ADRÉNALINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification pharmacologique

Adrénaline et noradrénaline exercent de nombreux effets physiologiques sur leurs tissus cibles (cf. infra). Ces effets sont souvent de nature opposée. Une première classification proposée par Ahlquist en 1948, sur la base de l'action relative d'une série de cinq amines sympathomimétiques, a divisé ces effets en α et β. La découverte de substances à action antagoniste spécifique, α ou β-bloqueurs, a rapidement justifié cette classification. Parallèlement, les travaux de Sutherland montraient que la totalité des effets β-adrénergiques était due à une augmentation de l'AMP cyclique intracellulaire. Plus tard, les travaux de Lands et de ses collaborateurs, en 1974, ont montré que les effets β-adrénergiques pouvaient être eux-mêmes subdivisés en β1 (comme la lipolyse) et β2 (la bronchodilatation). Par la suite, les effets de type α-adrénergique ont aussi été subdivisés en α1 ou α2 en fonction de critères anatomiques (Langer) et surtout pharmacologiques. Les récepteurs α2 sont impliqués au niveau présynaptique. Les récepteurs α1 sont postsynaptiques. La figure est une représentation schématique du spectre d'action de quelques-uns des composés utilisés pour définir des différents sous-types de récepteur adrénergique. La phényléphrine est un agoniste α1, faible mais relativement pur ; la clonidine est un agoniste α2 actif, se comportant parfois comme un antagoniste sur le récepteur α1. Pour les antagonistes, le prazosin est un bon antagoniste α1 et la yohimbine un bon antagoniste α2 ; ils sont utilisés très couramment pour définir le type de récepteur α. Au niveau des récepteurs β-adrénergiques, l'isoprotérénol se comporte comme un agoniste β pur. Le propranolol est un antagoniste β-adrénergique de spectre large ; le practolol est plus spécifiquement β1-bloquant. Un nouveau type de récepteur, β3, a été cloné. Il est caractérisé par une pharmacologie relativement atypique et prédominerait dans le tissu adipeux des rongeurs.

Récepteurs adrénergiques : Classification

Récepteurs adrénergiques : Classification

Tableau

Classification des récepteurs adrénergiques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Action de drogues sur les récepteurs adrénergiques

Action de drogues sur les récepteurs adrénergiques

Dessin

Spectre d'action de drogues qui agissent sur les différents récepteurs adrénergiques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les catécholamines agissent su [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Récepteurs adrénergiques : Classification

Récepteurs adrénergiques : Classification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Action de drogues sur les récepteurs adrénergiques

Action de drogues sur les récepteurs adrénergiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADRÉNALINE  » est également traité dans :

ADÉNYLIQUE CYCLIQUE ACIDE ou ADÉNOSINE MONOPHOSPHATE CYCLIQUE (AMP cyclique)

  • Écrit par 
  • Paolo TRUFFA-BACHI
  •  • 482 mots

En 1956, l'Américain E. W. Sutherland et ses collaborateurs découvrent un facteur thermostable indispensable à l'activation, par l'adrénaline, de la phosphorylase du tissu hépatique. La caractérisation chimique de la substance montre qu'il s'agit d'un nucléotide : l'adénosine 3′,5′-monophosphate cyclique. L'AMP cyclique a été depuis mis en évidence chez toutes les espèces animales, chez les bactér […] Lire la suite

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

Dans le chapitre « Causes de l'anxiété »  : […] Freud, dès ses premiers travaux, a invoqué une absence de satisfactions sexuelles (continence, incomplétude de l'acte sexuel, inhibition par interdit « moral », etc.). Les exigences pulsionnelles libidinales ne pouvant être satisfaites et ne trouvant pas accès à des représentations mentales conscientes se transformeraient en un état d'excitation diffus qui serait à l'origine de la sensation d'an […] Lire la suite

BÊTABLOQUANTS

  • Écrit par 
  • François LHOSTE
  •  • 812 mots

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculai […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes régulateurs »  : […] Le système vasoconstricteur dépend de centres nerveux bulbaires, mais également de centres répartis dans tout le système nerveux (moelle, ganglions sympathiques, hypothalamus, cortex cérébral). L'ensemble correspond grossièrement au système sympathique. Il est cependant important de noter que si le système sympathique exerce une action vasoconstrictrice dans la presque totalité de l'organisme, il […] Lire la suite

COHEN GEORGES N. (1920- )

  • Écrit par 
  • Michel VÉRON
  •  • 1 559 mots
  •  • 1 média

Georges Nissim Cohen , né en 1920 à Constantinople, est issu d’une famille juive grecque. Il arrive à Paris avec sa famille dès l’âge d’un an et est naturalisé français en 1930. En 1933, à la suite de la crise économique, ses parents quittent la France pour Athènes où il fréquente le lycée français chez les frères maristes tout en apprenant le grec auprès des enfants de son âge. Après le baccalaur […] Lire la suite

