MARX KARL (1818-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Bakounine

Bakounine
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie


Plus d'un siècle après sa mort, Karl Marx apparaît bien comme le premier théoricien du « socialisme scientifique » (même s'il n'est pas l'inventeur de cette expression, déjà utilisée avant lui par Proudhon) et, à ce titre, comme l'initiateur du mouvement ouvrier international contemporain. Toutefois, la présentation de sa théorie n'a jamais cessé d'être l'enjeu de luttes idéologiques, donc, en dernière instance, politiques.

Karl Marx

Karl Marx

Photographie

Karl Marx (1818-1883), philosophe et économiste, théoricien du matérialisme dialectique, cofondateur de la Ire Internationale socialiste. 

Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

Afficher

Ces luttes apparaissent dès la période de sa propre activité : elles continuent dans la deuxième période de l'histoire du mouvement ouvrier, celle de la formation des partis socialistes de masse et de la IIe Internationale ; dans la troisième période, celle du développement de l'impérialisme et de la révolution soviétique ; et, dans la quatrième, la période actuelle, celle de la généralisation des luttes révolutionnaires à l'échelle mondiale, des scissions du mouvement communiste international et de la crise du « socialisme réalisé ».

Il importe toujours, pour comprendre ces luttes, de remonter à leur signification pratique.

Ainsi en est-il des controverses qui portent sur la nature et le sens de la philosophie qui « fonderait » la théorie et la pratique du marxisme : hégélienne ? anti-hégélienne ? Matérialisme naturaliste, où l'histoire humaine apparaît comme le prolongement de l'évolution biologique et même géologique, où les lois de l'histoire sont des cas particuliers d'une dialectique universelle de la nature ? Ou bien philosophie humaniste, fondée sur la critique de toutes les aliénations de la société bourgeoise, sur l'idéal éthique d'une libération de l'homme, sur l'irréductibilité créatrice de la pratique historique ? Mais la théorie de Marx est-elle au juste fondée sur une philosophie ?

Ainsi en est-il également des controverses qui portent sur le rôle de Marx dans l'histoire du mouvement ouvrier, et en particulier dans l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARX KARL (1818-1883)  » est également traité dans :

LE CAPITAL, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 123 mots
  •  • 2 médias

Das Kapital (Le Capital) est considéré par Karl Marx (1818-1883) lui-même comme son œuvre majeure. Empruntant à différents champs disciplinaires (l'économie, la sociologie, la philosophie, l'essai politique) et s'inscrivant dans la continuité d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital/#i_1218

LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuel BAROT
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Constitué originellement de sept articles écrits « à chaud » au début de 1852, en réaction immédiate au coup d'État perpétré en France le 2 décembre 1851 par Louis-Napoléon Bonaparte, l'ouvrage fut finalement publié en mai 1852 dans le premier numéro de la revue new-yorkaise La Révolution. Parfois réduit à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-18-brumaire-de-louis-bonaparte/#i_1218

LES LUTTES DE CLASSES EN FRANCE, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

Juste placé après l'exposé de sa théorie matérialiste de l'histoire et de ses analyses critiques de Feuerbach, Hegel et des socialistes utopiques (La Sainte famille, L'Idéologie allemande, Thèses sur Feuerbach, Misère de la philosophie), le présent ouvrage appartient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-luttes-de-classes-en-france/#i_1218

MANIFESTE DU PARTI COMMUNISTE, Karl Marx et Friedrich Engels - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle GARO
  •  • 906 mots
  •  • 1 média

Œuvre de commande, le Manifeste est rédigé par Marx et Engels (Marx en étant le principal rédacteur) en 1848, à la demande de la Ligue des communistes dont le premier congrès s'est tenu à Londres en 1847. La Ligue rompt avec la tradition des sociétés secrètes ouvrières et décide d'inscrire son action dans le cadre des luttes de masse et du chartism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manifeste-du-parti-communiste/#i_1218

ABENSOUR MIGUEL (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Anne KUPIEC
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Utopie, émancipation, critique, politique – tels sont les termes qui peuvent qualifier le travail conduit par Miguel Abensour, professeur de philosophie politique, éditeur et penseur . Miguel Abensour est né à Paris le 13 février 1939. Agrégé de sciences politiques, auteur d’une thèse d’État ( Les Formes de l'utopie socialiste-communiste : essai su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-abensour/#i_1218

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 979 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croissance et impérialisme »  : […] Dans l'économie capitaliste, la croissance prend la forme d'une accumulation de moyens de production, d'une accumulation de capital. À quelles conditions est-elle possible ? L'ouvrage traite la question en trois parties ; l'édition française de 1972 ajoute, en quatrième partie, la Critique des critiques . La première partie de l'ouvrage discute les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-rosa-luxemburg/#i_1218

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une dialectique de l'émancipation »  : […] La critique adornienne ne se borne pas à désigner ce « malencontre » qui est à l'œuvre dans la dialectique de la raison. Elle fait signe vers une autre figure de la raison qui, tout en libérant les hommes de la peur, saurait renoncer à l'impulsion de la souveraineté. Du même coup, cette autre raison, tournant le dos à la souveraineté, échapperait à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_1218

