CIRCULATOIRES (SYSTÈMES)Appareil circulatoire humain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cours du développement humain, l'appareil circulatoire est l'un des premiers à s'ébaucher. Ce fait traduit l'importance vitale du flux circulatoire dès le début de l'embryogenèse. Il alimente en effet les tissus en formation et draine les résidus de la nutrition. Très vite le cœur est fonctionnel. Ses battements, d'abord imperceptibles, deviennent audibles au stéthoscope, ce qui est l'un des moyens dont dispose le médecin pour suivre le développement du fœtus.

À partir de la naissance, d'importantes transformations vont avoir lieu car l'enfant, qui jusqu'alors menait une vie « aquatique » dans l'utérus maternel, sans respiration pulmonaire, passe brusquement à la vie aérienne pendant laquelle ses poumons vont fonctionner. Le cœur s'adapte à ce changement en achevant son cloisonnement : le cœur droit d'où part le sang destiné à l'hématose pulmonaire est ainsi séparé du cœur gauche, responsable de l'irrigation des tissus, par l'intermédiaire de l'aorte et de ses branches. Cette dualité de la fonction circulatoire au sein d'un même appareil constitue l'un des caractères biologiques les plus fondamentaux des vertébrés supérieurs, donc de l'homme. En effet, la bonne coordination des deux circulations, pulmonaire et générale, exige la mise en jeu de régulateurs, nerveux et hormonaux, particulièrement délicats. Ils s'ajustent aussi à la volémie, volume du liquide circulant endigué, elle-même contrôlée par des mécanismes sophistiqués responsables de l'osmorégulation en fonction de l'absorption de liquide et de sels d'une part, et de l'excrétion de ces substances (par le rein surtout) d'autre part.

Le réglage des pressions hydrostatiques qui commandent l'écoulement du sang dans les fins vaisseaux des tissus, les capillaires, n'est pas moins essentiel car c'est de là que dépend toute leur nutrition tissulaire, donc leur vie, tout spécialement dans le cas de la circulation cérébrale. D'où l'importance des mécanismes régulateurs de la pression artérielle ou de ceux qui contrôlent la coagulabilité du sang et la perméabilité vasculaire en pathologie générale : hypertension, hypotension, ischémie, infarctus, thrombose, embolie, athérosclérose, ruptures vasculaires sont quelques-uns des termes les plus couramment évocateurs de circonstances pathologiques menaçant la vie.

Face à ces dangers, on a pu qualifier de « ressuscitation » l'œuvre salvatrice accomplie par la médecine réanimatoire, et en particulier la réanimation cardiovasculaire et respiratoire, dont l'importance est cruciale.

Description

La notion d'appareil circulatoire est une acquisition relativement récente, puisque le terme « artère » consacre de nos jours encore l'erreur des anciens auteurs qui croyaient, avec Hippocrate, que l'air pulmonaire était conduit dans le corps par les vaisseaux. Claude Galien fut le premier à y reconnaître la présence du sang, mais c'est seulement en 1553 que Michel Servet décrit un cœur droit et un cœur gauche indépendants. Enfin, en 1628, William Harvey découvre la circulation sanguine.

Les noms de Thomas Bartholin, pour les vaisseaux lymphatiques (1653), Marcello Malpighi (1661) et François Magendie pour les capillaires, Claude Bernard et René Leriche pour la vasomotricité, André Thomas et Clarence Lillehei pour le cœur-poumon artificiel, W. B. Kouwenhoven pour le massage cardiaque externe, Norman Shumway et Chris Barnard pour la transplantation cardiaque, d'autres encore, jalonnent les progrès de l'étude du système circulatoire dont l'intérêt est capital. En effet, la circulation est le gage de la vie des animaux supérieurs : un arrêt cardiaque de trois minutes suffit à provoquer chez l'homme la suppression définitive du fonctionnement cérébral, avec ce tracé plat à l'électro-encéphalogramme qui est considéré comme le signe irréversible de la « mort réelle » de l'individu.

Chez l'adulte

Le cœur

Comme chez tous les vertébrés supérieurs, oiseaux et mammifères, une cloison, normalement étanche dès la naissance, partage le cœur humain en deux moitiés et subdivise le circuit sanguin en deux secteurs totalement indépendants (fig. 1).

