Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRAVAIL

Articles

  • TRAVAIL

    • Écrit par Denis CLERC
    • 1 623 mots
    • 1 média

    Jusqu'au xviie siècle, le travail était perçu comme une besogne servile, qu'il fallait bien effectuer pour produire, mais que son caractère pénible et dégradant réservait aux pauvres et aux esclaves qui n'avaient pas le choix. L'homme important, noble ou prêtre, se faisait honneur de ne pas travailler....

  • TRAVAIL - La fin du travail ?

    • Écrit par Dominique MEDA
    • 7 671 mots

    La question de la fin du travail est revenue en force dans le débat public français au milieu des années 1990, notamment avec la publication du best-seller de Jeremy Rifkin intitulé La Fin du travail (1996). Dans ce livre, l'auteur affirmait que la quantité de travail nécessaire pour produire les...

  • TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 2 943 mots

    Le travail humain est-il dès l’origine « technicien », ou est-il devenu technique au fil des millénaires ? Parce que les liens entre le travail et la technique n’ont cessé d’évoluer au cours de l’histoire, une réponse univoque ne peut être donnée. Pour Aristote (env. 385-322 av....

  • ALIÉNATION

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 8 006 mots
    ...la relation d'échange. Le champ entier de l'expérience humaine est alors couvert par l'économie et, du même coup, par l'aliénation propre à ce champ. Le concept de « travail aliéné » devient ainsi le pivot de la critique de l'économie politique et de l'expérience dans son ensemble. Ce concept signifie...
  • ALIÉNATION, sociologie

    • Écrit par Jean-Pierre DURAND
    • 729 mots

    Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange...

  • ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par Maurice GODELIER
    • 5 153 mots
    À partir de ce fait essentiel s'éclairent les formes de travail, d'échange et de compétition qui caractérisent ces sociétés ou du moins les éléments qui semblent communs à toutes, abstraction faite des différences immenses qui séparent les chasseurs-collecteurs australiens, les pêcheurs...
  • ARTISANAT

    • Écrit par Denis CHEVALLIER, Universalis, Louis LERETAILLE
    • 7 105 mots

    Artisanat : mot récent, réalité ancienne. Si le terme n'apparaît qu'à la fin du xixe siècle, sa racine étymologique ars en révèle toute l'ambivalence. À l'origine il englobe, en effet, l'ensemble des activités manuelles extra-agricoles, au point qu'on ne distingue pas l'artisan de...

  • ATELIER, art

    • Écrit par Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
    • 5 946 mots
    • 9 médias

    L'origine du terme reste quelque peu obscure. Il viendrait du latin assis, puis astella, qui ne désignait que le simple copeau, l'éclat de bois. Vers 1332, on en relève l'usage en français pour désigner « le lieu où sont réunis les éclats de bois du charpentier ». On en trouve entre le ...

  • BOURGEOISIE FRANÇAISE

    • Écrit par Universalis, Régine PERNOUD
    • 7 659 mots
    Au moment même où naissait en France, d'ailleurs assez timidement, la grande industrie, on allait voir les salaires comprimés jusqu'à l'extrême, le travail de la femme et de l'enfant exploité sans la moindre limitation. Ce n'est qu'en 1841 – sur la constatation alarmante faite par le baron Charles Dupin...
  • BOURSES DU TRAVAIL

    • Écrit par Paul CLAUDEL
    • 308 mots

    C'est sous la Révolution française, semble-t-il, que germe l'idée des Bourses du travail : il s'agissait de créer des organismes où seraient concentrées les offres et les demandes de main-d'œuvre. Mais elle ne se réalise que vers la fin du xixe siècle, en 1886, lorsque...

  • CAPITAL

    • Écrit par Ozgur GUN
    • 1 387 mots
    ...de classes sociales, le principal clivage se situant entre les propriétaires des moyens de production et ceux qui vendent à ces derniers leur force de travail (les salariés). Parmi les premiers, on peut distinguer les capitalistes proprement dits (qui ont le pouvoir d'acheter les ingrédients de la production,...
  • CAPITAL, sociologie

    • Écrit par Jean-Pierre DURAND
    • 1 292 mots

    Chez Karl Marx, le capital est un social propre à la société bourgeoise, rapport social qui repose sur la propriété privée des moyens de production, laquelle définit largement la division du travail et la répartition de la valeur produite.

