BÊTABLOQUANTS

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculaires lisses ; celle des récepteurs bêta, des effets inhibiteurs sur les mêmes fibres. Par surcroît, la stimulation bêta agit puissamment sur le myocarde et certaines opérations métaboliques. Les récepteurs bêta adrénergiques ont eux-mêmes été subdivisés en récepteurs bêta 1, spécifiques du myocarde, et bêta 2, appartenant aux autres organes bêta-adrénergiques.

Les principaux effets de la stimulation des récepteurs adrénergiques peuvent être résumés comme suit : la stimulation des récepteurs alpha produit la vaso-constriction, la broncho-constriction, l'horripilation, la mydriase, la contraction utérine ; celle des récepteurs bêta 1 donne une augmentation du rythme cardiaque, de la contractilité myocardique et de la contractilité auriculo-ventriculaire, et règle la lipolyse ; celle des récepteurs bêta 2, enfin, assure la vaso-dilatation, la broncho-dilatation, la relaxation utérine, et règle la glycogénolyse.

Les médicaments bêta-bloquants — ou bêta-bloqueurs, ou inhibiteurs bêta-adrénergiques — ont pour propriété pharmacologique commune de s'opposer aux effets de la stimulation bêta-adrénergique exercée par les catécholamines endogènes ou exogènes.

Le blocage bêta-adrénergique est de type dit compétitif : une substance bêta-bloquante s'oppose spécifiquement et point par point aux effets engendrés par la stimul [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : assistant des hôpitaux, chef de travaux à la faculté de médecine de Créteil

Classification


Autres références

«  BÊTABLOQUANTS  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] élevée. Parmi les médicaments de l'hypertension, les dérivés des catécholamines jouent un rôle majeur : les antagonistes β-adrénergiques dont le type est le propranolol, les antagonistes α-adrénergiques dont le type en est le prazosin, et enfin les agonistes α2-adrénergiques à action centrale comme la clonidine. Plusieurs auteurs défendent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_80792

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiangoreux/#i_80792

BLACK JAMES (1924-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 453 mots

et accroît la force des contractions, augmentant ainsi les besoins du cœur en oxygène. James Black mit au point un médicament bloquant les sites récepteurs bêta, de manière à empêcher l'adrénaline et la noradrénaline de s'y fixer. Il en résulte une inhibition des effets excitateurs de ces hormones sur le cœur, qui réduit la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-black/#i_80792

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 118 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Renouvellement de l'arsenal médicamenteux »  : […] les bêta-bloquants, dont le premier, le propranolol, fut disponible en 1965 et qui sont irremplaçables en rythmologie ainsi que pour le traitement de l'insuffisance cardiaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cardiologie/#i_80792

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 944 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les substances cardio-régulatrices »  : […] qui peut provoquer des crises d'angine de poitrine. Le propranolol : prototype des β bloquants (inhibiteur des effets β des catécholamines), s'est révélé très actif, mais il est pourvu d'une action dépressive myocardique spécifique ; la chute du débit cardiaque qu'il provoque est susceptible d'entraîner une baisse de la consommation d'oxygène par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_80792

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 126 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cardiomyopathies obstructives »  : […] est menacée par la mort subite, souvent en rapport avec un trouble du rythme. Les efforts physiques sont en particulier déconseillés. Le traitement est surtout médical : bêtabloquants, en particulier pour s'opposer aux effets des catécholamines. Dans certains cas, il est nécessaire de recourir à la chirurgie (incision du bourrelet musculaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-maladies-cardio-vasculaires/#i_80792

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 812 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre théorique »  : […] un souvenir permanent peut être ravivé, puis dégradé, notamment par le recours à des agents amnésiques (bêtabloquants comme le propranolol) ou des activités susceptibles d’interférer au moment de sa reconsolidation. Ce serait le cas des stimulations alternées présentes avec la thérapie EMDR, qui conduirait à une reconsolidation des souvenirs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emdr/#i_80792

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 794 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les médicaments »  : […] gênants. Dans les années 1965 à 1980, les deux principales classes utilisées ont été les β-bloquants et les diurétiques. Ils ont permis de démontrer (dès 1967) que le traitement de l'hypertension artérielle mettait à l'abri d'accidents cardiaques et vasculaires. Depuis les années 1980 ont été introduites les classes des IEC et des IC qui ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/#i_80792

QT LONG CONGÉNITAL

  • Écrit par 
  • Isabelle DENJOY
  •  • 366 mots

d'identifier avec certitude les sujets atteints afin de les traiter. Le traitement par bêta-bloquants permet de prévenir les syncopes et la mort subite. Il convient également de communiquer au médecin traitant et à tous les sujets atteints la liste des médicaments susceptibles d'allonger l'intervalle QT et donc de risquer de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qt-long-congenital/#i_80792

SPASMOPHILIE

  • Écrit par 
  • Roland SIMONIN
  •  • 934 mots

La spasmophilie, décrite essentiellement par les auteurs français (Klotz), est un syndrome clinique fait de crises soit majeures (attaques de tétanie) soit mineures (palpitations, malaises, pertes de connaissance plus ou moins complètes, douleurs épigastriques, crampes musculaires à l'effort), le tout atteignant trois femmes pour un homme et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spasmophilie/#i_80792

Pour citer l’article

François LHOSTE, « BÊTABLOQUANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beta-bloquants/