Cœur

Vidéo : Cœur

Description et physiologie du myocarde.Le cœur est un organe qui propulse le sang dans l'appareil circulatoire grâce aux contractions de sa paroi musculaire, appelée myocarde.Une épaisse cloison le divise en deux moitiés. Chacune d'elle comporte deux cavités : l'oreillette et le ventricule,... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Appareil circulatoire

Vidéo : Appareil circulatoire

Description et physiologie de l'appareil cardio-vasculaire humain.L'appareil cardio-vasculaire assure le transport du sang riche en oxygène et en éléments nutritifs à tout l'organisme, et la conduite des résidus aux organes chargés de son élimination.Le cœur est une pompe qui fait... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Appareil circulatoire humain

Dessin : Appareil circulatoire humain

Schéma de l'appareil circulatoire humain. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le cœur droit, ou moitié droite du cœur, ne contient que du sang veineux, rouge foncé, « noir », pauvre en oxygène, riche en gaz carbonique. Ce cœur droit est axé sur les poumons, organes des échanges respiratoires ; il représente l'agent dynamique, la pièce maîtresse de la petite circulation ou circulation pulmonaire, tout entière contenue dans le thorax.

Le cœur gauche, ou moitié gauche, renferme du sang artériel, rouge vif, « rutilant », riche en oxygène, épuré de son gaz carbonique ; il le propulse dans tous les tissus, par l'intermédiaire des vaisseaux de la grande circulation qui intéresse la totalité de l'organisme.

Chacun des deux compartiments du cœur est subdivisé en oreillette et ventricule, séparés par une valvule auriculo-ventriculaire qui canalise le sang de l'oreillette vers le ventricule.

Les oreillettes reçoivent le sang qui arrive au cœur par de gros vaisseaux à paroi mince, les veines. À l'oreillette droite arrivent les veines caves supérieure et inférieure ; elles ramènent le sang pauvre en oxygène, issu de tous les organes à l'exception des poumons. Dans l'oreillette gauche débouchent, venant des poumons, quatre veines pulmonaires, deux droites et deux gauches, qui transportent du sang hématosé, c'est-à-dire riche en oxygène.

Chaque ventricule donne naissance à un seul gros vaisseau ou artère, dont la paroi est épaisse mais élastique. Du ventricule droit part l'artère pulmonaire ; elle se divise en deux branches, droite et gauche, qui se ramifient dans le poumon correspondant. Elle transporte du sang peu oxygéné. Du ventricule gauche naît l'aorte, tronc commun de toutes les artères de l'organisme, sauf l'artère pulmonaire ; elle véhicule du sang riche en oxygène (sang hématosé).

Les vaisseaux

De l'artère aux veines pulmonaires, le sang accomplit la petite circulation, tandis que l'aorte et les veines caves assurent la grande circulation. Le relais entre les artères et les veines correspondantes s'effectue au niveau des tissus, par l'intermédiaire d'un riche réseau de petits canalicules, les vaisseaux capillaires, de telle sorte que le sang est complètement endigué : le système circulatoire est « clos ».

Pour décrire la vascularisation d'un organe, on choisira d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Médias de l’article

Cœur

Cœur
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Appareil circulatoire

Appareil circulatoire
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Appareil circulatoire humain

Appareil circulatoire humain
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Différent types de vaisseaux

Différent types de vaisseaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris
  • : professeur de médecine expérimentale, chef du service d'immuno-allergologie infantile à l'hôpital Necker-Enfants malades
  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, professeur à la faculté de médecine Broussais-Hôtel-Dieu

Classification

Autres références

«  CIRCULATOIRES SYSTÈMES  » est également traité dans :

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 459 mots

L'eau est le constituant majeur des organismes vivants. Chez ceux-ci, les réactions chimiques complexes du métabolisme se déroulent en phase aqueuse et nécessitent des échanges permanents de substances : absorption de composés nutritifs et élimination de déchets. L'eau, intracellulaire aussi bien qu'extracellulaire, est aussi le véhicule de ces substances.Sur de faibles distances, de simples proce […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 516 mots
  •  • 4 médias

Différents stades évolutifs d'organisation et de spécialisation de la circulation des liquides internes peuvent être aisément distingués dans la série animale. La convection circulatoire peut affecter des compartiments liquidiens variés : liquide intracellulaire, liquides cœlomiques, sang proprement dit. Elle peut, dans des stades primitifs, ne pas être endiguée dans des structures vasculaires et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude GILLOT, Jean PAUPE, Henri SCHMITT, « CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/