    Dans le cadre de ce rapport social, l'accroissement...

  • CAPITALISME - Histoire

    • Écrit par Patrick VERLEY
    • 6 264 mots
    • 1 média
    ...demande provoqua entre les fabricants une concurrence qui, même s'ils cherchaient à segmenter le marché par des effets de qualité, s'exprimait par les prix. Incités à comprimer leurs coûts, les fabricants, qui produisaient tous avec les mêmes techniques, ne le pouvaient que par pression sur la rémunération...
  • CAPITALISME - Sociologie

    • Écrit par Michel LALLEMENT
    • 3 521 mots
    • 2 médias
    ...foisonnantes. En premier lieu, le capital doit être compris comme un rapport social. Une telle affirmation signifie que le système capitaliste organise l'achat d'une force de travail libre par un capital monétaire. La vente des biens produits donne naissance à une plus-value (différence entre la ...
  • CHÔMAGE (NOTION DE)

    • Écrit par Denis CLERC
    • 1 696 mots

    Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet,...

  • CHÔMAGE - Définition et mesure

    • Écrit par Jean-Étienne MESTRE
    • 7 595 mots
    • 1 média
    ...participe ou désire actuellement participer à la production nationale. La notion de « population active » est en effet destinée à exprimer la potentialité de travail au sein d'une économie. Elle répond à la question : combien de personnes sont-elles employées ou susceptibles de l'être à court terme ? Dans cette...
  • CHÔMAGE - Le chômeur dans la société

    • Écrit par Dominique SCHNAPPER
    • 3 598 mots
    C'est parmi les catégories sociales modestes que la norme dutravail comme expression de l'honneur personnel s'impose de la manière la plus directe : l'estime que les individus ont d'eux-mêmes est fondée sur le travail. La crise d'identité et de statut tient à l'identification de l'honneur au travail...
  • CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

    • Écrit par Christine ERHEL
    • 7 302 mots
    • 2 médias

    Les politiques de l'emploi, entendues comme mesures spécifiques de lutte contre le chômage et d'amélioration de la situation du marché du travail, existent dans tous les pays de l'O.C.D.E. Les débats sur leur bien-fondé et leur efficacité sont récurrents. Outre leur dimension politique,...

  • CHÔMAGE - Sociologie du chômage

    • Écrit par Didier DEMAZIÈRE
    • 2 478 mots
    ...d'emploi ou la volonté de travailler. Conçus pour tracer une frontière précise entre chômeurs et non-chômeurs, ces critères sont intrinsèquement relatifs. Ainsi les contours de l'emploi sont de plus en plus ambigus, à mesure que progresse le travail à temps partiel contraint, que se multiplient les contrats...
  • CHANGE, notion de

    • Écrit par Marc POURROY, Séverine VANDELANOITE
    • 1 786 mots
    ... Robert Mundell définit en 1961 un premier critère faisant de la région qui le satisfait une zone monétaire optimale : les facteurs de production ( en particulier le travail) doivent être suffisamment mobiles dans la zone pour que leur transfert soit un substitut à la flexibilité du taux de change....
  • CHANGE - Les régimes de change

    • Écrit par Patrick ARTUS
    • 6 907 mots
    • 5 médias
    – Une forte mobilité des facteurs de production et plus particulièrement du facteur travail. Si un des pays de l'union monétaire souffre d'un choc défavorable spécifique (ou asymétrique), lorsqu'il y a monnaie unique, il ne peut, d'après cette théorie, stabiliser son taux de chômage que si la main-d'œuvre...
  • CLASSES SOCIALES - Classes moyennes

    • Écrit par Louis CHAUVEL
    • 3 625 mots
    • 1 média
    ...d'un niveau de consommation typique de celui des catégories supérieures à celles de ses parents. Surtout, la dépatrimonialisation, autrement dit le fait que le travail salarié permettait peu à peu de se loger et de s'installer dans la vie sans avoir bénéficié au préalable d'un héritage ou d'une aide substantielle...
  • CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

    • Écrit par André AKOUN
    • 8 287 mots
    ...Lorsque Marx explique l'histoire par l'existence et l'affrontement radical des classes sociales, il s'appuie sur une anthropologie philosophique qui fait du travail l'origine de ce qu'il y a d'humain dans l'homme. Le travail, négation par l'homme de la nature et de sa nature, est ainsi posé comme l'acte...