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « De Hegel à Marx »  : […] Ce qui a préparé de loin cette greffe, c'est le caractère éminemment créateur de l'aliénation ; dans le système hégélien, l' Entäusserung , avec sa négativité propre, est un instrument de rationalité ; à tous les niveaux du système elle assure le passage de l'immédiat au médiat ; elle introduit dans l'indivision et la confusion initiales les média […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_1218

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation-sociologie/#i_1218

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les doctrines socialistes »  : […] La diffusion des doctrines socialistes va de pair avec l'industrialisation de l'Allemagne. Le mot Sozialismus apparaît en 1840, moins usité cependant que celui de Kommunismus. Les origines en sont françaises – Saint-Simon, Louis Blanc, Cabet – plutôt qu'anglaises, et les premiers foyers socialistes sont de petits groupes fixés à l'étranger : ouvri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_1218

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « La vision libérale et la critique marxiste »  : […] À la fin du xviii e  siècle, les sociétés primitives apparaissent généralement, du moins chez les adversaires de J.-J. Rousseau, comme les vestiges témoins de l'enfance de l'Humanité, d'un stade où l'outillage technique et intellectuel ne permettait « pas encore » aux individus de produire plus que pour leurs besoins. Sans surplus pas d'échanges, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-economique/#i_1218

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Occupation de l'espace, peuples et civilisations »  : […] Existe-t-il une « civilisation asiatique » et, si oui, sur la base de quels critères ? La réponse doit prendre en compte les problèmes de délimitation de l'Asie tels qu'ils viennent d'être exposés, l'évolution historique qui peut dégager des divergences ou des convergences et, enfin, le point de vue. La définition socioculturelle, sinon ethnique, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_1218

AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 2 807 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La modernité politique »  : […] La modernité politique installe, au détriment du divin, un idéal de raison sous lequel vient se placer l'autorité en s'ordonnant sur une forme plus juridique de transcendance, l'État. Théorisé par Machiavel ( Le Prince , 1513 ), ce dernier procède d'un pacte originel et volontaire, passé entre les hommes, abandonnant à la volonté générale et à son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite/#i_1218

BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 1 660 mots
  •  • 1 média

Aristocrate russe et révolutionnaire de formation hégélienne, Michel Bakounine fut le principal adversaire de Karl Marx au sein de la I re   Internationale. Il fut aussi le théoricien du socialisme libertaire opposé à l'autoritarisme marxiste, et se posa en défenseur de l'autogestion et de la liberté intérieure des organisations ouvrières. Son s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-bakounine/#i_1218

BAUER BRUNO (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 649 mots

Philosophe hégélien, historien, exégète critique des textes bibliques et des Évangiles, Bruno Bauer est né à Eisenberg en 1809. Il mourra à Rixdorf (Berlin) en 1882. Traditionnellement rangé dans la droite hégélienne, par référence à Marx qui l'accable de railleries dans La Sainte Famille , il se contente en fait de perpétuer la croyance en un deve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-bauer/#i_1218

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Félicité, béatitude et amour »  : […] Est-ce à dire qu'il n'est de bonheur que pour le sage ? Ce serait faire du bonheur – et d'ailleurs aussi de la sagesse – un absolu qui nous l'interdirait. En vérité, personne n'est sage tout entier, ni fou, et tout bonheur en cela est relatif : on est plus ou moins heureux, et c'est ce qu'on appelle être heureux. Qui voudrait l'être absolument ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_1218

BOURGEOISIE

  • Écrit par 
  • Pierre SALY
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « De la notion au concept : vers une vision marxiste de la bourgeoisie »  : […] Timidement dès le xvi e  siècle, plus fermement au xviii e , se présente l'idée que le cours des événements historiques peut s'expliquer, ou du moins s'éclairer, par la prise en compte des affrontements entre groupes sociaux : « peuple gras » et « peuple menu », noblesse de race et tiers état, etc. Mais la bourgeoisie comme acteur de l'histoire est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie/#i_1218

CAPITAL, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 1 290 mots

Chez Karl Marx, le capital est un social propre à la société bourgeoise, rapport social qui repose sur la propriété privée des moyens de production, laquelle définit largement la division du travail et la répartition de la valeur produite. Dans le cadre de ce rapport social, l'accroissement de la valeur, essentiellement au bénéfice du capitalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capital-sociologie/#i_1218

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La séparation entre la ville et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_1218

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conception marxiste des classes sociales »  : […] Contrairement à une opinion courante, Karl Marx n'a pas « découvert » les classes sociales : « en ce qui me concerne, écrivait-il en 1852 à Joseph Weydemeyer, ce n'est pas à moi que revient le mérite d'avoir découvert l'existence des classes dans la société moderne, pas plus que la lutte qu'elles s'y livrent. Des historiens bourgeois avaient exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-penser-les-classes-sociales/#i_1218

