BÊTABLOQUANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les récepteurs membranaires de la cellule stimulés par des catécholamines, comme l'adrénaline ou la noradrénaline, portent le nom de récepteurs adrénergiques. Depuis les travaux d'Ahlquist, en 1948, les récepteurs adrénergiques ont été divisés en deux groupes, récepteurs alpha et récepteurs bêta. Classiquement, la stimulation des récepteurs alpha engendre des effets moteurs sur les fibres musculaires lisses ; celle des récepteurs bêta, des effets inhibiteurs sur les mêmes fibres. Par surcroît, la stimulation bêta agit puissamment sur le myocarde et certaines opérations métaboliques. Les récepteurs bêta adrénergiques ont eux-mêmes été subdivisés en récepteurs bêta 1, spécifiques du myocarde, et bêta 2, appartenant aux autres organes bêta-adrénergiques.

Les principaux effets de la stimulation des récepteurs adrénergiques peuvent être résumés comme suit : la stimulation des récepteurs alpha produit la vaso-constriction, la broncho-constriction, l'horripilation, la mydriase, la contraction utérine ; celle des récepteurs bêta 1 donne une augmentation du rythme cardiaque, de la contractilité myocardique et de la contractilité auriculo-ventriculaire, et règle la lipolyse ; celle des récepteurs bêta 2, enfin, assure la vaso-dilatation, la broncho-dilatation, la relaxation utérine, et règle la glycogénolyse.

Les médicaments bêta-bloquants — ou bêta-bloqueurs, ou inhibiteurs bêta-adrénergiques — ont pour propriété pharmacologique commune de s'opposer aux effets de la stimulation bêta-adrénergique exercée par les catécholamines endogènes ou exogènes.

Le blocage bêta-adrénergique est de type dit compétitif : une substance bêta-bloquante s'oppose spécifiquement et point par point aux effets engendrés par la stimulation des récepteurs bêta-adrénergiques, mais tout en respectant l'activation des récepteurs alpha-adrénergiques.

Le mécanisme d'action de ces inhibiteurs est simple : toute substance pharmacologique est caractérisée par une affinité pour un récepteur qu'elle excite ou non, ce qui permet de définir un rapport affinité-activité. Un bêta-bloquant possède une affinité pour le récepteur bêta-adrénergique plus grande que les catécholamines dont il prend la place ; cependant il y exerce une stimulation nulle ou du moins, pour certains d'entre eux, bien plus faible que celle que ces catécholamines y engendreraient.

Les médicaments bêta-bloquants sont aujourd'hui très nombreux. En 1958 la première substance bêta-bloquante, la dichloro-isoprénaline, a été découverte mais n'a pas été utilisée en clinique, de même que le pronéthalol découvert quatre ans plus tard. En 1964 apparaît le propranolol, bêta-bloquant puissant encore très utilisé en clinique et qui reste sur le plan pharmacologique une substance de référence.

Il existe aujourd'hui beaucoup de bêta-bloquants disponibles sur le marché. Ils diffèrent les uns des autres par des propriétés annexes ou des caractéristiques pharmacocinétiques. Certains sont des bêta-bloquants purs, certains sont dits agonistes partiels, parce qu'ils exercent un très faible effet stimulant sur le récepteur bêta ; d'autres sont dits cardiosélectifs, car ils ne bloquent que les récepteurs cardiaques ; d'autres enfin possèdent, comme la quinidine (effet quinidin like), en gênant les transports des ions, un effet stabilisant de membrane qui leur conférerait des propriétés antiarythmiques. Un certain nombre de bêta-bloquants associent de façon diverse deux ou plusieurs de ces propriétés annexes permettant au clinicien de raffiner la thérapeutique de son malade ou sa posologie.

Les bêta-bloquants fournissent un large éventail thérapeutique. S'ils forment une classe pharmacologique parfaitement bien définie, les bêta-bloquants n'appartiennent pas à une seule classe thérapeutique. La plupart des organes ont des récepteurs bêta-adrénergiques et sont donc modifiés dans leur comportement physiologique ou pathologique par les médicaments bêta-bloquants.

Les bêta-bloquants sont utilisés avec succès dans les affections suivantes : insuffisance coronarienne, troubles du rythme, hypertension artérielle, hyperthyroïdie sévère, migraine.

