie, le pécheur accède en mourant à une vie d'ombre. Les Grecs déploraient que l'humanité fût réduite à une aussi pitoyable destinée et se jetaient volontiers dans les consolations de l'hédonisme. Le christianisme pousse plus loin l'ascétisme et prête des couleurs plus vives aux brumes de l'au-delà. Deux mondes s'y opposent : d'un côté, celui des damnés, dont les supplices relèvent des tourments ordinairement infligés par la justice pénale, la maladie, la misère ; de l'autre, celui des élus, comblés de joies spirituelles et de bonheurs impalpables, auxquels, à vrai dire, peu de vivants accepteraient de réduire leurs plaisirs.

Une grande pauvreté d'imagination a meublé la survie. Le décor ne s'y distingue pas du paysage champêtre ou de l'emmuraillement des villes, où le drame et l'idylle s'enchevêtrent avec une navrante monotonie. Il n'y faut rien espérer qu'une atroce misère ou d'inconsistantes délices ; même si les croyances de l'ancienne Germanie ou de l'islam ont conçu des paradis plus sauvages, ce n'est que pour y ménager un repos aux guerriers, un congé de récompense aux travailleurs de l'araire, de la tête ou de l'épée.

Au xviiie siècle, le tableau délavé de la survie supraterrestre puise dans la vogue des apparitions, lémures et vampires de quoi rehausser son pittoresque. Sous l'influence de Dom Calmet et du roman gothique, une fantaisie morbide se plaît à découvrir entre la tombe, d'où chacun appareille, et l'au-delà, qui marque le terme du voyage, un continent mystérieux qu'aucune théologie n'a exploré, bien qu'il fût mentionné sous les noms de limbes ou de purgatoire. L'Église rangeait spectres, farfadets et esprits élémentaires au nombre des diableries suscitées par Satan en mode de tromperies et de vexations. Issu d'un hermétisme mondain, auquel Montfaucon de Villars avait prêté son imagination, e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SURVIE  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - Sociologie

  • Écrit par 
  • Christian POCIELLO
  • , Universalis
  •  • 9 877 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  La planète sportive »  : […] Depuis le début du xx e  siècle, le sport moderne s'est diffusé sur la quasi-totalité du globe. Mais le mouvement sportif connaît pourtant des limites à son désir d'expansion planétaire. Jean Praicheux a bien mis en évidence les irrégularités géographiques dans sa pénétration des continents : elles concernent aussi bien l'intensité de la pratique, la production des performances que les lieux d'org […] Lire la suite

Les derniers événements

2 janvier 2022 Soudan. Démission du Premier ministre Abdallah Hamdok.

Le Premier ministre Abdallah Hamdok annonce sa démission, reconnaissant son impuissance à mener sa mission et estimant que son pays « traverse un tournant dangereux qui menace sa survie ». Chef du gouvernement de transition mis en place à la suite de la chute de la dictature d’Omar el-Béchir en avril 2019, il avait été renversé lors du putsch d’octobre 2021, avant d’accepter, un mois plus tard, de reprendre son poste. […] Lire la suite

9-10 mai 2021 France. Nouvelle tribune de militaires dans la presse.

Le 9, l’hebdomadaire Valeurs actuelles met en ligne une tribune présentée comme une pétition de militaires d’active anonymes, qui appelle à la « survie » du pays face à la menace d’une « guerre civile ». Une première tribune sur le même thème, signée par des militaires majoritairement à la retraite, avait été publiée en avril sur le même site. Le 10, la ministre des Armées Florence Parly évoque « une grossière machination politique ». […] Lire la suite

22-25 septembre 2018 Vatican – pays Baltes. Visite du pape François dans les pays Baltes.

Il salue « la tolérance et l’hospitalité » des Lituaniens et dénonce ceux, ailleurs en Europe, qui « proclament que l’unique manière possible de garantir la sécurité et la survie d’une culture réside dans l’effort pour éliminer, effacer ou expulser les autres ». Le 23, le souverain pontife participe à Vilnius aux cérémonies en hommage aux victimes du génocide des Juifs par les nazis. […] Lire la suite

17-28 février 2014 Ukraine. Renversement du président Viktor Ianoukovitch

Le ministre des Finances par intérim estime à 25 milliards d'euros le montant de l'aide nécessaire à la survie du pays en 2014 et 2015. Le 26, la Russie annonce la « mise en alerte » de ses troupes à la frontière avec l'Ukraine. De leur côté, les États-Unis mettent en garde contre toute atteinte à « la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine ». […] Lire la suite

18-26 janvier 2005 États-Unis. Prise de fonction de George W. Bush

Dans son discours d'investiture consacré au thème de la liberté, il déclare: « La survie de la liberté dans notre pays dépend de plus en plus du succès de la liberté dans d'autres pays. » Ce « but ultime de mettre fin à la tyrannie dans le monde [...] ne relève pas en premier lieu des armes, mais nous nous défendrons, nous et nos amis, par la force des armes si nécessaire », précise-t-il. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « SURVIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/survie/