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « La lutte de classes : un credo politique »  : […] Postuler que le conflit est un élément constitutif de toute société n'est pas faire preuve d'une audace intellectuelle excessive. Comment, après tout, la machine sociale fonctionnerait-elle sans une « différence de potentiel », sans un déséquilibre interne producteur du mouvement et de l'ordre ? Et comment l'existence individuelle et collective de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-la-theorie-de-la-lutte-de-classes/#i_1218

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Socialisme et anticolonialisme »  : […] À ce colonialisme va s'opposer un anticolonialisme aux aspects bien divers et parfois contradictoires. En Angleterre, par exemple, les libéraux n'ont pas désarmé et, en 1881, la politique annexionniste de Disraeli est condamnée par les électeurs. Cette opposition s'en prend à une certaine conception de l'Empire et l'échec électoral de Chamberlain e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_1218

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

La Commune de Paris de 1871 est un événement singulier. Par certains aspects, elle se rattache aux révolutions du xix e  siècle : 1830, 1848. Par d'autres, au contraire, elle annonce les grandes révolutions victorieuses du xx e siècle, qui d'ailleurs s'en réclament explicitement. Marx, opposé tout d'abord à une révolte armée des ouvriers de Paris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_1218

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 804 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Autopsie du phénomène »  : […] À l'exception notable d'un cas chinois énigmatique, le communisme d'obédience marxiste dans sa version léniniste n'existe plus qu'en quelques régions très secondaires du monde. Le fait qu'il ait été perçu pendant plus de soixante-dix ans comme un phénomène d'origine russe restreint singulièrement son prestige et ses débouchés depuis la disparition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_1218

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Nation et nationalité »  : […] Marx et Engels n'ont pas théorisé le problème national et ne lui ont consacré que des écrits de circonstance, si bien que le concept même de nation est dans leur œuvre empreint d'une ambiguïté fondamentale : « On a, en outre, reproché aux communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les travailleurs n'ont pas de patrie. On ne peut leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-mouvement-communiste-et-question-nationale/#i_1218

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sociologie de la connaissance »  : […] Longtemps, l'histoire de la pensée (religieuse, philosophique, scientifique, artistique ou autre) a présenté les idées et les connaissances comme découlant essentiellement d'idées et de connaissances antérieures. Proposant une généalogie homogène sur le plan des idées, les auteurs de ces histoires ne songeaient pas à relier les idées d'un Descarte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_1218

CONSCIENCE DE CLASSE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 985 mots

L’expression « conscience de classe » appartient au répertoire marxiste. Afin de définir une classe sociale, Karl Marx ne s’en tient pas à l’unique critère de la place occupée dans le rapport de production. En reprenant à son compte une sémantique hégélienne, il propose aussi de distinguer la classe « en soi » et la classe « pour soi ». La première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience-de-classe/#i_1218

CULTURE - Sociologie de la culture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 4 264 mots

Dans le chapitre « L'émergence d'un champ de recherche »  : […] La plupart des fondateurs de la discipline sociologique ont abordé les questions artistiques et culturelles. Même si leurs œuvres n'y renvoient souvent que de manière allusive (chez Émile Durkheim) ou ponctuelle (comme la sociologie de la musique de Max Weber), leurs apports sont décisifs pour la constitution ultérieure de ce domaine de recherche. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-sociologie-de-la-culture/#i_1218

DÉCROISSANCE

  • Écrit par 
  • Fabrice FLIPO
  •  • 5 442 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sortir du productivisme »  : […] Les débats autour de la décroissance, pris dans l'un des sens évoqués, tranchent avec le caractère convenu et souvent soporifique des débats sur le développement durable, ce terme ayant largement été vidé de sa substance depuis son introduction en 1987. C'est l'une des raisons principales qui expliquent l'attrait dont il fait l'objet. La décroissa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance/#i_1218

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traditions sociologiques et le droit »  : […] Les grandes figures historiques de la sociologie n'ont en fait pas attendu la nomination et l'institutionnalisation d'une sociologie du droit pour s'intéresser au droit comme objet d'étude de la discipline et même lui accorder une place centrale dans leurs efforts pour construire des théories de la société. Ces auteurs étaient conscients du rôle im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-sociologie/#i_1218

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  La critique marxiste »  : […] Philosophe de formation, Marx adhère aux idées communistes et, au contact de Friedrich Engels, s'intéresse à partir de 1844 à l'économie politique. Ses travaux (1847, Misère de la philosophie  ; 1867-1883, Le Capital, critique de l’économie politique ) sont solitaires et se situent à un moment où l'école classique ne produit guère d'idée nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_1218

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Plusieurs définitions ont été données de l'école classique en économie, et cette pluralité n'est pas sans enjeux théoriques. On doit la première à Karl Marx, l'un des premiers et des plus importants historiens de la pensée économique. Celui-ci oppose clairement l'école classique d'Adam Smith et de David Ricardo, considérée comme scientifique, à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_1218