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Système hyperglycémiant sympathico-hormonal »  : […] Le glucagon est une hormone sécrétée par les cellules pancréatiques alpha. Elle favorise la transformation du glycogène hépatique en glucose et bloque la sortie des acides gras non estérifiés du tissu adipeux. La sécrétion de glucagon est essentiellement déclenchée par l'hypoglycémie et, accessoirement, par la somathormone (STH). Elle est inhibée, en revanche, par le GLP-1 (glucagon-like-peptid […] Lire la suite

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Origine tissulaire »  : […] Chez les divers Vertébrés, les hormones sont synthétisées par des cellules très variées souvent groupées en tissus et organes spécialisés, mais des différences importantes existent selon le groupe zoologique. Elles concernent en particulier le degré d'association, en une glande endocrine bien individualisée, des cellules possédant la même spécialisation, et le degré d'association de plusieurs tis […] Lire la suite

MESCALINE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 433 mots

Alcaloïde naturel qui constitue le principe actif du peyotl ( Echinocactus williamsii , cactus du Mexique et du sud-ouest des États-Unis), la mescaline (β-triméthoxy-3, 4, 5 phényl-éthylamine) a été utilisée comme hallucinogène à partir de la fin du xix e  siècle. La molécule de mescaline a une structure apparentée à celle de deux hormones sécrétées par les glandes surrénales, l'adrénaline et la n […] Lire la suite

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Membranes »  : […] La membrane externe de la cellule musculaire cardiaque est le siège d'un riche équipement en récepteurs, ou en molécules analogues à des récepteurs. On citera notamment la (Na + , K + )-ATPase, enzyme spécifiquement inhibée par la digitaline ; cette drogue augmente la contractilité. Cette enzyme rétablit le gradient sodique normal dans la cellule myocardique enrichie en Na + au début du potentie […] Lire la suite

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les transmissions adrénergiques »  : […] Nos connaissances actuelles, schématisées dans la figure , sont le résultat d'études convergentes utilisant des techniques aussi variées que la microscopie électronique, l'histochimie, les dosages biochimiques et l'utilisation de traceurs radioactifs, la neurophysiologie et surtout la neuropharmacologie. On suivra, étape par étape, la synthèse, le stockage, la libération et la destruction de la […] Lire la suite

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Corps gras »  : […] Quand les réserves de glycogène sont épuisées, l'organisme fait appel d'une part au glucose néoformé, à partir notamment des acides aminés ( néoglucogenèse), d'autre part aux réserves énergétiques lipidiques considérablement plus importantes : 10 000 kJ (2 000 kcal) dans le muscle, 400 000 kJ (80 000 kcal) dans le tissu adipeux, et au potentiel énergétique des protéines elles-mêmes, bien qu'elles […] Lire la suite

SPASMOPHILIE

  • Écrit par 
  • Roland SIMONIN
  •  • 934 mots

La spasmophilie, décrite essentiellement par les auteurs français (Klotz), est un syndrome clinique fait de crises soit majeures (attaques de tétanie) soit mineures (palpitations, malaises, pertes de connaissance plus ou moins complètes, douleurs épigastriques, crampes musculaires à l'effort), le tout atteignant trois femmes pour un homme et se développant le plus souvent dans un climat de tension […] Lire la suite

STRESS

  • Écrit par 
  • Robert DANTZER
  •  • 3 241 mots

Dans le chapitre « La dimension biologique du stress »  : […] La réaction de stress fait intervenir deux grandes catégories de médiateurs chimiques : les catécholamines qui sont libérées par la médullosurrénale (l' adrénaline) et les terminaisons nerveuses des neurones orthosympathiques du système nerveux autonome (la noradrénaline principalement) ; les glucocorticoïdes qui sont des hormones libérées par le cortex surrénalien sous l'action d'une autre hor […] Lire la suite

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Médullosurrénale »  : […] La médullosurrénale est une entité endocrine distincte de la corticale. Elle n'est pas indispensable à la vie. Elle est constituée de cellules sécrétives chromaffines (cf. supra ), et sécrète les catécholamines ( adrénaline et noradrénaline). Ces produits ne sont pas propres à cette glande, puisque les ganglions sympathiques en constituent une autre source. […] Lire la suite

SUTHERLAND EARL W. (1915-1974)

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 227 mots

Pharmacologue et physiologiste américain. On sait, depuis les travaux de Claude Bernard réunis dans sa thèse de doctorat es sciences soutenue en 1853, que le foie fabrique du glucose à partir du glycogène. Le mérite de l'Américain Earl Wilbur. Sutherland a été de démontrer que ce phénomène de glycogénolyse, bien connu chez l'animal entier, et que l'on pouvait reproduire dans des systèmes de foie p […] Lire la suite

THERMORÉGULATION, biologie

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 7 977 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les contrôles de l'homéothermie »  : […] Nous venons de voir qu'il existe un grand nombre de mécanismes effecteurs : réponses vasomotrices, frisson thermique, thermogenèse du tissu adipeux brun, polypnée, sudation, etc. Ces différents mécanismes sont régulés de façon intégrée afin de maintenir constante la température du corps. Cela implique l'existence de récepteurs thermosensibles et de centres intégrateurs . Il existe des récepteurs t […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques HANOUNE, « ADRÉNALINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/