Comme tout médicament actif, les bêta-bloquants apportent leur lot d'effets indésirables, d'incidents, voire d'accidents. Ces événements sont, pour l'immense majorité d'entre eux, liés au blocage bêta-adrénergique et à ses conséquences physiopathologiques. Ils sont habituellement prévisibles. Certains d'entre eux définissent même des contre-indications.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : assistant des hôpitaux, chef de travaux à la faculté de médecine de Créteil

Classification

Autres références

«  BÊTABLOQUANTS  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myocarde) et les apports de sang oxygéné réalisés par […] Lire la suite

BLACK JAMES (1924-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 523 mots
  •  • 1 média

Le pharmacologue britannique James Black a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1988 (conjointement à George Hitchings et Gertrude Elion), pour la découverte de deux médicaments importants, le propranolol et la cimétidine. James Whyte Black est né le 14 juin 1924 à Uddingston, en Écosse. Il termine ses études de médecine à l'université de Saint Andrews en 1946. Il enseigne dans différe […] Lire la suite

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 118 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Renouvellement de l'arsenal médicamenteux »  : […] De 1960 à 1980, l'industrie pharmaceutique mit au point un grand nombre de médicaments qui permirent de jeter aux oubliettes la pauvre pharmacopée dont disposaient jusqu'alors les cardiologues et dont ne survécurent que les dérivés nitrés d'action rapide et, à un moindre degré, la digoxine (avatar de la vieille digitaline) ; notamment : – de nouveaux diurétiques remplaçant les diurétiques mercur […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 946 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les substances cardio-régulatrices »  : […] Il a été signalé que les substances adrénergiques stimulent le cœur, accroissant le rythme et la force des contractions cardiaques. La paralysie sympathique, inversement, déprime le myocarde. Les récepteurs adrénergiques myocardiques étant de type β, les adrénolytiques β sont antagonistes des effets cardio-stimulants des catécholamines, alors que les adrénolytiques α sont dénués d'action. L'isopré […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 127 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cardiomyopathies obstructives »  : […] Dans les cardiomyopathies obstructives, il existe une hypertrophie anormale, localisée au niveau du septum interventriculaire, dans la chambre de chasse du ventricule gauche. Aussi, en systole, lorsque cette partie du muscle se contracte, elle provoque un obstacle appelé « dynamique » à l'éjection du ventricule gauche. En d'autres termes, le cœur se gêne lui-même pour éjecter le sang. Cette affect […] Lire la suite

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre théorique »  : […] Nous avons retenu trois pistes théoriques susceptibles d’expliquer ce qui se passe durant la psychothérapie EMDR : – L’hypothèse du sommeil REM. Depuis la fin du xx e  siècle, les chercheurs se sont surtout intéressés aux mouvements oculaires susceptibles de constituer l’un des principes actifs de l’EMDR. Un parallèle a été fait avec ce qui se passe dans le sommeil à mouvements oculaires rapides […] Lire la suite

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 795 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les médicaments »  : […] Les objectifs du traitement sont en effet multiples. En premier lieu, il doit réduire le niveau de pression artérielle ; il doit aussi être bien toléré et permettre une vie normale même s'il est au long cours ; enfin, et ce n'est pas le moindre objectif, il doit être utile à long terme, en augmentant l'espérance de vie grâce à son action préventive vis-à-vis des complications résultant de la malad […] Lire la suite

QT LONG CONGÉNITAL

  • Écrit par 
  • Isabelle DENJOY
  •  • 366 mots

Le syndrome du QT long congénital (QTLC) est une cardiopathie familiale rare, se caractérisant à l'électrocardiogramme par une anomalie de la repolarisation ventriculaire. Sa gravité tient aux syncopes et aux morts subites par troubles graves du rythme cardiaque survenant chez des enfants et des sujets jeunes. La maladie est habituellement révélée par des pertes de connaissance répétées, lors d'u […] Lire la suite

SPASMOPHILIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Roland SIMONIN
  •  • 934 mots

La spasmophilie, décrite essentiellement par les auteurs français (Klotz), est un syndrome clinique fait de crises soit majeures (attaques de tétanie) soit mineures (palpitations, malaises, pertes de connaissance plus ou moins complètes, douleurs épigastriques, crampes musculaires à l'effort), le tout atteignant trois femmes pour un homme et se développant le plus souvent dans un climat de tension […] Lire la suite

Pour citer l’article

François LHOSTE, « BÊTABLOQUANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/beta-bloquants/