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 832 mots
  •  • 2 médias

La théorie économique de Karl Marx (1818-1883) a pour but de démontrer que le capitalisme aura inéluctablement une fin et que ses crises en sont la preuve. Cet objectif ne prend tout son sens qu'au regard de son projet politique et de sa vision de l'histoire comme une succession de modes de production. Dans un premier temps, les rapports de produ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marxisme/#i_1218

ENGELS FRIEDRICH (1820-1895)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 2 674 mots
  •  • 1 média

Le nom de Friedrich Engels est généralement associé à celui de Karl Marx dont il fut toute la vie l'ami et le collaborateur comme fondateur de la doctrine marxiste et comme dirigeant des luttes de la classe ouvrière au sein des deux premières Internationales. Non seulement la vie bien que longue, active et même non dénuée d'épisodes héroïques, peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-engels/#i_1218

ERFURT CONGRÈS D' (1891)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 841 mots

Trois ans après son congrès de fondation à Gotha (1875), le Parti social-démocrate allemand se voit interdire toute activité. L'unification s'était faite sur un programme d'inspiration lassallienne, violemment critiqué par Karl Marx. La clandestinité empêche la social-démocratie allemande de tenir un véritable congrès, et le programme de Gotha rest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-d-erfurt/#i_1218

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « Marx critique de Feuerbach »  : […] Feuerbach, contrairement aux philosophes des Lumières ne mène pas une critique antireligieuse sommaire. La religion est constitutive de l'humanité, elle lui offre comme l'image inversée de ce qu'elle rêve d'être et, en ce sens, elle est une étape nécessaire de son évolution. Nourri de lectures de saint Augustin et Luther, Feuerbach témoigne d'une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/#i_1218

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Feuerbach et Marx »  : […] Dans ses Thèses sur Feuerbach (1845), Karl Marx procède à une critique de l'humanisme feuerbachien qui sera déterminante pour l'évolution ultérieure de sa pensée. Il s'en prend d'abord au caractère statique de la dialectique feuerbachienne. À quoi bon proclamer la primauté de l'être sur le penser si l'on s'en tient à la seule perception sensible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-feuerbach/#i_1218

FINLEY MOSES (1912-1986)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise BASLEZ
  •  • 1 063 mots

Né à New York en 1912, Moses Finley fit des études d'histoire du droit et de l'Antiquité à l'université Columbia, mûri en même temps, comme il le reconnaissait lui-même, par la conjoncture internationale : la crise de 1929, la montée du nazisme et la guerre d'Espagne ancrèrent pour toujours sa réflexion d'historien de l'Antiquité dans le monde mode […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moses-finley/#i_1218

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 739 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les freudo-marxismes »  : […] Chaque freudo-marxisme puise différemment dans l'œuvre de Freud, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celle de Marx, de sorte qu'il existe presque autant de freudo-marxismes que de freudo-marxistes. Ce mouvement fut essentiellement une préoccupation de psychanalystes, parmi lesquels Alfred Adler, Siegfried Bernfeld, Carl Furmüller, Wilhelm Rei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freudo-marxisme/#i_1218

GOTHA CONGRÈS DE (1875)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 608 mots

Le mouvement socialiste allemand a deux composantes lorsque s'ouvre le congrès de Gotha, le 22 mai 1875 : d'une part, l'Association générale des travailleurs allemands, fondée par Ferdinand Lassalle en 1863 ; d'autre part, le Parti ouvrier social-démocrate allemand, fondé en 1869 à Eisenach par Auguste Bebel et Wilhelm Liebknecht sur un programme d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-de-gotha/#i_1218

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit contre la lettre »  : […] Appliquée d'abord aux élèves de Hegel, la dénomination de jeunes hégéliens ( Hegelinge ) est bientôt donnée à ceux d'entre eux qui manifestent des velléités révolutionnaires tant en philosophie qu'en matières religieuse et politique. Distingués des « hégélites » (ou descendants de Hegel), ils se voient appliquer par ceux-ci une dénomination dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_1218

HENRY MICHEL (1922-2002)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 750 mots

Philosophe français. Né le 10 janvier 1922 à Haiphong, en Indochine, Michel Henry fait ses études secondaires au lycée Henri-IV. Entré très tôt dans la Résistance, il passe l'agrégation de philosophie en 1945. Son cursus universitaire s'achève avec une thèse monumentale intitulée L'Essence de la manifestation (1963), doublée d'une Philosophie e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-henry/#i_1218

HESS MOSES (1812-1875)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 923 mots

Fils d'un petit industriel allemand, Moses Hess naît dans une famille juive de Bonn ; il s'initie aux affaires, commence des études de philosophie à Bonn et publie en 1837 L'Histoire sainte de l'humanité par un disciple de Spinoza ( Heilige Geschichte der Menscheit von einem Jünger Spinozas ) ; l'ouvrage contient des éléments de réflexion communis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moses-hess/#i_1218

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Karl Marx »  : […] La postérité hégélienne, qu'elle intéresse le libéralisme, religieux ou libre-penseur, ou certaines théories sociales tenues pour conservatrices, ne va pourtant s'incarner vraiment – la thèse, certes, est souvent contestée – que dans l'œuvre et l'action de Marx, dont l'extrême ambiguïté à l'égard de Hegel prend une valeur singulièrement révélatrice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_1218

IMAGINAIRE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 312 mots

Dans le chapitre « Les fonctions sociales de l'imaginaire social »  : […] Cette problématique de l'imaginaire n'est pas récente : elle a reçu des réponses élaborées depuis les origines de la réflexion philosophique ; elle a été renouvelée par les fondateurs modernes des sciences sociales. Ainsi, dans ses écrits sur la vie politique de son temps, Karl Marx insiste sur « le poids très lourd » que seraient les traditions a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-social/#i_1218

JUIVE QUESTION

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 1 383 mots
  •  • 2 médias

Expression apparue à l'époque des Lumières, en Allemagne, lorsque se posa, à la fois sur le plan idéologique et sur le plan politique, le problème de l'émancipation des Juifs d'Occident. Idéologiquement, la question juive se trouve ouverte en Allemagne à travers l'activité de C. W. Dohm, auteur du manifeste Über die Bürgliche Verbesserung der Jude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-juive/#i_1218

LAFARGUE PAUL (1842-1911)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 386 mots

Né à Santiago de Cuba, Français de souche bordelaise, Paul Lafargue se vante de réunir en lui le sang de trois races opprimées : les races juive, caraïbe, mulâtre. Pendant qu'il poursuit ses études à la faculté de médecine de Paris, il collabore au journal La Rive gauche , de tendance proudhonienne. Comme il participe au premier Congrès internation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-lafargue/#i_1218

LASSALLE FERDINAND (1825-1864)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 511 mots

Né dans une famille de riches négociants juifs de Breslau, Ferdinand Lassalle suit les cours de l'université de sa ville natale, puis de celle de Berlin. Influencé par Fichte et par Hegel ainsi que par l'économiste List, il est favorable à une sorte de socialisme d'État : c'est à l'État qu'il appartient de faire régner la justice sociale. Agitateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-lassalle/#i_1218

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Le mot « loi » est l'un des plus polyvalents qui soient, et cela, avant tout, parce que la réalité qu'il recouvre est ambiguë, ou plutôt d'une complexité historique et existentielle difficile à tirer au clair. Pour ne conserver que l'acception juridique, la loi, comme expression du droit, est faite par les hommes ; elle est le produit d'une situati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi/#i_1218

MARXISME - La théorie marxiste

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 741 mots
  •  • 2 médias

Si elle implique nécessairement des problèmes philosophiques, la théorie de Marx n'est donc pas un système philosophique. Il en résulte, d'abord, qu'elle n'est pas achevée et, d'autre part, que son exposé n'a pas de commencement absolu, ni dans son ensemble, ni dans telle de ses parties (par exemple, dans sa partie « économique », qu'expose Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-theorie-marxiste/#i_1218

MARXISME - Le matérialisme dialectique

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 6 386 mots
  •  • 2 médias

C'est vraisemblablement avec l'ouvrier allemand Joseph Dietzgen que les mots de dialectique et de matérialisme se trouvent pour la première fois associés, et désignent ensemble la philosophie nouvelle du prolétariat. Marx et Engels reconnurent dans cette association de termes la juste expression de ce qui constituait leur « meilleur instrument de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-le-materialisme-dialectique/#i_1218

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la fin de l'histoire »  : […] On avait donc raison de penser que l'évolution de Merleau-Ponty trahit un incessant rapprochement de Heidegger. Entre eux, pourtant, la distance demeure grande : elle apparaît dès qu'on considère les thèmes de réflexion qui sont familiers à l'un et à l'autre. C'est ainsi que même dans Le Visible et l'Invisible le thème de l' ontologie n'est que rar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/#i_1218

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 677 mots

Dans le chapitre « Logique et histoire des rapports de parenté »  : […] D'une manière générale, Morgan a démontré que les rapports de parenté dominent l'histoire primitive de l'humanité et que ces rapports ont une logique et une histoire. Il distingua parmi tous les systèmes de parenté deux types de nomenclature des rapports de consanguinité : d'une part le type descriptif, propre aux systèmes de parenté indo-europée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/#i_1218

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de la dispersion »  : […] Face au dualisme platonicien et à l'unité substantielle aristotélicienne, le grand courant du monisme matérialiste ne considère pas la mort comme un problème mais comme un fait à constater et qui trouve une explication complète, pour l'homme comme pour le reste des vivants, dans la constitution physique du cosmos. Le monisme est dominé, dans l'Anti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_1218

NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 126 mots

L'usage courant rapproche la nécessité de l'idée de destin, c'est-à-dire de l'advenue d'un événement inévitable. Est « nécessaire », en effet, ce qui ne peut pas ne pas être ou ce qui ne peut pas être autrement qu'il n'est. Dans le Timée , Platon (428-347 av. J.-C.) rencontre déjà la nécessité ( anankè ) sous la figure de l'inexorable : le démiurge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/necessite/#i_1218

ORIGINE

  • Écrit par 
  • Pierre-François MOREAU
  •  • 2 736 mots

Dans le chapitre « Le geste inaugural »  : […] Une seconde confusion à éviter consiste à assimiler le recours à l'origine à une revendication du retour. Même lorsqu'elle sert à dénoncer comme illégitime un état actuel, la démarche originaire n'est pas un « primitivisme », car vouloir revenir à un temps premier serait encore accorder du prix au temps. La source de cette confusion, souvent explo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine/#i_1218

OUVRIER MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • Bernard PUDAL
  •  • 10 988 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première moitié du XIXe siècle »  : […] Une première période débute à la fin de la crise révolutionnaire et des guerres de l'Empire, et se termine autour de 1848. Dès l'abord, un fait la caractérise : la très forte poussée du mouvement ouvrier anglais. En 1833 est créée sous l'influence d'Owen la Grand National Consolidated Trades Union qui, très rapidement, arrive à grouper 500 000 adh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-ouvrier/#i_1218

PAPAIOANNOU KOSTAS (1925-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 1 086 mots

Unifiant vie et pensée, Kostas Papaioannou fut un philosophe, par sa formation, sa culture, ses goûts, sa forma mentis , et aussi par l'« amour de la sagesse » qu'il avait trouvé dans la tradition grecque dont il était l'héritier. Né à Volos, Kostas Papaioannou commence ses études à Athènes, et se trouve confronté très jeune aux terribles réalit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kostas-papaioannou/#i_1218

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 232 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éducation intégrale et polytechnique dans la pensée socialiste du XIXe siècle »  : […] En instituant un enseignement primaire obligatoire, gratuit et laïque, les législateurs de la III e République se réfèrent explicitement aux principes qui ont marqué l'œuvre scolaire de la Révolution. À l'application de ces principes, les représentants de la pensée ouvrière et socialiste associent, au xix e siècle, la réalisation d'une éducatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-les-courants-modernes/#i_1218

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « Marx et Lénine »  : […] Le plus grand des disciples de Hegel, Marx, reste dans la ligne ainsi tracée, mais l'infléchit sur un point décisif : Hegel, selon lui, parle d'un État idéal, d'un État neutre, tandis que, en fait, aucun des États existants n'est capable de jouer le rôle d'arbitre et de guide désintéressé : le gouvernement et l'administration ont été accaparés par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_1218

PROUDHON PIERRE JOSEPH (1809-1865)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 5 649 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Influences »  : […] Au lendemain de la mort de Proudhon, sa doctrine s'est répandue dans toute l'Europe. Ses articles de journaux sont passionnément lus dans les couches populaires, des livres tels que son Premier Mémoire (« ce manifeste scientifique du prolétariat français », Marx), sa Justice (« un des livres les plus importants du xix e siècle », H. de Lubac), sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-joseph-proudhon/#i_1218

RAPPORT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 476 mots

Si l’expression « rapport social » est parfois utilisée, le pluriel est beaucoup plus usité. Elle apparaît à l’entrée « social » dans la septième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1835). À l’entrée « rapport », on lit cette courte définition : « se dit souvent des relations que les hommes ont entre eux ». Dans le Dictionnaire d’Émile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapport-social/#i_1218

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Critique marxiste »  : […] L'approche de Marx et Engels sur la religion met en évidence que le fait religieux n'a pas d'autonomie dans le contexte social. Elle est une enveloppe idéologique que les classes dominantes (ou les classes dominées) utilisent au cas par cas pour se représenter à elles-mêmes leur condition ou position socioéconomique, de statut ou de pouvoir (ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_1218

RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 4 247 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée pauvre »  : […] Si l'on en croit les légitimations théoriques (ou les déclarations politiques) qui préparèrent, annoncèrent ou justifièrent l'action révolutionnaire, c'est au sein de ce triangle malheur-rupture-menace que s'est construite l'idée de révolution (de Platon à Mao Zedong, en passant par Rousseau, Robespierre, Marx et Trotski). En vérité, la pensée de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution/#i_1218

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives »  : […] Contre cette pensée providentialiste, illustrée également par Louis Ambroise de Bonald ( Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile , 1796) et, après la Restauration, par Pierre Simon Ballanche, qui entendent tous deux tirer aussi une leçon religieuse de l'époque révolutionnaire, l'école libérale voit le jour, née des interro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_1218

RICARDO DAVID (1772-1823)

  • Écrit par 
  • Christian SCHMIDT
  •  • 3 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ricardo dans l'histoire de la pensée économique »  : […] Malgré l'influence qu'exerça la pensée ricardienne, de très nombreuses critiques s'élevèrent dès 1830 contre la théorie de la rente, des profits et surtout contre la valeur du travail. La référence à Ricardo devint donc progressivement une clause de style et, à l'exception toutefois de ses conceptions monétaires, la prédominance de sa pensée devint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ricardo/#i_1218

RUGE ARNOLD (1802-1880)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 634 mots

Penseur politique allemand. Né à Bergen, Arnold Ruge s'affilie aux mouvements étudiants libéraux ( Burchenschaften ), est emprisonné pour ses idées de 1824 à 1830, et fonde en 1938, à Halle, avec Echtermayer, les Annales de Halle pour la science et l'art allemands ( Hallische Jahrbücher für deutsche Wissenschaft und Kunst , 1838-1841), qui seront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-ruge/#i_1218

SALARIAT

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 8 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « grande transformation » »  : […] Du sweating system (« système de la sueur »), comme l'appela Marx, on a retenu l'exploitation dont il était porteur. Et il est vrai qu'elle était considérable : la relation était trop inégale, entre la survie des uns et les surprofits de l'autre. Cependant, cette intrusion des premières formes d'industrialisation s'est accomplie sans bouleverser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salariat/#i_1218

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Histoire de la terminologie »  : […] Quelques remarques historiques pourront aider à mieux comprendre les hésitations du vocabulaire. L'« étude de l'homme » est une expression qu'utilisent les humanistes et que l'on retrouve chez Pascal. Bien qu'elles s'intéressent surtout à l'histoire des mœurs et des idées, les conceptions humanistes se caractérisent par un éclectisme universel, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_1218

SERVICES ÉCONOMIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 12 731 mots

Dans le chapitre « Les services, activités improductives ? »  : […] « Il y a beaucoup plus à gagner par l'industrie que par l'agriculture, et beaucoup plus par le commerce que par l'industrie », affirmait au xvii e  siècle William Petty. Les activités considérées aujourd'hui comme relevant du secteur tertiaire, tel le commerce, tenaient une place importante dans les économies pré-industrielles. Cependant, les réfl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-services/#i_1218

SISMONDI JEAN CHARLES LÉONARD SIMONDE DE (1773-1842)

  • Écrit par 
  • Hélène FISERA
  •  • 734 mots

Économiste et historien, fils d'un pasteur genevois d'origine toscane, Sismondi, en 1803, publia son ouvrage De la richesse commerciale , qui le fit apparaître comme un disciple d'Adam Smith. Après avoir achevé son Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge (1817), il entreprit à partir de 1818 une monumentale Histoire des Français (qui dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sismondi-jean-charles-leonard-simonde-de/#i_1218

SOCIABILITÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 3 847 mots

Dans le chapitre « Sociabilité et société globale »  : […] La grande tradition sociologique, lorsqu'elle a pris en compte la question des formes du lien social, s'est attachée à mettre en relation types de sociabilité et phases historiques, en y ajoutant généralement un système d'évaluation qui s'appuyait sur une philosophie de l'histoire. C'est vrai d' Auguste Comte et de sa division de l'histoire de l'hu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite/#i_1218

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 742 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La création de l'A.I.T. se situe dans le contexte original de l'Europe occidentale au début des années 1860. L'émigration politique qui a suivi les défaites de 1848-1850 a rassemblé, en Grande-Bretagne surtout et à un moindre degré en Suisse et en Belgique, de très nombreux proscrits, Français, Italiens, Allemands, Polonais... Ces émigrés ont gardé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-les-internationales/#i_1218

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « Typologie des sociétés globales »  : […] Avant que de s'interroger sur cet acte fondateur, il est intéressant de poursuivre – pour en préciser les limites – la démarche du sociologue qui entreprend de dénombrer et de classer les sociétés dans lesquelles il voit des réalités. Il ne peut y parvenir qu'à la condition de faire des regroupements à partir de critères jugés pertinents, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_1218

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 616 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La production des faits sociologiques »  : […] Il est difficile de contester la très grande diversité des « faits » sur lesquels s'est bâtie la discipline sociologique depuis les origines. Pour ne parler que des seuls trois « fondateurs », alors qu'Émile Durkheim regroupe des données statistiques officielles sur le suicide et sur les divers facteurs susceptibles d'en expliquer les variations, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-methodes/#i_1218

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Le temps des pionners »  : […] Après ces réflexions liminaires, les sciences sociales commencent à s'affirmer à la fin du xviii e  siècle. En France, sous l'impulsion de Condorcet ou encore des idéologues, elles le font en se frayant une voie à égale distance d'un espace scientifique en pleine expansion et d'un mouvement littéraire dont le romantisme constitue le principal fer d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_1218

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociologies de la détermination sociale »  : […] Les sociologues se réclamant de Durkheim (1858-1917) et de ses Règles de la méthode sociologique partagent la conviction que la sociologie est une science comme les autres et qu'elle doit user des mêmes procédures : définition de l'objet, énoncé d'hypothèses, vérification empirique (par les statistiques et leurs covariations, substituts d'expéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_1218

SOCIOLOGIE WEBERIENNE

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 2 389 mots

Dans le chapitre « Weber et Marx »  : […] En effet, à l'encontre de la vision d'un Weber « anti-Marx » qu'imposa en France son premier introducteur, Raymond Aron (essentiellement pour faire pièce à un marxisme qu'il désigna comme « l'opium des intellectuels » français et qu'il tenta de combattre en utilisant l'arme de la « science allemande », de son prestige et de son autorité, mais auss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-weberienne/#i_1218

SOMBART WERNER (1863-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude LAMBERTI
  •  • 926 mots

Économiste, né à Ermsleben en Allemagne. Son père était industriel et fut élu au Reichstag où il siégea dans les rangs des nationaux-libéraux. Werner Sombart étudia le droit, l'économie, l'histoire et la philosophie à Pise, à Rome puis à Berlin, où il fut reçu docteur en 1888. D'abord secrétaire de la Chambre de commerce de Brême pendant deux ans, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-sombart/#i_1218

SOREL GEORGES (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Louis SOUBISE
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « Le syndicalisme révolutionnaire »  : […] Sorel emprunte à Fernand Pelloutier la théorie du « syndicalisme révolutionnaire ». Ce bourgeois consacre son énergie à donner un esprit nouveau aux Bourses du travail, afin que cette organisation soit intégralement l'œuvre de la classe ouvrière et vouée à l'éducation de celle-ci ; le caractère corporatif des bourses du travail se veut paradoxale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-sorel/#i_1218

STIRNER MAX (1806-1856)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 2 147 mots

Dans le chapitre « L'unicité »  : […] Une fois extrait de la gangue des idoles, des fantômes, des idées fixes qui le rendaient méconnaissable, le Moi découvre son unicité. N'étant plus réglé, dirigé, mécanisé, gouverné par l'Esprit et les innombrables formes politiques, sociales et idéologiques qui en dérivent, il retrouve son entière et pleine disponibilité. Cette reconnaissance de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-stirner/#i_1218

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 238 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Terrorisme et idéologie »  : […] Le xix e siècle, pour ne parler que de l'époque moderne, a été marqué dans sa première partie par l'affrontement de la France et de l'Angleterre – conséquence d'anciennes rivalités. Nous comprenons ainsi le soutien donné par Hoche, en 1796, aux patriotes irlandais. La seconde moitié du xix e  siècle voit l'émergence et l'affirmation en Europe d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terrorisme/#i_1218

TRAVAIL - La fin du travail ?

  • Écrit par 
  • Dominique MEDA
  •  • 7 657 mots

Dans le chapitre « Le travail, essence de l'homme »  : […] Sur ce premier niveau, le xix e  siècle ajoute une dimension essentielle. Le mouvement qui consiste à transformer le monde, à le civiliser et à l'humaniser, et simultanément qui transforme l'individu en lui permettant de mettre à jour ses potentialités, de les extérioriser, c'est ce que les Allemands de l'époque appelleront culture ( Bildung ) et q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/travail-la-fin-du-travail/#i_1218

TYPOLOGIE, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude COMBESSIE
  •  • 1 639 mots

Le mot « typologie » apparaît au xix e  siècle pour désigner les types ou les classifications des sciences de la nature, et différencier leur mode d'élaboration « scientifique » des classifications communes ou des types des philosophes et des exégètes bibliques. Il implique, comme en philosophie, une explicitation raisonnée des principes « essenti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-sociologie/#i_1218

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les conceptions de Ruyer et de Mannheim »  : […] On n'empruntera au riche matériel contenu dans l'ouvrage de Ruyer, L'Utopie et les utopies , que les éléments permettant de caractériser la conscience utopique comme une conscience schizophrénique. On peut définir la schizophrénie comme une forme extrême d'insertion non dialectique dans le monde, comportant une logique réifiée, un déclin de la prax […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_1218

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et négativité »  : […] Hegel s'inscrit dans cette tradition. Pour lui, l'Être, ou ce qu'il appelle la substance, est sujet : il ne se réalise que dans le mouvement de son développement, qui ne saurait aller sans douleur ni déchirement. La vie, l'accomplissement de la nature et de l'esprit, l'histoire, sont la manifestation de l'Être et celle-ci demande « le sérieux, la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_1218

VOGT KARL (1817-1895)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 248 mots

Naturaliste, Karl Vogt enseigne à l'université de Giessen, sa ville natale. Remarqué pour ses activités politiques, il est élu député au parlement de Francfort en 1848. Après le reflux de la vague révolutionnaire, il doit s'exiler en raison de ses idées socialisantes. Il obtient une chaire d'enseignement d'histoire naturelle à Genève. Il n'en pours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-vogt/#i_1218

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « dialectique » : Hegel »  : […] On peut voir dans la philosophie hégélienne une tentative pour donner une réponse dialectique à la série des scissions auxquelles conduit le mode de pensée critique : scissions entre l'a priori et l'empirique, entre la raison théorique et la raison pratique, entre l'obligation morale et le désir, enfin entre la volonté raisonnable et la volonté arb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_1218

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 octobre 1989 • République démocratique allemandeRemplacement d'Erich Honecker par Egon Krenz.

mille personnes manifestent dans les rues de Leipzig à l'issue des offices religieux et se rassemblent dans un calme impressionnant sur la Karl Marx Platz sans que la police n'intervienne. Le 18, Erich Honecker est remplacé au poste de secrétaire général du S.E.D., qu'il occupait depuis 1971 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Étienne BALIBAR, Pierre MACHEREY, « MARX KARL - (1818-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-marx/